RSS
RSS
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

For you here and now ▼ Yelica
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Jessica Drew
Humain modifié
Jessica Drew


More about you :
Codename : Spider Woman
Pouvoirs : Force surhumaine : Spider-Woman peut soulever environ 7 tonnes.
Agilité surhumaine : La coordination et la flexibilité du corps de Spider-Woman dépassent de loin ceux du meilleur des athlètes Olympiques. Ses réflexes et sa rapidité d'exécution sont aussi excellents.
Endurance accrue : La mutation de Jessica Drew a renforcé son endurance naturelle.
Résistances : Les cellules de Jessica Drew se régénèrent plus vite qu'un être humain, grâce à l'altération produite pendant son enfance. Elle est immunisée aux effets de l'uranium et de divers contaminants. De même, son corps s'adapte très rapidement aux effets des gaz toxiques, des poisons et des drogues de niveau normal. Ainsi, elle ne souffre en général que de migraine.
Adhésion aux surfaces : Des crochets microscopiques présents sur les doigts de Spider-Woman lui permettent de grimper facilement aux parois verticales et de ramper sur le plafond, comme le fait une araignée.
Sens de l’ouïe accru : L'audition de Spider-Woman est parfaite. Elle peut reconnaitre un bruit parmi d'autres, à grande distance.
Bio-électricité : Le corps de Spider-Woman conserve une quantité énorme de bio-électricité. Elle a appris à la canaliser et la décharger par ses doigts, en courtes impulsions qu'elle appelle 'rafales de venin'. La décharge affecte les systèmes nerveux et selon la puissance peut assommer ou tuer un homme par arrêt cardiaque.
Vol : Après des années de pratique, Spider-Woman peut désormais voler à vitesse réduite. Autrefois, son pouvoir lui permettait seulement de planer.
Phéromones : Son métabolisme génère des phéromones qui peuvent induire la peur, l'attraction ou la répulsion, selon l'humeur et le genre sexuel de ses adversaires.
Entrainement martial : Elle a reçu une formation d'agent du SHIELD et d'assassin de l'HYDRA. Elle maitrise plusieurs arts martiaux : karaté, boxe, capoeira, judo et escrime. Grâce à son agilité et sa force, c'est une formidable adversaire au corps-à-corps.
Connaissances : Entrainée par l'HYDRA et le SHIELD pour devenir une espionne internationale, Jessica Drew parle couramment plusieurs langues : russe, japonais, français, espagnol, portugais, coréen et allemand. Elle connait toutes les techniques de discrétion et de dissimulation.
Emergence :
For you here and now ▼ Yelica Fonddr112 / 52 / 5For you here and now ▼ Yelica Fonddr11
Maitrise :
For you here and now ▼ Yelica Fonddr112 / 52 / 5For you here and now ▼ Yelica Fonddr11
Messages : 93
DCs : Raven - Spencer & Andy.

Dim 9 Juin - 14:54




For you here and now

Yelena & Jessica


L'amour un sentiment incontrôlable mais tellement beau. On dit tous que l'amour c'est nul, parce qu'on est abandonné par l'être aimé, oui l'amour ça peut faire mal, mais si on regarde bien, c'est ce qui nous rend avant tout heureux, c'est ce qui nous fait en partie rêver, qui nous fait avancer. Avoir la certitude qu'une personne dans le monde nous complète réellement, celle qui nous comprendra, celle qui nous aimera du plus profond de son cœur, ça fait tellement du bien... L'amour est un des principaux besoins, une drogue. Que serait-on sans, de toute manière ? Certainement pas grand chose. Oui, on se plaint, mais si on regarde bien, on aime ça. Qui pourra me contredire ? Personne, non, car on a tous connu ça. L'amour c'est ce qui nous a donné la vie, qui nous a permis de vivre. A notre tour, le moment venu... C'est ce qui permettra de nous construire. L'amour elle le ressent chaque jour auprès de Yelena. L'amour elle l'insuffle dans cette famille qu'elles ont construit toutes les deux autour d'Isaac. L'amour. L'amour.

Et quand l'amour est en proie au plus grand des dangers, c'est le courage qui fait surface. La météo l'annonce. Les postes de radios le hurlent. C'est une tempête. Un ouragan. Qui fonce aujourd'hui droit sur l'île de Genosha. Elle. Elle n'est qu'une femme. Un agent du SHIELD. Une mère. Et c'est bien parce qu'elle a insufflée la vie à un petit être aussi fragile que Jessica se retrouve par ce temps dans sa voiture. Elle soupire d'agacement. Sentant son véhicule dériver à chaque kilomètre qu'elle parcourt. A l'arrière, dans son siège bébé c'est Isaac qui gazouille. Il est bien loin de se douter qu'à ce moment précis sa vie et celle de sa mère sont en danger. Mais qu'elle idée hein ? Qu'elle idée de l'avoir déposée chez la nounou ce matin ? Elle avait du boulot. Encore et toujours du boulot et au SHIELD il est difficile de poser un congés lorsque les alarmes hurle que l'île est en état d'urgence. Elle pensait donc sincèrement que le petit serait en sécurité chez sa gardienne. Elle le pensait. Mais quand sur les écrans géants des bureaux elle avait vu s'avancer la déferlante climatique elle avait sérieusement commencée à regretter.

Yelena aussi était partie travailler tôt ce matin. Mères indignes ou trop préoccupées par des boulots usants ? Personne ne saurait le dire. Toutefois dés lors qu'on l'avait autorisée à quitter son poste la belle avait foncé jusqu'à sa voiture et braver les vents déjà violents pour aller chercher son fils. Il était actuellement sa priorité et elle espérait arriver à rejoindre son domicile le plus rapidement possible. Malheureusement ce n'est pas chose aisée. En effet voilà bien vingt minutes que Jessica klaxonne. Elle n'est visiblement pas la seule à vouloir se mettre à l’abri. Mais l'habitacle d'une voiture ce n'est en rien un abri. Elle peste. Tente de ne pas dire de gros mots histoire de ne pas donner de mauvaises habitudes à son enfant. Se mordille la lèvre inférieure en sentant l'angoisse monter. Elle serait sûrement plus en sécurité dans une des boutiques bordant la rue mais elle hésite. D'un geste elle se retourne vers son fils et lui tend la main pour qu'il entoure son doigt de sa petite main. Tout va bien se passer mon coeur, maman te le promets... dit-elle d'une voix douce. Voix qu'elle n'utilise que pour s'adresser à son fils. Mamamamamdit-il en gazouillant.

Elle se penche pour embrasse doucement sa petite mimine et lui sourit à nouveau. Reposant ses yeux sur la circulation ambiante elle serre les dents. D'un mouvement expert elle fait bouger ses doigts sur le volant pour lancer un appel. Le nom de Yelena s'affiche alors sur son écran et les tonalités commencent. Une. Deux. Trois. Quatre. Cette fois la voix de la blonde retentis dans la voiture. Yel, c'est moi. Tu vas bien ? Écoute j'ai quittée le boulot pour récupérer Isaac. C'est la folie. Je suis bloquée au centre ville de Krolik près du centre commercial. Y a un bouchon je sais pas si j'arriverais à rentrer à la maison... Je t'avoue que ça commence à m’inquiéter... Ce vent c'est... Impressionnant. Met toi à l’abri s'il te plais. dit-elle la voix légèrement tremblante. Elle n'est pas rassurée. Elle n'a pas peur de ce qui pourrait se passer mais plutôt qu'Isaac soit blessé. Ses doigts tapotent sur le volant alors qu'un nouveau soupire s'échappe de ses lippes.

Yel... Je flippe sérieusement là. Faut trouver un endroit pour le petit... Je... Je sais pas quoi faire. J'vais aller voir dans le centre commerciale si un boutique veut bien nous accueillir le temps que ça passe, je... Je vois pas d'autres solutions... dit-elle en posant la tête contre le volant. Elle est dans la merde là. Sérieusement.


by tris
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Mer 12 Juin - 10:49

Qui l'aurait cru hein? Qu'un jour je serais tombée amoureuse de quelqu'un qui m'aime en retour. Qu'en plus de partager la vie d'une femme formidable je serais propulsée au rang de mère en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. En toute sincérité je ne l'aurais moi-même pas cru si on me l'avait dit il y a quelques années. Moi qui ai grandi et vécu comme une simple arme. Au fond cela me convenait, car j'étais intimement convaincue de ne pas être capable de ressentir des sentiments aussi normaux que l'amour ou la joie. Je ne dis pas que cela m'a changée du tout au tout. Je reste celle que je suis depuis tant d'années. Une espionne. Une arme. Une menteuse. Il faut savoir dissimuler la vérité. En particulier lorsqu'elle ferait tellement de mal si elle venait à être découverte. Je suis un agent d'Hydra. Elle un agent du SHIELD. Autant essayer de mélanger de l'huile et de l'eau en espérant que cela fonctionne. Non, il vaut décidément mieux que je continue sur ma lancée. Que je sois perçue par tous comme une simple femme travaillant dans la finance et le mannequinat par moments. C'est plus simple pour tout le monde.

Aujourd'hui ne fait pas exception aux autres jours. Je suis partie très tôt pour travailler, prétextant une tonne de dossiers à gérer et d'importantes réunions au programme. Meme s'il n'en est rien en réalité. Un nouvel ordre de mission qui doit m'etre confié aujourd'hui et qui ne peut pas attendre. Comme toujours. Alors sachant Jessica et Isaac a l'abri, je n'ai pas cherché plus loin avant de braver les consignes de sécurité concernant la météo pour commencer mon travail. Un homme détenant des informations qu'il refusait de cracher. C'est ce qu'on verra. Rares sont ceux qui parviennent à résister à mes interrogatoires. Est-ce de par ma formation au KGB que je parviens mieux que les autres à obtenir les informations recherchées ? Peut-être bien. Apres tout, je ne suis pas du genre a être tendre avec mes cibles. La torture n'est pas quelque chose qui m'effraie ou me répugne. Plutôt une habitude que j'ai pris a force. Et que j'ai acceptée comme un fait. Comme quelque chose qui fait tout bonnement partie de moi-même.

Enfonçant le morceau de tissus qui m'avait permis d'essuyer le sang sur mes instruments dans la bouche de ce cher homme ayant encore à peine la force de garder les yeux ouverts, je me passe une main dans les cheveux avant de lui faire signe de se taire en posant mon index sur mes lèvres et en murmurant un "chut" a peine audible. Attrapant mon téléphone, je ne peux m'empêcher de froncer les sourcils en voyant le numéro de Jessica apparaître sur l'écran. De justesse je parviens à décrocher avant qu'elle ne tombe sur la messagerie et je n'ai même pas le temps de dire quoi que ce soit de plus qu'un "oui" que la voix de ma chère et tendre résonne dans mon oreille. A ses mots, je me fige. Bon sang mais qu'est-ce qui lui a pris de sortir par ce temps? J'entends le vent souffler contre sa voiture et je lache instinctivement quelques jurons dans ma langue natale. « Je suis a une dizaine de minutes du centre ville. J'arrive et c'est pas une question. Attends moi dans la voiture sauf si tu vois que ça devient trop dangereux dehors. Dans ce cas attend moi dans le centre commercial. » dis-je d'une voix autoritaire laissant totalement transparaître mon état d'esprit. Je suis inquiète. Pour elle. Pour Isaac.

Raccrochant sans prendre la peine de savoir si elle comptait répondre quelque chose, comme si cela allait changer quelque chose a ma décision, je me dirige vers l'homme qui est toujours attaché bien sagement à sa chaise. Je me penche vers lui et viens chuchoter au creux de son oreille. « Profite de ce petit moment pour réfléchir à tout ce que tu me diras quand je reviendrai. » dis-je avant de me redresser en lui mettant une petite tape sur la joue. Rangeant rapidement mes outils hors de portée de l'homme, dans le doute, je me dirige ensuite vers la sortie en pestant. J'espere qu'il ne va rien leur arriver. Glissant ma main dans ma poche, je sors les clés de ma moto et sors de la cave dans laquelle je me trouvais. Immediatement, je me rends compte du vent qu'il y a la dehors et une nouvelle flopée de jurons en ukrainien viennent traverser la barrière de mes lèvres. Avec ce vent, impossible de rouler a moto sans me retrouver au sol à la moindre bourrasque. Meme si je suis une habituée du deux-roues, je ne défie quand même pas les lois de la nature. Il ne me reste qu'à y aller à pied dans ce cas. Cela va prendre plus de temps mais je n'ai pas trop le choix. Me protégeant du mieux que je peux le visage de la pluie qui s'abat assez violemment sur moi, je me mets à courir aussi vite que possible pour parvenir à rejoindre ma famille au plus vite.

C'est après plus d'une vingtaine de minutes que je parviens à rejoindre le centre commercial. Je suis trempée jusqu'aux os, égratignée par endroits à cause des objets propulsés vers moi par le vent que j'ai pu éviter de justesse, mais je suis là. Et c'est tout ce qui compte. Rapidement, mon regard scrute les différentes voitures en tentant de repérer celle de Jessica. Franchement elle ne pourrait pas en avoir une orange fluo? Ce serait tellement plus simple la tout de suite! Plissant les yeux, j'arrive enfin à la voir et me dirige vers elle. Je remonte la foule qui se précipite dans l'autre sens, bousculant sans peine ceux qui se trouvent sur mon chemin et je viens toquer à la fenêtre de la porte côté passager. Ils sont encore là. Mais il va falloir imiter tous ces gens et quitter la voiture car avec le vent qui ne fait que gagner en intensité ce n'est pas un simple tas de tôle qui va réussir à nous protéger de quoi que ce soit.

Revenir en haut Aller en bas
Jessica Drew
Humain modifié
Jessica Drew


More about you :
Codename : Spider Woman
Pouvoirs : Force surhumaine : Spider-Woman peut soulever environ 7 tonnes.
Agilité surhumaine : La coordination et la flexibilité du corps de Spider-Woman dépassent de loin ceux du meilleur des athlètes Olympiques. Ses réflexes et sa rapidité d'exécution sont aussi excellents.
Endurance accrue : La mutation de Jessica Drew a renforcé son endurance naturelle.
Résistances : Les cellules de Jessica Drew se régénèrent plus vite qu'un être humain, grâce à l'altération produite pendant son enfance. Elle est immunisée aux effets de l'uranium et de divers contaminants. De même, son corps s'adapte très rapidement aux effets des gaz toxiques, des poisons et des drogues de niveau normal. Ainsi, elle ne souffre en général que de migraine.
Adhésion aux surfaces : Des crochets microscopiques présents sur les doigts de Spider-Woman lui permettent de grimper facilement aux parois verticales et de ramper sur le plafond, comme le fait une araignée.
Sens de l’ouïe accru : L'audition de Spider-Woman est parfaite. Elle peut reconnaitre un bruit parmi d'autres, à grande distance.
Bio-électricité : Le corps de Spider-Woman conserve une quantité énorme de bio-électricité. Elle a appris à la canaliser et la décharger par ses doigts, en courtes impulsions qu'elle appelle 'rafales de venin'. La décharge affecte les systèmes nerveux et selon la puissance peut assommer ou tuer un homme par arrêt cardiaque.
Vol : Après des années de pratique, Spider-Woman peut désormais voler à vitesse réduite. Autrefois, son pouvoir lui permettait seulement de planer.
Phéromones : Son métabolisme génère des phéromones qui peuvent induire la peur, l'attraction ou la répulsion, selon l'humeur et le genre sexuel de ses adversaires.
Entrainement martial : Elle a reçu une formation d'agent du SHIELD et d'assassin de l'HYDRA. Elle maitrise plusieurs arts martiaux : karaté, boxe, capoeira, judo et escrime. Grâce à son agilité et sa force, c'est une formidable adversaire au corps-à-corps.
Connaissances : Entrainée par l'HYDRA et le SHIELD pour devenir une espionne internationale, Jessica Drew parle couramment plusieurs langues : russe, japonais, français, espagnol, portugais, coréen et allemand. Elle connait toutes les techniques de discrétion et de dissimulation.
Emergence :
For you here and now ▼ Yelica Fonddr112 / 52 / 5For you here and now ▼ Yelica Fonddr11
Maitrise :
For you here and now ▼ Yelica Fonddr112 / 52 / 5For you here and now ▼ Yelica Fonddr11
Messages : 93
DCs : Raven - Spencer & Andy.

Ven 14 Juin - 23:07




For you here and now

Yelena & Jessica

 S’il est difficile de donner une définition simple et éclairante de la peur, c’est qu’elle renvoie en réalité à plusieurs sentiments. On peut notamment distinguer la peur d’un mal présent; qu’on pourra nommer frayeur ou même épouvante; de celle d’un mal futur; qui correspond plus précisément à la crainte. Dans tous les cas, nous avons peur de ce qui est susceptible, croyons-nous; à tort ou à raison, de nous faire du mal de quelque manière que ce soit. Pourtant, l’étudiant convaincu qu’il n’aura pas son examen n’éprouve pas de peur, mais plutôt du désespoir. Car la peur est toujours plus ou moins peur de l’inconnu et est donc liée à l’ignorance. Il faut en outre remarquer que cette ignorance du mal dont on a peur laisse souvent place à l’espoir d’y échapper. On peut même aller jusqu’à dire que la crainte et l’espoir, loin d’être des sentiments opposés comme on le dit parfois, sont au fond les deux aspects d’un même sentiment : il n’y a pas de crainte sans espoir ni d’espoir sans crainte. Inversement, le désespoir total est incompatible avec la peur.

La peur est une sensation étrange que l’on peut ressentir à tout moment. A tout âge aussi. La peur est un sentiment difficile à comprendre et peut être même aussi compliqué que l’amour. Elle est aussi difficile à cerner, aussi irrationnelle.  Par amour on fait beaucoup ; par peur aussi. La peur, l’effroi, l’inquiétude. Toutes ces choses, ces sentiments désagréables. Elle les ressent aujourd’hui au plus profond de son être et elle n’aime pas ça. Du tout. Elle a peur pour elle. Elle a peur pour celle quelle aime. Elle a peur pour son petit ange assit à l’arrière de cette voiture. Son fils, sa vie.  Elle ne pense à présent qu’a une chose, le mettre en sécurité. Le front collé contre le volant elle soupire. Elle voudrait pouvoir l’éloigner au plus vite du danger mais elle en est incapable. Dans ce genre de situation, tout le monde pense à soi et pas aux autres. C’est une triste vérité mais elle est réelle. Les gens qui accourent à l’extérieure se fiche bien de savoir que dans cette voiture un bébé et sa mère sont en danger. Nouveau soupire.

Elle attend Yelena. Sa compagne a été ferme, elle ne doit pas bouger d’ici mais en attendant c’est l’angoisse qui la domine. Premièrement parce que le véhicule est secoué dans tous les sens par les vents. Deuxièmement parce qu’elle sait sa compagne au milieu de cette tempête. Dernièrement parce que son fils commence à pleurer à grosse larmes effrayé par la panique ambiante. Elle ne peut pas lui en vouloir, elle aussi est mal à l’aise. Elle détache sa ceinture et se penche vers l’arrière afin de libérer son fils et de le prendre dans ses bras. Tout va bien mon bébé, maman est là. Tout va bien… chuchote-t-elle à son fils tout en le berçant. Elle ferme les yeux un moment alors que le petit bout vient nicher son visage dans le coup de sa mère en reniflant. Bon dieu ce qu’elle l’aime. Lentement la main de l’agent du SHIELD vient caresser les cheveux du petit afin de le cajoler comme seule une maman sait le faire. Elle le sent se détendre à chaque fois qu’un geste rassurant vient se poser sur lui et dépose un tendre baiser sur sa petite tempe. мама va vite arriver et nous sortir de là. Je ne sais pas comment mais tu sais à quel point elle peut être surprenante. Sûrement le sang Ukrainien. dit-elle plus pour elle que pour Isaac.

Et en effet la présence de Yelena ne tarde pas à se faire ressentir. Alors que la brune colle son front cotre celui de son enfant qui recommence à gazouiller, elle sursaute en entendant quelqu’un frapper à la vitre. Se retourne pour apercevoir celle qu’elle aime appeler sa femme derrière le carreau du véhicule. L’aspect qu’a actuellement la blonde lui serre le cœur. En effet elle a dû la rejoindre à pied ce qui explique les égratignures qui parcourent sa peau ainsi que le fait qu’elle soit trempée jusqu’aux os. Une grimace passe sur les lippes de Jessica qui s’en veut d’avoir fait endurer une telle chose à sa compagne. D’une main, elle déverrouille la portière passager pour que sa femme puisse entrer dans l’habitacle. Lorsqu’elle actionne la poignet le vent s’engouffre dans la voiture et par reflexe la belle resserre un peu plus le bébé contre elle en protégeant sa petite tête. Avec force sa compagne arrive à refermer la porte et le silence pénètre à nouveau le véhicule.

Alors qu’elle s’apprête à prendre la parole c’est les pleurs du petit qui prennent le relais. Le berçant tant bien que mal Jessica soupire. Pas par lassitude mais parce que le désarroi de son enfant lui fait mal au cœur. Elle jette alors un regard peiné à l’Ukrainienne. Pose ses lippes sur le front d’Isaac en fermant les yeux. Il faut être courageux mon trésor… Regarde on est plus tout seuls. Tu veux aller dans les bras de мама ? dit-elle d’une voix douce. Le petit garçon se blottit un peu plus contre sa mère en serrant son lapin en peluche. Il a peur… Je sais que tu vas me dire qu’on doit sortir et que c’est dangereux. Je suis accord mais il faut trouver de quoi le protéger des projectiles dit-elle en cherchant des yeux quelque chose qui pourrait les aider mais rien. Elle se mord la lèvre inférieure d’impuissance. Son regard se pose à nouveau sur Yelena et elle se penche pour embrasser sa joue avant de susurrer : Merci d’être venue Yel… Merci…



by tris
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Lun 17 Juin - 8:53

Cours. Cours comme si t'avais le diable au corps. De toutes tes forces. Cours aussi vite que tu le peux. Allonge ta foulée, accélère. Cours comme si ta vie en dépendait. Est-ce que c'est le cas? Peut-être. C'est le cas pour beaucoup de personnes. Ils sont en danger. Lui. Elle. C'est pas le moment de se poser des questions. Est-ce que ça changerait quelque chose de toute façon? Absolument pas. C'est pas comme si le danger venait d'un type qui aurait pété un plomb ou quelque chose du genre. C'est la nature qui se déchaîne. Il n'y a pas de temps à perdre. Chaque minute compte. Parce que chaque fois, les choses empirent. Le vent souffle plus fort. La pluie s'intensifie. Il y a des personnes qui crient à l'aide. Chacun sa merde, comme on dit. Il y a plus important. Sa propre famille. C'est égoïste. Oh que oui. Mais la vie est faite de choix. Souvent difficiles. Et puis c'est pas comme si tout le monde pouvait être sauvé. Il y aura des blessés. Il y aura des morts sûrement. Parce que l'Être Humain est trop prétentieux. Parce qu'il croit qu'il peut vaincre les éléments. Être plus fort que la nature elle-même. Il prend des risques considérables, en pensant que les avertissements entendus ne sont que des conneries.

Je sais pas combien de fois j'ai failli me casser la gueule sur le chemin. Me prenant les pieds dans des débris, glissant sur le sol détrempé. Esquivant de justesse un objet projeté dans les airs par le vent. Poussant sans vergogne ceux qui pouvaient se trouver sur mon chemin. Je me fiche bien d'être une espèce d'héroïne en portant secours aux inconnus qui me demandent de l'aide. Je n'en ai rien à faire d'être vue comme une mauvaise personne en les envoyant bouler, les poussant au sol s'ils tentent de me ralentir. Il n'y a que deux personnes qui comptent pour moi en cet instant précis. Isaac. Jessica. Ma famille. S'il leur arrivait quelque chose parce que je n'ai pas été capable de les rejoindre assez rapidement, je ne me le pardonnerais pas. Et je serais même capable de me venger sur ceux qui m'auront ralentie. Alors j'avance. Je maudis intérieurement cette pluie qui s'abat sur moi et me trempe jusqu'aux os, qui m'empêche de voir correctement où je vais. Je plisse les yeux, me protège le visage comme je peux. Et j'arrive enfin à les retrouver. La voiture de Jessica est effectivement coincée au milieu de dizaines d'autres. Beaucoup sont abandonnées par leurs propriétaires qui ont certainement préféré prendre la fuite à pied.

J'arrive enfin à leur niveau, tapant sur le carreau de la vitre passager jusqu'à attirer l'attention de la brune avec qui je partage ma vie. Elle déverrouille la porte et je suis obligée de forcer pour réussir à l'ouvrir malgré le vent. J'entre rapidement, histoire de ne pas laisser la pluie entrer ni le vent m'arracher la portière des mains, et referme cette dernière non sans quelques difficultés. Une fois à l'abri, je soupire un peu et me passe les mains dans mes cheveux trempés retombant sur mon visage et se collant à celui-ci. Je remarque sans problème le regard de ma compagne, qui semble dors et déjà s'en vouloir alors qu'elle constate les égratignures qui se trouvent sur ma peau. J'allais prendre la parole pour lui dire qu'elle n'a pas intérêt à me dire qu'elle est désolée de m'avoir fait venir, mais les pleurs de notre fils résonnent dans l'habitacle. Une grimace déforme mes traits et je fronce légèrement les sourcils. Jessica le serre contre elle, le berce, fait de son mieux pour le calmer. J'entends la brune me dire qu'elle a bien conscience qu'il faudra sortir du véhicule. Mais qu'il faut trouver quelque chose pour protéger Isaac des projectiles. Elle a raison. Mais pour l'instant, il n'y a rien qui nous permettrait de faire ça.

Quelques jurons s'échappent de mes lèvres dans ma langue maternelle sans que je ne puisse rien y faire. Cette situation est en train de m'énerver. Heureusement pour moi, les lèvres de ma douce viennent se poser sur ma joue et cela me sort de ma colère avant qu'elle ne prenne le dessus. Elle a vraiment cette capacité avec moi qui me surprends chaque jour un peu plus. Mon regard se pose sur ma femme et je fixe ses iris d'une manière montrant bien que je suis plus que sérieuse. « T'as pas à me remercier Jess. Vous êtes ma famille et je vais tout faire pour vous sortir de là. On va s'en sortir. Je te le promets. » dis-je sur un ton sans appel. Je détache mon regard de la brunette lorsque j'entends un bruit assez fort provenir de l'extérieur. Un poteau de signalisation vient de se plier sous la force du vent et de chuter sur les voitures qui se trouvent juste devant nous. Il ne faut pas rester là. Fronçant les sourcils, je me retourne rapidement sur mon siège et attrape la couverture qui se trouve sur le siège arrière. La tendant à Jessica, je pose ma main libre sur la portière de la voiture. « Couvre-le avec ça. On a rien d'autre sous la main, mais au moins ça le protègera un peu. J'vais faire le tour, t'ouvrir la porte, et on foncera se mettre à l'abri. » dis-je en joignant les actes à la parole. Sans attendre de réponse, je force pour ouvrir la porte et sors du véhicule avant d'en faire le tour. Je suis obligée de me protéger le visage sur le coup à cause de la force avec laquelle la pluie s'abat. Rejoignant l'autre côté de la voiture, j'attends de voir si ma compagne est prête. La voyant me signaler qu'elle l'est, j'ouvre sa porte et fais de mon mieux pour la tenir ouverte et essayer de les protéger un peu des débris qui volent tout autour de nous. Je sens quelques petits débris de verre venir entailler ma peau par endroit, de manière très superficielle, et je peste. Une fois ma famille sortie du véhicule, je lâche la porte et la laisse se refermer seule avec la force du vent avant de retirer ma veste. Même trempée, elle permettra à Jess de ne pas être trop blessée par les petits objets qui s'envolent et nous percutent. Je la lui met sur les épaules, la refermant légèrement pour la faire tenir et donner en plus une meilleure couverture à Isaac. « Aller, on bouge! » criais-je presque afin de me faire entendre malgré le bruit généré par le vent et les gens qui paniquent. Il faut se dépêcher. Car la situation ne fait qu'empirer chaque instant.

Revenir en haut Aller en bas
Jessica Drew
Humain modifié
Jessica Drew


More about you :
Codename : Spider Woman
Pouvoirs : Force surhumaine : Spider-Woman peut soulever environ 7 tonnes.
Agilité surhumaine : La coordination et la flexibilité du corps de Spider-Woman dépassent de loin ceux du meilleur des athlètes Olympiques. Ses réflexes et sa rapidité d'exécution sont aussi excellents.
Endurance accrue : La mutation de Jessica Drew a renforcé son endurance naturelle.
Résistances : Les cellules de Jessica Drew se régénèrent plus vite qu'un être humain, grâce à l'altération produite pendant son enfance. Elle est immunisée aux effets de l'uranium et de divers contaminants. De même, son corps s'adapte très rapidement aux effets des gaz toxiques, des poisons et des drogues de niveau normal. Ainsi, elle ne souffre en général que de migraine.
Adhésion aux surfaces : Des crochets microscopiques présents sur les doigts de Spider-Woman lui permettent de grimper facilement aux parois verticales et de ramper sur le plafond, comme le fait une araignée.
Sens de l’ouïe accru : L'audition de Spider-Woman est parfaite. Elle peut reconnaitre un bruit parmi d'autres, à grande distance.
Bio-électricité : Le corps de Spider-Woman conserve une quantité énorme de bio-électricité. Elle a appris à la canaliser et la décharger par ses doigts, en courtes impulsions qu'elle appelle 'rafales de venin'. La décharge affecte les systèmes nerveux et selon la puissance peut assommer ou tuer un homme par arrêt cardiaque.
Vol : Après des années de pratique, Spider-Woman peut désormais voler à vitesse réduite. Autrefois, son pouvoir lui permettait seulement de planer.
Phéromones : Son métabolisme génère des phéromones qui peuvent induire la peur, l'attraction ou la répulsion, selon l'humeur et le genre sexuel de ses adversaires.
Entrainement martial : Elle a reçu une formation d'agent du SHIELD et d'assassin de l'HYDRA. Elle maitrise plusieurs arts martiaux : karaté, boxe, capoeira, judo et escrime. Grâce à son agilité et sa force, c'est une formidable adversaire au corps-à-corps.
Connaissances : Entrainée par l'HYDRA et le SHIELD pour devenir une espionne internationale, Jessica Drew parle couramment plusieurs langues : russe, japonais, français, espagnol, portugais, coréen et allemand. Elle connait toutes les techniques de discrétion et de dissimulation.
Emergence :
For you here and now ▼ Yelica Fonddr112 / 52 / 5For you here and now ▼ Yelica Fonddr11
Maitrise :
For you here and now ▼ Yelica Fonddr112 / 52 / 5For you here and now ▼ Yelica Fonddr11
Messages : 93
DCs : Raven - Spencer & Andy.

Mar 25 Juin - 20:54




For you here and now

Yelena & Jessica

Devenir maman c’est …C’est découvrir la magie, qui fait que d’un bisou, on oublie les soucis. Un bisou qui embellit la vie. Evidemment, c’est dormir moins longtemps. Mais c’est aussi se coucher avec ce sentiment de plénitude. Avec cette certitude que la vie nous a fait un merveilleux présent. Devenir maman, c’est se lever le matin. La trogne enfarinée, écouter les blablas incessants de sa progéniture. Sans même avoir eu le temps de se faire un café ou une tartine de confiture. Alors qu’avant, ce n’était pas avant midi qu’il fallait nous parler. Devenir maman, c’est ressentir cette différence, se dire qu’il y a un avant, et un « maintenant ». Se poser des milliards de questions, sur la vie, l’avenir. Avec toujours cette crainte qu’ils soient malheureux un jour. C’est aussi se dire qu’aussi longtemps que la vie le permettra, ils pourront se réfugier dans nos bras.

Devenir maman, c’est se dire: « mais de quoi était faite ma vie, avant » ? C’est râler devant leurs bêtises, se remémorer nos propres sottises, et se cacher dans une autre pièce, en souriant… Devenir maman, c’est ne plus prendre de long bain. C’est partir avec le vernis amoché, ne pas pouvoir faire les choses tranquillement… Mais aussi partager des câlins, ressentir une immense fierté, ou repérer chaque progrès en s’extasiant… Devenir maman, c’est devenir égoïste pour ses enfants. Vouloir le mieux pour eux, leur construire une bulle d’amour. Et puis aussi les préparer à en sortir un jour… Devenir maman, c’est aimer plus que son cœur ne peut contenir. Le sentir déborder à chaque regard, à chaque pensée. C’est adorer. Râler. Sourire. Crier. Rire. Sauter. Danser. Pleurer. Jouer. Crapahuter. Être crevée. Inventer, réinventer. Calmer, consoler. Parler. Ranger. Câliner. Soulager. Vibrer. Admirer. Cajoler. Virevolter. Se lever. Amuser. Devenir maman, c’est donner la vie. Même si ce n’est pas toujours physiquement. Et la vivre intensément, à chaque instant.

Être maman c’est tout ça à la fois. Tout simplement ça. Alors lorsqu’elle sent son fils en danger dans cette voiture figé par la tempête qui s’abat sur eux Jessica ne pense littéralement qu’à la vie de ce petit être qu’elle a portée durant 9 mois dans son ventre autrefois arrondi. Bien sûr ses pensées s’envolent aussi vers sa compagne mais elle la sait grande. Elle la sait forte. Alors même si l’inquiétude berce les battements de son cœur elle se concentre d’abord vers le bout de chou qu’elle tient entre ses bras. Ecoute sa respiration régulière. Les babillements qu’il fait lorsqu’il niche la tête dans son cou et hume son parfum si délicat. Elle serait de toutes évidences prête à tout pour son petit bonhomme et visiblement elle n’est pas la seule non. Elle n’est pas la seule à être mère. Elle n’est pas la seule à être la man du petit être qu’elle serre avec tendresse contre son cœur. Yelena, elle aussi, est sa maman. Donc le fait de la voir apparaitre derrière la vitre, marquée par les débris qui l’ont heurtée dans la tempête ne l’étonne pas.

Non. Car Yelena est étonnante. Elena est une battante et lorsqu’elle entre enfin dans l’habitacle de la voiture, cheveux en bataille, peau entaillée par la violence des débris, l’agent du SHIELD ne peut s’empêcher de ressentir un mélange d’admiration et d’inquiétude à son égard. Pourtant c’est les pleurs d’Isaac qui la ramène sur terre la forçant à le bercer et à lui parler avec une infinie douceur. Son objectif est de le rassurer même si elle est tout sauf détendue. Elle sait que tôt ou tard elle devra la suivre hors du véhicule afin de trouver un abri plus sûr pour elles et leur fils. Mais une remarque plus que pertinente s’échappe de ses lèvres ce qui semble surprendre la blonde à ses côtés. Oui, Yel n’a de toutes évidence pas pensée au fait que le petit risque d’empatir de la rage de la tempête.  Leur nouvel objectif est donc de le protéger un maximum et pour cela elle fait plus que confiance à sa femme.

Avec un air soucieux la brune pince les lippes en attendant une idée de génie de la part de l’ukrainienne. La voilà toute la difficulté de leur extraction. Trouver un lieu sécuritaire tout en veillant sur leur enfant. Elle sent l'énervement venir chatouiller la femme de sa vie et d'un baiser sur la joue l'apaise. Elles sont comme ça. Elles n'ont besoin que d'un simple geste pour se sentir apaisée l'une par l'autre et c'est ça qui fait toute la beauté de leur couple. Pourtant elles n'ont pas vraiment le temps de profiter de ce simple instant car la réalité les rattrape déjà bien vite. Un poteau de signalisation se pli sous la force du vent et arrache de nouveau sanglot à leur fils. Il est effrayé... souffle-t-elle. Et il n'y a pas que lui. Elle aussi l'est mais elle n'a pas besoin de le dire pour que sa douce le comprenne. La blonde donne alors ses instructions en tendant une couverture à Jessica dans laquelle elle enveloppe le petit. A peine a-t-elle le temps de tourner la tête que Yelena est déjà à l'extérieur. D'un mouvement de tête Jess lui signale qu'elle est prête et se glisse à l'extérieur à son tour.

Alors que sa compagne enlève sa veste pour la couvrir un morceau de verre fonce tout droit sur l'agent du SHIELD et lui entaille la joue en lui tirant un cri de douleur. La brune baisse la tête en essayant de protéger au mieux son fils mais l'avancée se fait plus que difficile. Son regard glisse vers l'ukrainienne. Le centre commercial risque d'être bondé, peut être qu'un parking souterrain est une meilleure idée mais j'ai peur d'une inondation !cri-t-elle pour que sa voix parvienne jusqu'à sa femme. Plissant les yeux elle analyse les alentours et fini par pointer d'une main une imprimerie non loin de là. C'est un vieux bâtiment mais ça veut dire qu'il est sûrement plus solide ! Si on arrive à se frayer un chemin dans la foule ça pourrait être une bonne option ! Tu en penses quoi ?! dit-elle en s'essuyant sa joue entaillée.



by tris
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Mer 25 Sep - 14:08

Quand on voit ces films catastrophe à la télé, on se dit toujours que ça se voit que c'est du cinéma. Que personne ne pourrait réagir de telle ou telle manière dans une situation équivalente se produisant pour de vrai. Qu'il n'est pas si difficile que ça d'avancer quand les vents d'une tempête se déchaînent. Etcétéra, etcétéra, etcétéra. J'en passe et des meilleures. Toujours est-il que quand on se retrouve effectivement pris au piège par une véritable catastrophe naturelle, on ne fait que suivre son instinct en vérité. Pour certains, c'est celui de sauver sa peau. Pour d'autres, aider la veuve et l'orphelin, les pauvres et les opprimés, par tous les moyens. Je sais que c'est dégueulasse c'que j'vais dire, mais j'comprends pas trop l'intérêt de sauver des gens qu'on connait pas. Surtout que pendant ce temps, il pourrait y avoir nos proches qui sont en train de crever ailleurs sans personne pour leur filer un coup de main.

C'est sûrement pour ça que je n'ai pas essayé de compter sur le hasard, la chance ou les autorités compétentes -comme elles aiment s'appeler- pour que Jessica et Isaac soient en sécurité. Parce que je sais, au fond de moi, que je ne serai jamais mieux servie que par moi-même. Que je ne vais pas hésiter à prendre des décisions difficiles si j'y suis obligée. Laisser une vieille passer l'arme à gauche pour que la femme que j'aime ait une place dans un endroit sécurisé? Aucun problème. Balancer un type à l'extérieur pour être sûre que ma famille n'est plus en danger? Qu'il en soit ainsi. Je me fiche bien de ce qu'on peut penser de moi. De toute façon, ce n'est pas comme si cela avait une quelconque importance à mes yeux. Vous l'aurez compris, tout ce qui compte c'est mon entourage. Deux personnes. C'est tout.

Quoi qu'il en soit, à la seconde où j'avais entendu la voix de Jessica au téléphone, ma décision était prise. Peu importe ce que cela implique, ma famille s'en sortira indemne de cette tragédie. Quoi qu'il en coûte. A moi ou aux autres. Ne perdant pas de temps une fois tous à l'extérieur de la voiture, nous nous sommes toutes deux mises en route. Mais vers où? Avec cette pluie, difficile d'y voir clair. Et cette foule qui grouillait tout autour de nous dans un mouvement de panique généralisée n'arrangeait rien. Serrant les dents, mon regard balayait les alentours quand la voix de la brune parvint à mes oreilles. En effet, un bâtiment un peu plus éloigné ne semblait pas encore être assaillit par les citoyens cherchant à trouver abri.

Ni une ni deux, j'attrape la main libre de ma compagne et l'entraîne à ma suite. Le fait d'être en "tête de cortège" me permet de nous frayer un chemin à travers la foule. On dirait presque deux saumons qui tenteraient de traverser une rivière à contre-courant. C'est presque ça, en fait. Certains sont juste déviés, d'autres tombent au sol à cause de leur propre élan combiné à ma bousculade. Et ça ne me fait ni chaud ni froid. Ce n'est pas ce qui compte.

Au bout de ce qui m'a paru être une éternité, nous arrivons enfin aux portes de ce qui semble être une ancienne imprimerie fraîchement rachetée et réhabilitée, mais pas encore opérationnelle. En gros: de la place et de la sécurité. Que demande le peuple? Quelques dizaines d'autres personnes étaient déjà présentes pour s'abriter dans ce bâtiment, ayant certainement trouvé que cela serait la meilleure solution. Eux aussi. Par hasard, je jette un coup d'oeil derrière nous. Et c'est là que je les ai vus. Une foule se dirigeant vers nous. Le problème, c'est que qui dit foule dit également panique généralisée, bousculade générale et risque de se faire piétiner par des crétins.

Sans façon. Ce n'est pas maintenant que nous avons trouvé un abri que je vais laisser des idiots tout gâcher. Sans dire un mot, je dépose un rapide baiser sur la tête d'Isaac et un autre sur la tempe de Jessica. Cela pourrait être un baiser de soulagement. Et je compte bien sur cette possibilité de méprise pour faire ce que je veux. En moins de temps qu'il n'en a fallu à ma compagne pour s'en rendre compte, j'étais à nouveau dehors. D'un habile et précis coup de pied, la vitre protégeant le bouton de fermeture du rideau métallique de l'entrée éclata. Ma main se posa sur le dit bouton et par chance, celui-ci actionna la fermeture du rideau. A vrai dire, j'ai même eu un petit coup de chance. Car même s'il était bien lent à la base, un court-circuit fit tout simplement chuter le rideau d'un coup, le faisant se fermer en un rien de temps. J'aurais pu sursauter, comme la majorité des personnes présentes à l'intérieur du bâtiment. Mais ce n'est pas mon genre.

M'approchant de la grille pour rejoindre quelques instants ma bien-aimée, mon regard se plante dans le sien avec un air montrant bien que ma décision n'appelle aucune discussion. De toute façon, le circuit a grillé et pour l'instant rien ne pourra faire se rouvrir le rideau. « Reste en sécurité. J'ai d'la ressource. Tu sais que la mauvaise herbe ça crève pas comme ça. » dis-je en ajoutant un petit sourire en coin pour tenter de la rassurer. Elle ne sait pas pourquoi est-ce que je dis ça. En même temps, elle ne sait pas vraiment qui je suis ni ce que je fais. Ce n'est pas plus mal.

Revenir en haut Aller en bas
Jessica Drew
Humain modifié
Jessica Drew


More about you :
Codename : Spider Woman
Pouvoirs : Force surhumaine : Spider-Woman peut soulever environ 7 tonnes.
Agilité surhumaine : La coordination et la flexibilité du corps de Spider-Woman dépassent de loin ceux du meilleur des athlètes Olympiques. Ses réflexes et sa rapidité d'exécution sont aussi excellents.
Endurance accrue : La mutation de Jessica Drew a renforcé son endurance naturelle.
Résistances : Les cellules de Jessica Drew se régénèrent plus vite qu'un être humain, grâce à l'altération produite pendant son enfance. Elle est immunisée aux effets de l'uranium et de divers contaminants. De même, son corps s'adapte très rapidement aux effets des gaz toxiques, des poisons et des drogues de niveau normal. Ainsi, elle ne souffre en général que de migraine.
Adhésion aux surfaces : Des crochets microscopiques présents sur les doigts de Spider-Woman lui permettent de grimper facilement aux parois verticales et de ramper sur le plafond, comme le fait une araignée.
Sens de l’ouïe accru : L'audition de Spider-Woman est parfaite. Elle peut reconnaitre un bruit parmi d'autres, à grande distance.
Bio-électricité : Le corps de Spider-Woman conserve une quantité énorme de bio-électricité. Elle a appris à la canaliser et la décharger par ses doigts, en courtes impulsions qu'elle appelle 'rafales de venin'. La décharge affecte les systèmes nerveux et selon la puissance peut assommer ou tuer un homme par arrêt cardiaque.
Vol : Après des années de pratique, Spider-Woman peut désormais voler à vitesse réduite. Autrefois, son pouvoir lui permettait seulement de planer.
Phéromones : Son métabolisme génère des phéromones qui peuvent induire la peur, l'attraction ou la répulsion, selon l'humeur et le genre sexuel de ses adversaires.
Entrainement martial : Elle a reçu une formation d'agent du SHIELD et d'assassin de l'HYDRA. Elle maitrise plusieurs arts martiaux : karaté, boxe, capoeira, judo et escrime. Grâce à son agilité et sa force, c'est une formidable adversaire au corps-à-corps.
Connaissances : Entrainée par l'HYDRA et le SHIELD pour devenir une espionne internationale, Jessica Drew parle couramment plusieurs langues : russe, japonais, français, espagnol, portugais, coréen et allemand. Elle connait toutes les techniques de discrétion et de dissimulation.
Emergence :
For you here and now ▼ Yelica Fonddr112 / 52 / 5For you here and now ▼ Yelica Fonddr11
Maitrise :
For you here and now ▼ Yelica Fonddr112 / 52 / 5For you here and now ▼ Yelica Fonddr11
Messages : 93
DCs : Raven - Spencer & Andy.

Sam 16 Nov - 9:50




For you here and now

Yelena & Jessica

J'avais pour habitude de sourire quand dans les livres les auteurs parlaient des yeux de l'être aimé. Ils apparaissaient toujours comme profonds et extrêmement déstabilisants. A chaque fois, l'héroïne expliquait par de magnifiques métaphores le regard de l'autre, et disait qu'elle tremblait ou rougissait. Ne pensait plus droit. Vraiment, ça sonnait tellement...niais ! Alors à chaque fois, je rigolais. Vraiment. Sauf qu'aujourd'hui j'ai compris. J'ai compris ce que ça fait d'avoir l'impression de se noyer dans le regard de l'autre et de trouver son regard magnifique. De se dire que ces yeux, ce sont sans doute les plus beaux qu'on ait jamais vu. Et j'ai aussi compris que l'histoire du tremblement n'était pas surfait, pas plus que l'incapacité à penser correctement. Loin de là. Et vous savez quoi ? Je préférais quand je pensais que tout cela n'était qu'un ramassis de mensonges niaiseux.

Le problème aujourd'hui, c'est qu'elle ne connait que trop bien la puissance de ce sentiment qui autrefois la faisait sourire. Elle sait à quel point l'amour peut vous pousser à faire des choses qu'elle qualifierai de complétement folle. Alors le fait que Yelena ai bravé la tempête pour les retrouver Isaac et elle, malgré le foutoir et la dangerosité de la situation, ça ne l'étonne pas vraiment. Elle aurait fait la même chose si c'était pour elle. Et la revoilà, plongée dans le cliché que dégage les sentiments amoureux mais il y a plus important actuellement. Il y a le fait qu'elles se retrouvent piégées au milieu des vents avec un bébé tout simplement. Avec leur bébé. Le vent fait virevolté avec violence sa crinière qui lui fouette le visage. Les débris qu'elle essaie d'éviter au mieux lui lacère la peau et lui arrache des plaintes. Le pire reste encore les pleurs de son fils à travers la couverture qui résonnent à ses oreilles. Bordel de merde... chuchote-t-elle alors qu'elle sent le visage du petit s'enfouir dans son cou.

Je suis là mon coeur, maman va trouver une solution... chuchote-t-elle consciente qu'il ne peut pas l'entendre. Peut-être essaie-t-elle de se rassurer. Sûrement. La belle aux cheveux ébènes pince les lèvres tandis que sa compagne lui prend la main pour l'attirer vers un endroit plus sûr. Par chance elles sont en "tête de file" ce qui leur permet une meilleure visibilité des lieux. Son cerveau tourne à plein régime alors qu'elle se laisse emporter par sa femme à travers la foule. Ses yeux glissent rapidement sur les bâtiments afin d'évaluer la situation.  Un lieu sûr. Il leur faut un lieu sûr maintenant. Finalement elle repère une petite imprimerie non loin de là. L'endroit parfait pour se sentir en sécurité. Les vieux bâtiments sont généralement les plus robustes alors cela semble être un bon choix. Poussant sur sa voix afin d'informer sa compagne, Jessica lui fait part de sa trouvaille. D'un hochement de tête elles bifurquent afin de rejoindre la petite imprimerie.

Leurs pas se font cadencés malgré la boue qui vient entraver leur progression. Jessica à l'habitude de ce genre de barrière mais Yelena l'impressionne à chaque seconde un peu plus. Oui. Celle qu'elle aime à appelée " sa femme" a l'air plus qu'à l'aise alors que n'importe qu'elle civil serait paniqué et ça elle ne peut décidément pas le mettre sur le compte de l'amour. Non, il y a autre chose. Quelque chose qui fait tilter l'agent du SHIELD depuis quelques temps mais quoi ? Elle n' a pas le temps de pousser son analyse plus loin car les voilà déjà devant l'imprimerie. Alors qu'elle pénètre en lieu sûr les lèvres de sa compagne se pose sur sa tempe aussi furtivement qu'elle n'a pas le temps de réaliser ce qui se passe. La brune se retourne et sous ses yeux ébahis elle voit sa compagne abaisser le rideau de sécurité d'un habile coup de pied.

Mais qu'est-ce que tu... elle est sonnée. Tente de comprendre. Ne réagi pas de suite lorsque le rideau se ferme. Elle se maudit. Elle aurait du anticiper ça. Elle a toujours l'impression d'être faible à côté de la personnalité forte de Yelena. La blonde l'embrase. Elle devrait la tirer vers le haut, elle devrait reprendre confiance en elle. La vérité c'est que la Jessica d'autre fois. Celle qui est tête brulée et sans coeur, disparait lorsqu'il s'agit d'Isaac ou de Yel. Et pour ça elle s'en veut. Parce qu'elle aurait du être celle de l'autre côté. Celle qui les protèges. L'agent du SHIELD. Mais non. Non. Elle est le boulet. Putain Yel reste ici ! elle hurle. Tends la main pour la retenir. Tu n'es pas obligée d'être celle qui se met tout le temps en danger pour les autres Yelena. Tu as une famille. Tu nous a nous ! elle s'énerve cette fois. Elle ne devrait pas. Après tout la blonde ne voulait pas à mal mais la panique fait bouillir ses nerfs. L'ukrainienne ne réalise pas, non. Qu'elle ne saura jamais la chance qu'elle a de pouvoir passer le restant de ses jours avec la moitié de son âme, tant qu'elle n'aura pas à vivre sans elle.



by tris
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
For you here and now ▼ Yelica
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Page 1 sur 1

House of M :: GENOSHA :: IN THE EYE OF THE STORM-
Sauter vers: