RSS
RSS
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

I think we should go now | Artémia
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Invité
Invité
avatar



Mar 28 Mai - 21:04

La vie est faite de choix. Beaucoup disent qu'ils ne peuvent pas influencer leur avenir mais c'est faux. On peut toujours venir mettre notre grain de sel dans ce qui a été de base tracé pour nous. Opter pour un chemin de traverse qui nous permettrait de nous éloigner ne serait-ce qu'un peu d'un destin trop prévisible et pas forcément des plus enviables. Il faut l'avouer, bien souvent nos parents sont à l'origine de cette destinée à laquelle on aurait envie d'échapper. Ils veulent que l'on suive la route qu'ils ont préparée pour nous, qu'on les rende fiers. En soit, c'est une très bonne chose de rendre ses proches fiers. En particulier ses parents. Mais il faut être honnête: c'est rare que l'on parvienne à s'épanouir dans ces conditions. Rêver est une bonne chose. Cela permet de s'évader, d'avoir son petit coin de paradis imaginaire sur cette terre bien trop hostile à la paix. Alors bon nombre de personnes se réfugient dans leur bulle qu'ils créent et recréent à l'infini, imaginant ce qu'ils auraient pu devenir s'ils avaient décidé de faire les choses autrement. S'ils avaient eu l'audace de contredire l'avenir et de poser eux-même, brique par brique, un tout nouveau chemin qu'il n'y aurait qu'eux pour emprunter.

J'ai très longtemps fait ce genre de rêves. J'essayais de m'imaginer vivant dans le "vrai monde". Dans cette société abjecte qu'on m'avait dépeinte si souvent. Mais les histoires que me racontaient les aînées à propos de ce monde pouvaient être aussi effrayantes qu'elles voulaient, je n'arrivais pas à m'ôter cette idée de la tête. De partir à l'aventure. De découvrir des choses par moi-même. Faire ma propre expérience. Être seule juge de ce monde que l'on m'avait décrit sans cesse, dans le but de m'avertir et de me décourager d'un jour y mettre les pieds. Malheureusement, je suis quelqu'un de têtu. Très, très têtu. Enfin, tout dépend des situations bien sûr. Imaginez un arbre que vous laissez s'enraciner dans la terre pendant des années et des années. Le jour où vous vous rendez compte qu'il prend trop de place, vous souhaitez vous en débarrasser. Mais les racines sont profondes, ancrées d'une manière insoupçonnable. Coupez le tronc et la souche renaîtra grâce à ses racines. C'est ce qu'il s'est passé avec moi. Toutes ont essayé de me dissuader de faire ce voyage. Mais aucune n'a réussi à m'en empêcher.

J'ai eu la chance de parvenir à convaincre ma moitié, ma meilleure amie, ma soeur tout simplement, de m'accompagner dans ce périple incertain. En toute sincérité j'avais de gros doutes quant au fait qu'elle puisse accepter. En un sens, c'est certainement pour avoir toujours un oeil sur moi et réussir à me sortir des mauvaises passes dans lesquelles je peux me retrouver parfois sans le faire exprès. Mais je ne la remercierai jamais assez. C'est grâce à elle que tout a été possible. Car seule, j'aurais très certainement fini par rebrousser chemin et rentrer auprès de notre clan. Honnêtement, je n'aurais jamais digéré cet échec. Cela me hanterait chaque jour et chaque seconde de mon existence, pendant devant mon nez comme la fois où j'ai voulu voler de mes propres ailes et ai fini par m'écraser au sol de la manière la plus pitoyable qui soit. A trop vouloir voler à proximité du soleil, on finit par brûler. C'est normal. Mais de toute évidence, j'ai réussi mon pari. Nous sommes toutes deux, Artémia et moi, totalement acclimatées à ce nouveau mode de vie. Et personnellement cela me convient parfaitement. Je m'épanouis, tout simplement. Bien plus qu'avant en tout cas.

Pourtant, même si je ne regrette pas mes choix, je ne peux m'empêcher de ressentir de la nostalgie par moments. Une pointe de mélancolie qui me pousse à retourner pendant de longues heures en forêt. Histoire de me remémorer tout ce que j'ai pu y vivre. Les moments passés à rire et à jouer au milieu des arbres, enfant libre et enjouée que j'étais. Mais ça, c'était avant. Il y a bien longtemps. Aujourd'hui, je ne passe pas un instant sans repenser à ce qu'il s'était passé la dernière fois que j'étais dans cette forêt. C'est là que j'ai rencontré Spencer, que je lui suis venue en aide. Qu'il s'est passé cette chose étrange avec les oiseaux. Je ne pourrais plus dire comment est-ce que nous avons réussi à échapper à ces hommes. Mais l'essentiel c'est que nous nous en sommes sorties. Sauf qu'après, lorsque le sujet est retourné sur la table avec Spencer, ce qu'elle m'a annoncé ne m'a pas plu. Apparemment, je suis responsable de ce qu'il s'est passé. De ces volatiles qui ont soudainement attaqué nos agresseurs. J'ai du mal à y croire. Et bien évidemment, j'ai besoin d'en parler. A elle, juste à elle. Artémia est en quelque sorte ma moitié. C'est comme ça que je le ressens en tout cas. Nous ne partageons pas le même sang mais c'est encore plus fort que ça. Nous partageons les liens du coeur.

C'est pour lui parler que je l'ai traînée ici. Pour que l'on puisse discuter, qu'elle me donne son avis sur tout cela. Qu'elle me dise si ce n'était qu'un hasard, si je me fais des idées et que je deviens folle, ou si je ne suis finalement qu'un "monstre". Quoi qu'elle dise, je sais que ce sera certainement vrai. Au moins en partie. M'enfonçant sous les arbres aux côtés de ma meilleure amie, j'inspire longuement l'odeur de cet endroit et me passe une main dans les cheveux. Je ne sais pas pourquoi, mais je me sens plus forte dans cet endroit. Capable d'affronter les choses. De dire la vérité, d'être sincère. Alors je tourne la tête vers elle et finis par m'arrêter en prenant l'une de ses mains dans les miennes. « Artémia je... Il faut que je te parle d'un truc. » dis-je avec une voix trahissant l'importance de ce dont je m'apprête à parler. Une fois certaine d'avoir son attention, je commence donc mon récit. Je lui raconte tout. Le fait que Spencer était en train de se faire agresser par deux hommes. Que je n'ai pas pu la laisser à son sort, car ils auraient fini par la tuer puisque c'est une émergée. Je ne dis pas son nom, afin de la garder en sécurité même si je me doute que jamais Artémia n'irait la dénoncer. Je lui raconte notre fuite, les blessures qu'ils m'ont infligé. Puis vient l'épisode des oiseaux. Cette attaque qu'ils ont mené d'un coup sur nos agresseurs. Cette douleur atroce que j'ai ressenti lorsque l'un des volatiles a eu le cou brisé. Je parle vite. Très vite. Je ne prends presque pas le temps de respirer à vrai dire. Mais j'ai besoin que cela sorte. Maintenant. Et j'enchaîne par la suite sur la conversation que j'ai eu avec la jeune femme, où elle m'a fait part de ses pensées concernant le fait que selon elle je serai à l'origine de cette réaction de la part des animaux.

« Qu'est-ce que tu en penses..? Tu crois... Tu crois vraiment que c'est moi qui ai fait ça..? » dis-je d'une voix inquiète et presque à bout de souffle. Mes yeux fixent ses iris en essayant de capter une quelconque réponse non verbale. Mais quelques minutes plus tard, mon attention est détournée par le passage de nombreux animaux fuyant tous dans la même direction. Et là c'est certain que cela ne vient pas de moi. Je fronce les sourcils, sens le vent qui souffle de plus en plus fort, et alors seulement je repense à ce que j'avais vaguement entendu à la radio. Des avertissements concernant la météo. De potentiels vents violents avec même un risque de tempête. Je n'y pensais même plus quand j'ai demandé à Artémia de venir ici. Quelle idiote...
Revenir en haut Aller en bas
Artémia Dimitra
Mutant
Artémia Dimitra


https://houseofm.forumactif.org/t3467-artemia-dimitra https://houseofm.forumactif.org/t3413-artemia-dimitra-invente
More about you : I think we should go now | Artémia Ib9e
Artémia est quelqu'un d'assez renfermée. Battante, elle n'hésite pas à défendre ses convictions et ses opinions, quitte à allez franchement. C'est quelqu'un de sérieux. D'un peu trop parfois. Tysha, sa meilleure amie, aime à dire qu'elle fait plus vieille que son âge parfois. Bien qu'elle essaye de faire des efforts, elle a grand mal à faire confiance aux hommes. Dû à son éducation. Mais derrière son allure de guerrière, froide et digne à chaque circonstance, c'est une jeune femme sensible qui ne demande qu'à connaitre certains horizons qu'elle ne connait pas encore.
Codename : L'amazone
Pouvoirs : Artémia a la capacité de contrôler les arbres et les plantes en générale. Elle peut façonner une arme avec une simple racine. Elle peut également redonner vie à une végétation morte. Par ailleurs, dès lors qu'elle touche le tronc d'un arbre, elle acquit sa force, son énergie, ce qui décuple ses capacités de guerrière. Elle peut communiquer avec eux. Elle peut également ressentir quand l'un de ces derniers appel à l'aide ou est en train de mourir. La végétation est comme une alliée de taille. Une alliée mais aussi, un proche. Elle se sentira toujours à l'aise et parmi les siens dans une forêt.
Emergence :
I think we should go now | Artémia Fonddr114 / 54 / 5I think we should go now | Artémia Fonddr11
Maitrise :
I think we should go now | Artémia Fonddr112 / 52 / 5I think we should go now | Artémia Fonddr11
Messages : 803
DCs : Keith - Malik - Kwan - Tao - Jay - Taïs - Junno - Alaric - Simon - Kelsey - Russel - Laurenl - Yong-Sun

Sam 1 Juin - 10:32


I THINK WE SHOULD GO NOW



Genosha. Artémia a toujours eu du mal à s’intégrer. Elle a toujours eu du mal à se fondre dans la masse. Dans cette société bien différente de la sienne en réalité. Elle essaye pourtant. Pour Tysha. Pour sa meilleure amie qui la entrainé jusqu’ici il y a quelques mois. Elle essaye mais il y a des jours plus facile que d’autre. Son village lui manque. Sa mère lui manque. Ses comparses également. Elle aimerait parfois y retourner même si elle sait pertinemment que ce n’est pas possible. Pas pour l’instant. Car elle ne peut laisser Tysha seule sur cet île après lui avoir promis d’y rester. Abandonner ne lui ressemble pas. Et quand bien même, elle a dorénavant un métier. Elle ne peut décidément pas reculer. Surtout que…

La pensée de Noah la traverse et elle soupire. Cette sensation qu’elle éprouve à son égard lui est toujours étrangère. Elle ne sait encore si elle l’apprécie ou non. Son coeur se serre et elle secoue la tête pour rejeter cette émotion qui la fait étrangement rougir. Elle. Elle qui peut paraître austère à bien des aspects. Son attention se tourne sur le paysage autour et elle sourit. D’un léger sourire à peine perceptible. Revenir dans une forêt lui fait le plus grand bien. Elle a l’impression de retourner dans son élément. Dans cette végétation bienfaitrice et accueillante qui a toujours su la comprendre sans en connaître les raisons. Oui. C’est comme si les arbres l’apaisent. C’est comme si cet endroit avec le don de la calmer, de la ressourcer, lui donnant l’impression de revenir sur leur terres sacrées, bien loin du bruit alentours et la proximité des gens.

Profiter de l’instant présent devient nécessaire. Artémia respire l’air frais qui lui fouette le visage. Un air qui pourtant, parait lourd. Instable. Grisonnant. Elle profite également de sa soeur de coeur qui lui rappelle à de bon souvenirs passés. Ses pieds foulent le sol avec légèreté et elle laisse ses inquiétudes de côté. Elle laisse ses nouveaux sentiments s’endormir, lui donnant la paix escomptée dont elle a besoin depuis des semaines. Ce fut seulement quand Tysha lui avoue avoir quelque chose à lui dire, en lui prenant les mains qu’elle s'immobilise. Inquiète. Ses sourcils viennent à s’arquer sur son front plissé et elle murmure, susurre, ancrant ses iris dans les siens de peur que cela ne soit grave.
- Qu’est-ce qui se passe ? Rien de grave j’espère.

Oui. La jeune amazone est inquiète. Inquiète pour sa meilleure amie qui lui raconte maintenant son histoire. Une histoire qui paraît étrange, difficile à expliquer. Artémia écoute mais son front reste plissé. Son corps svelte reste droit. Ses traits se tirent et elle ne quitte à aucun moment le regard de sa soeur qui reste ancré dans le sien. Elle sait qu’elle ne ment pas. Elle sait que Tysha n’est pas genre à alourdir les faits. A nouveau, son corps se crispe et elle se mure en réflexion. Elle repense à ces histoires d’émergé. A ces histoires de pouvoir qui n’est pas un mythe mais une vérité. Elle n’a rien contre eux. Soyons clair. Elle travaille au Shield mais elle sait faire la différence entre le bien et le mal. A vrai dire, elle ne sait pas quoi en penser vis à vis de sa meilleure amie et elle reste pragmatique, cherchant une part de logique avant d’en venir directement à cette possibilité.
- Je ne sais pas Tysha. Tu es sûr que ce n’est pas plutôt une coïncidence? Tu as toujours eu un lien particulier avec les animaux. Peut-être que…

Mais elle n’a pas le temps de finir sa phrase. Elle n’a pas le temps d’exposer son point de vue que le vent souffle plus fort. Plus violemment. Artémia regarde les arbres se tordent sous le poids des premières rafales. Elle regarde également les oiseaux qui volent dans une toute autre direction. Elle se souvient alors de ce qui a été dit à la radio. Le cyclone. L’ouragan qui doit percer l’île d’une très forte intensité. Elle se donne une claque mentale. Elle s’énerve contre elle-même car comment ont-elles pu oublier ce détail? Comment ont-elles pu se montrer aussi insouciantes alors que ça ne leur ressemble pas? Alors que ça ne lui ressemble pas. Se maudissant intérieurement, la jeune amazone agrippe le bras de sa meilleure amie sans plus tarder :
- Il faut qu’on parte d’ici et vite ! La priorité est de se mettre à l’abri.
Ⓒslythbitch.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Lun 3 Juin - 8:13

Je crois que j'ai le chic pour attirer des problèmes aux gens. Pourtant, cela ne part pas d'une mauvaise intention. Loin de là. En fait, cela n'est absolument pas fait exprès. J'ai pourtant l'impression que depuis le jour où je suis arrivée sur cette île je ne vais que semer le trouble autour de moi. J'essaie pourtant de bien faire. De dire ce qu'il faut, d'agir comme il le faut. Mais cela ne semble pas suffisant. Est-ce moi qui ne suis pas faite finalement pour vivre dans ce monde là? Loin de ma forêt natale et des lois qui y règnent? Il est vrai qu'au début j'avais vraiment du mal à trouver mon équilibre. Pourtant, je faisais comme si cela ne me posait aucun problème. Après tout, si Artémia se retrouvait sur cette île avec moi c'était bien parce que je le lui avais demandé. Je sais très bien que notre chez-nous lui manque. Que nos soeurs lui manquent. Je comprends totalement ce qu'elle peut ressentir. Après tout, moi aussi j'ai tout laissé derrière moi le jour où nous sommes parties. Tout sauf elle, en réalité. C'était suffisant à mes yeux. Car sans ma meilleure amie, je ne me sentais tout simplement pas capable d'affronter ce nouveau monde. Pas toute seule. Ou tout du moins, pas aussi bien que je ne pourrais le faire en sa compagnie.

Pourtant j'avais cru avoir réussi à m'adapter correctement. A ne plus être une sorte d'extra-terrestre au milieu d'une civilisation et d'une société bien rodée. J'étais certaine d'avoir réussi à n'être qu'une femme parmi tant d'autres sur cette île. Et il avait fallu qu'encore une fois tout s'écroule petit à petit. Alors que j'explique la situation qui s'était déroulée dans cette même forêt à ma meilleure amie, je ne peux m'empêcher de repenser à tout le reste. Tout ce qui a bien pu se passer d'autre, que je trouvais totalement improbable avant que Spencer ne me parle de la possibilité que je sois potentiellement comme elle. Une personne avec des capacités relativement... particulières. En un sens j'aimerais que cela soit faux. Que cela n'ait été qu'une coïncidence. Mais au fond de moi je ne peux m'empêcher de penser que c'est la vérité. Et cela me terrifie. Je repense à ce jour à la clinique vétérinaire, lorsque le tigre qui s'était échappé s'était subitement mis à paniquer et avait donc redoublé d'agressivité en se sentant menacé. Et je ne peux pas m'empêcher de me dire que peut-être cela avait été de ma faute. Je ne comprends pas vraiment comment, mais c'était comme s'il avait commencé à ressentir ma peur lui aussi. Puis il y avait eu cette discussion avec Spencer sur la plage. D'un coup tous les animaux avaient d'un coup arrêté de faire du bruit avant de se mettre à s'agiter lorsque la peur était en train de me submerger. En fait, tous ces petits détails font que je n'arrive pas à me dire qu'il aurait pu s'agir à chaque fois d'une simple coïncidence. Pourquoi est-ce que cela n'arrive que lorsque je suis là? Lorsque je ressens de forts sentiments que je n'arrive tout bonnement pas à contrôler?

Je sors immédiatement de mes pensées lorsque la voix de ma meilleure amie parvient à mes oreilles. Son avis est extrêmement important pour moi, comme il l'a toujours été d'ailleurs. Pourtant, je ne peux m'empêcher de froncer un peu les sourcils en entendant ses mots. Comme si sa réponse ne me satisfaisait pas. Pourtant, je sais qu'avec son pragmatisme c'était la seule réponse qu'elle pouvait me donner. Il est vrai que j'ai toujours eu un lien particulier avec les animaux et ce depuis ma plus tendre enfance. Mais là où elle semble penser que cela n'est dû qu'au hasard, je vois là une certaine logique. Et si ce lien justement avait été causé par cette... cette chose que je suis? Mais elle s'arrête, se coupe dans sa phrase en sentant le vent qui s'intensifie. Je suis son regard, observe les arbres ployer sous la force du vent et les animaux s'enfuir. Je peste intérieurement. Comment ais-je pu être assez bête pour ne pas me souvenir de ces avertissements qui étaient diffusés en boucle à la radio? J'étais tellement obnubilée par mes doutes que j'en ai fait abstraction de tout le reste. Et j'ai mis ma meilleure amie en danger. Décidément, ça devient une habitude on dirait...

Elle attrape mon bras, me dit que l'on doit partir d'ici et se mettre à l'abri. Je ne prends même pas le temps de réfléchir et je hoche la tête en me mettant à courir avec elle. Je sais qu'Artémia a raison. Qu'il faut faire au plus vite. Alors j'abandonne pour le moment l'idée de continuer la discussion que l'on avait. Nous traversons les bois avec rapidité, cherchant un abri au plus vite. « Attention Artémia! » hurlais-je avant d'attraper de justesse la main de ma soeur de coeur et de la tirer en arrière. Un arbre vient s'effondrer l'instant d'après juste devant nous, à l'endroit exact où elle aurait été si je ne l'avais pas retenue. Inspirant un grand coup, je ne peux m'empêcher de vérifier qu'elle va bien. On est vraiment dans une mauvaise passe sur ce coup là. Et c'est de ma faute, je le sais. Alors évidemment, je ne peux m'empêcher de m'excuser même si ce n'est pas le moment. « Je suis désolée, c'est entièrement de ma faute si on est ici! J'aurais pas dû te demander de venir, j'te demande pardon!.. » dis-je en criant presque pour couvrir le bruit du vent qui n'arrête pas de s'intensifier. Il faut que l'on trouve un abri, c'est certain. Malheureusement, je n'ai pas la moindre idée de la direction que nous devons prendre pour cela...


Revenir en haut Aller en bas
Artémia Dimitra
Mutant
Artémia Dimitra


https://houseofm.forumactif.org/t3467-artemia-dimitra https://houseofm.forumactif.org/t3413-artemia-dimitra-invente
More about you : I think we should go now | Artémia Ib9e
Artémia est quelqu'un d'assez renfermée. Battante, elle n'hésite pas à défendre ses convictions et ses opinions, quitte à allez franchement. C'est quelqu'un de sérieux. D'un peu trop parfois. Tysha, sa meilleure amie, aime à dire qu'elle fait plus vieille que son âge parfois. Bien qu'elle essaye de faire des efforts, elle a grand mal à faire confiance aux hommes. Dû à son éducation. Mais derrière son allure de guerrière, froide et digne à chaque circonstance, c'est une jeune femme sensible qui ne demande qu'à connaitre certains horizons qu'elle ne connait pas encore.
Codename : L'amazone
Pouvoirs : Artémia a la capacité de contrôler les arbres et les plantes en générale. Elle peut façonner une arme avec une simple racine. Elle peut également redonner vie à une végétation morte. Par ailleurs, dès lors qu'elle touche le tronc d'un arbre, elle acquit sa force, son énergie, ce qui décuple ses capacités de guerrière. Elle peut communiquer avec eux. Elle peut également ressentir quand l'un de ces derniers appel à l'aide ou est en train de mourir. La végétation est comme une alliée de taille. Une alliée mais aussi, un proche. Elle se sentira toujours à l'aise et parmi les siens dans une forêt.
Emergence :
I think we should go now | Artémia Fonddr114 / 54 / 5I think we should go now | Artémia Fonddr11
Maitrise :
I think we should go now | Artémia Fonddr112 / 52 / 5I think we should go now | Artémia Fonddr11
Messages : 803
DCs : Keith - Malik - Kwan - Tao - Jay - Taïs - Junno - Alaric - Simon - Kelsey - Russel - Laurenl - Yong-Sun

Jeu 6 Juin - 12:09


I THINK WE SHOULD GO NOW



Le temps ne change pas en leur faveur. Bien au contraire. L’ouragan grandit. La tempête se déchaîne. Les arbres se tordent sous le poids du vent et la pluie tombe. S’abat sur elles avec plus de véhémence. Il faut fuir. Partir. La forêt à beau leur rappeler leur village natal. Leur lieu de naissance, elle n’en reste pas moins dangereuse quand vient un cyclone de cette ampleur.

Devant cette constatation, Artémia se maudit d’avoir oublié les recommandations à la radio. Elle se maudit de s’être montré beaucoup trop insouciance. Elle. Elle qui pourtant, reste souvent. Trop peut-être. Prudente. Elle met fin à la conversation le temps pour elles de se mettre à l’abri. De trouver un refuge d’infortune pour trouver un brin de sécurité. Quelque part. Même éphémère. Sa main vient à agripper le bras de sa meilleure amie et elle se met à courir. A regarder autour d’elle, sentant son coeur s’alourdir devant les premiers dégâts imposés.

Oui. Pluie diluvienne. Gouttes perçant les feuillages avec une certaine violence dévastatrice. L’eau coule sur leur visage stupéfait, figé et l’amazone se sent soudain attristé par les premiers arbres déraciné. Elle s’est toujours senti si proche de la nature. Si proche de cette végétation alentours. Alors que Tysha a un lien particulier avec les animaux, elle préfère la présence d’un grand chêne ou le chant plus discret des fougères. Elle se sent chez elle ici. Et voir cet ouragan la foudroyer, la détruire à de quoi lui briser le coeur, même si elle met un soin particulier à canaliser ses sentiments.
- Vite !

Alors elle court. Ses doigts enserrent ceux de sa soeur de coeur pour ne pas la perdre de vue. Pour ne pas s’en éloigner. Elle court, fuit mais elle ne s’attend pas à entendre cet arbre craquer, basculant en sa direction avec une certaine dangerosité. Tout se passe rapidement. Si rapidement qu’elle n’a pas le temps de voir ce grand tronc tomber. Elle n’a pas le temps de réagir. Fort heureusement, Tysha prend les devants et lui somme de faire attention. Sa main vient à prendre la sienne presque instantanément et elle se sent propulsé en arrière, la sauvant in extremis d’un coup fatal et mortel. La surprise est grande. Son coeur martèle violemment sa poitrine. Elle met quelques secondes à reprendre ses esprits et c’est seulement quand sa soeur de coeur lui murmure qu’elle est désolé. Qu’elle rejette sur elle la faute d’être sortie malgré les conseils imposés qu’elle secoue vivement la tête. Ses sourcils se froncent légèrement sur son front déjà plissé et elle ancre ses prunelles aux siennes. Elle fond son regard au sien, claquant aussitôt en serrant ses paumes contre les siennes pour qu’elle comprenne que non. Non, ce n’est pas de sa faute. Elles auraient dû simplement faire plus attention. L’une et l’autre.
- Ne dis pas n’importe quoi Tysha. Ce n’est pas de ta faute d’accord? Je t'interdis de penser ça. On aurait dû s’en rappeler plus tôt mais de toute façon, il est trop tard pour regretter. Il est trop tard pour reculer et quand bien même, je suis contente de pouvoir passer du temps avec toi. Le plus important maintenant, c’est qu’on trouve au plus vite un moyen de s’en sortir et vite.

Aucune n’est vraiment fautive en fin de compte. Les forces des éléments sont souvent si imprévisible. Elles frappent sans prévenir. La preuve en ce moment même. La tempête ne faiblit pas mais persiste. Leur voix se confond avec le sifflement irrégulier des bourrasques, frappant la nature sans préavis. Toute trempée désormais, Artémia laisse un sourire s’étirer avant d'entraîner sa meilleure amie à sa suite.
- Allez viens. Avec un peu de chance, on ne s’est pas trop éloigné du parking.

Tout en contournant l’arbre tombé, l’amazone ne peut s’empêcher de sentir son coeur, à nouveau se serrer. Sa mâchoire se crispe et elle se pince les lèvres. Elle prend une grande inspiration et court de plus belle malgré une pluie de plus en plus violente, battante masquant presque le chemin à suivre.
- On n’y voit tellement rien. A droite ou à gauche selon toi?
Ⓒslythbitch.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Jeu 6 Juin - 13:20

S'il y a bien une chose que j'ai appris au fil des années à vivre en communion avec la nature, c'est qu'elle est toute puissante. Bien malavisés sont ceux qui pensent que, sous prétexte que l'Être Humain a créé la technologie, il est possible de la contrôler et de la surpasser. Nous pouvons bâtir des immeubles, créer des étendues de béton et de ferraille au détriment de la faune et la flore, la Nature Mère reprendra toujours le dessus quoi qu'il arrive. Et lorsqu'elle se déchaîne, mieux vaut ne pas rester sur son passage. Peu importe qui vous êtes et votre taux de participation dans la décimation de tout ce qui vous entoure. Elle ne fait pas de différence. Car rester passif est comme cautionner tout ce qui est fait. Qui ne dit mon consent n'est-ce pas? Il faut être prêt à payer le prix fort pour toutes les atrocités commises par son espèce. La nature est plus forte que tout. Plus qu'un immeuble fait de briques et de métal. Plus qu'une voiture faite de tôle. Lorsque les éléments se déchaînent, ils entraînent tout sur leur passage. Détruisent ce qui doit être détruit. Balayent en un instant des années de fabrication humaine. Des siècles de vie. En un claquement de doigt.

Pas une seconde ne passe sans que je me maudisse d'avoir une nouvelle fois préféré agir avant de réfléchir. On aurait pu croire qu'avec les années j'aurais réussi à apprendre qu'il veut mieux faire les choses dans le bon ordre sans quoi on peut se retrouver dans des situations des plus délicates. Mais de toute évidence je suis plutôt du genre à ne pas comprendre la leçon du premier coup. Si seulement j'avais fait plus attention aux avertissements qui passaient à la radio et même à la télé concernant les conditions météo. Je pensais mieux savoir, je pensais qu'on avait du temps devant nous avant de devoir se mettre à l'abri. De toute évidence j'avais tort. Et bien évidemment, je ne pouvais pas me mettre dans une situation pareille en étant toute seule. Non, bien entendu, cela aurait été trop simple. Il fallait que j'entraîne Artémia dans cette histoire. Et nous voilà toute deux en train de fuir la forêt précédemment si calme pour essayer de trouver un abri. Quelle idiote je fais, sincèrement! Je n'aurais pas pu avoir l'idée de discuter avec ma meilleure amie bien en sécurité à l'intérieur de notre appartement? Bien sûr que non, il fallait que je trouve la merveilleuse idée de venir nous promener dans cette forêt. En souvenir du bon vieux temps hein? Mais bien sûr...

De justesse, je prends Artémia contre moi en la tirant en arrière pour lui éviter de se faire tout simplement écraser par un arbre s'écroulant au sol. Les vents sont de plus en plus violents et il est impératif que l'on arrive à partir d'ici. Sans quoi je ne donne pas cher de notre peau. Soupirant de soulagement en me rendant compte qu'elle n'a rien, j'écoute attentivement ce qu'elle me dit alors qu'elle s'assure d'être le centre de mon attention pendant qu'elle parle. Décidément, cette femme a toujours su trouver les mots qu'il faut avec moi. Hochant la tête en guise de seule réponse et montrant ainsi mon approbation quant à ses dires, je regarde ensuite autour de nous. La pluie ne cesse de gagner en intensité et me force à plisser les yeux. Nous sommes toutes deux trempées jusqu'aux os et en temps normal j'aurais pris le temps de râler par rapport à ça. Mais disons que cette fois je décide de m'abstenir pour de bonnes raisons. On n'a pas le temps pour ça. Reprenant notre course, je tiens fermement la main de ma soeur de coeur pour être sûre de ne pas la perdre. Nous contournons l'arbre au sol et tentons de nous frayer un chemin dans les bois. Malheureusement, il semblerait que nous soyons face à un choix crucial. Gauche ou droite? En voilà une bonne question... Et vu la tournure des événements, je ne vais pas avoir beaucoup de temps pour y réfléchir. Décidant de suivre mon instinct, je montre une direction du doigt en passant cette fois-ci en tête de cortège. « A droite! Par là! » criais-je pour être entendue malgré le bruit causé par la tempête.

Une nouvelle fois, nous courons. Aussi vite que possible et autant que le sol boueux nous le permet. A mesure qu'il se gorge d'eau, le chemin devient de plus en plus impraticable. Je sens mes pieds s'enfoncer dans le sol et il me faut redoubler de force pour réussir à les décoller pour avancer. On doit faire vite. Concentrée sur mon seul objectif -celui de nous faire sortir de cet endroit- je ne fais malheureusement pas attention à la racine qui sort du sol à cause de l'affaissement de celui-ci. Et évidemment, je me prends les pieds dedans. Lâchant instinctivement la main d'Artémia, je n'arrive pourtant pas à lui éviter d'être entraînée dans ma chute. Je roule au sol, dévalant la pente dans laquelle nous étions beaucoup plus vite que je ne l'aurais espéré. Je protège mon visage du mieux que je peux avant de terminer ma course contre un tronc d'arbre. Mon dos frappe l'écorce avec violence et je me fige. Une grimace déforme mes traits et je crache du sang sur le sol. Un morceau de bois est enfoncé dans ma cage thoracique. Par chance, c'est juste au niveau du diaphragme et aucun organe n'est touché. C'est déjà ça. Mais ça fait un mal de chien. Tentant de m'extirper de là, je m'arrête en entendant un cri de douleur. Une voix. Sa voix. « Artémia! » hurlais-je de toutes mes forces avant d'être prise par une quinte de toux. Mauvaise idée Tysha... Plissant les yeux pour essayer d'y voir quelque chose malgré la pluie, je parviens à distinguer la silhouette de ma meilleure amie. Elle bouge. Elle a l'air blessée, mais elle s'approche. Serrant les dents, je tente encore de me dégager de la position dans laquelle je suis mais sans succès. Je n'arrive pas à prendre appui correctement car le bois est glissant et le sol encore plus. Je vais avoir besoin d'aide, c'est certain. J'espère juste qu'Artémia ne sera pas trop blessée pour me l'apporter, cette aide...


Revenir en haut Aller en bas
Artémia Dimitra
Mutant
Artémia Dimitra


https://houseofm.forumactif.org/t3467-artemia-dimitra https://houseofm.forumactif.org/t3413-artemia-dimitra-invente
More about you : I think we should go now | Artémia Ib9e
Artémia est quelqu'un d'assez renfermée. Battante, elle n'hésite pas à défendre ses convictions et ses opinions, quitte à allez franchement. C'est quelqu'un de sérieux. D'un peu trop parfois. Tysha, sa meilleure amie, aime à dire qu'elle fait plus vieille que son âge parfois. Bien qu'elle essaye de faire des efforts, elle a grand mal à faire confiance aux hommes. Dû à son éducation. Mais derrière son allure de guerrière, froide et digne à chaque circonstance, c'est une jeune femme sensible qui ne demande qu'à connaitre certains horizons qu'elle ne connait pas encore.
Codename : L'amazone
Pouvoirs : Artémia a la capacité de contrôler les arbres et les plantes en générale. Elle peut façonner une arme avec une simple racine. Elle peut également redonner vie à une végétation morte. Par ailleurs, dès lors qu'elle touche le tronc d'un arbre, elle acquit sa force, son énergie, ce qui décuple ses capacités de guerrière. Elle peut communiquer avec eux. Elle peut également ressentir quand l'un de ces derniers appel à l'aide ou est en train de mourir. La végétation est comme une alliée de taille. Une alliée mais aussi, un proche. Elle se sentira toujours à l'aise et parmi les siens dans une forêt.
Emergence :
I think we should go now | Artémia Fonddr114 / 54 / 5I think we should go now | Artémia Fonddr11
Maitrise :
I think we should go now | Artémia Fonddr112 / 52 / 5I think we should go now | Artémia Fonddr11
Messages : 803
DCs : Keith - Malik - Kwan - Tao - Jay - Taïs - Junno - Alaric - Simon - Kelsey - Russel - Laurenl - Yong-Sun

Lun 10 Juin - 11:15


I THINK WE SHOULD GO NOW



Le vent continue de souffler. Violemment. La pluie continue de tomber. Lourdement, empêchant toute vision nette et précise. Artémia plisse les paupières mais ne voit pas grand chose. Elle ne sent que les bourrasques fouetter brusquement son visage. Sa peau. Des picotements désagréables traverse le tissu fin de ses vêtements et son coeur se met à battre plus rapidement contre sa poitrine. Ses doigts viennent à serrer plus fermement la main de Tysha, comme pour ne pas rompre ce contact rassurant. Paniquer ne servirait à rien, sinon à alourdir la situation. Malgré tout, l’amazone crispe les dents, la mâchoire. Car elle sait qu’elles sont en très mauvaise posture. Toute les deux. La forêt prend la forme d’une énorme prison désormais et le cyclone grandit. Toujours plus, arrachant tout sur son passage. Ses cheveux lui collent à la peau et elle glisse ses iris. A droite puis à gauche, hochant le menton aux dires de sa meilleure amie sur la direction demandée.

A droite alors. Les voilà de nouveau prise dans une course poursuite contre la montre. Ou plutôt, dans une course contre les éléments déchainés. La pluie martèle le sol avec véhémence, le rendant glissant. Impraticable tant la terre ne peut plus absorber ce que la nature lui offre. La vision reste flou, indistinct. Pire que tout, le vent déchire les feuillages, les branches, les propulsant dans l’air en des projectiles tranchants, difficiles à esquiver tant ils en viennent de tout côté.
- Attenti...Ah !

Un cri. Une exclamation qu’elle ne peut effréné quand elle voit Tysha devant elle se prendre les pieds dans une racine. Tout se passe si rapidement. Trop rapidement pour s’accrocher. Pour prendre les devants dans cette chute soudaine, les éloignant du chemin escompté. Son corps est comme propulsé en avant. Dans un élan de survie, Artémia tente bien d’empoigner tout ce qui peut se trouver à sa portée mais l’accident est inévitable. Elle roule. Tombe. S’entrechoque avec quelques cailloux, quelques racines visible, mettant ses muscles à dures épreuves. De nombreuses égratignures se gravent sur sa peau désormais à vif. Son haut est déchiré. Le tissu pend sournoisement et un hurlement traverse la barrière de ses chairs quand dans sa précipitation, son bras gauche vient à se coincer dans un obstacle, le faisant craquer brusquement.

Maudite tempête. La douleur est si forte. Si intense. L’amazone ne sait même pas comment elle a pu s’en sortir indemne. Son corps vient à s’immobiliser et elle se recroqueville. Cherche de nouveau à respirer, sentant le manque d’air l'étouffer. Sa poitrine semble si compressée. Son dos semble si endolori et si raide qu’elle arrive difficilement à se relever.
- Tysha…. Tysha !

La peur englobe son âme de guerrière. Ses traits se tirent, se crispent quand elle entend sa voix au loin. Une voix qu’elle ne peut difficilement discerner par le hurlement du vent qui empêche tout autre bruit de se mêler à lui. Oui. La peur l’enivre. Elle le sent dans chaque parcelle de son corps tiraillé. Une grimace se forme sur son visage enflé et elle tient son bras cassé d’une main, rampant vers la direction de son amie qu’elle ne distingue que très légèrement à quelques pas d’elle.
- Tysha ! J’arrive. Tu vas bien, tu n’as rien?

Son coeur fait un bond dans sa poitrine. Ses paupières s’écarquillent à mesure qu’elle voit sa soeur de coeur, collée à cet arbre, touché par une branche traversant son corps figé. C’est pas possible. Une étrange panique. Une étrange terreur l’accapare. Durant une millième de seconde, elle reste paralysée, le regard ancré vers sa meilleure amie avec cette horrible impression de déjà vu. Elle tremble presque. Elle se reprend néanmoins et secoue la tête, vivement, rampant plus vite jusqu’à elle en constatant avec horreur les dégâts infligés :
- Surtout reste avec moi Tysha. Ne ferme pas les yeux et ne t’endors pas. Je vais t’aider à te sortir de là. Il va falloir qu’on s’y mettre à deux pour t’enlever cette branche. D’accord? Ensuite…

Ses mots se perds dans sa gorge. Des images floues et rapides semblent poper dans son esprit à vif. Elle refuse néanmoins de les écouter. De les laisser la foudroyer alors qu’elle s'agenouille à ses côtés. Fait abstraction de son propre bras cassé en enroulant ses doigts autour de son épaule sanglante.
- On s’en sortira. A trois, je tire sur la branche pour l’enlever. Tu es prête? Un deux…
Ⓒslythbitch.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Mer 12 Juin - 11:17

Les éléments se déchaînent. Purement, simplement. Détruisant tout sur leur passage sans prendre quoi que ce soit en considération. La nature si belle et si pure habituellement devient un véritable piège meme pour nous qui avons grandi au milieu des bois. Pas de ceux dans lesquels nous nous trouvons actuellement, certes, mais quand même. Cela aurait pu nous aider à nous en sortir mieux que n'importe qui d'autre. Sauf que déchirée par la tempête comme elle l'est actuellement, la forêt n'est rien d'autre qu'un bourbier mortel. Prêt à engloutir dans ses entrailles boueuses quiconque tenterait de s'échapper impunément. Je sais bien que les regrets ne servent à rien. Que même en espérant de toutes ses forces que quelque chose ne se soit pas passé cela ne changera pas. Qu'il faut apprendre de ses erreurs pour ne plus les reproduire et faire de son mieux pour les réparer. Mais je dois dire qu'actuellement je ne peux m'empêcher de regretter de chaque parcelle de mon être.

Je sais au fond de moi que c'est de ma faute si nous sommes dans cette situation. C'est moi qui ai eu l'intelligente idée de venir dans cet endroit. Peut-être est-ce mon côté un peu trop insouciant par moments qui m'a poussée a ne porter aucune attention aux avertissements répétés continuellement à la radio et à la télévision. J'aurais dû pourtant. J'aurais pu aussi. Mais je ne l'ai pas fait. Je sais bien qu'Artémia a dit que ce n'était pas de ma faute exclusivement. Qu'elle aussi aurait pu réagir à ces informations sur la météo et me dissuader de venir ici. Mais je n'arrive pas à m'empêcher de me sentir coupable. Peut-être est-ce aussi a cause de la position dans laquelle je me trouve. J'ai mal. Oh ça oui j'ai mal. Et pas qu'un peu pour tout vous dire. J'essaie de respirer de la manière la plus superficielle possible pour ne pas trop bouger et aggraver mon cas. Deja que j'ai eu de la chance que cela ne touche aucun organe vital... a quelques centimètres près cette branche de malheur aurait pu transpercer l'un de mes poumons. Et a ce moment la, adieu tout espoir de survie. A cette pensée, une boule se forme dans ma gorge comme si cela me rappelait un mauvais souvenir. Mais en me concentrant un peu sur le présent j'oublie bien vite cette sensation.

Malgre le bruit constant du vent qui s'engouffre dans les branchages et hurle de toutes ses forces, j'arrive à entendre la voix de ma meilleure amie. Ce n'est pas très fort mais j'y arrive. Et en tournant la tête dans la direction d'où cette dernière provient, je vois la silhouette de ma sœur de cœur se rapprocher de moi. Une nouvelle fois, j'essaie de me dégager mais sans succès. Une grimace deforme mes traits et je relève le regard vers Artemia lorsque je la vois devant moi. Elle se fige, me regarde avec horreur - ou plutôt la situation dans laquelle je suis- et se précipite vers moi. Comme toujours, elle s'empresse de me donner des consignes. Ne pas m'endormir, ne pas fermer les yeux. Rester avec elle parce qu'on va s'en sortir. De mon côté je ne peux m'empêcher de froncer les sourcils en voyant la position de son bras. Il est clairement cassé. Mais je n'ai pas le temps de dire quoi que ce soit que déjà elle fait fi de sa propre douleur pour me venir en aide. Elle enroule ses doigts autour de la branche et j'inspire un grand coup même si cela me fait un peu mal. Ce qui va suivre sera pire. Je me contente de hocher la tête pour lui montrer que je suis d'accord et je bouge un peu pour briser la partie de la branche qui la reliait encore au tronc derrière moi. Sinon, elle pourra tirer comme elle veut, cela ne changera pas grand chose.

A son "trois" je sens le bois traverser une nouvelle fois ma chair et cela m'arrache un cri de douleur que je n'arrive tout simplement pas à retenir. Instinctivement ma main vient se poser sur la plaie béante que j'ai au niveau de l'abdomen et je tente de me redresser. Par chance j'y arrive mais non sans mal. Je titube et suis obligée de me retenir au tronc contre lequel j'étais appuyée précédemment. Retirant tant bien que mal ma veste, je fais signe à ma meilleure amie de s'approcher. « Ton bras... » dis-je simplement en venant lui faire une écharpe avec ma veste, la lui accrochant autour du cou pour soutenir son bras et qu'elle ait un peu moins mal. Immediatement je repose ma main sur ma propre blessure pour essayer de faire pression mais autant dire que je ne peux pas le faire a l'avant et a l'arrière de mon corps en même temps. Il va vraiment falloir que l'on sorte de cette forêt au plus vite. Car en plus d'être dangereuse pour nous, il nous faut également des soins au plus vite. « Une idée de comment on peut sortir d'ici? Tu peux marcher..? Tu t'es pas fait trop mal en tombant..?» dis-je sans pouvoir cacher mon éternelle inquiétude à son sujet. En meme temps, elle est la personne la plus importante pour moi. Quoi de plus normal? Et puis je m'inquiète toujours plus pour les autres que pour moi-même. C'est comme ça. De toute façon, hormis ma plaie je n'ai pas grand chose. Quelques égratignures et la cheville légèrement tordue mais cela ne m'empêche pas de marcher. C'est plus la perte de sang qui m'inquiète la tout de suite a vrai dire.


Revenir en haut Aller en bas
Infinity
Force de l'Univers
Infinity


More about you : « Two realities cannot survive on the same plane of existence. To avert this disaster you must immediately depart this reality and never again return. [...] Then let us restore astral equilibrium, in the hope that it will also avert the tragic fate that presently awaits us. »
Codename : Infinity.
Emergence :
I think we should go now | Artémia Fonddr115 / 55 / 5I think we should go now | Artémia Fonddr11
Maitrise :
I think we should go now | Artémia Fonddr115 / 55 / 5I think we should go now | Artémia Fonddr11
Messages : 242

Mer 19 Juin - 20:29

Caught In The Storm
Intervention



Coup du destin que cette pente dévalée. Impossibilité de se relever, de s’exiler de cette forêt désenchantée. L’une d’entre vous tient miraculeusement debout. Sang qui ne cesse pourtant de couler depuis l’abdomen transpercé, obligation de se reposer sur l’une et l’autre pour continuer à avancer. Au même instant, alors que le désespoir vous prend par les tripes, un vrombissement attire votre ouïe déjà bien garnie par les hurlements du vent. Vous avez le réflexe de vous pousser sur le côté quand un 4x4 surgit à une vitesse démesurée. Le pare-choc de la voiture choque l’une de vous deux, heurte les côtes dont certaines se brisent sur le coup et vous fait finalement tomber toutes les deux dans la boue. Une chute de plus qui manque presque de vous écraser sur la route. Pour autant, en dépit de l’attaque aux tendances mortelles, un chemin est désormais tout tracé. Si vous parvenez à marcher sur encore quelques centaines de mètres, vous pourrez percevoir un chalet, toutefois habité. La bonne nouvelle : il y aurait de quoi vous soigner, peut-même de quoi stopper l’hémorragie avant que la demoiselle embrochée, du sang échappé, ne perde sa vie. La mauvaise ? Les résidents sont fort récalcitrants. Ils ne comptent pas vous laisser empiéter sur leurs plates-bandes. Etrangères que vous êtes, ils ne viendront pas vous aider en pleine tempête. A vous de vous battre, quand bien même déjà, vous semblez complètement vaincues.

HOUSE OF M(emories)
Revenir en haut Aller en bas
Artémia Dimitra
Mutant
Artémia Dimitra


https://houseofm.forumactif.org/t3467-artemia-dimitra https://houseofm.forumactif.org/t3413-artemia-dimitra-invente
More about you : I think we should go now | Artémia Ib9e
Artémia est quelqu'un d'assez renfermée. Battante, elle n'hésite pas à défendre ses convictions et ses opinions, quitte à allez franchement. C'est quelqu'un de sérieux. D'un peu trop parfois. Tysha, sa meilleure amie, aime à dire qu'elle fait plus vieille que son âge parfois. Bien qu'elle essaye de faire des efforts, elle a grand mal à faire confiance aux hommes. Dû à son éducation. Mais derrière son allure de guerrière, froide et digne à chaque circonstance, c'est une jeune femme sensible qui ne demande qu'à connaitre certains horizons qu'elle ne connait pas encore.
Codename : L'amazone
Pouvoirs : Artémia a la capacité de contrôler les arbres et les plantes en générale. Elle peut façonner une arme avec une simple racine. Elle peut également redonner vie à une végétation morte. Par ailleurs, dès lors qu'elle touche le tronc d'un arbre, elle acquit sa force, son énergie, ce qui décuple ses capacités de guerrière. Elle peut communiquer avec eux. Elle peut également ressentir quand l'un de ces derniers appel à l'aide ou est en train de mourir. La végétation est comme une alliée de taille. Une alliée mais aussi, un proche. Elle se sentira toujours à l'aise et parmi les siens dans une forêt.
Emergence :
I think we should go now | Artémia Fonddr114 / 54 / 5I think we should go now | Artémia Fonddr11
Maitrise :
I think we should go now | Artémia Fonddr112 / 52 / 5I think we should go now | Artémia Fonddr11
Messages : 803
DCs : Keith - Malik - Kwan - Tao - Jay - Taïs - Junno - Alaric - Simon - Kelsey - Russel - Laurenl - Yong-Sun

Sam 22 Juin - 11:11


I THINK WE SHOULD GO NOW



Tout s'enchaîne. Si rapidement. Trop rapidement. Artémia sert la mâchoire et son coeur bat violemment contre sa poitrine serrée. La douleur lui provoque des sueurs chaudes. Elle les sent glisser sur son front déjà ruisselant d’eau. Elle tremble mais tente malgré tout de ne pas s'effondrer. De ne pas flancher alors qu’elle rampe presque jusqu’à Tysha. Voit avec horreur cette branche la percer. Ses dents viennent à mordre ses lèvres et elle tente de ne pas laisser la panique la gagner. Pourtant elle sent. Elle sent cette étrange sensation. Elle perçoit la souffrance, la peur. Une terrible peur la tirailler. Ses longs cheveux lui collent à la peau. Sa vision est trouble désormais. A la fois par ce rideau de pluie s’abattant sans cesse sur leurs silhouettes brisées. Touchées. Figées. Mais aussi par la douleur imposée. D’un bras cassé. D’un os brisé, lui infligeant vertige et haut le coeur incessant.
- Trois.

Rester concentré. Ne pas trembler. Ses doigts valides viennent à agripper le contour de la branche et elle se met en position. La boue pénètre ses genoux pliés. Elle tire sur la branche imposée en sachant les risques que cela pouvait provoquer. Des risques mortels. Non. Elle fera tout pour la maintenir en vie. C’est une promesse murmurée. Un souhait envoyé à la déesse mère. Ses dents se serrent et elle laisse même un cri s’échapper lorsqu’elle jette cette branche ensanglantée, la propulsant plus loin dans cette forêt déchaînée. Rien n’est gagné. Au contraire. La situation s’alourdit alors qu’elles sont toutes deux blessées. Dont l’une dans un état critique. Le sang coule abondamment sur le sol déjà imbibé. La plaie libérée devient un trou béant. Un trou béant qui va falloir arrêter. Stopper. Chose presque impossible à faire sans matériel médical à leur portée. Avec cette maudite tempête qui foudroie la forêt de part et d’autres, propulsant des projectiles de droite à gauche. Tout n’est qu’une question de survie désormais.
- Ne t’en fais pas pour moi. Ca va aller. Il faut qu’on stoppe l'hémorragie et qu’on part d’ici au plus vite. Il te faut des soins d’urgence. Tiens toi à moi et accroche toi.

Oui. Ne pas paniquer. Prendre les devants en tentant d’oublier ce bras. Son bras pendant, tenu par la veste de Tysha en une écharpe improvisée. Ses propres douleurs sont rien comparé à sa blessure. Elle en a conscience. Avec une main, ses gestes deviennent maladroit et elle déchire tant bien que mal le bas de son haut pour le tendre vers sa meilleure amie. Pour l’inviter. Ou plutôt, l’ordonner, à en faire usage pour faire pression. Puis, sentant son coeur s’alourdir au propos de Tysha. A son inquiétude murmurée. Elle titube jusqu’à elle, entourant ses hanches pour mieux la porter. La transporter, grimaçant sous la souffrance du moindres de ses gestes affligés :
- A vrai dire non, je n’en ai aucune idée. Mais pense à toi Tysha. Moi ça va aller, je t’assure. C’est plutôt toi qui m’inquiète. Si on ne se sort pas vite de cet endroit….

Ses mots se bloquent dans sa gorge serrée et elle secoue la tête pour ne pas à avoir à y penser. Rien n’est perdu. Rien n’est gagné. Artémia laisse un râle s’échapper d’entre ses lèvres serrées et elle commence à marcher. A tituber. A s’accrocher, luttant contre la force du vent qui a de quoi les faire basculer. La progression est presque impossible et non. L’amazone n’a aucune idée de par où commencer. Par où aller. Sa respiration se bloque et elle sent un profond désespoir l’envahir. Elle sent la situation lui échapper. Complètement. Amèrement tandis qu’elle en vient même à penser qu’elles ne pourront jamais s’en sortir. Mais un vrombissement non loin se fait entendre. Un vrombissement qui la fait se redresser, porter l’oreille vers la provenance de ce bruit étouffé, indiquant une route qu’elle ne peut percevoir par toute cette pluie tombée.
- Attend… Tu entends toi aussi?

Une route. Par chance, elles sont tombé près d’une route. Ou alors… Tout est si confus. Lueur d’espoir dans leur malheur infligé. Artémia serre plus fermement les hanches de sa meilleure amie or, elle n’a pas le temps de comprendre. D’analyser les possibilités qu’un 4x4 surgit à une vitesse supérieure à la moyenne. Le choc est immédiat. La violence inouïe. Déjà affaiblie par son bras brisé, par sa vision obscurcie, Artémia se sent projetée contre le pare choc du véhicule. Elle sent son corps se propulser contre cette vitre, lui arrachant un hurlement dans cette nouvelle chute affligée. Son dos vient cette fois à rencontrer le sol et elle sent sa respiration se bloquer. Elle sent une souffrance la tirailler. Son souffle est désormais saccadée et elle reste là. Immobile. Le corps tremblant, la vision trouble, à supporter la fraîcheur de la pluie qui s’abat violemment sur son visage souillé.
- Tysha….

Voix faible. Corps affaiblie par des côtes désormais cassés. Quinte de toux incontrôlé alors qu’elle rampe dans des gémissements plaintifs, étouffés. Artémia essaye de rejoindre sa meilleure amie mais avec grande confusion. Sa tête lui tourne et son ventre se noue. Chaque mouvement effectué est une véritable torture et c’est au prix d’un grand effort qu’elle parvient jusqu’à elle, cherchant sa main comme pour mieux l’enlacer. Comme pour mieux sentir sa présence dans cette quête bancale, où chacune subit avec la perspective. L’espoir. Le doute. D’être secourue à temps. Possibilité néanmoins d’un dernier chemin. Un chemin tracé sur cette route glissante malgré l’immense difficulté de se mouvoir plus dans cette atmosphère pesante.
- Il faut… Il faut continuer. On doit… On doit avancer..
Ⓒslythbitch.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Lun 23 Sep - 19:37

Il faut croire que, dans la vie, lorsqu'on croit que les choses ne pourraient pas être pire il se passe toujours quelque chose très peu de temps après pour nous prouver que l'on a tort. Ainsi va la vie, comme on dit. Pourtant, j'aimerais bien que pour une fois le destin arrête de vouloir n'en faire qu'à sa tête. Qu'il prenne en considération que la situation est déjà bien assez compliquée comme ça pour ne pas avoir besoin d'en rajouter. L'espoir fait vivre. Pff, à ce rythme là je finirai centenaire!

A peine libérée de la branche qui transperçait encore mon abdomen quelques secondes auparavant, je sens à présent ma tête me tourner de plus en plus. Et pour cause. J'ai une sorte de trou béant dans le ventre, et appelons un chat un chat: je fais une hémorragie. Sans chercher à protester, je saisis le morceau de tissus que me tend Artémia et le presse contre ma plaie du mieux que je peux pour essayer de maîtriser la perte de sang. Elle a raison. On le sait toute les deux. Si nous ne parvenons pas à sortir d'ici au plus vite, je pourrais y laisser ma peau. Et comment dire que je n'ai pas spécialement envie de mourir aujourd'hui? J'ai encore trop de choses à découvrir, franchement. Et je n'ai pas envie de laisser Artémia toute seule, alors que c'est pour moi qu'elle a accepté de quitter notre terre natale. Non. Hors de question de passer l'arme à gauche aujourd'hui.

Prenant appui sur ma meilleure amie, je presse le pas autant que possible pour essayer d'avaler la distance qui nous sépare de la sortie des bois. Enfin, si tant est qu'on parvienne à retrouver notre chemin. Malgré le bruit incessant qui nous entoure à cause de la tempête, je tends l'oreille lorsque ma comparse m'invite à le faire. Oui, elle a raison. On dirait le bruit d'une route. Et qui dit route dit civilisation. Voitures. Aide. Hôpital. J'aurais presque une sorte de regain d'espoir et d'énergie lorsque bien évidemment le destin décide de s'en mêler à nouveau. Vous vous souvenez de ce que je disais tout à l'heure n'est-ce pas? Et bien rebelote. J'ai à peine le temps de tourner la tête en voyant de la lumière s'infiltrer entre les arbres et de crier un simple « ATTENTION! » qu'il est déjà trop tard. Je lâche Artémia, essayant de la pousser pour que l'on puisse esquiver le véhicule, mais la course de ce dernier est bien trop aléatoire pour que l'on puisse lui échapper.

Dans mon malheur, j'ai de la chance. Parce que je me fais seulement percuter légèrement par la voiture. Mais Artémia... C'est autre chose. Je sens mon estomac se nouer, mon coeur se serrer, lorsque je la vois être frappée de plein fouet par la carcasse métallique qui continue sa route sans aucun regard en arrière. Il me faut quelques instants pour reprendre le dessus sur la peur qui m'a figée en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Elle est vivante. Blessée, mais vivante. Prenant appui sur une petite butte, je me redresse en remerciant l'adrénaline qui traverse mon corps et me permet de réaliser des efforts surhumains vu mon état de santé actuel. Ni une ni deux, je saisis la main qu'elle me tend et la prend contre moi. Super idée, vu que je viens par la même occasion de lui mettre plein de sang sur elle. Enfin, peu importe. Franchement, ce n'est pas vraiment ma plus grande préoccupation là tout de suite. C'est pas comme si on allait se rendre à un défilé de mode en sortant d'ici. « On va y arriver... J'te... j'te laisserai pas tomber. On va s'en sortir toute les deux. » que j'lui dis en la regardant dans les yeux avec toute la conviction du monde.

Aidant Artémia du mieux que je peux pour se relever, cette fois c'est à mon tour de l'aider à marcher. Mais je dois dire que c'est vraiment très difficile, vu ma blessure. Car je peine à tenir debout moi-même. La route qui se dessine devant nous est assez pratique. Un mal pour un bien comme on dit. Reste plus qu'à espérer qu'on arrivera à sortir d'ici vivantes et qu'il ne nous reste pas plusieurs kilomètres à parcourir pour trouver le secours dont on a besoin. Parce que même si l'adrénaline est puissante, cela m'étonnerait qu'elle me permette de tenir encore très longtemps à ce rythme.


Revenir en haut Aller en bas
Artémia Dimitra
Mutant
Artémia Dimitra


https://houseofm.forumactif.org/t3467-artemia-dimitra https://houseofm.forumactif.org/t3413-artemia-dimitra-invente
More about you : I think we should go now | Artémia Ib9e
Artémia est quelqu'un d'assez renfermée. Battante, elle n'hésite pas à défendre ses convictions et ses opinions, quitte à allez franchement. C'est quelqu'un de sérieux. D'un peu trop parfois. Tysha, sa meilleure amie, aime à dire qu'elle fait plus vieille que son âge parfois. Bien qu'elle essaye de faire des efforts, elle a grand mal à faire confiance aux hommes. Dû à son éducation. Mais derrière son allure de guerrière, froide et digne à chaque circonstance, c'est une jeune femme sensible qui ne demande qu'à connaitre certains horizons qu'elle ne connait pas encore.
Codename : L'amazone
Pouvoirs : Artémia a la capacité de contrôler les arbres et les plantes en générale. Elle peut façonner une arme avec une simple racine. Elle peut également redonner vie à une végétation morte. Par ailleurs, dès lors qu'elle touche le tronc d'un arbre, elle acquit sa force, son énergie, ce qui décuple ses capacités de guerrière. Elle peut communiquer avec eux. Elle peut également ressentir quand l'un de ces derniers appel à l'aide ou est en train de mourir. La végétation est comme une alliée de taille. Une alliée mais aussi, un proche. Elle se sentira toujours à l'aise et parmi les siens dans une forêt.
Emergence :
I think we should go now | Artémia Fonddr114 / 54 / 5I think we should go now | Artémia Fonddr11
Maitrise :
I think we should go now | Artémia Fonddr112 / 52 / 5I think we should go now | Artémia Fonddr11
Messages : 803
DCs : Keith - Malik - Kwan - Tao - Jay - Taïs - Junno - Alaric - Simon - Kelsey - Russel - Laurenl - Yong-Sun

Lun 4 Nov - 9:26


I THINK WE SHOULD GO NOW



Vision troublée. Corps brisé, malmené par le choc subit. La tempête ne faiblit pas. Au contraire. Elle semble prendre en intensité. La pluie continue violemment à s’abattre sur elles et le silence retombe. Déchiré par le hurlement des bourrasques qui sifflent sournoisement à leurs oreilles.
- Oui… On va y arriver…

Voix à peine audible. Difficulté à rester éveillée. Douleur sournoise s’insinuant dans sa côte cassée. Dans ses membres ensanglantés. Artémia essaye de rester éveillée mais sa poitrine se bombe à chaque respiration saccadée. Elle a le souffle coupé. Ses vêtements s’imbibent d’eau et se mêlent à son propre sang, accentuant la noirceur dans cet catastrophe annoncé. Foudroyé. Des éléments perturbateurs qu’aucun ne peut maîtriser.
- Et…. Et toi? Ca va?

Blessées. Elles sont blessées. Touchées par cette nature qui reprend ses droits sur ce monde. Qui est bien plus supérieur aux communs des mortels. L’Amazone tremble et chaque mot prononcé est une torture infligée. La voiture ne l’a vraiment pas épargnée. Elle peine à parler. A communiquer mais elle lutte pour ne pas sombrer. Elle lutte pour se rapprocher de sa meilleure amie. Sa soeur de coeur. Celle avec qui elle a grandit, mûrit, suivit et sa main enlace la sienne comme une perche qu’elle peine pourtant à accrocher. Survivre. C'est devenu une nécessité. Car hors de question de flancher. Sa voix se fait tel un murmure et elle lutte. Oui. Elle lutte pour ne pas laisser ses paupières tomber. Pour un sommeil qu'elle n'est plus sûr de pouvoir contrer. Tant la douleur la transperce dans son corps brisé. Malmené.
- Allons… Allons-y.

Artémia ne compte pas abandonner. Non. Elle se raccroche à l’espoir. A son esprit combatif d’une amazone qu’elle s’est elle-même forgée depuis des années. Certains la trouve froide, distante, réservée, sur la défensive mais c’est ce qu’elle est. C’est de cette manière qu’elle a réussi à garder la tête haute, vigilante de tout danger. C’est de cette manière qu’elle s’en sortira aujourd’hui. Qu'elles s'en sortiront quoi qu'il arrive. Elle s'en fait la promesse murmurée. Tysha l’aide et elle use de ses dernières forces pour se relever. Pour ne pas appuyer trop sur sa meilleure amie, incapable aussi de marcher par la blessure subie. D'une plaie ouverte, percée, urgente à soigner. Elle se raccroche à la perspective d’un nouveau sentier dessiné. Un cri s’échappe même d’entre ses lèvres rougies et elle lutte. Oui. Elle lutte pour parvenir à cette maison, ce chalet, cette vague de chaleur et de réconfort dans cette atmosphère glacée, gelée par toute cette eau accumulée.
- Là-bas. Regarde …

Sa voix est faible. Son corps bascule. Tremble. Manque de flancher à plusieurs reprises mais Artémia se retient. Une lueur d'espoir brille soudain dans ses iris voilés. Elles sont peut-être sauvées. Son coeur commence à s'emballer et elle plisse les paupières. Cherche la luminosité dans ses yeux brouillés pour atteindre cet abri inespéré. Cet abri qui tombe presque à point nommé.
- On est sauvée Tysha...

Le temps semble long. La tempête rend leur ascension difficile. La respiration fébrile, l'Amazone s'appuie enfin contre le mur et toque faiblement à la porte. Une fois. Deux fois. Trois fois en espérant que ce calvaire est terminée. Secondes écoulées. Minutes défilés tandis que la porte s'ouvre sur une silhouette massive, à l'expression froide et intransigeante. D'un homme qui les regarde de haut d'un air autoritaire. D'un homme tant détesté qui claque dans le tumulte d'un ton pesant et suspect, rendant l'espoir fragile et brusquement chamboulée :
" Qui êtes-vous? Qu'est-ce que vous nous voulez?"
Ⓒslythbitch.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Lun 4 Nov - 10:44

On dit que l'espoir fait vivre. Que ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort. C'est presque amusant de se dire que d'habitude ce ne sont que des expressions presque vides de sens. Pourtant aujourd'hui, je me retrouve à prier pour que cela puisse être vrai. Pour qu'effectivement, l'espoir que je garde en mon coeur nous permette de vivre. De survivre à cette véritable catastrophe naturelle. A nos blessures, bien plus graves qu'on aurait pu l'imaginer. A cette perte de sang, hémorragie incontrôlable qui risque d'avoir bientôt raison de moi. Je prie pour que si nous survivons, cette épreuve des plus redoutables nous rende effectivement plus fortes. Pour que nous n'ayons plus jamais à vivre quelque chose comme cela. Que l'on apprenne de nos erreurs. Surtout moi. Malgré l'urgence de la situation, je n'arrive pas à m'empêcher de m'en vouloir. Ce n'est ni le lieu ni le moment, mais c'est plus fort que moi. Du plus profond de mon être, je sais que je suis responsable de ce qui nous arrive. Pas de la tempête en elle-même, mais de notre présence ici. De l'ignorance dont j'ai fait preuve et de l'imprudence qui nous a menées à être dans cette foret aujourd'hui malgré les avertissements entendus sur tous les médias.

Alors que nous peinons de plus en plus à avancer malgré le chemin tracé par le véhicule qui nous a percutées plus tôt, ma vision se trouble. Je cligne des yeux de nombreuses fois, tentant de la rendre meilleure. Cela m'aiderait beaucoup, de réussir à y voir quelque chose. Déjà que la pluie est loin de nous aider. Ce n'est pas le moment de succomber à la perte de sang. De toutes mes forces, je soutiens Artémia, l'aidant à mettre un pied devant l'autre. C'est là qu'elle attire mon regard vers une lueur. Douce lumière salvatrice semblant si lointaine. Une nouvelle fois, je m'accroche à l'espoir de trouver les secours dont nous avons besoin en cet endroit. Mais je ne peux m'empêcher de craindre que cela ne soit qu'une divagation de nos esprits épuisés. Une oasis dans le désert. Un mirage créé de toutes pièces qui ne causera que désillusion lorsque nous nous rendrons compte qu'il n'était pas réel.

Pourtant je me concentre encore davantage, sur les mots de ma soeur de coeur et notre avancée de plus en plus difficile vers ce chalet qui se dessine de plus en plus précisément devant nous. En arrivant devant la porte, Artémia rassemble ses forces pour frapper contre le bois. Et il ne faut pas beaucoup de temps pour qu'une massive et imposante silhouette se dessine devant nous lorsque la porte s'ouvre. Je relève le regard vers lui, faiblement. Sa voix semble chasser en un rien de temps tout l'espoir auquel nous nous accrochions toute les deux. « On... On a besoin d'aide... » Ma voix est bien plus faible que je ne l'aurais voulu. J'aurais tant désiré pouvoir faire preuve de mon assurance naturelle, pour montrer à cet homme qu'il ne m'impressionne en rien. Mais pour cela, il aurait fallu que je sois en meilleure posture. Et comment dire..? La plaie béante dans mon abdomen ne me donne pas vraiment ce luxe. De ma main libre, je fais pression du mieux que je peux sur cette dernière alors que mon autre main continue de soutenir mon amie.

Du mieux que je peux, je soutiens le regard de l'homme qui nous fait face et semble n'avoir aucune envie de nous accueillir chez lui. Je peux comprendre que cela ne soit pas forcément très engageant de faire entrer des inconnus chez soi. Mais nous ne sommes pas en position de force. Il n'a pas grand chose à craindre de nous. Pas dans l'état dans lequel nous sommes en tout cas. Une chose est sûre, s'il décide de nous claquer la porte au nez, nous ne parviendrons jamais à sortir vivantes de cette forêt. Alors je continue de fixer ses yeux, toute ma détermination étant clairement lisible dans mon regard. Tout comme ma souffrance et ma détresse, que je ne peux malheureusement pas cacher.

Ce n'est qu'au bout de ce qui m'a semblé être une éternité qu'il a fini par reprendre la parole. De sa voix rauque et destructrice de chaque parcelle d'espoir restant en nous. « J'vois pas ce que vous attendez de nous. On est pas l'secours populaire ici. Alors cassez-vous de mon porche avant que j'vous force à le faire. » Il semble décidé à ne pas nous laisser entrer. Mes mâchoires se serrent, mon regard s'embrase. Si seulement je pouvais être en meilleure forme, je ne lui laisserais pas le choix que de nous laisser entrer. Mais là... Prenant la plus grande inspiration qu'il m'est possible de prendre, je décide de m'imposer. Alors qu'il fermait la porte, j'arrive in extremis à interposer mon pied et à la bloquer. Ma main ensanglantée se pose sur le bois et je pousse de toutes les forces qu'il me reste dessus pour la rouvrir malgré la présence de l'homme juste derrière. Le revoilà face à nous, les sourcils froncés et l'air plutôt déterminé à se débarrasser de nous. « Soignez la. J'ferai ce que vous voulez en échange. » Ma voix est sans appel. Je suis moi aussi déterminée. A ne pas laisser Artémia dans cet état. A faire tout ce qui est en mon pouvoir pour lui permettre de voir une nouvelle fois le jour se lever. Je ne sais pas pourquoi, mais au fond de moi, j'ai cette impression de déjà-vu. Comme si, par le passé, j'avais déjà pris cette décision une fois. Comme si j'avais déjà accepté de me sacrifier pour racheter mes erreurs. Et là où je devrais avoir peur de cette éventualité, je ressens plutôt une sorte d'apaisement. Même si je ne comprends pas pourquoi.


Revenir en haut Aller en bas
Infinity
Force de l'Univers
Infinity


More about you : « Two realities cannot survive on the same plane of existence. To avert this disaster you must immediately depart this reality and never again return. [...] Then let us restore astral equilibrium, in the hope that it will also avert the tragic fate that presently awaits us. »
Codename : Infinity.
Emergence :
I think we should go now | Artémia Fonddr115 / 55 / 5I think we should go now | Artémia Fonddr11
Maitrise :
I think we should go now | Artémia Fonddr115 / 55 / 5I think we should go now | Artémia Fonddr11
Messages : 242

Ven 20 Déc - 10:55

Caught In The Storm
Intervention



Le destin n'a pas l'intention d'être clément alors que se multiplient les coups de vent. C'est ironique ce qui se passe, quand on y pense, bien que de votre vie passée, vous n'en ayez aucunement conscience. Toujours est-il qu'en ce jour singulier, les rôles sont inversés. Ce sont vous les étrangères qui tentez de percer un terrain inconnu, sans grand succès. Car l'un des propriétaires du chalet se dresse devant vous, fier et droit dans ses bottes. Votre insistance l'agace, encore plus alors que l'une d'entre vous tente de bloquer la porte d'entrée. Mais c'est sans compter sur sa rancune évidente affichée. S'il accepte votre pied de bloquer l'embrasure du battant, il use rapidement de celui-ci pour le claquer brutalement contre votre visage, sans aucune pitié. La concernée est projetée par terre, obligée de faire face à la force de l'autre. Sa puissance est justifiée toutefois, le sang perdu faisant écouler votre vitalité restante. Vous voulez de l'aide hein ? C'est bien raté. Vous tentez de négocier, de vous vendre, mais pauvres enfants, vous n'avez rien à donner. Vous allez y passer, c'est certain. Histoire de bien marquer le coup, l'inconnu tend le bras pour attraper quelque chose que vous ne voyez pas. Vous avez encore quelques secondes de répit, histoire de vous préparer au pire. Puis, d'un geste vif et sec, il ouvre sa porte en grand, dévoilant alors ce qui s'annonçait justement à venir. Dans ses mains, un fusil de chasse, qu'il fait claquer brutalement. L'être crispé s'en saisit pleinement, enclenche la sécurité et vous indique rapidement que les munitions sont bien présentes. Alors, mesdemoiselles, vous voulez vraiment encore tenter votre chance ? Et bien allez-y, dans ce cas, précipitez-vous sur lui. Si vous retournez son fusil contre lui, peut-être alors que vous pourriez être en position de domination. Mais attention, n'oubliez pas qu'il y a un risque que sa famille sévisse encore dans le chalet. Quoi que, la voiture vous ayant roulé dessus a pu peut-être leur faire quitter l'endroit, qui sait. Restez sur vos gardes, donc, et ne tardez pas trop dans les parages, on ne sait jamais.

HOUSE OF M(emories)
Revenir en haut Aller en bas
Artémia Dimitra
Mutant
Artémia Dimitra


https://houseofm.forumactif.org/t3467-artemia-dimitra https://houseofm.forumactif.org/t3413-artemia-dimitra-invente
More about you : I think we should go now | Artémia Ib9e
Artémia est quelqu'un d'assez renfermée. Battante, elle n'hésite pas à défendre ses convictions et ses opinions, quitte à allez franchement. C'est quelqu'un de sérieux. D'un peu trop parfois. Tysha, sa meilleure amie, aime à dire qu'elle fait plus vieille que son âge parfois. Bien qu'elle essaye de faire des efforts, elle a grand mal à faire confiance aux hommes. Dû à son éducation. Mais derrière son allure de guerrière, froide et digne à chaque circonstance, c'est une jeune femme sensible qui ne demande qu'à connaitre certains horizons qu'elle ne connait pas encore.
Codename : L'amazone
Pouvoirs : Artémia a la capacité de contrôler les arbres et les plantes en générale. Elle peut façonner une arme avec une simple racine. Elle peut également redonner vie à une végétation morte. Par ailleurs, dès lors qu'elle touche le tronc d'un arbre, elle acquit sa force, son énergie, ce qui décuple ses capacités de guerrière. Elle peut communiquer avec eux. Elle peut également ressentir quand l'un de ces derniers appel à l'aide ou est en train de mourir. La végétation est comme une alliée de taille. Une alliée mais aussi, un proche. Elle se sentira toujours à l'aise et parmi les siens dans une forêt.
Emergence :
I think we should go now | Artémia Fonddr114 / 54 / 5I think we should go now | Artémia Fonddr11
Maitrise :
I think we should go now | Artémia Fonddr112 / 52 / 5I think we should go now | Artémia Fonddr11
Messages : 803
DCs : Keith - Malik - Kwan - Tao - Jay - Taïs - Junno - Alaric - Simon - Kelsey - Russel - Laurenl - Yong-Sun

Dim 22 Déc - 16:15


I THINK WE SHOULD GO NOW



Maison repliée. Bénédiction dans la noirceur trouvée. Tandis qu’elle toque à la porte, Artémia remercie silencieusement la Déesse Artémis. Elle ne lâche pas ses efforts. Ses blessures la tiraillent, la rendent fébrile et bancale mais elle tient bon. Elle use de ses forces pour ne pas flancher. Son épaule s’appuie douloureusement contre le mur et elle laisse sa poitrine se bomber à chaque respiration saccadée. Ironie quand on y pense. De les savoir piégées par la nature alors qu’elles lui ont toujours porter une affection et un respect hors norme. D’un peuple amazone avec son élément. Celui qui ne leur portait aucun jugement.

Le vent ne cesse de souffler. La tempête ne rend que ce moment encore plus instable. Encore plus long qu’il ne l’est. Artémia sert les poings, la mâchoire et elle lutte oui pour ne pas sombrer. Elle espère que la porte s’ouvre, leur offrant un abri d’infortune dont elles ont tant besoin en ce moment, dans cette colère dévastatrice et meurtrière. Les secondes passent et son souhait semble avoir été entendu. Une silhouette massive se dessine dans l’encadrement, laissant une faible lumière filtrer par delà le couloir éclairé. L’amazone pousse un soupir de soulagement avant de se raidir quelque peu à ses mots tranchés. Bien évidemment. Homme typique de ceux qu’elle déteste par dessus tout. Sexe masculin qui les prend de haut, par un regard suspicieux, dominant, pareil à des lames de rasoir. L’amazone se crispe mais cette simple tension suffit à réveiller la souffrance de son corps malmené. Elle n’a pas d’autre choix que de se replier, de se courber, de s’accrocher à Tysha qui lutte elle aussi avec force et courage contre ses blessures infligées.

Non. Elle déteste le ton employé. Cela réveille en elle une aversion envers la masculinité. Une aversion et un recul sur leur présence qu’elle essaye pourtant d’apprivoiser. Ses pensées, alors, se tournent inconsciemment vers Noah et elle rejette ce pincement au coeur, ce baume intérieur qui lui est encore bien étranger. Dans un bourdonnement, elle entend sa meilleure amie supplier l’homme de les aider. Mais ce dernier ne semble pas prêt à les accueillir, claquant même de dégager. L’Amazone fronce les sourcils. Elle se pince les lèvres. Elle n’a pas assez de force cependant pour répliquer et murmure même d’une voix faible lorsque Tysha, propulsée par l’adrénaline, tente de le forcer en bloquant la porte avec son pied avant qu’elle ne se ferme.
- Tysha, arrête…

Cela ne sert à rien. Artémia sent que cet étranger ne changera pas d’avis. Oui. Homme typique de ceux qu’elle déteste. Que son peuple hait de tout leurs êtres. Artémia préfère de loin ne pas insister. C’est la meilleure chose à faire. Surtout quand l’homme claque violemment la porte, propulsant sa soeur de coeur en arrière.
- Tysha !

Voix étranglée. Grimace infligée alors qu’elle amorce un mouvement. Aide sa meilleure amie à se relever. Tout semble tourner autour d’elle et elle manque de flancher. Oui. Elles ne font qu’aggraver leur état. Elles vont devoir se débrouiller autrement et son coeur s’accélère au fil des secondes passées. De ses yeux brouillés, l’Amazone voit la silhouette massive de l’homme amorcer un mouvement, ne présageant rien de bon pour la suite des événements. Elles ne peuvent pas lutter. Elles ne peuvent pas se battre et quand bien même, ici, devant cette maison isolée, elles ne sont que des étrangères face au propriétaire. Ses paupières papillonnent et son coeur manque un battement lorsque ce dernier revient à la charge, avec un fusil chargé cette fois, les menaçant de partir par un seul geste dressé.
- Pas besoin d’en venir à cette extrémité… Nous partons. Désolé de vous avoir déranger….

Courber l’échine ne lui ressemble pas. Surtout face au sexe opposé mais rien ne joue en leur faveur. Ni le temps, qui s’aggrave au fil des minutes écoulés. Ni leurs blessures, à toutes les deux, qui nécessite des soins d'urgence même si pour ça, elles doivent user de leur dernière force pour rejoindre la route et tenter d’intercepter une aide escomptée.
- On trouvera de l’aide ailleurs.

Murmure susurrer. Son corps tremble mais elle garde son bras valide sur la taille de sa sœur de cœur. Elle l'aide à se maintenir tout comme Tysha fait de même de son côté et elle commence déjà à reculer, refusant malgré tout de montrer son dos à l'étranger armé. Simple précaution trouvé. Ses pas se font bancale, titubant à mesure du chemin arpenté. Oui. Alors qu'elles s'éloignent doucement de cette cabane isolée, Artémia susurre dans un souffle qu'elle ne veut désespéré :
- Oui. On va trouver une autre solution. Pour l'instant, cherchons un endroit où se protéger.
Ⓒslythbitch.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
I think we should go now | Artémia
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Page 1 sur 1

House of M :: GENOSHA :: IN THE EYE OF THE STORM-
Sauter vers: