RSS
RSS
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Burning like smoke and fire | ft. Terrence
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Luke Cage-Jones
Humain modifié
Luke Cage-Jones


https://houseofm.forumactif.org/t3882-cage-never-backward-always-forward https://houseofm.forumactif.org/t3739-luke-just-assume-that-ever
More about you : Burning like smoke and fire | ft. Terrence Giphy
Codename : Power Man
Pouvoirs :  Force Surhumaine : Ce sont, en moyenne, 25 tonnes que l’homme peut soulever sans difficultés, ce sont des plaques d’acier et des pans de murs entiers que son poing peut traverser.  Malgré tout, les limites ne sont pas des plus précises. Les situations les plus stressantes ont pu témoigner de poussées extrêmes de la part du surhomme.

 Vitesse améliorée : Sa musculature poussée prodigue une puissance intense à ses jambes. La course entamée, ce sont des dizaines de kilomètres qui sont traversées par heure écoulée.

 Endurance surhumaine : La fatigue n’est pas vraiment éprouvée malgré les efforts démontrés. Malgré sa masse corpulente, l’épuisement est donc restreint, au-delà des limites de l’ordinaire.

 Peau invulnérable : Peau impénétrable. Les balles ricochent tandis que les lames les plus aiguisées se brisent sur sa peau. Si son invulnérabilité n’est pas sans limites, il reste un homme à la résistance extraordinaire : des chutes de plusieurs mètres ne peuvent briser ses os, pas plus que les chocs électriques et changements de températures extrêmes ne peuvent l’atteindre.

 Facteur guérisseur : s’il est loin d’atteindre le niveau de Wolverine, ses capacités cumulées permettent à l’homme de se remettre de ses blessures les plus graves en un temps accéléré.

Burning like smoke and fire | ft. Terrence Tumblr_inline_ofvf3djodp1rqyqrl_250
Emergence :
Burning like smoke and fire | ft. Terrence Fonddr111 / 51 / 5Burning like smoke and fire | ft. Terrence Fonddr11
Maitrise :
Burning like smoke and fire | ft. Terrence Fonddr110 / 50 / 5Burning like smoke and fire | ft. Terrence Fonddr11
Messages : 169
DCs : Vous voyez le jeu des 7 familles ? Bah je les joue toutes.

Mar 4 Juin - 21:29


Burning like smoke and fire
Terrence & Luke
Insane, inside the danger gets me high ; Can't help myself got secrets I cant tell ; I love the smell of gasoline ; I light the match to taste the heat ; I've always liked to play with fire | Play whith fire - Sam Tinnesz



Souffle glacé, ironie quand tu nous tiens. Le regard est tourné vers le bâtiment en flammes, une ultime fois. Les collègues s’assurent que les tenues ne possèdent aucun défaut, ne risquent pas de brûler leur peau. Des mains frappent à plus ou moins grande intensité les épaules qui tremblent sous le poids des équipements portés. Le pompier soupire, redresse un peu plus le torse. Mesurant, comme à l’accoutumée, la lourdeur qu’il peut assumer. Son regard noir se tourne vers l’ami et allié. Celui qui, comme lui et comme tant d’autres parmi eux, défie la mort à chaque incendie vaillamment combattu. Le soldat du feu croise ses yeux concernés, une lueur dansante dans leurs prunelles respectives. Ils savent. Ils l’ont toujours su et cette connaissance ne s’évaporera pas ainsi. Pas comme cette eau qui fouette les flammes sans que le feu ne parvienne vraiment à diminuer. Du moins pas au premier abord. Dans les faits, toutefois, la différence est légère. L’acharnement des professionnels ayant permis de dégager un passage, qui ne saurait malgré tout durer. Il y a en effet fort à parier que le peu de bâtiment qui tient encore debout finira, à un moment ou à un autre, par succomber. Symbole fourvoyé, sort risible. Destinée que de finir enterré. Cendres qui, cette fois-ci, ne pourront se relever.

Luke ricane alors que les poignées se serrent, que l’épaule de Nivans frôle la sienne. Rictus nerveux, mais également réconfortant. Les deux, après tout, sont plongés dans la même galère. Il n’y a plus de temps à perdre, pas même pour écouter quelques désespérées prières. «C’est le moment de bronzer mon vieux. » Dernière plaisanterie avant de se jeter dans la gueule du loup. Littéralement. Ils se sont portés volontaires pour traverser la gueule béante de l’enfer. Les pompiers secondaires, eux, les soutiendront par leurs lances immenses. De l’extérieur, ils continueront. Ils chercheront à vaincre, à éteindre ce feu qui est encore parti pour durer plusieurs heures. Cela ne les fera pas baisser les bras. Au contraire, leur ardeur a désormais redoublé. La vision de leurs alliés se plongeant dans l’entrée infernale du bâtiment en flammes, procurant une nouvelle motivation presque poussée à l’extrême. Cage, de son côté, porte un coup sur son casque, comme pour se donner une ultime inspiration. Les yeux bien que cachés derrière la visière, il n’est aucunement dérangé par le matériel, bien au contraire. Les kilos supportés sont loin de l’empêcher d’analyser froidement le chemin à peine dégagé par les collègues. Étroitesse de la voie encore rongée par les flammes. Ultime entrée comme dernière sortie apprivoisée. Les hauteurs ne sont toutefois pas garanties. Rien n’est moins certain quant à l’état des étages supérieurs, au nombre de six au total. S’il n’y a que quatre étages à emmagasiner, le temps n’en demeure pas moins sérieusement compté. D’autant plus que la femme piégée a pu encore se mouvoir entre temps. En somme, le pire est à craindre. Les bases de la bâtisse sont ancrées au sol, mais la chaleur amenuise petit à petit les racines de l’architecture. Le souffle est quelque peu coupé quand enfin les corps sont plongés. Protégés à moindre mesure du feu qui, doucement, cherche à les caresser. Luke et Terrence avancent pas à pas, leur matériel nécessaire serré précieusement dans les mains. Les infos obtenues sur la victime coincée sont donc limitées. Forçant les deux soldats à improviser. La cavalerie tout entière, d’ailleurs, s’est étonnée. Employée du muséum qui est parvenue à fuir la mort, telle la peste représentée. Où s’est-elle réfugiée pendant la dernière heure écoulée ? Impossible de prédire exactement la survie de la miraculée. Pourtant, après tant de bravoure démontrée, il est hors de question de l’abandonner. Bien qu’il n’est pas possible d’envoyer tous les effectifs sur une même affaire, chaque homme et femme savent qu’ils vont tout essayer, tout donner. L’espoir est mince, mais il est là. Il éclaire les cœurs réchauffés, inspire chacun des soldats présents. Follement, ils y croient. Prient encore une dernière fois pour que la femme résiste, encore un tout petit peu. Le destin n’est pas encore tout tracé pour elle, contrairement au bâtiment imposant. Elle n’a pas à finir en cendres.

Alors, Luke jette un regard de biais à l’allié tandis que le rez-de-chaussée est fébrilement traversé. L’immeuble est macabre. Muséum qui portait, il y a encore si peu de temps, la mémoire de Genosha. Désormais il n’existe rien d’autre que cette vision cauchemardée. Que ce brasier immense, qui oblige les pompiers à s’enfoncer prudemment. Un premier étage s’annonce à gravir, par des escaliers sérieusement endommagés. Marbre d’une richesse indescriptible, pourtant abusé par une catastrophe sans nom. Si la pierre ne peut fondre, les affres du feu se dessinent déjà en des fissures impressionnantes. Les marches déraillent, leur fiabilité tombe en morceau. Tout se meurt un jour. Même les plus costauds finissent un jour par partir. Triste leçon à retenir. Luke et Nivans continuent leur périple. L’avancée est obstruée, le fer des barres permettant de s’accrocher se tordant sous la chaleur imposée. L’homme souffle, regarde son allié qui ne peut qu’être témoin de cette décomposition avancée. Et dans cette brève seconde, un nouveau morceau se détache. Plafond qui n’en peut plus de tout supporter. Bois d’une poutre jusque là invaincue qui finit par chuter. Nivans et Cage se tirent mutuellement en arrière, chemin désormais obstrué qu’il va tout de même falloir passer. « Putain ! » Juron lâché, énervement cuisant. Autant que cet incendie cruel. «Ça va ? » L’être à la carrure imposante se tourne à nouveau vers l’ami de tout instant. Claquant sa main gantée contre son casque aux reflets imprécis. «C’est pas passé loin... » Et le pire est encore à venir. Si proche du deuxième étage et pourtant absolument pas effleuré du bout de leur pied. Et cette poutre qui attire les flammes à elle. Qu’ils peuvent emboîter, mais qui annonce la couleur de leur avenir néanmoins incertain. «Faut continuer, on n’a pas l’choix. Mais ce n’est pas sûr que lorsqu’on sera en haut, on pourra revenir en arrière. » Sous entendu obligé. Leur métier, c’est de périr ou sauver. Et pourtant, Luke ne peut se résoudre à voler le choix à son allié de toujours.

Ⓒslytbitch.

___



The war is over when we SAY it's over.
Only one thing will tell me the battle was won. That the fight was over. And that is one day I am going to go for a walk. A free man of convictions. And I said to myself, if I ever get to do that again, I'll know, on that day...we won.| Luke Cage ⊹ CODE BY LIZZOU


Revenir en haut Aller en bas
Terrence Nivans
Humain modifié
Terrence Nivans


https://houseofm.forumactif.org/t3569-when-the-ashes-start-to-rise-o-terrence https://houseofm.forumactif.org/t3562-bury-me-and-burn-me-to-ashe
More about you :
...

Codename : Soldier
Pouvoirs : Un virus lui permet d'envoyer des décharges électriques suite à une altération physique importante. Il possède également une force surhumaine bien qu'il soit déformé par l'infection.

Il est insensible aux influences et persuasions extérieures et/ou supérieures, du fait de la possession d'un ancien charme offert par sa mère. Ah les talismans magiques...

Burning like smoke and fire | ft. Terrence Tumblr_pgpa2iZyQo1udb3neo9_540
Emergence :
Burning like smoke and fire | ft. Terrence Fonddr113 / 53 / 5Burning like smoke and fire | ft. Terrence Fonddr11
Maitrise :
Burning like smoke and fire | ft. Terrence Fonddr112 / 52 / 5Burning like smoke and fire | ft. Terrence Fonddr11
Messages : 449
DCs : Amaury, Morgan, Ryan, Hailey, Moran, Eames, Nathan, Lena & Eden

Mer 12 Juin - 15:42

Burning like smoke and fire

Going through the motions. Harmful side effects. Undying devotion. A millstone around your neck. Heavy as a heart of gold. People come and people go. Yeah everything new gets old. Modern day broken hearted soul. Poetry in motion. Rising from the depths. Lower than the ocean. Starting all over again.

Les flammes ardentes s'épanchaient alentour en une danse incandescente. Un brasier iridescent qui grimpait aux murs du muséum en le consumant. Ne laissant derrière lui plus que des cendres virevoltantes. Des débris enflammés, des ruines calcinées. Qui se mélangeaient aux restes qui tenaient encore miraculeusement debout. Le bâtiment était touché, atteint par cet incendie qui s'intensifiait. Mais le plus gros persistait, se maintenait encore comme il le pouvait. Telle une brave âme, qui contrait l'affront occasionné par l'élément déchaîné. Impétueuses flammes qui dévoraient les matériaux offerts à son appétit, avançant à sa guise. Et toi, soldat du feu, te dressait devant sa prestance insidieuse. Dardant tes iris concentrés sur le brasier qui se jouait juste devant toi. Tes mains se mouvant en une gestuelle mécanique, des mouvements que tu avais pris l'habitude d'effectuer depuis ton arrivée chez les pompiers. Te couvrant de cette combinaison que tu portais depuis maintenant plusieurs mois d'affilés. Enfilant cette tenue qui te seyait. Te protégeait des feux les plus impétueux que tu avais pu affronter. Tissu ignifugé tant qu'aucune brèche n'y avait été percée. Tes collègues s’affairant à déjà rajuster ce qu'il fallait tandis qu'ils t'aidaient à te préparer. Pinçant les lèvres, tu jetais un regard vers ton camarade tout aussi préparé. Les yeux de Luke s'ancraient aux tiens et tu y percevais cette détermination similaire à la tienne. Cette lueur au creux de ses iris, un éclat miroitant à celui qui brûlait en tes pupilles. Un hochement de tête ferme en sa direction, et tu te détournais. Terminant de te recouvrir avec la combinaison, serrant bien le tout avant de rigoler à la petite remarque de ton camarade infortuné de la soirée. Portés volontaires pour cette mission des plus périlleuses, tu ne pouvais regretter de t'être seulement proposé. Tu connaissais les risques, tu savais ce qui pouvait arriver. Mais ça ne t'empêchait pas de trouver un certain réconfort dans ces répliques, qui contrastaient avec la brutalité de la réalité. Des propos qui parfois te raccrochaient, te permettant de te maintenir à la surface, et de ne pas sombrer.

Ton épaule frôlait celle de Cage alors que tu avançais enfin vers le brasier. Le centre enflammé, le foyer, qui vous narguait depuis les entrailles du muséum. La chaleur caressant insidieusement ton visage au travers de ton casque pourtant fermement apposé. Tu expirais lourdement, à chaque pas élancé, et empruntais ce petit chemin dégagé par les autres pompiers. Ces collègues qui désormais s'occupaient de tarir le feu depuis l'extérieur, grâce aux lances reliées aux différents camions disposés pour cette mission. Une de plus où tu bravais les flammes sauvagement affamées. Dirigées vers la structure de l'architecture, la rongeant savamment. Tandis que tu les évitais comme tu le pouvais, en t'abaissant et en t'écartant parfois, pour ne pas non plus trop abîmer la combinaison censée te protéger. Tes iris parcouraient les recoins illuminés par les feux, tandis que tu suivais Luke, ton matériel fermement enserrés entre tes paumes. Le moindre indice pouvant vous indiquer la présence d'autrui parmi les futures ruines. Selon les rapports préliminaires, beaucoup de visiteurs s'étaient déjà échappés du bâtiment. Ainsi que les habitants qui logeaient à proximité. Mais l'employée présente ce jour-là avait réussi à se renfoncer plus loin au sein du muséum. Peut-être même avait-elle trouvée un autre chemin, une passerelle pour s'échapper du brasier. Cela aurait été inespéré mais rassurant tout de même, pour elle. Cependant, selon la structure de la bâtisse, tu en étais pourtant très peu sûr. Votre présence en ces lieux devait compter pour cette employée qui s'y trouvait alors encore terrée. Et il n'était pas question de baisser les bras, ou de faire demi-tour, peu importe ce qui pouvait bien se passer. Tu étais déterminé à avancer aux côtés de Luke, pour aller sauver cette employée. Contre flammes et brasiers.

Votre avancée était lente et prudente, alors que vos pas se devaient d'être assurés. Une pression pour vérifier de la stabilité, un poids apposé, et ainsi en allait votre progression. L'entrée improvisée au niveau du rez-de-chaussée vous semblait loin désormais. Et pourtant, vous n'étiez arrivés qu'à l'escalier menant à l'étage supérieur. Les marches de marbre ressemblant tout autant à des vestiges oubliés d'une culture délaissée dans un passé devenu historique. Un abandon qui aurait pu figurer dans un musée, triste ironie. Tu soufflais lourdement en grimpant les marches, testant leur solidité durant l'ascension. Pente ardue à emprunter du fait des fissures et barres ferrailleuses qui marbraient le passage. Les prises sécuritaires n'étaient plus disponibles en cet instant, où tout se soldait par la précarité. Tremblement de tes lèvres alors qu'un écho retentissait. Un craquement qui te fit te relever la tête, vers cette poutre qui tombait du plafond. Tes mains cherchant instinctivement Luke pour le tirer en arrière, alors que lui-même te cherchait pour t'entraîner derrière. Le juron de ton collègue t'effleurant alors que tu dardais ton regard vers le chemin désormais obstrué. Corps fébrile et muscles tendus, tu cherchais déjà à emprunter un autre chemin, pour avancer parmi la fumée. A déterminer si vous pouviez passer par dessus la poutre enflammée. Perdu en tes pensées, tu fus tout de même rappelé à la réalité. La voix de Luke résonnait, demandant si tu n'avais rien. Tu le regardais un instant avant de secouer la tête en entendant sa main claquer contre le casque. Ta propre visière embuée te cachant quelque peu la vue. Tu l'essuyais comme tu le pouvais malgré la suie qui parsemait tes gants. « Ouais, je vais bien. Et toi, t'as rien ? » Tu soupirais en essayant de reprendre une respiration moins saccadée, moins opprimée par l'assaut de l'adrénaline qui pulsait. La remarque suivante indiquant que vous auriez pu y passer, mais que vous y aviez, de justesse, échappé.

Hochant la tête doucement, tu commençais à peine à reprendre une respiration plus contrôlée. Malgré les martèlements au creux de ta cage thoracique et la boule en ta gorge, tu te recomposais. Toussant maladroitement pour évacuer le poids et la pression sur ta langue. Reprenant une figure plus assurée, sans plus te préoccuper de ce qui venait de se passer. T'intéressant à nouveau à la structure qui allait bientôt sombrer. « Bordel, ouais... Va falloir qu'on grimpe à l'étage si on veut pouvoir trouver l'employée. Elle a dû se réfugier dans un coin pas trop attaqué par les flammes, ou même sur le toit. » Tu soupirais entre tes lèvres pincées, grommelant presque ce constat pour toi-même. « C'est pas grave si on peut pas retourner sur nos pas pour sortir d'ici. On devrait pouvoir trouver une autre alternative une fois en hauteur. Au pire on peut encore demander aux collègues de sortir les échelles pour évacuer près d'une fenêtre. Ou ce qu'il en reste. » Tu reniflais à la fin de ta phrase, non pas pour montrer une quelconque expression snob, mais pour désencombrer tes narines tiraillées par la fumée. Ta voix résonnait encore peu après, alors que tu remarquais un renfoncement vers la gauche, qui pourrait sans doute permettre de contourner. « Luke, regarde l'alcôve là, sur la gauche. Juste à côté de la poutre. Elle a peut-être endommagé la moitié de l'escalier mais on devrait pouvoir passer par là. Si on la pousse légèrement on pourrait dégager le passage et grimper à l'étage sans trop de problèmes. » Tu t'avançais vers le recoin enfoncé, t'approchant déjà de la poutre, prêt à la dégager. Ton regard glissant sur Luke, s'attardant sur son visage caché par sa visière. Cherchant ses iris, attendant une quelconque approbation de sa part avant d’enclencher ce plan improvisé, qui risquait de causer votre perte plus que de vous sauver.

belle âme

___

down under the night sky
We be all night, and everything all right. No complaints from my body, so fluorescent under these lights.  -   byendlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Luke Cage-Jones
Humain modifié
Luke Cage-Jones


https://houseofm.forumactif.org/t3882-cage-never-backward-always-forward https://houseofm.forumactif.org/t3739-luke-just-assume-that-ever
More about you : Burning like smoke and fire | ft. Terrence Giphy
Codename : Power Man
Pouvoirs :  Force Surhumaine : Ce sont, en moyenne, 25 tonnes que l’homme peut soulever sans difficultés, ce sont des plaques d’acier et des pans de murs entiers que son poing peut traverser.  Malgré tout, les limites ne sont pas des plus précises. Les situations les plus stressantes ont pu témoigner de poussées extrêmes de la part du surhomme.

 Vitesse améliorée : Sa musculature poussée prodigue une puissance intense à ses jambes. La course entamée, ce sont des dizaines de kilomètres qui sont traversées par heure écoulée.

 Endurance surhumaine : La fatigue n’est pas vraiment éprouvée malgré les efforts démontrés. Malgré sa masse corpulente, l’épuisement est donc restreint, au-delà des limites de l’ordinaire.

 Peau invulnérable : Peau impénétrable. Les balles ricochent tandis que les lames les plus aiguisées se brisent sur sa peau. Si son invulnérabilité n’est pas sans limites, il reste un homme à la résistance extraordinaire : des chutes de plusieurs mètres ne peuvent briser ses os, pas plus que les chocs électriques et changements de températures extrêmes ne peuvent l’atteindre.

 Facteur guérisseur : s’il est loin d’atteindre le niveau de Wolverine, ses capacités cumulées permettent à l’homme de se remettre de ses blessures les plus graves en un temps accéléré.

Burning like smoke and fire | ft. Terrence Tumblr_inline_ofvf3djodp1rqyqrl_250
Emergence :
Burning like smoke and fire | ft. Terrence Fonddr111 / 51 / 5Burning like smoke and fire | ft. Terrence Fonddr11
Maitrise :
Burning like smoke and fire | ft. Terrence Fonddr110 / 50 / 5Burning like smoke and fire | ft. Terrence Fonddr11
Messages : 169
DCs : Vous voyez le jeu des 7 familles ? Bah je les joue toutes.

Jeu 13 Juin - 14:30


Burning like smoke and fire
Terrence & Luke
Insane, inside the danger gets me high ; Can't help myself got secrets I cant tell ; I love the smell of gasoline ; I light the match to taste the heat ; I've always liked to play with fire | Play whith fire - Sam Tinnesz



Brasier incandescent qui pompe l’air des pompiers. Flammes dansantes qui sabrent l’oxygène et l’environnement écartelé. Papier peint ironiquement dépeint, volutes de fumées qui laissent de marquantes traînées. Ruines d’un muséum qui,  fut un temps, participait à une certaine renommée. Île tant aimée soumise à cette chaleur de bien trop de degrés. Dizaine accumulée pour s’assembler en une voire plusieurs centaines acharnées. Fahrenheit qui broie tout sur son passage, qui mord la terre pour ne la forcer à n’être plus que poussière. Impressionnante bâtisse soumise, si tendu. Forcé de rendre à la nature ce qui lui est dû. Musée qui manque de trembler, pas loin de s’effondrer. Mobiliers intérieurs fondus, qui déjà commencent à s’écouler. Les pas des soldats pressent le sol qui n’a plus aucune propriété. Les tableaux sont partis en cendres, les porcelaines exposées éclatent en des morceaux et bien des milliers. Plus rien n’est cohérent dans ce simple bâtiment. Carcasse unique qui dorénavant ne s’apparente plus qu’à de la lave brillante. De l’argent vient de s’envoler, de vulgairement cramer. Un patrimoine chiffré qui n’a désormais qu’une valeur déjà oubliée. Nul doute que les associations caritatives font lever des fonds, tout reconstruire sans prendre connaissance de la leçon enseignée. Feu forcené à la force indéterminée. Ils sont si loin de s’en tirer. Si loin de taper dans leurs mains et de crier victoire, le souffle au bord des lèvres séchées. Luke soupire derrière sa visière, ses mains gantées essuyant l’infâme buée.  Les yeux sombres cherchent le moindre détail qui peut tout arranger. Le moindre recoin où la victime est capable de s’abriter. Mais les hauteurs, ce sont les seuls moyens d’espérer encore respirer. Tête secouée alors que les escaliers doivent être grimpés. Marches gravées par les flammes, chaleur impitoyable qui les forcent à s’abaisser. Aucune pitié pour ce qui constitue le symbole même de Genosha, emportée par feu et raz-de-marée.

Avancée précaire dans ce brasier qui ne cesse d’augmenter. Délicates. Caresses réchauffées, qui effleurent les habits ignifugés. Aucune brèche acceptée pour escompter atteindre l’objectif, pouvoir s’échapper avec l’employée. Iris qui analyse les environs disparus, mouvement de recul soudain quand une chute est aperçu. Prémonition qui paye, recul obligé. Poutre qui manque d’écraser les pieds des deux alliés, qui ne peuvent qu’essuyer leur stupeur de l’instant et s’en remettre au chemin obstrué. Cage souffle, répond à son tour à l’ami inquiété. « Ça va... La routine comme on dit. » Pouce en l’air et léger sourire pour appuyer les fameux dires. Frayeur malgré tout passagère, alors que la paire a connu aussi bien meilleur que pire. Traversée de la poutre enflammée envisagée mais option bientôt vivement ravisée. Danger conséquent, comme tout ce qui subsiste encore dans ce putain de bâtiment. Ils sont loin, encore, de gagner. Mais ce n’est que partie remise alors que Terrence entrevoit un exit solutionné. Renfoncement léger, mais qui pourrait bien marcher. Les yeux des hommes surveillent le passage qui ne pourra pas toujours être ainsi éclairé. Luke vérifie les gants, s’assure qu’aucune fissure ne puisse nuire au plan fomenté. Adrénaline qui redouble, s’écoule dans les veines saillantes et masquées. Sang chaud, illustration appuyée de la situation éprouvée. Avant finalement de souffler, d’un hochement de tête appuyé. « Okay, mec. On va pas pouvoir tenir longtemps, alors faut qu’on s’y prenne vite et bien. » Positions déjà vite accompagnées. A peine les mots sont prononcés que les corps adoptent la stratégie décidée. Morale inutile à rappeler alors que leurs vies mais également celle de l’inconnue rescapée peuvent encore leur être coupées. Mais il y a bien longtemps qu’ils ont signé. Pétrin devenu bien trop familier. « On l’fait en même temps. A trois. » Compte à rebours lancé, vieille habitude connue du pompier. Le un et le deux s’enchaînent très vite alors que les bras s’abaissent au troisième chiffre énoncé. Les mains gantées saisissent le bois morcelé, brûlant, qui cherche à transpercer le moindre obstacle apparent. Mais ce n’est pas aujourd’hui que les deux amis perdront leurs empreintes cachées. Hurlements poussifs quand la poutre est relevée, redressée brièvement dans leurs paumes couvertes mais endolories, forcément soumises à un effort surhumain et quelque peu obligé. Mouvement sec qui décale le bois détaché de quelques centimètres, violemment balancé, autant qu’ils le peuvent, contre le mur paré, à son tour, à chuter. Effritement déjà perçu par la palme des doigts qui ne peuvent s’y attarder. La poutre est lâchée dans un haussement d’épaules hachuré, les quelques marches restantes rapidement foulées. L’étage deux apparaît alors, visage brièvement éclairé. La partie n’est pas encore terminée.

Tapis rouge qui brûle sur l’escalier marbré. Juron entêté alors que tout était bon, à l’époque de la construction, pour appuyer la richesse bien reconnue de l’île maintenant divisée. Luke se tourne vers l’allié, grince doucement des dents. Atteindre les hauteurs s’avère encore plus ardu que d’éteindre ce feu avec de simples extincteurs. Objets d’ailleurs aperçu à même le sol, attaches décrochées par les flammes, mais bonbonnes encore oxygénées. Un léger sourire étire le visage du pompier, imperceptible derrière le casque bien soigné. Du bout des doigts, il désigne l’extincteur visionné. Camelote réglementaire qui peut bien les sauver. L’argent a ses limites, même  lorsqu’il est question de sécurité. « Regarde ça, un seul extincteur par étage. Les radins. » Pour un muséum imposant, ils auraient pu signer pour un supplément. Ricanement soufflé, mais planification entamée. Esprit qui visualise le tapis enflammé, qui bloque toute intrusion envisagée. Intervention de l’un pour éteindre les flammes, tandis que l’autre peut espérer faire rouler le tissu noirci et s’en débarrasser. Passage obligé pour atteindre la cible encore cachée. Crétine de Dynastie dont les membres n’ont songé qu’à se montrer. Luxure dans laquelle se baigner qui les plongent à leur perte, non seulement la leur mais aussi celle des soldats exténués. « Ok, ça va pas être jojo mais.... » L’idée est ridicule, mais elle vaut le coup d’être tentée. « On ne va jamais passer avec cette moquette des enfers. » Littéralement. Les deux hommes peuvent avoir un aperçu du poids pesé, de la lourdeur acclimatée à la chaleur, loin de céder. « Faut qu’on avance pas après pas. Avec l’extincteur on va tenter de ralentir les flammes du tapis et on va l’enrouler sur lui. Ce truc fait la taille de toutes les marches, on n’peut même pas espérer passer sur les trois centimètres de côté découverts. » Moquerie que tout un muséum à franchir. Devoir malgré tout approuvé, besoin et passion d’en vivre. Nivans se met déjà en marche, extincteur ramassé à la volée. Luke souffle, frotte les mains gantées. « Ok, quand t’es bon, j’te suis. » Pouce en l’air, iris inquiétés entrecroisés. Confiance absolue pourtant perçue. Pas le moment de douter, il faut avancer. «  On va y arriver, mec. » Il le faut.

Ⓒslytbitch.

___



The war is over when we SAY it's over.
Only one thing will tell me the battle was won. That the fight was over. And that is one day I am going to go for a walk. A free man of convictions. And I said to myself, if I ever get to do that again, I'll know, on that day...we won.| Luke Cage ⊹ CODE BY LIZZOU


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
Burning like smoke and fire | ft. Terrence
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Page 1 sur 1

House of M :: GENOSHA :: HAMMER BAY :: LA BAIE DU CROISSANT-
Sauter vers: