RSS
RSS
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke]
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Junno Park
Mutant
Junno Park


https://houseofm.forumactif.org/t3422-junno-park https://houseofm.forumactif.org/t2591-junno-park
More about you : THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] 6p5p

Pouvoirs : Contrôle des éléments : Terre. Junno est capable de manipuler et de contrôler des éléments terrestres. Tels que des rochers, de la boue ou toute autre matière issu de la terre. Il peut également pourfendre le sol en deux lorsqu'il touche le sol avec ses mains.
Emergence :
THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr115 / 55 / 5THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr11
Maitrise :
THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr115 / 55 / 5THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr11
Messages : 1100
DCs : Keith - Malik - Kwan - Tao - Artémia - Taïs - Jay - Alaric - Simon - Kelsey - Russel - Lauren - Yong-Sun - Daeho

Sam 1 Juin - 18:11


THE TREE OF DEATH




Maudite tempête. Maudit cyclone qui foudroie l’île de part et d’autre. Obligé de vous éparpiller pour ne pas sombrer tous sous le poid de ce fulgurant ouragan, tu marche dans les ruelles quasi-déserte. Tes cheveux te collent au visage et tu rouspète. Tu pestes à l’idée d’être encore plus mouillé sous tes vêtements déjà trempé. Tu sens ta veste s’alourdir sur tes épaules et bordel. Toi qui pouvait enfin profiter d’un peu de liberté. Toi qui comptais voir discrètement Harry pour lui dire que tu es vivant. Voilà que ce grand cataclysme arrive au plus mauvais moment, t’obligeant à chercher un abri au plus vite.
- Vie de merde. A croire que c’est fait exprès.

Ta langue claque rageusement contre ton palais et tu manque de t’envoler sous un coup de vent. La situation est grave. Mais c’est assez ironique en y pensant. Ce déchaînement des éléments. Après tout, dans une vie passée, ce drame t’aurais peut-être moins touché et la pensée de tes amis disparus te serrent le coeur. Tu ne sais pas si tu les reverras un jour en vérité. C’est peu probable.Tes sourcils se froncent sur ton front déjà plissé et tu soupir. Dakho s’impose alors à ton esprit et tu chasse cette image. Ce visage qui a le don à la fois de t’énerver mais aussi de te culpabiliser. Toi tu te souviens de tout mais lui non. C’est ainsi. Tu dois vivre avec désormais. Tout ça est derrière toi et tu dois avancer. Toujours. Car on t’as donné une chance de te racheter. Une chance de faire enfin quelque chose de bien dans ta vie. De t’accepter tel que tu es. De panser tes blessures passées même si avant, tu n’aurais jamais pensé à rejoindre les résistants un jour. Ce qui a le don de te faire marrer sur le coup. Tellement tu aurais pu t’attendre à tout sauf à ça en réalité.
- Ouai. Vie de merde.

Vie de merde qui t’apporte pourtant la paix escompté. Toi qui aurait fini par te suicider. Une seconde fois. Toi qui t’aurais laissé crever au détour d’une ruelle, sous l’effet de la drogue ou autre chose. Tant tu étais perdu et désorienté. Tant tu avais peur et que tu n'acceptais pas ces pouvoirs. Cette réalité. Tes yeux se plissent un instant et tu sens que la tempête prend en intensité. Tu dois te mettre à l’abri. Au plus vite. Tu brises le courant de tes pensées et tes iris accrochent cette bâtisse au loin qui semble parfait pour t'accueillir. Le tout étant de ne pas se faire choper. Après tout. Tu es encore considéré comme porté disparu et tu ne tiens pas à retourner à la Garde. C’est hors de question. Tes pas foulent rapidement le sol ravagé par la pluie et tu t’engouffres à l’intérieur. Tu regarde brièvement aux alentours. Personne. C’est parfait. Tes pieds foulent les dalles et tu décide de visiter les lieux, arpentant ces pièces vides en quête de trouver un coin tranquille pour t’y caler. Les mains dans les poches, tu entends le vent dehors qui frappe violemment la paroi. Ta mâchoire se crispe et tu sers les poings, priant pour que les murs soient assez solide pour te garder bien en sécurité à l’intérieur.
- Bordel. Je me demande combien de temps ça va durer encore ces conneries. Pas trop longtemps j’espère. Qu’est-ce que...

Un bruit. Un bruit soudain qui te paralyse de tout mouvement. Tu n’es pas seul finalement et tu entends des bruits de pas non loin. Une injure s’échappe d’entre tes lèvres pincées et tu regardes en arrière. Tu restes figé. Si tu fais demi-tour, tu t’expose à un plus grand danger et te voilà prisonnier. A te demander ce que tu dois faire pour ne pas être remarquer. Le vent ne semble en aucun cas se calmer et tu entends les gouttes de pluie tomber lourdement sur le toit. Non. Tu dois rester là. Un grognement traverse la barrière de tes chairs et tu recules. Tu décide de ce fait de rester sagement à ta place. Mais c’est sans compter sur ce stupide ouragan qui fait éclater une fenêtre au loin. Tu l’entends à ces bout de verre. A ce hurlement déchirant qui t’indique presque que quelque chose de grave vient de se passer.
- Merde.

Voilà que tu cours, propulsé par ce bruit sans penser cette fois aux conséquences de tes actes. Instinct. Surement. Tu cours, te dirigeant vers cette pièce où l’inconnu s’y trouve forcément, au bruit de ses gémissements qui n’invitent nullement à être rassuré. Il est là. Il est là mais ce que tu vois t’écarquilles les yeux. Ce n’est pas le vent qui a fait éclater la fenêtre mais un arbre. Un énorme arbre qui est tombé sur l’individu sans préavis. Estomaqué, ta bouche s'entrouvre et tu laisses pantois. Tu repenses à Laura quelques instants. A la manière dont tu l’as capturé et cette scène à de quoi titiller ta culpabilité. Pour une fois, ce n’est pas toi. Tu en es sûr. Tu secoue la tête vivement pour chasser aussi sec cette pensée et tu accoures. Tu t’agenouille presque face à cet homme, murmurant à son attention en voyant l’étendu des dégâts imposés.
- Je ne suis pas médecin mais il va falloir qu’on enlève cette branche au plus vite avant qu’un autre objet décide de nous trucider par cette fenêtre. Besoin d’un coup de main j’imagine ?
Ⓒslythbitch.
Revenir en haut Aller en bas
Luke Cage-Jones
Humain modifié
Luke Cage-Jones


https://houseofm.forumactif.org/t3882-cage-never-backward-always-forward https://houseofm.forumactif.org/t3739-luke-just-assume-that-ever
More about you : THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Giphy
Codename : Power Man
Pouvoirs :  Force Surhumaine : Ce sont, en moyenne, 25 tonnes que l’homme peut soulever sans difficultés, ce sont des plaques d’acier et des pans de murs entiers que son poing peut traverser.  Malgré tout, les limites ne sont pas des plus précises. Les situations les plus stressantes ont pu témoigner de poussées extrêmes de la part du surhomme.

 Vitesse améliorée : Sa musculature poussée prodigue une puissance intense à ses jambes. La course entamée, ce sont des dizaines de kilomètres qui sont traversées par heure écoulée.

 Endurance surhumaine : La fatigue n’est pas vraiment éprouvée malgré les efforts démontrés. Malgré sa masse corpulente, l’épuisement est donc restreint, au-delà des limites de l’ordinaire.

 Peau invulnérable : Peau impénétrable. Les balles ricochent tandis que les lames les plus aiguisées se brisent sur sa peau. Si son invulnérabilité n’est pas sans limites, il reste un homme à la résistance extraordinaire : des chutes de plusieurs mètres ne peuvent briser ses os, pas plus que les chocs électriques et changements de températures extrêmes ne peuvent l’atteindre.

 Facteur guérisseur : s’il est loin d’atteindre le niveau de Wolverine, ses capacités cumulées permettent à l’homme de se remettre de ses blessures les plus graves en un temps accéléré.

THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Tumblr_inline_ofvf3djodp1rqyqrl_250
Emergence :
THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr111 / 51 / 5THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr11
Maitrise :
THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr110 / 50 / 5THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr11
Messages : 169
DCs : Vous voyez le jeu des 7 familles ? Bah je les joue toutes.

Dim 2 Juin - 15:30


The Tree of Death
Junno & Luke
in the eye of the storm ; you remain in control ; and in the middle of the war ; you guard my soul ; you alone are the anchor ; when my sails are torn ; your love surrounds me
in the eye of the storm - ryan stevenson



Climat déglingué qui provoque tout un ramassis d’emmerdes. C’est la première pensée du pompier qui se retrouve à errer dans les rues, complètement inondées. Le vent brise des vitres, les bourrasques frappent les murs qui s’effritent. L’eau se mêle à la boue qui colle désagréablement aux pieds. L’homme a cette horrible sensation d’avancer au ralenti et il serre les dents. Maudit cette île qui aurait pu mieux se préparer à cette annonce diffusée sur tous les médias bien trop tardivement. Des gens sont encore coincés dans leurs quartiers, incapables de se rendre aux abris désignés. Luke est là, lui aussi, au dehors. La caserne a accueilli quelques résidents paniqués, mais le temps n’aide pas à tranquilliser les âmes échouées. Il est sorti chercher des vivres et de quoi bloquer toutes issues, de quoi palier à une éventuelle aggravation de la situation actuelle. Ses camarades sont, quant à eux, restés en arrière, ils sont en ce moment même en train de clouter des cloisons aux fenêtres paraissant soudainement bien trop imposantes. Et lui il est là, à galérer sa vie pour avancer. Pas franchement le plan du siècle de se lancer dans cette aventure en solitaire, mais les effectifs sont trop réduits pour se permettre des pertes envisagées. Vivement qu’il puisse rentrer chez lui, tiens.

L’homme soupire, mais émet un léger rictus devant le dépôt recherché. Le bâtiment n’est pas le plus grand, la surface se comptant en une petite centaine de m², mais c’est suffisant. Ce qui compte, c’est de quoi il est garni. Des rayonnages de produits de toutes sortes, passant des vivres non périssables aux outils de bricolage. En somme, exactement ce qui est recherché. Luke n’a qu’à donner un coup d’épaule pour débarquer dans l’entrée du magasin. Il fronce les sourcils, songeant qu’il y a peut-être d’autres gens qui ont eu la même idée que lui. A en croire le sol mouillé à ses pieds, d’ailleurs, ça semble être le cas. Toutefois il n’a pas trop le temps de réfléchir aux éventuels cachottiers qui peuvent s’y trouver. Le dépôt est pratique, à cela près que toute sa face avant est vitrée, et donne en plus de ça sur un parc quelque peu agressé par la tempête en cours. En somme, mieux vaut trouver les objets recherchés avant que l’ouragan ne lui joue de mauvais tour. Le soldat du feu entame son exploration, les yeux plissés. L’électricité du magasin a lâché, résultat d’une attaque du cyclone en cours. Heureusement que la luminosité perce par les fenêtres des différentes pièces, autrement il y ferait aussi noir que sa propre peau. Luke soupire, à nouveau. Ses mains parcourent les rayonnages, tatillonnent à la recherche de miraculeux outillages. Sans s’en rendre compte, l’homme bouge, traverse l’entrepôt. Offrant inconsciemment son dos à la fenêtre la plus proche.

Des bourrasques de vents cognent contre celle-ci, finissent par capter son attention. Les doigts se referment sur un stock de bouteilles d’eau minérale, au moment même où un craquement soudain le force à se retourner. Un arbre, littéralement, fend le verre en morceau et s’écroule sur le pompier surpris. Les bouteilles tombent à même le sol tandis que l’homme cherche à dériver, mais pas assez rapidement. « AAAAAAARGH ! » Les genoux rencontrent le sol et le dos craque contre le rayonnage le plus proche, qui amorce la masse imprévue. Une douleur fulgurante traverse le corps entier de Luke, qui a échappé de peu à un écrasement inapproprié. Malgré tout, il n’a pas été épargné. Une branche vient littéralement de le transpercer à l’épaule gauche, trempant ses vêtements d’un sang gluant. Embroché au rayonnage et déjà affaibli par la blessure infligée. « Merde. » Le gémissement fait suite à la situation dans laquelle il est bloqué. L’homme est dans de beaux draps, esseulé face à cet arbre et ses fracas.

Luke souffle, tente de se décaler sur le côté. De nouveaux râlements sont émis alors que la souffrance carbure, paralyse son côté gauche. « Uuuurgh. Merde, merde, merde. » Au même instant, alors que les jurons s’accumulent, une silhouette recouvre son corps recroquevillé. L’homme lève les yeux vers le jeune qui se rapproche de lui en posant une question légèrement con. « Nah, tu penses, j’adore me faire embrocher voyons. » La douleur ne l’aide pas à y voir clair mais il hoche la tête quand le garçon s’agenouille à ses côtés. « Ma femme va me tuer. » Constatation puérile, mais qui méritait d’être partagée. Avant finalement de recouvrir un sérieux éreintant. « Ok petit, voilà ce qui se passe : je n’peux pas bouger, l’arbre est trop imposant, et je risque également de me vider de mon sang. » Super la recherche de victuailles. Le but était de remplir ses poches, pas de les arracher de son propriétaire. « Va falloir couper. » conclu Luke en regardant le garçon droit dans les yeux. Avant de préciser, en grimaçant quelque peu : « La branche hein. Pas moi. »

Ⓒslytbitch.

___



The war is over when we SAY it's over.
Only one thing will tell me the battle was won. That the fight was over. And that is one day I am going to go for a walk. A free man of convictions. And I said to myself, if I ever get to do that again, I'll know, on that day...we won.| Luke Cage ⊹ CODE BY LIZZOU


Revenir en haut Aller en bas
Junno Park
Mutant
Junno Park


https://houseofm.forumactif.org/t3422-junno-park https://houseofm.forumactif.org/t2591-junno-park
More about you : THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] 6p5p

Pouvoirs : Contrôle des éléments : Terre. Junno est capable de manipuler et de contrôler des éléments terrestres. Tels que des rochers, de la boue ou toute autre matière issu de la terre. Il peut également pourfendre le sol en deux lorsqu'il touche le sol avec ses mains.
Emergence :
THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr115 / 55 / 5THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr11
Maitrise :
THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr115 / 55 / 5THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr11
Messages : 1100
DCs : Keith - Malik - Kwan - Tao - Artémia - Taïs - Jay - Alaric - Simon - Kelsey - Russel - Lauren - Yong-Sun - Daeho

Mer 5 Juin - 11:15


THE TREE OF DEATH



Le vent s’engouffre par delà la vitre brisée. Tu sens sa fraîcheur se répandre dans le dépôt. Tu le sens frapper sournoisement ton visage mouillé avec une certaine brutalité non dissimulé et tu ne peux t’empêcher de te faire la réflexion  que ça ne présage rien de bon. Ni pour toi. Ni pour cet homme embroché. Un genoux à terre, une main posée au sol, tu regarde l’inconnu et tes yeux roulent face à sa réflexion des plus ironique. A croire qu’il te prend pour un idiot. Ta langue vient claquer ton palais et tu plisses le front. Les sourcils. Tu penche légèrement la tête sur le côté, prenant cette voix mielleuse et sarcastique qui te caractérise bien dans ce genre de situation :
- Qui sait. Je ne te connais pas après tout. Même si franchement, ce n’est pas mon problème. Que tu sois maso ou non, je m’en contrefous.

L’homme fait à présent une remarque sur sa femme et tu ne peux que soupirer. Tu ne sais pas sur quel individu tu viens de tomber mais ce dernier à déjà de quoi titiller ton plus mauvais côté. Tu roule des yeux. Encore une fois. Tu grogne, ronchonne, surtout quand celui-ci t’appelle “petit” ce qui ne te plait pas spécialement. Tu n’es pas petit. Ta langue vient une fois de plus claquer contre ton palais et ta main vient légèrement repousser cette mèche rebelle qui te tombe encore une fois sur tes yeux plissés, te gênant plus que de raison. Tes muscles se tendent. Tes iris glissent sur cet arbre déraciné et sur l’étendu de ses blessures. Épaule transpercée. Vêtement imbibé de sang, laissant présager sa douleur. Sa souffrance. L’arbre ne l’a décidément pas loupé et tu ne peux que ressentir une légère compassion à son égard. Seulement léger car l’inconnu fait état de la situation et tu ne peux échapper un :
- Sans blague.

Avant de laisser un énième soupir te traverser. Non vraiment. Tu ne risque pas de t’ennuyer avec lui. Un roulement de yeux dans ton orbite et un grognement plus rauque quand ce dernier achève de couper la branche et non lui. A croire qu’il te prend vraiment pour le dernier des crétins. Durant un bref instant, l’idée de faire demi-tour et le laisser là te traverse mais tu repousse bien vite cette réflexion pour regarder autour de toi. Pour accrocher les objets qui s’y trouvent. Chose que tu n’avais pas fait jusqu’à présent, focalisé que tu étais sur la scène qui se jouait à toi.

Étals remplis d’objets en tout genre. Bouteilles d’eau à des outillages plus utiles. Tout y est. Finalement, l’idée de se planquer ici n’était pas une si mauvaise idée et tu te redresse. Tu ne peux t’empêcher de lâcher d’un ton claquant :
- Je n’en ai pas pour longtemps. Surtout ne bouge pas.

Qui te fais ricaner tant tu estimes qu’il la cherché. Tes pas foulent rapidement le sol mais la fenêtre brisée rend ton ascension difficile. Presque dangereuse. De nombreux débris volent et s'engouffrent dans le dépôt, lançant quelques projectiles dont vous vous serez bien passé pour le coup. Durant quelques minutes, tu cherches. Tu râles. Tu manque plusieurs fois de te casser la figure sous la violence d’une bourrasque qui te fait perdre l’équilibre. Tu manque même de te prendre une chaussure en pleine face et tu maugrée intérieurement sur Dakho qui aurait très bien pu être à l’origine de ce lancé malhabile.
- Bordel.

Oui tu râle mais un rictus étire le coin de tes lèvres quand ton regard accroche la silhouette d’une hache, parfaite pour couper la branche en question. Tu ne réfléchis pas plus longtemps pour la prendre. Tes doigts viennent à entourer sa manche et tu reviens aussi sec vers l’individu, le présentant à lui dans un sourire quelque peu amusé :
- Je crois que ça fera l’affaire. Promis, je vais essayer de ne pas me rater. Ca serait ballot pour ta femme non?

Un clin d’oeil. Vivace et fourbe. Un nouveau ricanement qui traverse la barrière de tes chairs et tes muscles qui se tendent plus encore pour te soumettre à cette tâche des plus délicate et difficile. Le tout, est de ne pas trembler. De ne pas se foirer. Te voilà positionné et tu te concentre pleinement sur l’ordre annoncé. Pour dire la vérité, ce n’est pas la première fois que tu t’adonne à ce genre de “loisir”. Dans tes premiers jours au sein de la résistance, c’était le genre de tâche ennuyeuse à souhait qu’on te donnait et pour le coup tu remercie Ann même si tu as beaucoup râlé de n’être sujet qu’à ce genre d’activité. Un coup. Puis un deuxième. Un troisième. De la sueur se mêle à l’eau dégoulinant sur ton front toujours plus plissé et quand enfin la branche craque. Quand enfin, elle offre la délivrance escompté, tu lâche un soupir de soulagement, épongeant ton front d’un geste vif comme libéré d’un état de nervosité dont tu te serais bien passé.
Ⓒslythbitch.
Revenir en haut Aller en bas
Luke Cage-Jones
Humain modifié
Luke Cage-Jones


https://houseofm.forumactif.org/t3882-cage-never-backward-always-forward https://houseofm.forumactif.org/t3739-luke-just-assume-that-ever
More about you : THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Giphy
Codename : Power Man
Pouvoirs :  Force Surhumaine : Ce sont, en moyenne, 25 tonnes que l’homme peut soulever sans difficultés, ce sont des plaques d’acier et des pans de murs entiers que son poing peut traverser.  Malgré tout, les limites ne sont pas des plus précises. Les situations les plus stressantes ont pu témoigner de poussées extrêmes de la part du surhomme.

 Vitesse améliorée : Sa musculature poussée prodigue une puissance intense à ses jambes. La course entamée, ce sont des dizaines de kilomètres qui sont traversées par heure écoulée.

 Endurance surhumaine : La fatigue n’est pas vraiment éprouvée malgré les efforts démontrés. Malgré sa masse corpulente, l’épuisement est donc restreint, au-delà des limites de l’ordinaire.

 Peau invulnérable : Peau impénétrable. Les balles ricochent tandis que les lames les plus aiguisées se brisent sur sa peau. Si son invulnérabilité n’est pas sans limites, il reste un homme à la résistance extraordinaire : des chutes de plusieurs mètres ne peuvent briser ses os, pas plus que les chocs électriques et changements de températures extrêmes ne peuvent l’atteindre.

 Facteur guérisseur : s’il est loin d’atteindre le niveau de Wolverine, ses capacités cumulées permettent à l’homme de se remettre de ses blessures les plus graves en un temps accéléré.

THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Tumblr_inline_ofvf3djodp1rqyqrl_250
Emergence :
THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr111 / 51 / 5THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr11
Maitrise :
THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr110 / 50 / 5THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr11
Messages : 169
DCs : Vous voyez le jeu des 7 familles ? Bah je les joue toutes.

Jeu 6 Juin - 20:41


The Tree of Death
Junno & Luke
in the eye of the storm ; you remain in control ; and in the middle of the war ; you guard my soul ; you alone are the anchor ; when my sails are torn ; your love surrounds me
in the eye of the storm - ryan stevenson



Râlements exprimés, gémissements quelque peu lâchés. L’homme peut sentir cette -putain de- branche le tirailler. Corps transpercé sans la moindre pitié, nature qui semble se venger d’un quelconque acte commis inconsciemment. Luke n’a eu, jusque alors, pas trop le sentiment d’avoir merdé, mais pour le coup, il n’a pas été épargné. Le bois le cisaille, la moindre respiration lui arrache des grognements saccadés. Plus sa poitrine se soulève au rythme de son souffle et plus il ressent cette douleur qui compte bien l’achever. La sueur perle sur son front alors que le soldat du feu doit s’accrocher. Il imagine cette situation, si elle avait été vécue en compagnie de ses collègues, et il manque de ricaner. Leur vision choquée l’amuse quelque peu, bien qu’il n’y a pas vraiment de quoi se réjouir de son actuelle position. Quand bien même, en un sens, son état pourrait être pire. S’il n’avait pas eu le réflexe de se décaler au son du verre brisé, qui sait de quelle manière aurait-il vraiment été agressé. Un bruit rauque émane de sa gorge tandis que l’homme souffle à nouveau. Agacé par la puérilité évidente affichée par son sauveur du moment. C’est bien sa veine, tiens. Tomber ainsi sur un gamin à la susceptibilité déjà atteinte. Pour autant, Cage ne pipe mot. Se sent déjà bien chanceux que le petit ait débarqué en ces lieux. Il aurait été seul, il aurait difficilement pu agir et se sauver naturellement. Il aurait bien pu tenter de sortir son téléphone, mais il n’y a pas de fausses idées à se faire. Avec des intempéries pareilles et la violence de la tempête, il y a fort à parier que le réseau a également été touché par le cyclone. Souffle qui lui échappe à nouveau. Pour résumer, il est dans de sacrés beaux draps.

Le jeune homme en face de lui ronchonne un peu, roule des yeux, ce qui a le don de lasser la victime de Dame Nature. Il peut se moquer, mais lui au moins n’est pas emprisonné par du bois abattu. Pendant un bref instant, le pompier se tâte. Se voit lui proposer de faire demi-tour et de se tirer tant sa vision désabusée et sarcastique titille sa patience déjà  fort limitée en l’instant. Mais Luke n’en fait rien. Se contente, consciemment ou non, de rentrer dans son jeu. A son tour de soupirer, de lui lancer des regards échauffés. Réplique aux piques si mesquinement énoncées. « Et toi fais gaffe de pas t’envoler. » Le vent qui filtre par les fenêtres éclatées est suffisamment violent pour mouvementer le garçon en pleine action. Sarcasme ainsi irrésistible que se doit de partager Luke. Ne pas rétorquer lui demande bien trop d’effort, et il ne voit aucun potentiel réconfort. Alors il ne lutte pas contre le caractère ronchon du garçon, se lance à son tour dans des provocations. Patience défaillante et cohabitation mise à rude épreuve alors que des derniers regards irrités sont échangés. L’époux grogne encore, profite du jeune homme au dos tourné pour mimer des grimaces enfantines. Sérieusement ennuyé par l’état dans lequel il est coincé. Décidément, se porter volontaire pour accomplir une levée de ressources en solitaire ne s’apparentait aucunement à un acte héroïque. De toute évidence, Luke avait fait preuve d’une stupidité intense. Et pourtant. Si on devait l’y reprendre, très certainement que la décision à prendre serait encore et toujours la même. On ne refait pas ainsi un homme.

Le pompier souffle de plus belle, jetant des coups d’œil quelque peu pressés. Ce n’est pas qu’il a un rencard immédiat, mais plus qu’il n’escompte pas demeurer dans ce terrible état. Pendant que le jeune homme se perd quelque part dans ces sombres étalages alors, Luke se redresse. Tente vainement quelques actions arabesques. L’espoir est flou, ridicule même, alors qu’il essaie de  bouger l’épaule concernée. Franchement, comme s’il peut s’en sortir aussi facilement. Un nouveau cri émane de ses dents serrées. Peine perdue que d’insister. La tête de Luke part légèrement en arrière, cogne le rayonnage ayant amorti sa brutale chute. Le soldat du feu compte les secondes, les minutes qui s’écoulent tandis que le sang goutte peu à peu. Respiration de plus en plus hachurée alors qu’il peut se sentir quelque peu faiblir. Et merde. Soudain le garçon qui débarque. Hache à la main, haussant un sourcil à l’être piégé. Sérieusement ? Il doit s’en remettre ainsi à celui qui se fout de lui ? Boarf, il n’a pas cinquante autres choix de toute manière. Il peut bien confier sa vie entre les mains de ce parfait inconnu. C’est ce que de nombreux étrangers font chaque jour depuis qu’il est pompier. Pour autant, hors de question de s’adoucir face à la remarque qui lui arrache néanmoins un narquois sourire. « Je dirais plutôt que ce serait dommage pour toi. Si tu te loupes, ce ne sera pas le cas de ma femme. » Image de Jessica en proie à une impossible fureur. Le garçon ne pourrait jamais réchapper vivant d’une confrontation avec l’épouse adulée. Pas le temps de se perdre dans des fantasmagories approuvées, toutefois, voilà que le premier coup est donné.

Luke lutte, se fige. Surtout ne pas sursauter. Ne pas bouger au risque de faire manquer la cible au brave gamin. Le souffle est interrompu, la sueur dégouline un peu plus. Encore quelques coups. Ça va bientôt marcher. Il faut y croire, il faut y... « YESSS ! TU L’AS FAIT ! » Exclamation de joie, de douleur mélangée. Main qui se balance pour claquer celle du sauveur improvisé, mais qui s’abaisse aussitôt en une grimace manifestée.  Sincérité, de l’enthousiasme partagé,  très vite calfeutrée par cette faiblesse qui le prend. Par cette souffrance qui, elle, n’est pas retirée. Un léger morceau de branche subsiste encore, permet de boucher le trou créé. Hémorragie maintenue par ce bois qui, dangereusement pourtant, craque en son intérieur. Le chemin est encore long avant de s’estimer hors de cause. Et Cage s’en rend bien compte tandis qu’il s’efforce de bouger.  « Tu peux m’aider ? Faut s’éloigner des fenêtres. » Cette fois-ci, aucune plaisanterie n’est émise. Pas alors que l’homme peut à peine se redresser sans couiner. Il pèse son poids, Luke, mais il n’a pas le choix. S’en remet au garçon qu’il ne connaît pas. Il grince des dents, empoigne presque le résistant pour ne pas sombrer dans un inconscient gênant. Ils mettent longtemps, pour parcourir ne serait-ce que deux rayons différents. Mais c’est trop demandé, finalement, pour le pompier qui, à genoux, s’effondre. Car il sait. Il le sent. Dans son propre sang. Déjà celui-ci se mêle aux particules collées au bois s’enfonçant dans son épaule. Forçant l’époux à claquer de la main, libre, violemment sur le sol. Geste agacé et éreinté, remise en cause d’un destin injustifié. « MERDE. » Hurlement qui précède la triste constatation, inévitable à son grand dam. «Va falloir se dépêcher. Pour retirer ce bout de bois sans m’évincer entièrement. Sinon, la blessure risque de s’infecter. Et ça va pas être coton cette histoire. J’peux déjà sentir la branche craqueler dans mon corps. Si elle se brise de trop, elle va clairement m’achever. Et je n’voudrais pas te faire ce plaisir de devenir un macchabée. » La voilà, la petite farce attendue. Bien en deçà du niveau précédemment reconnu. En même temps, le pompier ne rigole plus. Ce n’est pas le moment de tourner de l’œil, mais il sent déjà ses forces le quitter. A tel point qu’il ne songe même pas à se présenter avant de totalement, à même le sol, chuter.

Ⓒslytbitch.

___



The war is over when we SAY it's over.
Only one thing will tell me the battle was won. That the fight was over. And that is one day I am going to go for a walk. A free man of convictions. And I said to myself, if I ever get to do that again, I'll know, on that day...we won.| Luke Cage ⊹ CODE BY LIZZOU


Revenir en haut Aller en bas
Junno Park
Mutant
Junno Park


https://houseofm.forumactif.org/t3422-junno-park https://houseofm.forumactif.org/t2591-junno-park
More about you : THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] 6p5p

Pouvoirs : Contrôle des éléments : Terre. Junno est capable de manipuler et de contrôler des éléments terrestres. Tels que des rochers, de la boue ou toute autre matière issu de la terre. Il peut également pourfendre le sol en deux lorsqu'il touche le sol avec ses mains.
Emergence :
THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr115 / 55 / 5THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr11
Maitrise :
THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr115 / 55 / 5THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr11
Messages : 1100
DCs : Keith - Malik - Kwan - Tao - Artémia - Taïs - Jay - Alaric - Simon - Kelsey - Russel - Lauren - Yong-Sun - Daeho

Mar 11 Juin - 12:37


THE TREE OF DEATH



Sa femme. En vu de comment il en parle, elle ne doit pas être marrante à vivre. Tu as bien envie de faire une réflexion à ce sujet mais pour une fois, tu la garde pour toi. Tu reste concentré à ta tâche et tu frappes. Une fois, puis deux. Trois. Tes yeux restent fixé sur la branche à abattre et tu essayes en tout point de ne pas trembler. De ne pas flancher, sentant ton coeur battre à un rythme irrégulier dans ta poitrine serrée. Non. Tu ne dois pas flancher. Cet homme a beau titiller ton plus mauvais côté. Il a beau t’irriter, au point de ressurgir tout ton sarcasme élaboré, tu as quand même la ferme intention de le sortir de ce mauvais pas. Par ailleurs, quand enfin la branche craque, lâche sous toi, tu te sens soulagé. Un soupir traverse même la barrière de tes chairs et ta paume vient à éponger ton front ruisselant de sueur. Tu en viens même à ricaner quand l’inconnu blessé explose aussi sa joie à tes côtés. Ta langue vient alors claquer contre ton palais et un sourire satisfait, un peu pédant cela dit, étire tes lèvres pulpeuses en une expression presque amicale. Enjouée. A croire que tu es en train de doucement lâché, la tristesse, la colère, la rage et l’amertume qui vivait en toi il y a de cela encore quelques mois.
- T’as vu. Ta femme pourra même m’en remercier.

Un claquement. Paume contre paume. Un check presque familier suivi d’un clin d’oeil complice. A croire que vous êtes désormais comme cul et chemise malgré vos petites piques lancées à la volée. Victoire partagée dans ce tumulte foudroyant. Enthousiasme soudain, vous liant l’espace de quelques instants partagés. Enthousiasme très vite oublié cependant quand l’autre grimace de douleur. Te demande de l’aider, ce qui a le don de te faire écarquiller les yeux tant tu réalises que tu vas un petit peu en chier.
- T’es sérieux là? Tu t’es regardé? Comment tu veux que je traine une armoire à glace comme toi? Bordel.

Oui. Il est sérieux. Très sérieux et tu sais pertinemment qu’il a raison. La fenêtre brisée vous donne aucune sécurité escompté et tu le sens au vent qui s’engouffre à l’intérieur. Tu le vois à ces débris qui volent, percent, tourbillonnent au risque de vous percuter violemment. Non sans râler, pester, tu agrippe Monsieur muscle comme tu peux. A nouveau, ta langue vient sournoisement claquer contre ton palais et tu le traîne. Tu redouble d’effort pour l’éloigner le plus possible de cette fenêtre meurtrière. Fort heureusement, il t’aide un peu mais tu ne peux t’empêcher de grimacer sous sa silhouette des plus supérieure à la tienne. Ta respiration en est hachurée et tes muscles s’en trouvent endolorie lorsque ce dernier, à bout de force, s’effondre, lâchant une injure qui pourrait rendre l’ouï à un sourd.
- Surtout nique moi les oreilles, je te dirai rien.

Oui. Tu es fatigué. Tu as beau avoir l’entrainement d’un Garde rouge, tu es plus réputé pour ton agilité que sur ta force. Quand bien même. Ta capture t’as plus ou moins incité à rester assis plusieurs jours, collé à ce poteau en ne faisant rien d’autre que réfléchir. Réfléchir à ta vie passée. A ton avenir. A la possibilité de prendre un nouveau départ, t’éloignant une bonne fois pour toute de la drogue et de la mutilation infligée. Ta poitrine vient à se bomber à chaque souffle effrénée et ton bras vient à se caler contre ton genou plié pour reprendre là, ta respiration saccadée.

Hurlement perçant tes tympans. Signe que la blessure de l’homme est loin d’être superficiel. Au dire du grand, ta mâchoire se crispe et tes poings se serrent. Tes paupières se plissent et tu ne peux t’empêcher de sentir une vague de panique te traverser, à l’idée de le soigner alors que tes capacités en la matière reste très maigre. Tu le sens à ton coeur qui s'emballe sournoisement. Tu le sens à la sueur qui se mêle perfidement à l’eau coulé. A l’humidité présente qui s’accroche à tes vêtements. Ta main vient alors repousser tes cheveux en arrière et tu gronde. Tu rouspète. Tu le fusille presque de ton regard lacéré en te mettant en position car tu n’as pas le choix cependant de t’y plier. Il mourra sinon.
- Ouai. Évite de crever quand même. Ca m’arrangerait. Je dirai quoi moi à ta femme si je lui rapporte ton cadavre. Quoi que. Au pire ce n’est pas mon problème, je te laisserais là. Au moins, ça m’évitera de te traîner encore une fois comme un boulet. Et putain, je sais pas faire ça moi ! Comment tu veux que je m’y prenne?

Vent qui continue de souffler au loin. Froideur imposée dans ce bâtiment percé par ses éclats machiavéliques et dangereux. Claquant de plus belle ta langue contre ton palais, tes yeux glissent sur l’étendu des dégâts. Sur l’étendue de sa blessure. Tes mains commencent légèrement à trembler mais voilà que tu les serre. Fortement. Refusant de lui donner la satisfaction de te voir blémir alors que oui. Tu n’en mène pas large désormais. Tu prends une légère inspiration et tu te penche, ne sachant même pas par où commencer.
Ⓒslythbitch.
Revenir en haut Aller en bas
Luke Cage-Jones
Humain modifié
Luke Cage-Jones


https://houseofm.forumactif.org/t3882-cage-never-backward-always-forward https://houseofm.forumactif.org/t3739-luke-just-assume-that-ever
More about you : THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Giphy
Codename : Power Man
Pouvoirs :  Force Surhumaine : Ce sont, en moyenne, 25 tonnes que l’homme peut soulever sans difficultés, ce sont des plaques d’acier et des pans de murs entiers que son poing peut traverser.  Malgré tout, les limites ne sont pas des plus précises. Les situations les plus stressantes ont pu témoigner de poussées extrêmes de la part du surhomme.

 Vitesse améliorée : Sa musculature poussée prodigue une puissance intense à ses jambes. La course entamée, ce sont des dizaines de kilomètres qui sont traversées par heure écoulée.

 Endurance surhumaine : La fatigue n’est pas vraiment éprouvée malgré les efforts démontrés. Malgré sa masse corpulente, l’épuisement est donc restreint, au-delà des limites de l’ordinaire.

 Peau invulnérable : Peau impénétrable. Les balles ricochent tandis que les lames les plus aiguisées se brisent sur sa peau. Si son invulnérabilité n’est pas sans limites, il reste un homme à la résistance extraordinaire : des chutes de plusieurs mètres ne peuvent briser ses os, pas plus que les chocs électriques et changements de températures extrêmes ne peuvent l’atteindre.

 Facteur guérisseur : s’il est loin d’atteindre le niveau de Wolverine, ses capacités cumulées permettent à l’homme de se remettre de ses blessures les plus graves en un temps accéléré.

THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Tumblr_inline_ofvf3djodp1rqyqrl_250
Emergence :
THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr111 / 51 / 5THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr11
Maitrise :
THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr110 / 50 / 5THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr11
Messages : 169
DCs : Vous voyez le jeu des 7 familles ? Bah je les joue toutes.

Mar 11 Juin - 20:28


The Tree of Death
Junno & Luke
in the eye of the storm ; you remain in control ; and in the middle of the war ; you guard my soul ; you alone are the anchor ; when my sails are torn ; your love surrounds me
in the eye of the storm - ryan stevenson



Respiration saccadée, brutalement coupée lors de la chute entamée. Les muscles qui se ressentent, qui se tirent et bloquent le corps en une brutale immobilisation imposée. La sueur dégouline, en même temps que le sang goutte. Blessure qui gratte, qui démange sous la veste bientôt dézippée en un mouvement brusque et agacé. Tremblement de chaque membre, conscience qui lutte pour demeurer. Habit jeté à terre pour sentir l’air mordre la peau des bras découverte, atteignant à peine le t-shirt jaune collé à même la silhouette. La douleur est constante, elle marque la peau qui manifeste une couleur violacée, à peine masquée par le rouge et le vêtement dégueulassé. Le pompier souffle, grince des dents en maudissant joliment cette foutue tempête dans sa tête. Il fallait bien que ça tombe sur lui hein. Et le gamin, en plus de ça. Malgré ses ronchonneries, le garçon combat avec lui. A supporté son poids non sans rien dire. Luke serait moins tenté de fermer les yeux, peut-être qu’il aurait réagi à la moindre de ses piques. Mais il n’en est rien. Pour le moment, il se contente de s’accrocher. De se souvenir de son devoir premier. Ce n’est pas un petit bout de bois qui compte l’arrêter tout de même, n’est ce pas ? Il n’en est pas encore là.

Papillonnement pressé. Paupières alourdies mais qu’il encourage férocement à s’ouvrir. Écarquillant ridiculement les yeux. Le soldat du feu tend la main, attrape le rayonnage le plus proche. La vulgaire plaque de fer se penche, très mal entretenue. Des objets tombent, effleurent sa blessure qui lui arrache un nouveau grognement. Connerie de dépôt. Qui pourtant pourrait bien lui sauver la vie. Rayon para-pharmaceutique qui se dévoile, qui fait rire Cage en un sarcasme évident. Si ça c’est pas du foutage de gueule de la bonne mère nature. Luke se saisit d’une trousse de secours, la balance dans les bras du garçon. « Tiens. Tu vas t’y prendre avec ça. » Le ton est sec, plutôt dû à ses traits tirés sous la souffrance qu’à une réelle moquerie intentée. Malgré l’ironie affichée du gamin, et les traits apparents indifférents, l’homme ne peut que sentir sa nervosité. Aussi, en dépit de son envie de s’endormir tout doucement, l’être habitué au danger décide de le rassurer. Essaye, du moins, au vu des circonstances fort peu réconfortantes. On fait avec ce qu’on a, après tout. «Hey. Ça va aller. Je vais t’guider. J’ai été formé pour ça. » Bon, les pompiers sont pas des infirmiers purs et durs, mais ils s’y connaissent un minimum en ce qui concerne les premiers soins et les plus primordiaux. Il faut faire avec la connaissance savamment acquise et expérimentée au fil des années. « J’sais que c’est pas ta journée de rêve, mais y a que nous deux. Alors va falloir s’entraider. On va se sortir de cette merde ensemble, d’accord ? » Et c’est parti pour le speech. Quoi que sa saveur est teintée, rendue amère par la plaie ressentie jusqu’à ses tripes. Cage soupire, souffle encore. Comme un bœuf. Il tente de se mettre en place, se cale contre le mur le plus proche. Serre la mâchoire alors que les étalages rentrent dans sa peau et niquent quelque peu le confort si difficilement éprouvé. « Regarde sur les étagères. Doit y avoir tout ce qu’il faut en plus de cette trousse. Dans notre malchance on s’est réfugié dans le meilleur des rayons. » Ricanement obligé, à nouveau. Avant de reprendre. « Te gêne pas, dévalise tout. Compresses, désinfectant, alcool, les petits ciseaux, tout. J’te dénoncerai pas à la police. » Jones de contentera d’arrêter les arbres et non le garçon. C’est au moins ça de garantie.

Luke se laisse aller, juste quelques brefs instants. Patiente, accroche son regard qui perd peu à peu ses prises. Pendant que l’inconnu se munit du matériel recommandé, lui se force à respirer. Il enfonce ses ongles dans ses paumes, se maintient, ironiquement, conscient grâce à un ancrage douloureux mais apprécié. Enfin, le Petit s’abaisse à sa hauteur, se rapproche de lui. Il faut encore quelques secondes supplémentaires au pompier pour récupérer, et reprendre le fil des soins souhaités. « ‘Kay. D’abord, coupe mon t-shirt. Le sang risque d’avoir collé une partie du vêtement, si c’est le cas découpe autour, ce sera plus simple pour finaliser le reste. » Ce n’est pas qu’il n’a pas le force ni la capacité de lever les bras pour retirer lui-même son haut, mais c’est exactement le cas. Une veste qui s’ouvre par fermeture éclair, c’est une chose. Un vêtement englué par des liquides sales, c’en est une autre. L’homme grimace, soupire. Gémissement maintenu alors que l’habit est tiré, que le morceau de bois apparent réagit en conséquence. « Oh ptain. » Putain de merde oui. Le voilà dans une sacrée position celui-là. Destin remis entre les mains d’un gamin. Et pas un peureux, au moins. « Au fait, moi c’est Luke. Et toi ? » Ouais, la prise de connaissance est ridicule. Mais bon, quitte à passer les prochaines heures ensemble, et quitte à clamser, autant s’autoriser quelques informations qui diffèrent de leurs provocations.
Ⓒslytbitch.

___



The war is over when we SAY it's over.
Only one thing will tell me the battle was won. That the fight was over. And that is one day I am going to go for a walk. A free man of convictions. And I said to myself, if I ever get to do that again, I'll know, on that day...we won.| Luke Cage ⊹ CODE BY LIZZOU


Revenir en haut Aller en bas
Junno Park
Mutant
Junno Park


https://houseofm.forumactif.org/t3422-junno-park https://houseofm.forumactif.org/t2591-junno-park
More about you : THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] 6p5p

Pouvoirs : Contrôle des éléments : Terre. Junno est capable de manipuler et de contrôler des éléments terrestres. Tels que des rochers, de la boue ou toute autre matière issu de la terre. Il peut également pourfendre le sol en deux lorsqu'il touche le sol avec ses mains.
Emergence :
THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr115 / 55 / 5THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr11
Maitrise :
THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr115 / 55 / 5THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr11
Messages : 1100
DCs : Keith - Malik - Kwan - Tao - Artémia - Taïs - Jay - Alaric - Simon - Kelsey - Russel - Lauren - Yong-Sun - Daeho

Mer 12 Juin - 11:28


THE TREE OF DEATH



La blessure n’est pas joli à voir. Lui non plus d’ailleurs. Tu vois à ses yeux qu’il essaye difficilement de rester éveillé. Tu le remarque à ses paupières lourdes qui refusent catégoriquement de se fermer. Au pire, tu es prêts à lui mettre une claque au cas où il finirait par sombrer et te voilà penché, à poser tes iris sur sa blessure qui, effectivement, est plus profonde que tu l’imaginais. Hors de question qu’il meurt dans tes bras. Hors de question de te retrouver avec un cadavre sur le dos alors tu ronchonnes mais tu ne recule pas sous ses ordres lancés à la volée. Tu sens malgré tout la panique te tirailler. Tes mains tremblent légèrement et tu les serres plus fortement pour les canaliser. Car tu sais ce que fait la panique sur toi désormais. Tu sais qu’une fois soumis à de fortes émotions, tes pouvoirs ont tendance à ressurgir au quart de tour et tu as encore du mal à les maîtriser. Ca serait ballot que tu rajoute un tremblement de terre en prime sous ses yeux écarquillés. Alors tu prends sur toi pour rester le plus calme possible. Pour souffler au maximum, quitte à te lacérer la paume sous tes ongles à demi-rongés.

Sans prendre de temps, l’homme attrape l’étalage le plus proche. Tend sa grande main rugueuse pour fouiller dedans, non sans ébranler au passage la plaque en fer. Les objets tombent. Vacillent. Un vacarme étourdissant se rajoute au souffle incessant du vent et tu lève les yeux au ciel. Tu ne peux t’empêcher de lâcher, dans un claquement de langue propre à ton être :
- Bourrin.

Façon pour toi de te détendre. De lâcher un peu de tension dans tes muscles crispés. Voilà qu’un rayonnage particulier se dévoile devant vous suivi d’un rire plutôt rauque, sarcastique, moqueuse qui te fait hausser les sourcils. Mais pas le temps pour toi de rajouter plus de raillerie désormais. Pas le temps pour toi de te lancer dans une joute verbale habituelle, espérée. Tu te retrouve bien vite avec une trousse de secours dans les bras et tu râle, tu peste. Tu fais une fois de plus claquer ta langue contre ton palais, soumis quand même à une appréhension des plus précaire. L’inconnu cherche à te rassurer. Tu le vois bien. Il te sort qu’il va te guider et tu balances un :
- Mouai.

Peu convaincu mais qui te rend curieux quand même. Car tu te demande à présent ce qu’il fait comme métier. Infirmier peut-être? Ou médecin. Qu’importe. Tu décide alors de lui faire confiance. Après tout. C’est sa vie qui est en jeu. Pas la tienne et s’il te dit qu’il va t’aider, tu peux bien le croire sur parole non? Tu n’as pas vraiment le choix de toute façon. A ses dires, concernant cette journée de rêve, un ricanement s’échappe d’entre tes boutons de chair et tu hausses les sourcils. De plus belle. Tu marmonne brièvement en ancrant ton regard au sien, un léger sourire au coin des lèvres :
- Une journée de merde ouai tu peux le dire. Oh mais j’y compte bien aussi t’inquiète. Bien sûr qu’on va s’en sortir. T’es un costaud non?

Toi aussi. A ta manière. Le danger ne te fait pas peur et tu as toujours eu une tendance assez suicidaire. A frôler la mort, à chercher la violence, la brutalité pour plus de délivrance escomptée. La seule différence c’est que pour une fois, il ne s’agit pas de toi. Il ne s’agit pas de ta propre vie et la sienne en dépend. Tu n’es pas habitué. En vérité, c’est peut-être ça qui te stresse mais tu mets un points d’honneur à mettre cette peur de côté. Tu te reprends assez rapidement et tu hoche la tête aux directives de ton camarade d’infortune, te permettant de répondre à ses remarques en un clin d’oeil quelque peu complice et amusé :
- A vos ordres mon capitaine. T’as intérêt. Tu me dois bien ça je te rappel.

Avec vivacité, tu te redresse et tu te fonds entre ces étagères. Tout y est. C’est ça le pire. Tout y est exposé et tu n’as pas besoin de trop chercher pour revenir avec les équipements nécessaires. A croire que vous avez du bol dans votre malheur. D’une certaine manière. Te voilà les bras chargé et tu tends même une bouteille de whisky trouvé à la volée entre deux étalages bancales, soumis aux caprices du cyclone imposé.
- Tient. Pour faire passer la douleur. Désolé, j’ai pas trouvé mieux.

Ton genoux vient de plus belle se poser contre le sol et ton regard s’ancre à nouveau sur le blessé. Il respire encore. C’est l’essentiel. Il a l’air d’avoir un mal de chien mais il est encore assez résistant pour t’aboyer ses ordres. Tu vois ça comme un bon signe. Un bon présage. Un nouveau claquement traverse la barrière de tes chairs et te voilà à grogner sous la tâche imposée. Tes doigts entourent le contour du ciseau pour découper finement sa chemise, dévoilant un torse musclé, maculé de sang collé avec ce morceau bien ancré dans sa chair à vif.
- C’est pas joli à voir. J’imagine que je vais devoir enlever ce morceau de bois maintenant ? Ouai. Journée idéale. Je ne pouvais pas rêver mieux.

Sarcasme lancée en une petite pique bien mesurée. Sourcils qui se froncent sur ton front déjà plissé. Il est trop tard pour revenir en arrière et tu t’avances. Tu t’approches. Tu t’immobilises quelques instants quand l’homme te donne enfin son identité. Tu hésite à donner la tienne en retour. Car après tout, même si tu n’es pas recherché pour être un émergé, tu es tout de même portée disparu et tu ne sais pas si c’est vraiment judicieux de dévoiler ton nom. Quoi que. Tes épaules se haussent et ta voix claque de plus belle. Car de toute façon, il y a de forte chance que ton nom n’a pas été exposé :
- Junno. Bon c’est pas le tout Luke Skywalker mais t’es prêt? ça risque de piquer un peu. Par contre, évite de tourner de l’oeil s’il te plait. J’ai encore besoin de toi pour la suite.
Ⓒslythbitch.
Revenir en haut Aller en bas
Luke Cage-Jones
Humain modifié
Luke Cage-Jones


https://houseofm.forumactif.org/t3882-cage-never-backward-always-forward https://houseofm.forumactif.org/t3739-luke-just-assume-that-ever
More about you : THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Giphy
Codename : Power Man
Pouvoirs :  Force Surhumaine : Ce sont, en moyenne, 25 tonnes que l’homme peut soulever sans difficultés, ce sont des plaques d’acier et des pans de murs entiers que son poing peut traverser.  Malgré tout, les limites ne sont pas des plus précises. Les situations les plus stressantes ont pu témoigner de poussées extrêmes de la part du surhomme.

 Vitesse améliorée : Sa musculature poussée prodigue une puissance intense à ses jambes. La course entamée, ce sont des dizaines de kilomètres qui sont traversées par heure écoulée.

 Endurance surhumaine : La fatigue n’est pas vraiment éprouvée malgré les efforts démontrés. Malgré sa masse corpulente, l’épuisement est donc restreint, au-delà des limites de l’ordinaire.

 Peau invulnérable : Peau impénétrable. Les balles ricochent tandis que les lames les plus aiguisées se brisent sur sa peau. Si son invulnérabilité n’est pas sans limites, il reste un homme à la résistance extraordinaire : des chutes de plusieurs mètres ne peuvent briser ses os, pas plus que les chocs électriques et changements de températures extrêmes ne peuvent l’atteindre.

 Facteur guérisseur : s’il est loin d’atteindre le niveau de Wolverine, ses capacités cumulées permettent à l’homme de se remettre de ses blessures les plus graves en un temps accéléré.

THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Tumblr_inline_ofvf3djodp1rqyqrl_250
Emergence :
THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr111 / 51 / 5THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr11
Maitrise :
THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr110 / 50 / 5THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr11
Messages : 169
DCs : Vous voyez le jeu des 7 familles ? Bah je les joue toutes.

Mer 12 Juin - 20:18


The Tree of Death
Junno & Luke
in the eye of the storm ; you remain in control ; and in the middle of the war ; you guard my soul ; you alone are the anchor ; when my sails are torn ; your love surrounds me
in the eye of the storm - ryan stevenson



Soupir qui franchit les lèvres asséchées. Besoin soudain de boire, de décompresser. Autant que de fermer les yeux, avec la chance potentielle de ne pas se réveiller. Souffle saccadé qui résonne au son du vent hurlé. Pluie qui, elle, détonne et frappe les morceaux de verres de la fenêtre brisée. L’eau qui vient doucement goutter, symphonie latente qui ne cesse de se répéter. L’ouragan n’est qu’entamé, au même titre que cette aventure injustement traversée. Épreuve du feu, fourberie d’ailleurs, car elle est faite d’eau, survie qui devient la récompense à remporter. Imprévu que cette tempête qui s’échine, qui s’acharne. Île qui succombe aux intempéries, autant qu’à la violence humaine acclimatée. A croire que tout n’est qu’accumulation d’évènements mérités. A croire que tout n’est que conséquence des droits de plus en plus bafoués. Genosha accuse les coups et les foudres, se plie face aux mouvements et actions entamés. Il n’est plus possible de lutter, qu’importe la nature défiée. Celle de l’homme ou celle des éléments, il n’appartient qu’aux résidents de s’y confronter. Le pompier soupire, regrette presque, pendant un bref instant, sa familiarité avec les flammes. Un domaine qu’il maîtrise au moins, pas comme ce putain d’arbre enfoncé à même son corps. De l’autre côté du mur, voilà où l’homme est retrouvé. Bloqué, coincé. Obligé de s’imposer, de mener un combat bien trop intéressé. Triste enjeu que celui de sa propre vie.

Le gamin revient, lui tend une bouteille au liquide foncé. Les lèvres s’ourlent, blancheur des dents dévoilée. Elles ne sont pas encore tachées de rouge, alors le sort n’est peut-être finalement pas si scellée. « Parfait, ça m’fera peut-être oublier le morceau de bois qui est dans ma poitrine. » Grognement légèrement sarcastique, raillerie assumée qui ne concerne personne en particulier. Aucun coupable, si ce n’est sa propre stupidité. La bouteille est portée à la bouche, goulot brutalement appuyé. Le liquide se déverse, bien qu’il soit loin de rassasier l’humain. Ça picote, la gorge réagit en un nœud provoqué et violent. Toux rauque qui assourdit les alentours, qui agace l’homme mis à terre. Respiration de plus en plus hachurée, sentiment encore plus présent de perdre pied. Si seulement, dans cette boisson, il pouvait s’y noyer. « Laisse tomber, l’oubli a ses limites apparemment. »  On boit pour oublier, dit-on souvent. Dommage qu’il ne peut pas zapper cette branche enfoncée. Lames froides qui se ressentent le long du torse. Doucement le t-shirt est coupé en deux, de bas en haut. Luke grimace, fait ses adieux à l’habit jadis tant respecté. Un frisson secoue le corps musclé, réaction implicite à la morsure de la fraîcheur soudaine. Entre celle des températures basses de l’entrepôt et celle de la blessure qui ne peut que diminuer autant qu’augmentent ses maux. Le morceau de bois est alors bien plus vivant, a ainsi se montrer à l’œil, nu et claquant. L’effritement est conséquent, couleur foncée teintée d’un pourpre dégoulinant. Par réflexe, le soldat du feu dresse sa paume qu’il renferme sur la branche brisée. Comme s’il peut la retirer en un claquement de doigts judicieusement réalisé. Mais le simple frôlement de la craquelure le transperçant le fige, manque même de le faire hurler. La main retombe à même le sol alors que les commentaires du garçon accompagnent le triste tableau dépeint. « Tu penses bien, si tu préfères échanger nos places pour passer une meilleure journée, surtout hésites pas. » Sarcasme murmuré, à peine le courage d’hausser le ton. Malaise flagrant que cette situation. Qui donne envie de gerber, qui lui fait tourner la tête de tous les côtés. La douleur est omniprésente, et à la simple idée de lui retirer ce putain de bois, la victime se retrouve à grimacer. Tel un gamin pris au piège, forcé d’être au coin et de subir l’injuste châtiment imposé. Ah qu’elle est belle la vie. Junno alors, se présente. Ricane doucement mais ses mains tremblantes le contredit. Luke ne peut lui en vouloir, lui-même incertain de ce plan qui se fomente au fil des secondes égrenées. Improvisation entière mais dont ils ne peuvent se détourner. « Tu d’vines bien en tout cas. Je sens déjà le truc se fêler, alors j’espère que t’as des mains de princesse pour bien tout retirer d’un coup sec. » Léger sourire narquois, mais lui-même n’y croit pas. Déjà il peut sentir des étincelles de bois fureter, se détacher petit à petit de la racine principale. Journée de rêve, comme il dit. Véritable joie que de finir ainsi.

Le soldat du feu soupire, cligne des yeux. Migraine qui se manifeste, mais toujours ce désir de s’abandonner. Et le jeune homme qui s’avance, interrompant ainsi les circonstances. Va falloir opérer, et ce coup-ci le scalpel n’est pas dans la main du pompier. Deux doigts sont levés tandis que Cage souffle, complètement crispé : « Attends. » Une gorgée puis deux sont avalées. Longuement savourées, nécessaires également pour la procédure à suivre. En bon compagnon, la bouteille est tendue : « Si t’as besoin d’encouragement. » Hochement de tête. Bravoure certainement pas remis en cause, facilité, simplement, que de pêcher un peu plus de chance à l’état liquide. Le whisky lui est alors redonné, et cette fois-ci, le goulot est porté en amont, au-devant de ses lèvres. Inspiration puis expiration douloureuse, avant de donner le feu vert. « Ok, vas-y. » Aussitôt, la bouteille de verre qui se retrouve dans sa bouche. Besoin de mordre, en espérant ne rien casser, alors que le plus dur, en apparence, et à venir.

Ⓒslytbitch.

___



The war is over when we SAY it's over.
Only one thing will tell me the battle was won. That the fight was over. And that is one day I am going to go for a walk. A free man of convictions. And I said to myself, if I ever get to do that again, I'll know, on that day...we won.| Luke Cage ⊹ CODE BY LIZZOU


Revenir en haut Aller en bas
Junno Park
Mutant
Junno Park


https://houseofm.forumactif.org/t3422-junno-park https://houseofm.forumactif.org/t2591-junno-park
More about you : THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] 6p5p

Pouvoirs : Contrôle des éléments : Terre. Junno est capable de manipuler et de contrôler des éléments terrestres. Tels que des rochers, de la boue ou toute autre matière issu de la terre. Il peut également pourfendre le sol en deux lorsqu'il touche le sol avec ses mains.
Emergence :
THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr115 / 55 / 5THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr11
Maitrise :
THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr115 / 55 / 5THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr11
Messages : 1100
DCs : Keith - Malik - Kwan - Tao - Artémia - Taïs - Jay - Alaric - Simon - Kelsey - Russel - Lauren - Yong-Sun - Daeho

Lun 17 Juin - 10:15


THE TREE OF DEATH



Là, tout de suite, tu essayes de canaliser ton stress comme tu peux. Tu refuses de le laisser monter pour la simple et bonne raison que tu sais pertinemment ce qui risque d’arriver. De plus, tu as ta fierté. Ton égo. Alors non. Hors de question de paniquer même si l’idée de te foirer à de quoi t’inquiéter un peu. Beaucoup en vérité. Ta langue vient pour la unième fois claquer contre ton palais. Tes yeux restent plissé mais quand l’homme te titille encore par un sarcasme murmuré, tu les roule dans ton orbite, ne pouvant t’empêcher de répliquer :
- Pour devenir aussi chiant que toi? Non merci, je passe mon tour. Je préfère encore ma journée de merde à la tienne. Sans rancune hein.

Clin d’oeil bref mais dirigé. Ton claquant dans l’entrepôt à demi dévasté. Quitte à choisir, oui. Tu préfère largement ta place à la sienne. Quoi que. Ce que tu t’apprêtes à faire n’est clairement pas dans ton CV et tu aurais certainement préféré rester planqué là tout seul plutôt que d’avoir une vie entre les mains. Sa vie entre les mains. A croire que le destin se fout de toi. Un peu en réalité. De nouveau, ta langue vient claquer contre tes lèvres pincées et tu glisse tes iris sur la blessure infligée. Ce n’est pas joli à voir. Le morceau de bois est bien ancré dans sa chair à vif et tu as tout intérêt à aller vite pour le virer de là sans dégât. Aux dires de l’autre, tu laisse un ricanement t’échapper. Ta main vient à repousser cette mèche rebelle qui glisse sur tes yeux et tu réplique. Toujours même si un frisson te traverse, luttant contre l’appréhension qui coule désormais en toi :
- Si tu savais ! Promis, mes doigts de fée vont tout arranger. Contente-toi de ton côté de ne pas t’évanouir. Ca m’arrangerait.

Sarcasme. Unique moyen pour te donner le courage escompté. Unique moyen que tu as trouvé pour garder les pieds sur terre dans ce chaos infligé. Le vent pourrait se calmer mais au contraire, il devient plus fort. Plus violent. Vous l’entendez à ses rafales incessantes. A ces gouttes de pluie tombant lourdement sur la toit sans le percer cela dit. Mais jusqu’à quand? Ton coeur bat rapidement contre ta poitrine serrée. Tu ne rechignes pas une seule seconde quand le dénommé Luke te tend cette bouteille pour te motiver. Pour t’apporter quelques encouragements bien pensé.
- Bonne idée.

Tes doigts agrippent alors le whisky offert précédemment. D’un geste vif, tu le porte à ta bouche asséchée. Tu sens le liquide brûler ta gorge délicieusement et tu le laisse couler lentement dans ton gosier pour t’apporter une consolation escompté. Cela devrait suffir. Cela devrait te donner la force de continuer. Il est temps pour vous de passer à la vitesse supérieure. D’agir. Ton comparse du moment ne semble pas au meilleur de sa forme et plus vous tardez, pire c’est. Bordel. Es-tu vraiment prêt? Pas tellement. Un grognement s’échappe d’entre tes boutons de chair et tu te penche de plus belle. Tu susurre dans une voix presque pincée, dévoré par les évènements infligés :
- Ok. On va y aller alors. T’es prêt? Dans un…

Quand enfin le blessé te donne le feu vert tant attendu, tes doigts viennent à s’enrouler autour de la branche. Tu la sens déjà qui résiste à ton touché. Tu essayes de ne pas trembler mais les gouttes de sueur qui s’échappent de ton front plissé à de quoi prouver ta nervosité apparente. Ton expression tirée montre à quel point tu es stressé. Non. Tu ne dois pas flancher.
- Deux…

Ta langue claque de plus belle contre ton palais. Tes muscles se tendent sous ce compte à rebours imposé et tu inspire. Profondément. Tu essaye d’avoir le contrôle sur la situation. Ta voix claque dans l’entrepôt et sans préavis, tu tires. Tu en oublie consciemment le trois pour que Luke n’est pas le temps de réfléchir. C’est mieux ainsi. De toute façon, le mal est déjà fait et voilà que tu te retrouve avec une satanée branche dans la main, te confrontant à un flot de sang qui jaillit un peu partout.
- Bordel.

La plaie est libérée. Tu le vois oui à tout ce sang qui s’écoule. S’épanche. Se libère à présent de cette blessure ouverte. Par réflexe, tes doigts viennent à tâtonner le sol et tu prends les compresses. Les pose sur la plaie pour arrêter l'hémorragie. La vue du sang ne te gène pas. Soyons honnête. Tu en appréciais même ses couleurs quand tu laissais libre court à une lame de glisser sur ta peau à vif. Sur tes poignets mais là. C’est différent. Ce n’est pas qu’une simple éraflure infligée. C’est bien plus. Ta mâchoire se crispe et tu te mord les lèvres. Tu fais appui sur les compresses en espérant que Luke ne finisse pas par s’évanouir. Ton ton claque de plus belle et tu délaisse cette branche en la jetant plus loin pour ne plus avoir à la toucher.
- Et maintenant je fais quoi? Ce n’est pas que tu pisse du sang mais un peu quand même. Reste avec moi hein. N’abandonne pas. On y est presque.
Ⓒslythbitch.
Revenir en haut Aller en bas
Luke Cage-Jones
Humain modifié
Luke Cage-Jones


https://houseofm.forumactif.org/t3882-cage-never-backward-always-forward https://houseofm.forumactif.org/t3739-luke-just-assume-that-ever
More about you : THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Giphy
Codename : Power Man
Pouvoirs :  Force Surhumaine : Ce sont, en moyenne, 25 tonnes que l’homme peut soulever sans difficultés, ce sont des plaques d’acier et des pans de murs entiers que son poing peut traverser.  Malgré tout, les limites ne sont pas des plus précises. Les situations les plus stressantes ont pu témoigner de poussées extrêmes de la part du surhomme.

 Vitesse améliorée : Sa musculature poussée prodigue une puissance intense à ses jambes. La course entamée, ce sont des dizaines de kilomètres qui sont traversées par heure écoulée.

 Endurance surhumaine : La fatigue n’est pas vraiment éprouvée malgré les efforts démontrés. Malgré sa masse corpulente, l’épuisement est donc restreint, au-delà des limites de l’ordinaire.

 Peau invulnérable : Peau impénétrable. Les balles ricochent tandis que les lames les plus aiguisées se brisent sur sa peau. Si son invulnérabilité n’est pas sans limites, il reste un homme à la résistance extraordinaire : des chutes de plusieurs mètres ne peuvent briser ses os, pas plus que les chocs électriques et changements de températures extrêmes ne peuvent l’atteindre.

 Facteur guérisseur : s’il est loin d’atteindre le niveau de Wolverine, ses capacités cumulées permettent à l’homme de se remettre de ses blessures les plus graves en un temps accéléré.

THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Tumblr_inline_ofvf3djodp1rqyqrl_250
Emergence :
THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr111 / 51 / 5THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr11
Maitrise :
THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr110 / 50 / 5THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr11
Messages : 169
DCs : Vous voyez le jeu des 7 familles ? Bah je les joue toutes.

Dim 29 Sep - 17:59


The Tree of Death
Junno & Luke
in the eye of the storm ; you remain in control ; and in the middle of the war ; you guard my soul ; you alone are the anchor ; when my sails are torn ; your love surrounds me
in the eye of the storm - ryan stevenson



Bordel. De. Merde. C'est que ça fait un mal de chien, cette histoire. Le pompier n'arrive plus à aligner deux mots respectables, pas plus qu'à émettre des pensées raisonnables. Là, en l'instant, il n'aspire qu'à une chose : se sortir de là, se réveiller de ce mauvais cauchemar. Malheureusement pour lui, la réalité est toute autre et bien plus compliquée. Ce n'est pas un simple pincement au bras ou un petit claquement de doigts qui peut lui permettre de se sortir de ce mauvais pas. Loin de là même, étant donné qu'il ne peut même pas bouger le petit doigt. L'ironie de la situation se fait sentir pour le soldat du feu qui n'est guère habitué à être aussi impuissant. Remis aux forces de la nature, pis encore, sa vie en jeu entre les mains d'un gamin. Et pas un des plus polis, qui plus est. A se demander s'il avait pas grandi dans son quartier pas forcément réputé du temps de son enfance dépassée. Enfin bref. Quel intérêt de parler de ça désormais ? Un soupir affligé s'échappe de l'homme affaissé. Sa respiration est saccadée, un sifflement inquiétant s'échappe de ses lèvres asséchées. C'est qu'il pourrait presque sentir la fin arriver. Luke ne parvient plus à rien, il perd son sang froid à mesure que la souffrance embrume son esprit de plus en plus déphasé. La peur de l'infection rôde, la peur d'y passer par cette putain de branche le prend aux tripes. Là, tout de suite, il aimerait que Jessica soit là. Qu'il puisse au moins lui dire au-revoir, la serrer dans ses bras une dernière fois.

Sauf que ce n'est pas sa femme qui a l'honneur d'assister à sa fin, mais ce satané gamin. Il n'a même plus la force de rebondir sur ses sarcasmes, le pompier, ce qui en dit long sur son état avancé. Quand le compte à rebours est lancé, Cage ferme les yeux, se délecte d'avance de la délivrance. Une première seconde, une deuxième, enfin, il pourra pousser son dernier soup... « GggggAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH. » Le hurlement poussé doit résonner dans toute l'île, tellement il est exclamé par réflèxe, témoignant de la profonde douleur infligée. Enfin, la branche est retirée mais au prix d'un putain de supplice. Luke peut à peine savourer la victoire du moment. Parce que là, tout de suite, il a froid. Il a froid, à moitié torse-poil, tout en sentant ce fichu liquide chaud et poisseux dégouliner sur sa poitrine. Merde, c'est vraiment tout sauf agréable. L'homme ouvre la bouche comme pour dire quelque chose, se plaindre sûrement, mais il manque de défaillir. Ainsi couché dans une position exagérée, il est tenté de se laisser bercer par le noir qui l'attire. Une envie de s'en remettre au néant emprisonne un instant son cerveau retourné, avant qu'une voix paniquée ne filtre à travers les brumes d'endolorissement éprouvé. Ah, flûte. Déjà, il a accumulé bien trop de jurons ces derniers temps. Et ensuite... effectivement, il est en mauvaise posture. Luke passe une main tremblante sur son visage couvert de sueur, se colle une gifle pour se remettre le cerveau en place. Allez, man, réfléchit, c'est pas le moment de lâcher le gamin. « tT-tu... » Bon. Y a encore du progrès à faire pour puiser dans ses dernières forces. « Tu sais...c-coudre ? » Un petit sourire fait suite à la question, qui se rapproche de la farce. En dépit du lieu où il se trouve, l'homme a bien conscience que Junno et ses doigts de fées ne pourront véritablement refermer sa plaie béante. La blessure est bien trop impressionnante et importante pour qu'une suture improvisée suffise à le soigner.

Le soldat abattu secoue la tête, tapote légèrement le sol du doigt. Son regard quelque peu éteint s'attarde sur la trousse de soins. Là, posée à même le plancher, c'est ce qui peut encore garantir sa survie. « Fffaut stopper l'hémorragie. Juste pour quelques temps. » Juste le temps de rentrer à la maison. Ou presque. L'appartement n'est pas à côté, mais la caserne n'est pas si éloignée. « Prends les...compresses et les bb-bandages. Faut réduire le flot de sang, onn-on va tenter de... boucher la plaie. » Le pompier peine à maintenir ses yeux ouverts, galère encore plus pour prononcer des mots sans s'interrompre, la langue pateuse et la respiration rendue hasardeuse. « C'pas la meilleure solution m-mais c'est la seule qu'on a. » Et après ça ? Cage se repose quelques instants, le temps que le jeune homme suive les directives lancées dans un élan de survie presque désespéré. Luke tente de se redresser, de se mettre en position afin de faciliter le bandage de sa plaie par Junno. C'est à peine s'il y réussit, mais il s'accroche, tandis qu'il précise : « J'vais crever, p'tit. » Le petit n'a rien de moqueur, ni de méchant. C'est simplement l'adulte qui prend conscience de la fatalité imposée, bien qu'il cherche à la rabrouer. « Ici, j'ai aucune chance. Lle bandage... il gagne du temps. Mais... » L'homme tousse, reprend difficilement : « ... si j'veux pas y rester, faut qu'on sorte d'ici. Qu'on aille à la caserne. » Un élan de frisson secoue le corps de Luke, qui manque de s'écrouler encore plus. La journée n'est pas finie, oh loin de là.
Ⓒslytbitch.

___



The war is over when we SAY it's over.
Only one thing will tell me the battle was won. That the fight was over. And that is one day I am going to go for a walk. A free man of convictions. And I said to myself, if I ever get to do that again, I'll know, on that day...we won.| Luke Cage ⊹ CODE BY LIZZOU


Revenir en haut Aller en bas
Junno Park
Mutant
Junno Park


https://houseofm.forumactif.org/t3422-junno-park https://houseofm.forumactif.org/t2591-junno-park
More about you : THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] 6p5p

Pouvoirs : Contrôle des éléments : Terre. Junno est capable de manipuler et de contrôler des éléments terrestres. Tels que des rochers, de la boue ou toute autre matière issu de la terre. Il peut également pourfendre le sol en deux lorsqu'il touche le sol avec ses mains.
Emergence :
THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr115 / 55 / 5THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr11
Maitrise :
THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr115 / 55 / 5THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr11
Messages : 1100
DCs : Keith - Malik - Kwan - Tao - Artémia - Taïs - Jay - Alaric - Simon - Kelsey - Russel - Lauren - Yong-Sun - Daeho

Mar 5 Nov - 9:41


THE TREE OF DEATH



Ton cœur bat à un rythme irrégulier. Tes muscles sont tendus, crispés mais tu essaye de garder la tête haute pour ne pas flancher. Ce n'est pas le moment. Luke pourrait te claquer entre les doigts en un instant et sa présence à beau te titiller, par un même caractère bien trempé. Par ses mots piquants, au même titre que les tiens. Tu ne veux pas. Non Tu ne tiens pas à ce qu'il meurt dans tes bras. Tu le refuses. Tes mains agrippent les compresses et tu te redresse légèrement pour appuyer dessus du mieux que tu peux pour ne pas laisser tout ce sang s'échapper. Tu ne dois pas paniquer. Ta langue claque néanmoins contre ton palais et tu jures, tu pestes tandis que l'autre hurle à t'en faire crever les tympans.
- Merde. Fais chier.

Malgré tes sarcasmes. Ton air mutin, tu n'en mène pas large à cet instant. C'est bien la première fois que tu t'occupes de quelqu'un et tes membres tremblent à chaque seconde passé. Tes sourcils se froncent sur ton front déjà plissé. Ta respiration est hachées et ton souffle se bloque tandis que l'autre tourne de l’œil, se gifle lui-même pour ne surtout pas sombrer. Tant mieux. Ça t'évitera de le faire toi-même. Tu n'es pas réputé pour ta patience. Ton regard glisse brièvement aux alentours en quête d'une idée or sa voix glisse, tonne, s'entremêle avec le vent et tu t'immobilises. Tu ancres à nouveau tes iris dans les siens désormais voilés.
- Attend…

Tu réalises soudain ce qu'il te demande, là, maintenant. Tout de suite. Tes yeux s'écarquillent et tu sers la mâchoire. Tu te demande s'il est vraiment sérieux. Tes traits se tendent et tu gueule presque en compressant la blessure, sentant un liquide rougeâtre couler entre tes doigts. Sillonner tes phalanges, signe que vous n'avez plus beaucoup de temps. Signe que vous devez faire au plus vite pour ne pas que la situation devienne de plus en plus dramatique :
- Tu m'as prit pour qui? Docteur Ross? Désolé mais mes doigts de fée ne sont pas magique non plus. Ils ont des limites à ne pas dépasser. A moins que tu veux te transformer en passoire humaine. Là, qui sait, ça pourrait marcher.

Coudre. Et puis quoi encore? Tu ne sais pas coudre. Ce n’est pas une option que tu as choisis quand tu as rejoins la Garde Rouge. Ce n’est pas non plus une option qui a été proposé quand tu t’es enfin décidé à rejoindre la résistance. A nouveau, ta langue claque contre ton palais et tu sens cette mèche rebelle glisser sur le devant de tes yeux, sans rien pouvoir faire pour la dégager.
- Sans blague, continues-tu sur ta lancée alors que l’homme te donne les directives escomptées, luttant toujours plus pour ne pas flancher, tomber dans les ténèbres infligés.

Autour de vous, le bâtiment se trouve malmené, bercé, foudroyé par les bourrasques de vent qui s’intensifie à chaque seconde passée. Les murs craquent. Le toit semble inondé. Un rien peut le déchirer mais ton attention reste focalisé sur Luke et sa voix presque éteinte. Tu râles mais tu fais ce qu’il te dis. Avec rapidité, tu prends tout ce qui se trouve à ta portée : compresses, bandages, pansements improvisés et tu essayes de boucher la plaie. Tu sens tes mains poisseuse de sang mais tu n’y prête pas attention. Tu essayes de faire vite. Tu t’improvise aide soignant même si ton travail est loin d’être soigné mais plutôt brouillon. Qu’importe. Ce n’est pas le plus important. Tant que tu stoppes un peu l’hémorragie avancée.
- Évite s’il te plait. J’ai pas envie d’avoir ta femme sur les bras après. Pense au moins à ma propre survie.

Tu fais preuve de moquerie, de sarcasme évident mais au fond, non. Tu ne veux pas qu’il meurt. C’est une éventualité qui te fait peur même si tu t’entêtes à ne pas le montrer. Il va s’en sortir. Vous allez vous en sortir. Hors de question d’abandonner même si la perspective de sortir d’ici t’enchante guère, te rendant compte du risque.
- Voilà l’idée qu’elle est bonne. Et pour que tu te fasses encore embrocher par un projectile? t’es sûr que ce soit vraiment une bonne idée? J’en doute fortement mais si ce sont là tes dernières volontés. Ok. Allons-y gaiement.

Non. Tu n’es pas vraiment enthousiaste à l’idée de sortir. Ta langue claque une fois de plus contre ton palais et ton regard perçant s’ancre dans celui embrumé du grand. Il n’a pas tord sur un point. En restant ici, ses chances de survie restent maigre. Un soupir s’échappe d’entre tes pulpeuses et tu passes tes mains poisseuses de sang sur tes cheveux humides pour les repousser en arrière. Ta langue passe brièvement sur tes lèvres sèches. Tes yeux roulent dans leurs orbites et tu passes un bras derrière le dos du blessé, râle sur son poids bien plus supérieur au tien. Tu l’aides à se relever et des gouttes de sueur perlent sur ton front désormais dégagé. Ta mâchoire s’en trouve crispée alors que tu uses dans tes forces pour le soulever, l’inviter à s’appuyer sur toi en un appui improvisé :
- Et elle est où ta précieuse caserne? Pas sûr que je supporte ton poids pendant trop longtemps alors si tu ne veux pas que je te lâche en plein milieu de la tempête, il y a intérêt à ce qu’elle ne soit pas trop loin hein.
Ⓒslythbitch.
Revenir en haut Aller en bas
Luke Cage-Jones
Humain modifié
Luke Cage-Jones


https://houseofm.forumactif.org/t3882-cage-never-backward-always-forward https://houseofm.forumactif.org/t3739-luke-just-assume-that-ever
More about you : THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Giphy
Codename : Power Man
Pouvoirs :  Force Surhumaine : Ce sont, en moyenne, 25 tonnes que l’homme peut soulever sans difficultés, ce sont des plaques d’acier et des pans de murs entiers que son poing peut traverser.  Malgré tout, les limites ne sont pas des plus précises. Les situations les plus stressantes ont pu témoigner de poussées extrêmes de la part du surhomme.

 Vitesse améliorée : Sa musculature poussée prodigue une puissance intense à ses jambes. La course entamée, ce sont des dizaines de kilomètres qui sont traversées par heure écoulée.

 Endurance surhumaine : La fatigue n’est pas vraiment éprouvée malgré les efforts démontrés. Malgré sa masse corpulente, l’épuisement est donc restreint, au-delà des limites de l’ordinaire.

 Peau invulnérable : Peau impénétrable. Les balles ricochent tandis que les lames les plus aiguisées se brisent sur sa peau. Si son invulnérabilité n’est pas sans limites, il reste un homme à la résistance extraordinaire : des chutes de plusieurs mètres ne peuvent briser ses os, pas plus que les chocs électriques et changements de températures extrêmes ne peuvent l’atteindre.

 Facteur guérisseur : s’il est loin d’atteindre le niveau de Wolverine, ses capacités cumulées permettent à l’homme de se remettre de ses blessures les plus graves en un temps accéléré.

THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Tumblr_inline_ofvf3djodp1rqyqrl_250
Emergence :
THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr111 / 51 / 5THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr11
Maitrise :
THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr110 / 50 / 5THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr11
Messages : 169
DCs : Vous voyez le jeu des 7 familles ? Bah je les joue toutes.

Ven 29 Nov - 20:01


The Tree of Death
Junno & Luke
in the eye of the storm ; you remain in control ; and in the middle of the war ; you guard my soul ; you alone are the anchor ; when my sails are torn ; your love surrounds me
in the eye of the storm - ryan stevenson



Y a pas à dire, il fait du bon boulot le petit. Complètement écrasé, terrassé à même le sol, le pompier doit bien l’admettre, quand bien même il est au bout de sa vie. En dépit des manières du plus jeune, en dépit de son ton taquin voire mauvais, il le maintient encore avec lui. Il le berce, le soutient pour qu’il ne quitte pas le monde des vivants. Et autant dire qu’au vu des circonstances, c’est un vrai miracle que le plus grand ne soit pas encore crevé. Mais dans sa malchance, il a hérité d’un ange gardien. Pas celui escompté, non qu’il n’ait jamais envisagé d’en avoir besoin. Mais au moins, Luke n’est pas seul. Dans cette galère, ils sont deux. Ils sont deux à relever la tête quand quelque chose cogne la fine tôle qui leur sert de toit, faisant tressaillir chacun d’entre eux. Doux Jésus. Les emmerdes continuent. « Ttt-’en fais pas, mon gars. Y a peut-être une chance que…koff… Jessica s’acharne d’abord sur les arbres avant de venir s’en…koff koff… prendre à toi. » Il ricane alors, le soldat. Crache également du sang, toussotant si violemment que son buste s’arque en avant. Oh bon sang, c’est loin d’être fini pour lui. A chaque seconde écoulée, ses chances s’amenuisent. Sa volonté ne maigrit pas, mais il ne peut guère lutter pour toute l’éternité. Alors lui vient en tête une brillante idée. Il ne sait même pas s’il pourra y venir à bout, en toute honnêteté. Marcher jusqu’à la caserne, dans son état ? Autant croire au père-noël. Et pourtant, sur le coup, c’est presque le cas. Parce que les yeux de Luke brillent d’un fol espoir. Celui d’un homme désespéré à revenir auprès des siens, qui veut encore y croire. En dépit de sa déclaration précédente, il veut convaincre Junno d’essayer. Que peuvent-ils accomplir d’autres, de toute façon ? Ils sont coincés.

Des sarcasmes sont à nouveau échangés, le jeune homme semble éberlué. Le pauvre, s’il avait-su, il ne serait sûrement jamais venu. Pas ici, pas dans cet entrepôt paumé en solitaire. Cage ne sait pas encore pourquoi il s’est pointé là, mais alors que le garçon passe son bras autour de ses épaules et le force à se redresser, il se mord la langue et palie à la souffrance imposée. « Dis-moi, mon garçon. Tu foutais quoi ici à l’origine ? » Il essaie de ne pas bégayer, debout ainsi appuyé contre le plus jeune. Alimentant la discussion pour ne pas perdre le fil de leur direction. Pour sa défense, ce serait vraiment con de perdre conscience sur le chemin de la délivrance. Cage espère que le petit comprendra sa manœuvre tandis qu’il rajoute, sur la caserne : « El-elle est pas loin. Quelques pâtés de…ghhh de rues tout au plus. » La souffrance est intense. Tout son corps se meurtri à chaque pas effectué. Et pourtant, ils n’ont pas beaucoup avancé. Mais soudainement, un bruit de verre brisé résonne dans l’entrepôt. Surprenant le pompier et figeant leur précieuse course entamée. Pas besoin de s’interroger bien longtemps pour deviner la cause de la nouvelle casse réceptionnée. Le vent hurle, plus fort que jamais, frappe les vitres de la bâtisse qui encaisse les coups, sans contre-attaquer. Si ça continue, les murs vont éclater de tous les côtés. Voilà qui ne laisse dont pas vraiment le choix aux deux étrangers qui daignent, finalement, s’aventurer dans le froid. Avant d’oser braver l’interdit toutefois, le soldat du feu adresse un dernier souhait au rebelle : « Ma veste. » Il ne peut pas se prononcer plus, ses boyaux se tordant sous l’effort accompli. Heureusement pour lui, le message est passé, et bien qu’il soit difficile pour lui d’enfiler l’habit cité, au moins est-il posé sur ses épaules. Il use alors de son bras blessé pour maintenir la veste contre son corps tandis qu’ils s’aventurent au dehors.

La baisse de température soudaine agresse Luke, qui tremble sous la pluie et les gifles du vent infligées. La fièvre et le sang écoulé, bien que temporairement restreint grâce au pansement improvisé, n’accueillent pas très bien la vague glaciale du climat négligé. La tempête bat son plein et c’est une ramassée que les deux doivent encaisser, sans grands moyens de l’éviter. Le vent est plus fort que jamais, les arbres eux-mêmes craquent sous la puissance du maître de l’air. Le pompier plisse les yeux, serre ses doigts en combattant le noir intérieur qui cherche à l’ensevelir. Pour autant, ce n’est pas sa conscience flanchant qui cantonne sa vision à un tracé droit, incapable de prévoir les champs périphériques à sa gauche et à sa droite. « Meeerde on n’voit rien ! » Luke est obligé de crier pour se faire entendre, tant les brasques de vent agressent leurs oreilles respectives. Le son en est effrayant, l’écho dissonant s’amplifiant dans les rues vides, qui ne laissent passer que des voitures garées et susceptibles de s’envoler.  Bon sang, quel plan de génie il a eu. Déjà qu’ils avancent au ralenti, voilà qu’ils peuvent à peine dépasser un quartier sans risquer de se faire emporter. Luke se tourne vers Junno, incertain de la marche à suivre. Quand ses orbites s’écarquillent, les prunelles captant une forme sombre depuis le ciel. « ATTENTION ! » Le hurlement couvre tout le reste alors qu’il emmène le gamin dans son mouvement. Ils pourraient s’étaler, se planter quelque part, ou céder à l’ouragan. Qu’importe au fond. Les risques sont partout. Y compris depuis des hauteurs incertaines, depuis lesquelles le vent balance sa colère répugnante. Et voilà qu’ils se retrouvent à devoir esquiver un bout du toit de l’entrepôt arraché, volant droit sur eux, les prédateurs de métiers, devenus si tristement proies pourchassées par le climat aggravé.
Ⓒslytbitch.

___



The war is over when we SAY it's over.
Only one thing will tell me the battle was won. That the fight was over. And that is one day I am going to go for a walk. A free man of convictions. And I said to myself, if I ever get to do that again, I'll know, on that day...we won.| Luke Cage ⊹ CODE BY LIZZOU


Revenir en haut Aller en bas
Junno Park
Mutant
Junno Park


https://houseofm.forumactif.org/t3422-junno-park https://houseofm.forumactif.org/t2591-junno-park
More about you : THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] 6p5p

Pouvoirs : Contrôle des éléments : Terre. Junno est capable de manipuler et de contrôler des éléments terrestres. Tels que des rochers, de la boue ou toute autre matière issu de la terre. Il peut également pourfendre le sol en deux lorsqu'il touche le sol avec ses mains.
Emergence :
THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr115 / 55 / 5THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr11
Maitrise :
THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr115 / 55 / 5THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr11
Messages : 1100
DCs : Keith - Malik - Kwan - Tao - Artémia - Taïs - Jay - Alaric - Simon - Kelsey - Russel - Lauren - Yong-Sun - Daeho

Mar 17 Déc - 23:22


THE TREE OF DEATH



Drôle de rencontre quand tu y penses. En rappliquant ici, tu ne t'attendais absolument pas à te trouver dans cette situation. Ta langue claque contre ton palais. Tu uses de moqueries, de sarcasmes. Tu balances des piques à tout va et l'autre te les rendent bien malgré son état pitoyable mais ouai. Au fond, tu l'apprécie cet ours mal léché. Tu n’aimerais pas qu’il crève dans tes bras. Tu dois avouer que tout ça est nouveau pour toi et ton coeur continue à battre fortement contre ta poitrine contractée. Tu râles sur sa décision à rejoindre sa caserne. D’ailleurs. Caserne. Tes yeux se plissent à cette révélation soudaine. Un peu plus tôt, tu t’étais demandé ce qu’il faisait, comme métier. Pour savoir autant guider sur le processus de soin. La vérité s’écrase sur le coin de ton nez et tu réalises qu’il doit être pompier. Un truc comme ça  du moins, pour vouloir à tout prix y aller. Oui. Tu rechignes. Tu acceptes néanmoins et tu pestes sous son poids qui s’écrase contre le tien. Tu t’apprêtes à lui poser cette question qui te brûle les lèvres mais voilà qu’il prend les devants et te pose une question en premier. Une question qui te raidit, bien que tu es passé maître en la matière de cacher la vérité.
- J’allais voir un ami. La tempête m’a prit au dépourvu alors je me suis planqué ici.

Point. Ce qui n’est pas faux cela dit. Tes intentions étaient d’aller voir Harry mais la tempête ne t’as pas laissé le temps d’y parvenir. La seule chose qu’il n’est pas sensé savoir, c’est que tu te planque des autorités. Que tu préfères vagabonder à des heures creuses, dans l’espoir que personne ne te voit. Pour ne pas avoir à retourner ni à la Garde, ni chez toi, retournant ta veste contre toute attente pour rester avec l’ennemi. L’ennemi qui n’en ai plus un aujourd’hui, puisque tu fais partis des leurs. Et ce, malgré ta répugnance passée à l’être contre ton gré. Compliqué. Tout est encore compliqué pour toi et ta langue vient une fois de plus claquer contre ton palais. Tout en avançant dans la pénombre, une main autour de sa taille et l’autre tenant son bras sur les épaules, tu uses de tes forces pour vous mener vers la sortie. Tu galère un peu cela dit. Ce con est quand même sacrément costaud mais tu vois qu’il essaye malgré tout de t’aider. De tenir la conversation pour ne pas flancher. Tu te prends alors au jeu et tu lui retourne la question, lui demandant au passage d’une voix quelque peu détachée et sarcastique. Pour ne pas changer. Avec l’intention de le piquer pour qu’il reste éveillé.
- Et toi alors? Qu’est-ce que tu foutais là? Je doute que ce soit pour l’amour d’un arbre que tu as rappliqué ici.

Un rire s’échappe d’entre tes lèvres pincées suivi d’un soupir à la perspective de te battre bientôt contre le vent. Ce qui est assez ironique et à de quoi te faire marrer au fond, en pensant cette fois à Dakho qui aurait pu être à l’origine de ce foutu cataclysme créé. Le cyclone n’est pas prêt de s’arrêter. Vous l’entendez à ces bourrasques qui frappent les murs sans préavis. Qui tapent violemment contre les carreaux. Qui manquent par ce fait de les déchirer et oui. C’est un fait. Ce lieu n’est plus très sûr pour vous tenir à l’abri. Luke a raison. Vous devez vous barrer le plus vite possible. Tu pestes, râles à nouveau lorsque ce dernier te demande sa veste. Ce que tu t’appliques à lui donner néanmoins même si tu roules des yeux en soupirant. Peu sûr que ça lui serve à quelque chose pour la suite.
- T’es sérieux là? C’est pas ça qui va nous empêcher de nous envoler t’es au courant?

Oui. Tu pestes. Dans un mouvement de tête, tu dégages cette mèche qui te tombe sans cesse sous tes yeux et tu te crispe à ce qui va suivre. Tu te prépares mentalement. Tu sais que ca ne va pas être une partie de plaisir et tes craintes se confirment une fois la sortie passée. Une fois propulsés dans ce tumulte enragé.
- Putain…

C'est pire que ce que tu pensais. Le vent souffle avec brutalité. Tes yeux te piquent. Des larmes manquent de couler. Tu essayes de ne pas lâcher ta prise sur Luke mais tu as grand mal à avancer. D'ailleurs. Ce dernier hurle quelque chose mais tu as du mal à l'entendre alors qu'il est tout juste à côté. Ta langue claque pour la énième fois contre ton palais et tu formes un pas. Puis un deuxième. Pestant contre ce temps qui pourrait bien vous emporter. Mais tu tiens bon. Tu ressers ton bras sur la taille du blessé. Tu te demande pourquoi tu fais tout ça cela dit et tu sers la mâchoire à cette pensée. Tu n'as cependant pas l'intention d'abandonner. Tout en te courbant légèrement pour encaisser au mieux le vent et la pluie, tu cries presque dans une voix étouffée :
- On va par où maintenant?!

Avant d'être surpris par sa mise en garde hurler. Avant d'être soudain écarté par les mains même du blessé. Le temps que tu comprenne, tout va très vite. A une vitesse alarmante en vérité. Tu vois cette forme sombre tomber du ciel. Tu n'arrives pas à discerner ce que c'est mais ce projectile à le pouvoir de vous écraser. A n'en point douter. Ton coeur manque de sortir de ta poitrine serrée et ton corps tremble. Sans pouvoir le contrôler. Sur le qui-vive. Tendu et crispé par la sentence imaginée. Bordel. Voilà que ton sang bouillonne dans tes veines et que ton instinct de survie se réveille. Tu ne réfléchis pas à tes actes. Au sol, ta main se propulse en avant par réflexe et des perles de sueur froide coulent maintenant sur ton visage mouillé. Il est trop tard pour reculer. Dans l'urgence de la situation, voilà que tu as fais appel à tes pouvoirs et ces derniers te répondent. Avec plus de facilité que lorsqu'ils étaient déchaîné, soumis à tes fortes émotions impossible à gérer. La terre tremble sous vos pieds. Tu tentes de ne pas paniquer quand cette dernière se lève, formant un bouclier juste au dessus de vos deux corps recroquevillés pour accueillir le projectile lancé. Pour vous protéger du danger.
- Et merde…

Un bruit mat résonne dans la rue dévasté. Le morceau de toit est dévié. Il vient s'écrasé à quelques pas de là au lieu du point indiqué. C'était moins une mais tu n'avais nullement prévu de te dévoiler. Tu as soudain peur en vérité. Tu as beau avoir appris à les maîtriser, tes pouvoirs te sont toujours étrangers et tu halètes. Tu n'oses plus regarder Luke en face alors que tu restes figé devant cette barrière façonnée. Sur ce mur improvisé qui vous protège maintenant de quelques bourrasques malintentionnés. Non. Tu n'oses pas le regarder. Tes yeux s'abaissent et tu murmures, d'un ton presque susurré car tu as peur de ce qui va suivre. Même si tu ne tiens pas, encore une fois, à le montrer en te redressant comme si de rien n'était et en l'aidant par ce fait à se relever :
- T'as rien vu ok? Tu n'as absolument rien vu. Continuons d'avancer. Je te fous en lieu sûr comme promis et après je disparaîtrais.
Ⓒslythbitch.
Revenir en haut Aller en bas
Luke Cage-Jones
Humain modifié
Luke Cage-Jones


https://houseofm.forumactif.org/t3882-cage-never-backward-always-forward https://houseofm.forumactif.org/t3739-luke-just-assume-that-ever
More about you : THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Giphy
Codename : Power Man
Pouvoirs :  Force Surhumaine : Ce sont, en moyenne, 25 tonnes que l’homme peut soulever sans difficultés, ce sont des plaques d’acier et des pans de murs entiers que son poing peut traverser.  Malgré tout, les limites ne sont pas des plus précises. Les situations les plus stressantes ont pu témoigner de poussées extrêmes de la part du surhomme.

 Vitesse améliorée : Sa musculature poussée prodigue une puissance intense à ses jambes. La course entamée, ce sont des dizaines de kilomètres qui sont traversées par heure écoulée.

 Endurance surhumaine : La fatigue n’est pas vraiment éprouvée malgré les efforts démontrés. Malgré sa masse corpulente, l’épuisement est donc restreint, au-delà des limites de l’ordinaire.

 Peau invulnérable : Peau impénétrable. Les balles ricochent tandis que les lames les plus aiguisées se brisent sur sa peau. Si son invulnérabilité n’est pas sans limites, il reste un homme à la résistance extraordinaire : des chutes de plusieurs mètres ne peuvent briser ses os, pas plus que les chocs électriques et changements de températures extrêmes ne peuvent l’atteindre.

 Facteur guérisseur : s’il est loin d’atteindre le niveau de Wolverine, ses capacités cumulées permettent à l’homme de se remettre de ses blessures les plus graves en un temps accéléré.

THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Tumblr_inline_ofvf3djodp1rqyqrl_250
Emergence :
THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr111 / 51 / 5THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr11
Maitrise :
THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr110 / 50 / 5THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr11
Messages : 169
DCs : Vous voyez le jeu des 7 familles ? Bah je les joue toutes.

Mar 14 Jan - 16:25


The Tree of Death
Junno & Luke
in the eye of the storm ; you remain in control ; and in the middle of the war ; you guard my soul ; you alone are the anchor ; when my sails are torn ; your love surrounds me
in the eye of the storm - ryan stevenson



La douleur est cinglante tandis que le sang perdu s’accumule sur les pavés, les gouttes traînant dans le sillage de l’homme blessé. L’avantage d’être en pleine tempête, au moins, c’est que le tout sera rapidement nettoyé par l’eau violemment giclée. Faut savoir voir le verre à moitié plein et non à moitié vide, comme on dit. Néanmoins, la souffrance est clairement loin de diminuer. Le pompier doit se forcer, s’appuyant sur le gamin pour s’accrocher le plus possible, sans véritablement se rendre compte du poids qu’il peut bien représenter pour un jeune homme aussi frêle. A chaque pas effectué, Luke a le sentiment de perdre pied. Il peut sentir un dangereux brouillard l’entourer, pendant que sa plaie béante n’a de cesse de l’éventrer. Alors il cligne des yeux, bêtement, serre ses doigts sur l’épaule de Junno et attente de converser, sans vraiment tout bien écouter. Des bribes de mots traversent ses oreilles bouchées, tandis que le vent fouette son torse à peine couvert, glacial, hérissant ainsi ses poils. Ignorant le jeu de questions-réponses entamé pourtant par ses soins, le soldat du feu tique au dernier sarcasme prononcé. Grimaçant et sifflant entre ses dents serrées, il se justifie stupidement, usant de sa raison pour se maintenir encore au sein de ce monde. « Bsoin ddd-de chaleur pour mon ccorps. » Il explique sans aller plus loin, l’homme chancelant, secouant sa veste, jetée sur ses épaules, qui paraît soudainement bien trop juste en l’instant. Surtout, ne pas sombrer, surtout, ne pas céder. Ce n’est pas si loin, quelques pâtés de rues encore, et tout ira bien. Soufflant bruyamment, le pompier déglutit, remet de l’ordre dans ses idées. Hochant la tête, sans vraiment trop savoir pourquoi, il donne enfin suite au questionnement du garçon. Sans même se rendre compte que sa propre réflexion d’avant pue le mensonge à plein nez, mais il est bien trop amoché pour vraiment le réaliser. Mimant un sourire qui ressemble plutôt à une moue déformée, l’homme prend la peine de rétorquer : « J’faisais le plein. » Murmure presque inaudible alors que les bourrasques de vent couvrent sa voie un peu trop aisément. Y a également une sorte de ricanement qui accompagne la déclaration, l’homme se sentant bien plus évidé que jamais auparavant. Le destin se sera bien foutu de sa gueule, décidément. « Ppour la caserne, justement. On risque de… les décevoir en arr-rrivant. » Finit enfin par déclarer Cage, qui pourrait s’amuser de la situation si celle-ci n’était pas aussi merdique. A la recherche de vivres et de ressources pour aider les gens recueillis par lui-même et ses collègues, voilà qu’au final, il va finir par leur poser problème. On peut mieux faire comme boulot. Y aura de sacrés anecdotes à raconter, une fois qu’il sera véritablement sauvé.

Mais pour l’heure, il faut déjà parvenir à retrouver le chemin de la fameuse bâtisse. Autant qu’il peut, l’homme blessé se redresse, essaye de percer sa vision floutée. La morsure du vent et de l’eau qui claque contre sa peau le fait inconsciemment tanguer, ou bien est-ce plutôt du à ce sang coagulé. Dans tous les cas, le pompier arrive presque à retrouver son chemin, mais c’est sans compter sur les forces de ce bâtard de destin. Là, sous ses yeux, il est témoin de la destruction de leur ancien refuge de malheur, dont la tôle finit par voler dans tous les sens, éclairant ses yeux d’une étincelle de peur. Le réflexe, naturel chez Luke, fait qu’il pousse le jeune homme en avant, hurlant un furieux avertissement. En dépit du geste vif, et un tantinet héroïque toutefois, il est difficile d’échapper à un foutu toit. A terre avec son sauveur, le soldat du feu ne peut que s’allonger et écarquiller les yeux. Un geste automatique le fait se plier sur le côté, tendant son bras pour se protéger l’objet qui pourrait sans aucun doute les écraser. Avancé par rapport au dénommé Park, il a ce fol espoir de l’écarter, mais au fond, il sait bien qu’ils ne peuvent faire le poids face à un tel attentat. Pour autant, alors qu’il est là, comme un grand dadet, à attendre le claquement final de l’obstacle contre leurs corps recroquevillés, il ne sent rien d’autre que la terre trembler. Une sorte de vrombissement prend le dessus sur le vacarme habituel de la brise forcenée, et convainc l’homme d’ouvrir les yeux pour se retrouver face à une vague de terre et goudron mélangés, en train de former une sorte de bouclier. « Sweet Chris… » L’adrénaline, le choc et la surprise de la situation dépassent les bégaiements et la douleur ressentie précédemment. Luke ne peut qu’observer ce miracle être façonné, et c’est avec un temps de retard qu’il daigne enfin se tourner vers le garçon. Là, pour la première fois peut-être depuis le début de leur rencontre, il le dévisage réellement, mate sa main tendue en avant. Celle-ci semble liée à ce barrage modelé, qui crashe contre la tôle dans un bruit assourdissant. Le boucan est horrible, il transperce l’ouïe de Cage qui a l’impression d’entendre un incessant bourdonnement. Et puis finalement, il y a un presque un silence qui fait suite à l’assaut. Le vent insiste toujours, les vagues aussi, mais plus rien ne semble atteindre l’étrange duo improvisé. Le gamin halète, se précipite presque dans ses propos où Cage peut percevoir une certaine panique. En l’écoutant doucement murmure, l’homme se relève, serrant la main de Park qu’il ne lâche pas immédiatement. « Eh petit, calme-toi. Je n’suis pas là pour te coffrer. » Un sourire se dessine, le pompier se remet doucement de ses émotions et du fait extraordinaire qui vient à peine de se terminer. Un émergé, donc. Voilà qui explique bien des choses sur la venue de Junno en cet entrepôt déserté et, désormais, dévasté. « Tu m’as sauvé la vie. Par deux fois. Je t’en dois bien une. » Au moins ça. Et puis, qui est-il pour juger ?

Alors l’homme se remet en route, reprenant la marche, toujours soutenu par le plus jeune. Il souffle, comme un bœuf, reprenant conscience de l’effort démesuré qu’il fournit depuis bien trop longtemps. Pendant quelques longues minutes, l’avancée reprend en silence. Jusqu’à ce qu’après un virage de trop, Luke pose un genou à terre, essoufflé, esseulé également. « Meeerde ghhh. » La douleur l’étreint, l’enivre, la plaie se remet à pisser du sang. Le bandage ne tient pas des masses, pourtant, la maison est là, à quelques mètres à peine de leur position. Dans un élan de dernier instant, le pompier désigne de l’index une bâtisse qui se découpe en plusieurs bâtiments. Ce n’est pas tout à fait côté, ce n’est pas super loin non plus. « Là. Va chercher de l’aide, je…j’peux pas aller plus loin. » Il en a eu pour son compte, le soldat. A deux doigts de perdre conscience pour autant, il réussit à esquisser, dans un murmure à peine audible : « T’inquiète pas. Ttt-ton secret est bien gardé. » Sous-entendu, il peut toujours filer, il ne dira rien. Il faut juste qu’il prévienne au moins un de ses collègues, histoire qu’on vienne le chercher. A bout de forces, dans le froid et la pluie, il baisse alors sa garde. Luke n’attend pas la réponse de l’émergé, mais tourne de l’œil, complètement crevé.

Ⓒslytbitch.

___



The war is over when we SAY it's over.
Only one thing will tell me the battle was won. That the fight was over. And that is one day I am going to go for a walk. A free man of convictions. And I said to myself, if I ever get to do that again, I'll know, on that day...we won.| Luke Cage ⊹ CODE BY LIZZOU


Revenir en haut Aller en bas
Junno Park
Mutant
Junno Park


https://houseofm.forumactif.org/t3422-junno-park https://houseofm.forumactif.org/t2591-junno-park
More about you : THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] 6p5p

Pouvoirs : Contrôle des éléments : Terre. Junno est capable de manipuler et de contrôler des éléments terrestres. Tels que des rochers, de la boue ou toute autre matière issu de la terre. Il peut également pourfendre le sol en deux lorsqu'il touche le sol avec ses mains.
Emergence :
THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr115 / 55 / 5THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr11
Maitrise :
THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr115 / 55 / 5THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke] Fonddr11
Messages : 1100
DCs : Keith - Malik - Kwan - Tao - Artémia - Taïs - Jay - Alaric - Simon - Kelsey - Russel - Lauren - Yong-Sun - Daeho

Sam 18 Jan - 10:45


THE TREE OF DEATH



« Ppour la caserne, justement. On risque de… les décevoir en arr-rrivant. » Alors comme ça, il est pompier. Tu en as la preuve désormais. Tu ricanes légèrement sous l’ironie du sort imposé. Tu te dis qu’il n’a vraiment pas eu de chance pour le coup mais tu n’as pas plus le temps de t’en moquer que la tempête vous transperce par delà vos vêtements déjà mouillés. Tu sers des dents à son touché. Un frisson te parcoures oui et tu pestes intérieurement contre Dakho qui aurait très bien pu être son créateur rien que pour t’emmerder. Tu essayes difficilement d’avancer. Ton bras se resserre sur la taille du blessé et ton dos se courbe légèrement de telle sorte à ne pas t’envoler. Car oui, vous peinez à mettre un pied devant l’autre. C’est une vérité. Ta langue, sournoisement, claque contre ton palais à cette réalité mais tu refuses néanmoins d’abandonner. Tu continues à l’accrocher. A t’accrocher. Sans savoir que le destin t’attend au tournant, dévoilant à Luke la sinistre vérité.

Cette énergie, tu la sens. Tu la sens au bout de tes doigts crispés. Tout va si rapidement que tu n’as pas le temps de la contrecarrer. Tu sens une main imposante te pousser. Ton corps bascule en avant et tes muscles se tendent à mesure du sort infligé. Non. Tu n’as pas le temps. Tu n’as pas le temps de réfléchir avant d’agir. Tu fais appelle à ce pouvoir. A ce don, pourtant, si détesté. Cette force et cette bénédiction comme certains aiment à l’appeler. Que toi, tu peine encore à désigner. Pour vous mettre à l’abri de cet objet lancé à pleine vitesse par delà le ciel encombré. Ironie. Dérision en sachant que quelques semaines avant, tu n’aurais absolument rien fait pour l’arrêter.
“Merde…”

Ta respiration se fait plus haletante au fil des secondes passées. Tu ne voulais pas te dévoiler. Alors que tu viens de créer pourtant ce bouclier, tu te raidis. Tu fuis du regard la large silhouette de ton partenaire touché. Tu fuis son jugement. Un jugement pourtant, qui n’appartient qu’à toi et qui n’est en rien une généralité. Tu as peur en vérité. Tu es effrayé par ce qu’il pourrait dire ou penser. Quelque part, malgré tes sarcasmes, tu commences à l’apprécier mais tu es angoissé à l’idée que ce pouvoir. Ce don. Cette particularité. Change sa perception à ton égard. Comme toi tu as autant hais les émergés, au point de vouloir à tout prix les traquer. A nouveau, ta langue vient claquer contre ton palais et tu murmures d’oublier ce qu’il vient d’assister. En l'occurrence, l’idée de fuir te titille mais tu t’accroche à cette promesse. A la promesse que tu lui as faite de le sortir de ce mauvais pas. De le mettre à l’abri de ce satané cyclone et de ce foutu danger. Toi. Toi qui ne t’es jamais autant occupé de quelqu’un, soumis à tes propres démons qui t’enserrent encore aujourd’hui et que tu dois encore apprivoiser. Même s’ils sont devenu moins lourd à porter.
- Allons-y.

Derrière cette barrière de terre et de ciment, le vent semble soudain plus léger. Moins piquant. Courte pause dans votre quête insensée pour rejoindre le bâtiment convoité. Tandis que tu t’apprêtes à te relever, à te redresser, tu sens soudain une main serrer la tienne et tu hausses les sourcils aux dires prononcés. Tu sens ton cœur manquer un battement. Tu ne cherche pas pour une fois à te protéger derrière un élan de sarcasme et tu te contente de rester muet. Silencieux à ses paroles qui a de quoi te soulager. Un soupir s’échappe enfin d’entre tes lèvres pincées et tu hausses les épaules. Tu es soulagé. Oui. Mais tu ne peux t’empêcher cependant de répondre à ta façon, comme une manière bien à toi de le remercier. Pour t’accepter tel que tu es.
- Il y a intérêt sinon je te laisse ici et je me casse sans demander mon reste.

Oui. Ultime sarcasme murmuré. Taquinerie susurrée alors que tu sais très bien pour le coup que tu n’en ferais rien. Que tu resterais là quoi qu’il arrive. Par ailleurs, tu lâche un :
- Merci…

A peine audible et tu l’aides une fois de plus à se relever. A marcher vers ce bâtiment qui, malgré vos difficultés, se rapproche lentement. Presque. Vous y êtes presque. Tu sens le poids de Luke s’affaisser. Le visage trempé, la mâchoire crispée, tu grognes à son attention en sentant tes propres bras trembler :
- Tu vas pas me lâcher maintenant. Allez accroches-toi ! Merde.

Un juron s’échappe d’entre la barrière de tes chairs et ton regard vient à s’ancrer sur la silhouette affaissée. Tu sens son corps glisser entre tes doigts serrés. La bouche légèrement entrouverte, tu halètes et tu t’accroupis aussitôt à sa hauteur, avec la ferme intention au premier abord de le soulever. Avant d’être soudainement arrêté par ses dernières volontés. Il n’en peut plus. Il est sur le point de tout lâcher. Le coeur battant. Le souffle saccadé, tu acquiesces lentement et tu ravales ta salive, laissant une lueur d’inquiétude te traverser. Il te promet même de ne rien de rien dire à ton sujet et un léger sourire étire tes lèvres crispées. Ta main vient à prendre la sienne en un dernier face à face crée et tu te penches légèrement comme pour lui murmurer, d’une voix beaucoup plus mesurée, moins aiguisée parce que oui. Tu commences vraiment à l’apprécier :
- Tiens bon ok? Restes en vie. T’es assez robuste et chiant pour ça. Je n’en ai pas pour longtemps.

Juste le temps de braver le vent pour s'engouffrer enfin dans ce foutu bâtiment. Drôle de soirée. Drôle de rencontre quand tu y penses alors que tu sens à nouveau ton cœur se serrer. Tout en lâchant sa main, tes sourcils viennent à se froncer et tu ne perds pas plus de seconde pour filer vers l’abri escompté. Tu ne perds pas plus de temps pour chercher de l’aide. Une aide que tu retrouve bien vite alors que tu gueule à peine rentré, trempé de la tête au pied mais t’en contrefichant royalement :
- Hey ! Il y a un blessé là-bas. Venez vite !

Les pompiers te regardent et s’activent aussitôt à prendre leurs affaires. Ils sont épuisés. La tempête ne les a pas non plus épargnés mais ils bravent aussitôt le danger à cette information claquée. L’un d’eux vient même à te tapoter l’épaule, te sommant de rester ici pour que tu puisses te reposer. Te réchauffer mais toi. Toi tu sais que tu seras déjà partis une fois rentré. Tu te contentes de lâcher un :
- Ouai, je bouge pas.

Avant de les regarder s’éloigner. Avant de les regarder disparaître derrière cette porte blindée pour venir en aide à Luke. Luke que tu ne penses pas revoir dans les mois écoulés.
- Prenez soin de lui et remettez le sur pied.

Non. Tu ne comptes pas rester. Pas après avoir émergé durant ce périple insensé. Un soupir s’échappe d’entre tes lèvres et tu rejettes cette mèche qui vient à nouveau caché tes yeux pour la repousser. Tes mains viennent à s’enfouir dans la poche de ta veste et tu te retournes, grimaçant cependant sous l’humidité qui traverse à nouveau tes doigts gelés. Partir. Fuir. Voilà ton quotidien désormais. Tu te mets à courir, dos courbé, affrontant de plus belle le vent claqué pour te planquer dans un nouvel abri abandonné. Tu espères intérieurement que Luke s’en sortira même si tu ne te fais pas trop de soucis à son sujet. Il est robuste. Il te la prouver. Un rictus, lentement, étire tes lèvres gelées et tu te laisses glisser sur ce nouveau mur, claquant ta langue contre ton palais :
- Ouai, vie de merde. Il a intérêt à survivre ce grand dadet. Sinon, il serait capable de venir me hanter.
Ⓒslythbitch.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
THE TREE OF DEATH [Pv Junno et Luke]
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Course à la mort (Death Race 1 et 2 ) [FR DVDRiP]

House of M :: GENOSHA :: IN THE EYE OF THE STORM-
Sauter vers: