RSS
RSS
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

ghost of the past + jemora
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Invité
Invité
avatar



Mer 1 Mai - 10:51

ghost of the past

Gamora & Jean


Ce n’avait pas été difficile. Un jeu d’enfant à vrai dire. Tu savais déjà que Gamora, celle qui tu avais toujours considéré comme étant ta meilleure amie était de retour. Pourquoi tu l’ignorais. Est-ce que tu lui avais répondu et avais souhaité la voir ? Non. Pour la simple et bonne raison qu’elle portait toujours l’uniforme rouge de la garde. Et que son absence t'avait blessé. La brune avait toujours eu une place particulière pour toi, elle avait été, fut un temps, ta seule famille. Gamora représentait tout ce qui pouvait se rapprocher d’une soeur et tu avais toujours été la bienvenue auprès des siens. Lorsqu’elle avait quitté l’île sans un mot et sans donné de nouvelles ça t’avait anéantie. Tu t’étais retrouvé désemparé et au plus bas sans qu’elle puisse t’aider à te remettre de ce que tu venais d’apprendre : de chasseur tu étais devenue la cible. Impossible pour toi de continuer sur le chemin que tu avais pensé être le tien de très longue année et tu avais laissé derrière toi la Garde Rouge. Tout ça, seule, ou presque. C’était à ce moment-là que tu avais fait la connaissance de Rachel et du reste de sa famille, les Summers. Tu aurais continué ton quotidien sans chercher à la revoir si tu n’avais pas vu le flash spécial de ce matin.

Le QG de la Garde Rouge était éventré depuis peu et tu en étais en partie responsable. Toi et des dizaines d’autres émergés mais aussi des civils et même les rebels étaient sur place. Cette journée avait été chaotique pour beaucoup de monde mais tu ne pouvais réprimer ton sourire en songeant à tous ceux qui avaient été libérés des cellules de la garde. Du moins jusqu’à il y a quelques heures. Abasourdit par les images que tu avais vues, tu n’arrivais pas à croire ce que la télévision montrait en boucle dans ce café. Une rebelle avait été capturé. Une rebelle que tu connaissais que trop bien puisqu’il s’agissait de Raven. Bien qu’ayant eu des rapports glaciaux à une époque, vous vous étiez rapprochées et elle faisait partie de tes amies les plus proches. Tu pouvais lui faire confiance et tu t’occupais généralement de la couvrir un maximum. Tout comme toi, elle avait fui la garde. Hors de question de la laisser y pourrir à nouveau.

Tu te tenais assise dans l’ombre au milieu de son salon. Elle n’avait même pas changé d’appartement. S’y introduire avait été beaucoup trop facile. Les poings serrés, tu peinais à cacher la colère qui t’habitait. Comment pouvait-elle laisser faire ça ? Lèvres pincées, tu fermes les yeux quelques minutes pour essayer de te contrôler. Tu ne veux pas perdre le contrôle, pas maintenant. Et même si tu ne te l’avoue pas tu crains de la revoir. Tu crains de ne pas la reconnaître et de te retrouver face à une personne complètement différente de celle qui t’avait laissé il y a plus d’un an maintenant. Que trouvera-t-elle à son tour ? Seras-tu toujours l’amie qu’elle avait laissée derrière elle ? Non. Tu avais changé, énormément changé. Tu t’étais opposé plus d’une fois à tes anciens collègues maintenant. Tu avais prouvé à tous que tu n’étais pas une simple humaine mais bien plus. Comment fera-t-elle face à cela ?

Bien que certaine de réussir à te sauver si la situation venait à dégénérer tu as pris sur toi ton arme. Elle ne te quittait plus de toute façon même si ces derniers temps tu doutais qu’elle soit réellement efficace. Tu avais compris à présent jusqu’à quelle mesure tu avais des capacités spéciales. Elles étaient devenues ingérables pendant une période mais maintenant tu comprends comment les contrôler dans leur globalité. Tu t’étais fixé des limites pour ne pas te laisser engloutir par la puissance de ces derniers mais tu craignais que ta colère ne dissipe cette limite. Ton corps se tend lorsque tu la perçois. Depuis de nombreux mois tu n’as pas entendu jusqu’au son de sa voix. Maintenant c’est une pensée fugace que tu venais de capter et cela t'écrase le coeur. Ton sang se glace et ton coeur s’accélère sous le poids de cette émotion que tu pensais contrôler. Le temps se ralentit et tu guettes chaque mouvement de l’autre côté de la porte. La clé dans la serrure déverrouille le dernier obstacle entre vous. La porte est à peine entrouverte que tu sais déjà qu’elle à deviner la présence d’un intrus chez elle. D’un léger geste du doigt tu fais voler jusqu’à ses pieds un journal. En Une, l’arrestation de Raven Darkhölme.  — Où est-elle ?, tu demandes froidement.

Revenir en haut Aller en bas
Gamora Zen Whoberi
Extraterrestre
Gamora Zen Whoberi


https://houseofm.forumactif.org/t3697-gamora-the-woman-most-dangerous-in-the-galaxy https://houseofm.forumactif.org/t3690-gamora-zen-whoberi-the-woma
More about you :
Pouvoirs : -Aptitude surhumaine
Emergence :
ghost of the past + jemora Fonddr110 / 50 / 5ghost of the past + jemora Fonddr11
Maitrise :
ghost of the past + jemora Fonddr111 / 51 / 5ghost of the past + jemora Fonddr11
Messages : 711
DCs : Gamora/ Silke/Xander Harrison/Cameron E. Fox/ Peyton/ Alexia H. Wheeler

Mar 28 Mai - 18:21


ghost of the past
avec Jemora
Citation de ton choix
Journée éprouvant, mettant à mal son âme torturer. Elle avait du la voir, en fermer priver de toute liberté, retenant ses gestes, cette envie qui l’avait supplie de venir une nouvelle fois se glisser dans la douceur de ses lèvres. Elle avait réussi à éteindre ce feu, enfuir ce désir l’ayant submergé à la vue de cette femme qui avait été la seule à lui faire prendre la tête, la plonger dans les ténèbres et dans le doutes. Un soupire, sur le pas de sa porte, posant son front sur celle-ci, elle retient sa rage, voulant frapper sa porte d’entrer, ses hurlements de colère qui résonnait en elle, restant ainsi plusieurs minutes. Sa main se tournant sur la poignet de sa porte alors qu’elle rompt le contact entre elle et son front. Elle avance dans ce hall, lance ses clés sur le petit meuble, avance dans ce hall, ou du moins faisant quelques pas. Elle a cette sensation, celle qui la demande tout sa concentration, lui fit sortir son arme. L’expérience parle, venant contre le mur du hall et qu’elle ne fut pas sa surprise voyant celle qui était comme une sœur à ses yeux, qui elle aussi avait ses capacités hormone.Un soupire à la fois de soulagement, et d’exaspération, car aucun moment de répit ne lui était accordé.
Elle aurait voulu, simplement se mettre dans son canapé une bière à la main, regarde son mur d’un air absent. Au lieu de ça, la vie lui met en face d’elle cette sœur, pointant une arme sur la garde. Elle avait posé quelques secondes, son regard sur celle-ci, laissait encore un soupir s’échapper, pour prendre la direction d’un meuble, posant son arme. Pas un seul bonjour, pas un comment vas tu, le lien semble être brisé dans la voix de la rousse, comme si ce qu’elles avaient vécu ensemble ne signifiait plus rien. L’intérêt de Jean était sur Raven, la question ne laissait aucun doute. Et la réponse de la brune fut tout aussi froide, avec une pointe de colère et d’agacement “ Tu sais où elle est, Jean” C’était une évidence, elle n’avait nullement besoin de lui dire Jean avait fait partie de la garde, connaissait les rouages de celle-ci.

Et dans un sens, Gamora espérait qu’elle parte, la laisse se plonger dans ses pensées avec cette colère que le sort s’acharne à nourrir avec passion. Elle va prendre deux bières dans son frigo le décapsule, pour en venir en mettre une sur la table en face de la rousse. Elle porte à ses lèvres la sienne, se laisse tomber dans un fauteuil gardant toutes cette fierté qui la caractérise. Elle ne se laisserait pas aller devant sa meilleure amie, pas alors qu’elle continue à pointer son arme, pas quand elle sent cette animosité se dégageant d’elle. Elle la regarde simplement dans les yeux. Attends les véhémences de cette sœur de cœur, portant encore une fois à ses lèvres sa bière. Elle aurait voulu que cela se passe autrement, qu’elle puisse lui dire à quel point cela était douloureux. Qu’elle ne savait pas ce qu’elle devait faire, partager par cette conviction, que même si elle les aimait, elle restait convaincu que de tels pouvoir en de mauvaises mains devait être géré. Qu’elle avait l'âme meurtris de voir celle qui continue à hanté son cœur dans cet endroit, déchirer face à cette haine qu’elle percevait dans ses yeux. Lui exprimer cette colère bouillonnante en elle et que personne ne pouvait soupçonner. Elle aurait voulu entendre un simple bonjour, un “ca va aller?” lui dire qu’elles allaient trouver une solution toutes les deux comme avant, ou encore lui demander comment elle allait et vivait cette situation. Mais, au lieu de ça, elles se regardait en chiens de faïence, attends de voir qui allait mordre en premier

MADE BY FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Dim 2 Juin - 17:43

ghost of the past

Gamora & Jean


Tu pensais contrôler la situation. Ta colère - car c’était ce qui semblait le plus légitime - s’était engouffré dans tes veines et avait empoisonné chaque centimètre de ton être. Ou alors, c’était ce que tu pensais, c’était avec ce genre d’illusion que tu te berçais pour faire face à une femme qui t’avait fait tant de mal par son absence. Tu n’arrives pas dû tout à calmer les battements de ton palpitant. Encore moins quand elle semble si lasse et vient déposer son arme sur le petit meuble de son entrée, comme résignée. Tu n’arrives pas à y croire, tu n’es pas en train de poser les yeux sur la Gamora que tu as connue autrefois. Tu as bien changé, tu es la première à le penser mais jamais tu n’aurais songé que ça puisse aussi être le cas de ton ancienne meilleure amie. La femme combative, froide, qui ne laisse paraître aucun sentiment ne semble plus tout à fait si forte que cela. Son image reste intacte pourtant, mais toi, tu vois la différence. Toi tu perçois cet éclat étrange dans ses prunelles. Entendre à nouveau le son de sa voix te fait serrer les dents. —Le QG est détruit… et je ne fais plus partie de la garde depuis bien trop longtemps maintenant., tu réponds en baissant les yeux. Tu ne veux même plus penser à ces années-là. Tu ne veux pas t’imaginer ce qui est en train de se passer pour Raven. Elle qui était loin d’être ton amie, est devenu une pièce importante de ta nouvelle vie. Tu ne supportes plus le temps qu’elle passe aux mains de vos anciens collègues et ne comprend pas comment la brune en face de toi permet cela.

Lorsque la garde se déplace tes prunelles ne la lâchent pas d’une semelle. Tu l’observes traverser l’appartement en silence. Tu la vois se servir dans son frigo et relèves un sourcil quand elle dépose sur la table devant toi une bière. Sérieusement ? Puis, comme si de rien n’était, elle s’installe dans un fauteuil, aucune émotion dépeinte sur son visage et la fixe. Son attitude a le don de t’énerver encore plus. Elle sent cette colère remonter violemment en elle. Les mains à plat sur la table de salon de Gamora elle essaye de se calmer. Tes yeux toujours ancrés dans ceux de Gamora qui ne te lâchent pas non plus. Que voulait-elle qu’elle fasse ? Perdue et désemparée, tu perds un peu de ton contrôle et perçois une pensée qui n’est pas la tienne. Tu ne cherches pas à faire ça. Tu ne veux pas t’introduire dans les pensées les plus intimes des gens mais parfois c’est tout simplement impossible de l’empêcher. Cela avait été très dur quand tu n’avais aucun contrôle, toutes les pensées des personnes que tu croisais s'immisçait dans les tiennes et c’était un cauchemar à chaque seconde de chaque jour. Aujourd’hui, tu as réussi à reconstruire des barrières psychiques pour te protéger de ce genre d’assaut. Mais là le mal était fait.

L’instant avait été fugace mais tu avais goûté à sa détresse. Celle qu’elle s'évertue à dissimuler sous son regard froid et sa nonchalance. Devais-tu faire comme si tu ne savais rien ou au contraire agir avec ces nouvelles informations. Gamora ignorait tout de ta télépathie, tu en étais persuadée. Voulais-tu lui avouer un nouvel aspect de tes capacités hors normes ? Le silence est toujours présent entre elles, et cela depuis plusieurs minutes. Tu te relèves brusquement faisait grincer les pieds de la chaise sur laquelle tu te tenais. Tu ne peux pas te résigner à la voir souffrir. Tout comme tu ne peux pas la rayer de ta vie comme tu pensais cela possible. — A quoi tu t’attendais ? Après tout ce temps… tu commences avant de poursuivre Et tu les as laissé enfermer Raven ! tu balances, une nouvelle fois en colère. Tu commences alors à faire les cent pas devant cette maudite table. Tu passes, repasses en ruminant. Comment pouvait-elle laisser faire ça ? Comment pouvait-elle l’accepter. Tu t’arrêtes pour la fixer — Comment tu as pu les laisser faire ? Si ce que Jean avait perçu était vrai, alors pourquoi ? — Je la ferais sortir de là où elle se trouve. Même si je dois t’affronter avant. Tu annonces sans ciller pour jauger la garde en face de toi.



Revenir en haut Aller en bas
Gamora Zen Whoberi
Extraterrestre
Gamora Zen Whoberi


https://houseofm.forumactif.org/t3697-gamora-the-woman-most-dangerous-in-the-galaxy https://houseofm.forumactif.org/t3690-gamora-zen-whoberi-the-woma
More about you :
Pouvoirs : -Aptitude surhumaine
Emergence :
ghost of the past + jemora Fonddr110 / 50 / 5ghost of the past + jemora Fonddr11
Maitrise :
ghost of the past + jemora Fonddr111 / 51 / 5ghost of the past + jemora Fonddr11
Messages : 711
DCs : Gamora/ Silke/Xander Harrison/Cameron E. Fox/ Peyton/ Alexia H. Wheeler

Dim 28 Juil - 21:06


ghost of the past
avec Jemora
Citation de ton choix
Le regard froid, une bouche sans expression. Elle regardait cette soeur de coeur, qui avait toujours été là pour elle, celle qui s’était battue avec elle, apporter son soutien quoi qu’il arrive. Elle entendait ses mots dure et injuste, alors que sa main se resserrait contre le goulot de sa bière. Réprimant une envie de la lancer contre ce mur d’un geste de colère, serrant les dents jusqu’à avoir cette impression qu’elle allait se briser. Elle retenait cette colère qui monte en elle, se demandant si elle, celle qui était en face d’elle avait un humour déplorable ou si son but était de simplement de la mettre en colère. Puis ses mots résonnèrent en elle ne se concentrant plus que sur ces paroles la rendant responsable de cette capture qui à lui était si cruelle.

Alors d’un geste, elle lançait cette bouteille contre ce mur,passant à quelques centimètres de la rousse .Elle laissait retentir un cri de colère que cette sœur n’avait plus vue depuis tant de temps. “Comment j’ai pu laisser faire ça!” La frustration sortant dans son corps, le besoin de laisser sortir ce besoin qu’elle comprenne cette douleur qui était en elle depuis bien trop longtemps. “Et toi! Comment tu as pu laisser faire?!” Elle ne pouvait plus se retenir face à ces accusations, cette impression que les malheurs qu’elles vivaient était de sa faute à elle, qu’elle était celle qui les avaient abandonné en premier. “Tu étais là! Pas moi!” Elle la regardait droit dans les yeux, le visage déformer par ce ressentiment qui venait de naître, sa respiration s’accélérant “Alors où étais tu?!” Elle la pointe du doigt, laissait voir une facette inhabituelle. Son regard posé sur elle, cette froideur venant remplir la pièce se mélangeant à cette rage qui avait pris possession de la garde qui faisait les cent pas pour se retourner contre l’ancienne garde.”Je l’ai découvert en ouvrant un putain dossier pour que je puisse la torturer!”

Elle laissait cette frustration, se déchaîner, dis enfin ces choses qui ne voulaient pas être entendues, lui jetant au visage cet égoïsme qu’elles avaient l’un comme l’autre. “T’es-tu une seule fois demander comment, moi, j’allais?!” Elle n’avait certes aucune pouvoir, mais sa vie comme la leur avait changer dés que cette révélation était venue frapper à leur porte. Son monde s’était effrité petit à petit, cette paix lui avait glissé entre les mains, la plongeant dans un monde d’incertitude. “Comment, moi, je le vivais également?!” Ces pouvoirs n’avaient nullement bouleversé que leur vie, ils avaient bouleversé la sienne, l’avait plongé dans un combat qu’elle ne pouvait gagner “Ça n’as pas toucher que vous, Jean!” Elle avait eu besoin de prendre ses distances, trouver cette réponse qu’elle cherchait temps qu’en fin de compte elle n’avait pas trouver. “Mon monde aussi a été bouleversé!” Un instant de confidence, comme par le passer, un instant où elle n’avait plus aucun secret comme elle était enfant et adolescente “Pour celle qui était pour moi comme une soeur et…” Celle qui avait été une des rare à faire battre son cœur de glace si fort. Un dernier haussement de voix “ J’ai été là pour toi! J’ai renié mes convictions pour toi en ne disant rien, ainsi que pour elle!” Et ce jour-là, aussi, elle avait renié ses convocations pour cette femme, l’embrassant dans cette salle de torture, faisant croire qu’elle lui l’avait fait pousser des hurlements de couleur.”Et encore aujourd’hui !” Soudain, le calme était revenu, bien que le regarde froid de la garde était toujours présent. Elle demandait à celle qui avait toujours été présente à chaque étape de sa vie. “Et toi? Où étais-tu ?” Gamora avait toujours été cette femme forte, dont on ne pouvait lui accorder des faiblesses. Ces accusations avaient été de trop, brisant cette coquille devant celle qui était censé être sa meilleure amie. Elle ne s’attendait pas à ce qu’elle comprenne, ne lui demandait nullement.

MADE BY FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Mar 20 Aoû - 10:42

ghost of the past

Gamora & Jean


La voilà. La tigresse qui se cachait derrière un air impassible venait de refaire surface. Tu reconnaissais enfin le tempérament explosif de celle qui était ta famille fut une époque. Sa bière vole à quelques centimètres de toi mais tu ne bronches pas. Tu te contentes de figer ton regard sur elle tandis qu’un cri de frustration lui échappe. Ses mots t’accusent à son tour. Elle te met dans la position dans laquelle tu l’avais fait plus tôt. Non, tu n’avais pas fait grand-chose non plus, c’est vrai. Quelles étaient tes options ? Tu ne la savais même pas sur les lieux au moment de son arrestation. — si tu penses que je sais où elle se trouve et à quel moment tu te trompes. Raven fait partie des rebelles et est recherchée comme si c’était une putain de terroriste ! tu répliques sur un ton accusateur. Tu ne visais pas Gamora personnellement mais tu visais la Garde rouge. Et ta meilleure amie en faisait toujours partie. Elle assumait son uniforme et devait donc porter les responsabilités des actes de cette organisation.

Tu te figes sur place quand tu l’entends prononcer le mot torturer. Tes mains se referment en poings et ta colère s’accroît. — Ne me dit pas que tu l’as touché ? tu demandes en serrant les dents. Tes prunelles glaciales se posent sur elle quand elle t’accuse de ne pas avoir pris sa place, de ne pas t’être soucié plus d’elle. — Tu n’étais pas à ma place, tu ne peux pas comprendre ce que ça fait. C’était toi qui t’étais retrouvée du mauvais côté de la ligne du jour au lendemain. Tu étais le mouton qui se terrait avec les loups. La proie des prédateurs sans limite. Du jour au lendemain toutes tes craintes étaient dirigées vers la même chose : que personne ne sache. Ça a duré des mois avant que tu ne te décides à quitter la garde. Des mois où tu étais seule. — Tu es partie !, tu hurles. Certainement que sa vie aussi avait changé mais elle n’était aucunement dans la même situation qu’elle l’avait été. Elle n’avait été que très peu là au final. Tu la trouvais injuste de dire cela. — Tu as juste passé sous silence certaines choses. Je n’ai jamais voulu te faire porter ce fardeau avec moi, tu reprends d’une voix plus calme.

— Il fallait me dénoncer si c’était un poids trop lourd pour toi, tu ajoutes jusqu’à ce qu’elle parle d’aujourd’hui. Tu ignorais ce qui s’était passé récemment et tas curiosité te démangeait sérieusement. Tu t’adosses sur un pan de sa table en voyant que l’ambiance s’était légèrement apaisée. Quand elle te demande où tu étais, tu ne vois qu’une option comme réponse : la vérité. — J’étais nulle part et partout à la fois., tu réponds en premier lieu. — J’ai quitté l’île de long mois si ça t’intéresse. J’avais des affaires personnelles à régler. Pour le moment tu t’abstiens de mentionner Rachel, ne sachant toujours pas si tu peux lui faire confiance comme autrefois. De toute façon la seule chose qui l’intéresse c’est de savoir comment va Raven et comment la faire sortir de l’endroit où elle se trouve. —Tu as vu Raven ? Comment… est-ce qu’elle est entière ? L’ancienne garde était solide. Mentalement et physiquement. Mais tu savais aussi que la Garde rouge était capable de la briser. Au fond de toi tu espères que Raven ne les laissera pas faire.
Revenir en haut Aller en bas
Gamora Zen Whoberi
Extraterrestre
Gamora Zen Whoberi


https://houseofm.forumactif.org/t3697-gamora-the-woman-most-dangerous-in-the-galaxy https://houseofm.forumactif.org/t3690-gamora-zen-whoberi-the-woma
More about you :
Pouvoirs : -Aptitude surhumaine
Emergence :
ghost of the past + jemora Fonddr110 / 50 / 5ghost of the past + jemora Fonddr11
Maitrise :
ghost of the past + jemora Fonddr111 / 51 / 5ghost of the past + jemora Fonddr11
Messages : 711
DCs : Gamora/ Silke/Xander Harrison/Cameron E. Fox/ Peyton/ Alexia H. Wheeler

Dim 8 Sep - 22:15


ghost of the past
avec Jemora
Citation de ton choix
A nouveau la colère montait en elle, son regard en disait bien plus que ces paroles, ses poings qui se sert, sa mâchoire qui se crispe. Elle était sur le point de lui demander de partir, la laisser seul avec ses idées noires, se demander comment elle allait bien faire sortir celle qui avait su faire battre son cœur comme, nullement autre, avait su le faire. « Comment oses-tu… » le regard froid posé sur cette sœur de cœur, une indignation dans cette voix à peine voiler face à ce sous-entendu qui avait été formuler.

Elle n’osait imaginer comment l’ancienne garde la voyait dorénavant, une personne sans pitié capable de porter la main sur ceux qu’elle aime pour ses propres convictions. Mais plus cette personne capable de s’oublier pour ceux qui étaient importants dans sa vie. Il n’en fallait peu pour qu’elle se lève porte un coup à Jean se laissant emporter par cette pulsion qui était en elle. Elle ferme les yeux, essayait de se calmer intérieur, se levant pour aller dans cette cuisine reprendre une bière. Alors qu’elle entendait les dernières paroles de la Grey. Elle ne pouvait comprendre, ça elle le savait, comme l’ancienne ne pouvait comprendre le conflit intérieur qui était présent en Gamora. Elle ne lui avait pas demandé de porter ce fardeau, pourtant, elle savait que sans demander elle l’aurait porté malgré tout. Jean était comme une sœur pour elle, plus porche que Nébula qui avait pourtant vécu elle.

Un rire nerveux quand elle parlait d’avoir quitté l’île, prétextant pour des affaires personnelles. Elle rigole face à cette contradiction de lui reprocher d’être partie, alors qu’elle en avait tout autant, chose qu’elle ne manquait nullement de faire remarquer. « Donc toi, tu avais le droit de partir, et moi, non… Je vois…» Une manière de montrer le ridicule de la situation « À croire que je ne puisse rien faire pour moi, contrairement à d’autre personne. » Elle en avait assez de devoir comprend, d’être celle qui devait se mettre à la place des autres. Assez, qu’on lui fasse tout le reproche et devoir en caisse sans qu’on lui donne ce droit d’être elle aussi en colère, contre elle-même et les autres.

Elle retient cette colère qui gronde en elle, serre le bord de ce lavabo duquel elle s’était approchée en écoutant les remontrances de Jean. Raven, juste, Raven. Gamora comprenait, mais regrettait que cela n’était pas suivi encore une fois d’un « Et toi ? es-tu entière ? » Car cette situation la brisait plus qu’on ne pouvait l’imaginer, la laissait dans un état de confusion qu’elle n’avait jamais connue auparavant. Elle ne se retourne pas, laisse glisser simplement, lasse de ses attaques à son encontre, ses reproches dont elle était la seule à les subir. «Bien sûr !Tu crois vraiment que j’aurais permis qu’on puisse la toucher.» Elle se rappelait ce moment, ce baiser échanger, ses sentiments qui soudainement avaient refait surface, de simple regard de l’ancienne garde capable de briser toutes ses convictions. Elle se retourne vers Jean le regard toujours aussi froid « Elle va bien. Maintenant, si c’est tout ce que tu voulais savoir. Tu peux me laisser.» Un sous-entendu, pour dire que sûrement maintenant ce lien qui les avait unis autre fois était brisée. «J’ai autre chose à faire que de passer mon temps à me disputer avec toi. » Elle avait un plan à mettre au point, un plan qui la poussait de plus en plus vers cette trahison qu’elle redoutait tant. On pouvait d’ailleurs distinguer une certaine détermination dans sa voix.



MADE BY FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
ghost of the past + jemora
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ghost talker's Daydream [MU] [DVDRiP]

House of M :: VOL N°II :: RPS :: RPS ABANDONNÉS-
Sauter vers: