RSS
RSS
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Two Bodies, One soul ▼ Chalena
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Alena Sarrià
Humain
Alena Sarrià


https://houseofm.forumactif.org
More about you : Two Bodies, One soul ▼ Chalena 83fdda8fb8f019de5229959427f7a129
Codename : Aly.
Pouvoirs : Two Bodies, One soul ▼ Chalena 3302545152_1_3_RqtarjVV
Emergence :
Two Bodies, One soul ▼ Chalena Fonddr110 / 50 / 5Two Bodies, One soul ▼ Chalena Fonddr11
Maitrise :
Two Bodies, One soul ▼ Chalena Fonddr110 / 50 / 5Two Bodies, One soul ▼ Chalena Fonddr11
Messages : 57
DCs : Raven, Spencer, Andy & Jessica D.

Sam 15 Juin - 17:20




Two Bodies, One soul

Charlotte & Alena


Qu'est-ce qu'une famille. Ce qu'est une famille. D'abord, c'est un sentiment d'appartenance. Que vous soyez bon ou mauvais, qu'on vous accepte totalement ou qu'à moitié, la famille sera toujours là, et ne vous lâchera pas, quoi qu'il arrive. Ce n'est pas qu'une histoire de chromosomes ou de liens de sang, c'est quelque chose de plus intense et de grandiose. On a plusieurs familles. Pour commencer, la famille où on naît. Ensuite, les familles que l'on crée au cours de sa vie : avec ses amis, ses amoureux ou même des inconnus. Aucune n'est parfaite, d'ailleurs personne ne s'attend à y trouver la perfection. On ne peut pas non plus imposer aux autres sa propre vision des choses et de la vie. Le secret, c'est de prendre ce qu'on vous donne et d'en faire quelque chose pour se construire un monde. Le secret c'est de savoir vous entourer et de faire au mieux au sein de la famille que vous vous serez construit. Une famille. Pour beaucoup il n'y a rien de plus important qu'une famille. Elle l'a bien comprit.

Des familles Alena en a d'ailleurs eut plusieurs. Premièrement la famille qui lui a donné la vie. Qu'elle n'a jamais connue. Deuxième la famille qu'elle et sa mère ont formées durant ses premières années. Ensuite la famille dans laquelle elle a évoluée en Espagne. Puis celle formée avec ses amis. Pour enfin revenir à sa première famille. Non. Pas sa famille. A un membre de sa famille. A cette moitié qu'on lui a trop vite arrachée. A cette sœur qu'elle n'a jamais connue. Elle qui lui renvoi son propre reflet. Elle dont les traits sont semblables aux siens. Sa jumelle. La partie qui lui manquait. Celle qui lui manque toujours. Car Alena a beau avoir parcouru le globe à la recherche de Charlotte Wesler, celle-ci n'arrive pas à faire le grand pas. Celui qui la poussera à lui adresser la parole. Celui qui chamboulera leur vie à tout jamais. Elle a peur. Tout simplement. Peur que la seule personne qui lui reste sur cette terre la rejette. Il faut la comprendre. Révéler son existence à Charlotte est quelque chose qu'elle ne doit pas prendre à la légère, alors pour le moment elle se contente d'observer de loin. Elle ne peut faire que ça.

La rouquine a d'ailleurs prit l'habitude de venir voir sa sœur se battre. Elle n'a pas mit longtemps à apprendre pour les combats. Ceux auxquels la blonde participe. L'espagnole n'est pas vraiment pour la violence, bien que travaillant à la garde mais si cela lui permet de voir ne serait-ce que le temps de quelques round la belle, alors elle en fait abstraction. Le truc d'Alena c'est plutôt soigner les gens. Un point sur lequel les jumelles sont différentes. Si Alena est une jeune femme plutôt douce bien que redoutable lorsqu'elle le veut, Charlotte a plus tendances à faire démonstration de la force. C'est une autre chose qu'elle a apprit après un mois à l'observer. Ce soir, le spectacle ne lui fait pas défaut. Mordillant anxieusement sa lèvre inférieure Alena sautille d'une jambe sur l'autre au milieu de la foule déchainée. Charlotte est entrain de se prendre une dérouillée monumentale et chaque crochet qui lui arrivent en pleine face ne font qu'étirer la grimace sur les traits de sa jumelle. C'est un vrai supplice que de la regarder se faire laminer ainsi mais elle n'a pas le choix. Son cœur tressaute de longue minute avant que la cloche ne sonne la fin du combat.

Un soupire passe la barrière de ses lèvres. Un soulagement. Le poids sur sa poitrine s'envole doucement alors qu'elle finit sa bière et la dépose sur le bar. Elle réajuste alors sa capuche en réglant le barman qui lui lance des regards ambrés à chaque fois qu'elle vient. Quoi de plus étrange qu'une femme dont on ne voit rien de plus que les cheveux roux dépasser de son survêtement noir hein ? Le remerciant poliment sans dissimuler son accent espagnol, la belle se faufile à l'extérieur du bâtiment. Pas de paris pour elle. Elle ne veut que profiter du peu de temps où elle peut entrapercevoir sa soeur. Juste ça. Juste pour vérifier qu'il ne lui arrive rien de grave. Rien de plus grave que les coups reçus par ses adversaires bien sûr.

Alors qu'elle pousse les lourdes portes du gymnase abandonnée, la belle inspire une grande bouffée d'air. L'intérieur des bâtiments où se déroulent les combats sentent souvent la sueur et la poussière. La garde rouge a mit du temps à s'y habituer mais c'est chose faite à présent. Doucement elle s'humecte les lèvres en avançant dans la nuit noir. Ce soir le ciel est fait d'encre. Pas une étoile à l'horizon. C'est dans cette ambiance pesante qu'elle contourne le bâtiment afin de rentrer dans la petite chambre miteuse qu'elle loue dans le centre ville. S'enfonçant toujours plus dans l'ombre elle ne remarque pas la présence d'une autre personne adosser au mur. D'un mouvement de tête elle reconnait ce visage blessé entouré de cheveux blanc. Pestant dans sa langue Alena rabaisse un peu plus sa capuche bien décidée à passer devant sa soeur sans lui adresser la parole. C'est ce qu'elle aurait du faire et pourtant, là voilà qui s'arrête en plein milieu de la rue, poings serrés. C'était un beau match, même si t'as perdue... dit-elle en gardant la tête baissé. Terrible erreur. Elle le sait.



by tris
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Dim 16 Juin - 10:50

Je sais pas pourquoi je fais ça. En fait, on dirait que le sort veut pas assez m'en foutre sur la gueule en général pour que j'en rajoute encore moi-même. N'importe quelle personne normale aurait certainement pris le temps de se reposer, de guérir de ses blessures. Parce que franchement, quand on voit celles dont j'ai écopé pendant la tempête, n'importe qui serait resté encore au repos quelques temps. Enfin, sauf peut-être quelques tarés. Des tarés dans mon genre. Mais en fait j'ai l'impression que c'est ma manière à moi de me dire que je ne suis pas que celle qui subit les aléas de la vie sans rien faire. Sans rebondir et aller de l'avant. J'aurais pu rester chez moi à broyer du noir en me disant que le destin s'acharne sur moi. Qu'après m'avoir fait torturer pendant des heures par un sadique qui m'a mutilés, il avait fallu qu'il me fasse encore affronter une tempête et que pendant cette catastrophe naturelle je me prenne des éclats de verre dans le corps jusqu'à ressembler à un hérisson. J'aurais pu faire ça, franchement. Je dois dire que l'idée m'a même effleuré l'esprit l'espace d'un instant. Mais ensuite ma nature a repris le dessus et m'a foutu un sacré coup de pied aux fesses.

Je me suis jamais laissée abattre par les événements qui ont pu me tomber dessus. Pas même après ma superbe séance de torture d'ailleurs. Alors pourquoi est-ce qu'une catastrophe naturelle aurait le droit de me faire baisser la tête? Hors de question. A partir du moment où les combats clandestins ont repris, je me suis de nouveau lancée dans la mêlée. Le seul problème, c'est que mes blessures... je les ai soignées moi-même. Sans l'aide de personne. Comment recoudre des plaies que l'on a dans le dos? Ouais, je suis pas une pieuvre. J'ai fait ce que j'ai pu avec une pince et un miroir mais pour beaucoup elles sont encore ouvertes et j'ai un peu peur que certaines commencent à s'infecter si je fais pas bientôt quelque chose de plus concret. Et bien sûr, c'est bien connu aussi qu'en faisant quelques sutures en surface d'une plaie causée par un morceau de verre ayant traversé votre mollet de part en part, tout ira bien dans le meilleur des mondes. Hm. Ouais nan pas vraiment. Je sais pas pourquoi est-ce que je suis incapable de demander de l'aide. Mais à qui? A Kara? A Robin? A Maggie? J'en ai un peu marre qu'elles soient toujours obligées de réparer mes erreurs. Enfin, plutôt mes blessures parce que c'est pas toujours ma faute, mais bon. Et puis aller à l'hôpital, c'est toujours hors de question. Mon séjour là-bas la dernière fois m'a définitivement vaccinée je crois.

Comme je m'y attendais, j'étais pas du tout prête à me battre à nouveau. Prête pour ce combat. En temps normal, j'aurais réussi à battre ce type en moins de temps qu'il n'en aurait fallu pour le dire. Pourtant, vu mon état de santé actuel, je me suis faite enchaîner comme une mal propre. Il s'est fait plaisir le salaud. Il a réussi à me péter la lèvre et l'arcade, et je sais déjà que je vais mettre du temps à camoufler toutes ces ecchymoses et ces petites entailles sur mon visage. Autant après une victoire je reste généralement le temps de boire une bonne petite bière et de redescendre en pression, mais là je n'ai aucune envie de m'éterniser. Ramassant mes affaires, je me dirige vers la sortie du gymnase en boitant. Je sais que mes plaies se sont rouvertes. Je sens de fins filets de sang couler le long de mon dos et de ma jambe. Pff... Va encore falloir que je recommence à coudre tout ça en arrivant à la maison. Je sens que ça va de nouveau être une partie de plaisir. Soupirant un peu, je glisse ma main dans la poche de ma veste pour en sortir mon paquet de clopes. Ouais, je sais, c'est pas bon. Pas la peine de me dire ce que je sais déjà. Mais j'ai pas arrêté de faire le yo-yo avec ça depuis des années. J'arrête, je reprends, j'arrête, je reprends, etc. Peut-être qu'un jour j'arrêterai définitivement, qui sait. En attendant, c'est pas le cas. Alors je glisse une cigarette entre mes lèvres et l'allume en allant me poser contre le mur du gymnase. J'appuie simplement mes fesses contre le bâtiment, parce que mon dos me fait de nouveau un mal de chien. Forcément, à force de tomber dessus pendant le combat...

Inspirant longuement la fumée de mon tube de nicotine, je ne fais que très peu attention aux gens qui peuvent passer devant moi. Qu'est-ce que je peux bien en avoir à faire de toute façon? Enfin, jusqu'à ce que quelqu'un s'arrête et ne m'adresse la parole. Sortant de mes pensées, je tire une nouvelle fois sur ma clope et inhale la fumée en posant mon regard sur l'inconnue. Une femme, ma taille à peu près, le visage caché par une capuche et de longs cheveux roux dépassant de cette dernière. C'est quoi ça, une fan qui a peur de montrer sa tronche ou de nouvelles emmerdes qui s'annoncent? Franchement, d'habitude ça m'aurait pas enchantée mais là je dois dire que j'espère de tout mon coeur que c'est la première solution. Parce que de nouvelles emmerdes, j'en ai vraiment pas besoin là tout de suite. Sérieusement, je suis assez grande et assez douée pour m'en trouver moi-même. Pas besoin qu'elles viennent à moi sans que je n'ai rien demandé! En entendant les mots de la jeune femme qui m'a parlé, je ne peux retenir un petit rire assez ironique. Un beau match? Elle se fout de qui là? Je me suis fait défoncer, j'ai pas eu le temps de réagir correctement. Non franchement, c'était loin d'être un beau match. Je lève les yeux au ciel et réponds d'une voix amusée. « Un beau match? J'me suis fait arracher par ce type. Mais j'te préviens, si t'es une espèce de fan ou je sais pas trop quoi, je suis pas du genre à signer des autographes. » Oui je sais. Je ne fais pas vraiment partie du palmarès des gens les plus sympathiques. Mais c'est ce qui fait mon charme non? Non?.. Ah, bon ben tant pis.

Revenir en haut Aller en bas
Alena Sarrià
Humain
Alena Sarrià


https://houseofm.forumactif.org
More about you : Two Bodies, One soul ▼ Chalena 83fdda8fb8f019de5229959427f7a129
Codename : Aly.
Pouvoirs : Two Bodies, One soul ▼ Chalena 3302545152_1_3_RqtarjVV
Emergence :
Two Bodies, One soul ▼ Chalena Fonddr110 / 50 / 5Two Bodies, One soul ▼ Chalena Fonddr11
Maitrise :
Two Bodies, One soul ▼ Chalena Fonddr110 / 50 / 5Two Bodies, One soul ▼ Chalena Fonddr11
Messages : 57
DCs : Raven, Spencer, Andy & Jessica D.

Lun 17 Juin - 20:58




Two Bodies, One soul

Charlotte & Alena


Quand elle était petite, sa mère lui disait qu’elle était un morceau de ciel bleu qui était venu au monde parce que son père et elle s'aimaient énormément. Ce n'est que plus tard que la jeune Emme a compris que ce n'était pas tout à fait vrai. La plupart des bébés ne sont que des coïncidences. Il faut dire qu'au ciel, il y a des milliers d'âmes qui se promènent à la recherche de corps où habiter. Et là, sur la Terre, deux personnes s'accouplent, enfin dîtes le comme vous voulez, et BAM coïncidence. Oh bien sûr, on entend toujours un tas d'histoires sur la façon dont les gens ont planifié leur petite famille parfaite, mais la vérité c'est que la plupart des bébés sont le résultat de soirées bien arrosées et de manque de contraception. Ce sont des accidents. Seuls les gens qui ont des difficultés à faire des bébés, planifient leurs arrivés. Un bébé c’est un très beau hasard. Une très belle surprise, car oui, ce n’est pas pour rien que l’on annonce l’arrivée d’un bébé comme une surprise. C’est qu’on ne l’attendait pas forcément ou qu’on ne l’attendait plus.

Pourtant à cette époque-là, la jolie petite tête blonde ne savait pas à quel point sa mère, à elle, l’avait désirée. Pas celle qui l’avait portée, non. Cette femme faisait de toute évidence partie de la catégorie des gens qui auraient préféré ne jamais enfanter. De ce que sa mère lui avait dit. Si elle avait été arrachée aux griffes de cette horrible femme c’est qu’elle avait vu, dans son simple regard, qu’elle ne voulait tout simplement pas de ces petits êtres qu’elle avait mis au monde. Oui sa mère l’avait sauvée elle, mais elle n’avait pas pu sauver sa sœur de son funeste destin et pour ça elle s’en était toujours voulue. Mais Alena avait apprit tout ça que bien trop tard. Elle n'avait jamais su à quel point, elle, sa mère, la femme qui avait prit soin d'elle durant les 24 premières années avait voulu d'elle. Aujourd'hui, seulement elle le réalisait. Aujourd'hui la jeune rouquine savait. Qu'il n'y avait rien de plus important pour cette femme, que son petit morceau de ciel bleu. Rien.

Charlotte était devenu son morceau de ciel à elle. Un ciel tâché d'encre sombre. Un ciel si noir qu'on pouvait s'y perdre. Un ciel éclairé par une lune des plus époustouflante. Car Charlotte était une personne merveilleuse. Une personne éprouvé par la vie et lorsqu'elle montait sur le ring, sa jumelle arrivait à voir tout ça. La volonté de s'infliger une punition. L'envie de vivre. La rage de continuer à avancer. C'était tellement clicher ce sentiment que la rousse pouvait ressentir lorsqu'elle la voyait elle. Tellement inexplicable. Tellement kitsch qu'elle avait parfois du mal à s'autoriser à penser qu'elles pouvaient être réellement connectée l'une à l'autre. Car Charlotte ne sait pas pour Alena et tout ça, c'est dans sa tête à elle. Pas besoin d'être une flèche pour le deviner. La rousse se sent probablement juste seule. Ce n'est pas le moment. Pas encore, pour elle de se présenter à cette force de la nature. Peut-être est-ce la peur qui la rend incapable d'avancer vers elle à visage découvert. Une chose est sûre, c'est qu'elle vient de faire une terrible erreur en s'adressant à elle ce soir.

Ses petits poings se serrent. Ils ont l'air cent fois plus fragiles que ceux écorchées de sa jumelle. L'espagnole a l'air tout bonnement faible à côté de celle qui lui fait à présent face. D'ailleurs la remarque de la rouquine semble la piquer à vif. Instinctivement Alena pince les lèvres anxieuse. Quelle approche de merde. Charlotte n'a pas tort, elle vient de perdre. De se faire laminer et elle ne trouve rien de mieux à lui dire que beau match. Un soupire franchit ses lippes alors qu'elle se sent de plus en plus mal à l'aise. La jeune femme tente de contrôler son angoisse. La peur du rejet ? Elle la ressent au plus profond de son âme. Quand elle entend la fin de sa phrase son coeur loupe un battement et elle entrouvre les lèvres pour répondre. Sérieusement ? Elle a l'air d'une espèce de fanatique ? Peut-être bien. Elle est capuchonnée, elle la félicite. Elle a l'air bizarre elle ne peut le nier.

Doucement la jeune femme enfonce ses mains dans ses poches et secoue la tête. La jeune femme serait-elle célèbre à ce point dans le monde des combats de rues? Alena n'en sait fichtrement rien. Alors elle s'humecte les lèvre avant de commencer: Je ne suis pas une fanatique. Et on a pas besoin de gagner pour faire un beau match, il suffit juste d'y mettre de la volonté, voir de la rage et tu n'en manquait pas... nouveau soupir qui franchit la barrière de ses lippes alors qu'elle observe son interlocutrice. Je suis pas non plus ici pour avpir un autographe ou je ne sais pas quoi d'autre. Je ne voulais pas te déranger alors j'me casse... Désolée de t'avoir importunée.dit-elle en reprenant tranquillement sa marche. Plutôt ratée pour une première approche.


by tris
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Sam 27 Juil - 15:40

Je sais pas ce qui a bien pu m'arriver pour que je devienne une personne aussi sympathique. Enfin bien évidemment, pour ceux qui n'auraient pas compris, je suis totalement ironique. Parfois, quand je m'entends parler, je ne peux pas m'empêcher de me mettre mentalement une gifle. Pourquoi est-ce que je ne suis tout simplement pas capable de me montrer aimable avec les gens? Comme si j'avais trop peur qu'ils voient que je ne suis pas juste la combattante sans pitié que je suis sur le ring. Même si en plus la plupart des gens ne savent même pas que je fais ça. C'est tout le truc de faire des combats clandestins. C'est pas censé se savoir. On crie pas ça sur tous les toits. Règle numéro un du fight club: on ne parle pas du fight club. Non?

Toujours est-il que c'est pas en me comportant de cette manière que je risque d'avoir plus de personnes dans mon entourage. Plus de personnes qui pourraient tenir à moi. Ces derniers temps, je trouve que je passe peut-être un peu trop près de la mort. Et le problème de ce genre de moments, c'est que ça nous fait prendre conscience de bien trop de trucs. Et franchement, qui est-ce que j'ai dans ma vie après tout, hein? Une amie, une soeur de coeur, et une espèce de relation ambiguë... En bref, que des gens qui ont certainement bien d'autres choses plus importantes dans leur vie qu'une femme comme moi. Il suffit de regarder le soulagement qu'ont pu ressentir mes propres parents quand ils ont pu se débarrasser de moi. Le pire c'est qu'ils ont rien eu à faire en plus. Enfin bref. Je peux pas m'empêcher de me dire qu'il faudrait que je fasse des efforts.

« Attend. » lui dis-je simplement en voyant sa réaction. Je sais pas pourquoi, mais c'est comme si une petite voix dans ma tête était en train de me hurler de toutes ses forces que je fais une erreur en la laissant partir. Qui qu'elle soit. Après tout, ça risque pas d'être une fan. Non seulement ça n'existe pas vraiment dans le milieu, mais en plus je ne suis ni assez célèbre ni assez sympathique pour en avoir. Soupirant un coup, je me passe une main dans les cheveux et m'approche de l'inconnue qui était en train de partir.


« Merci pour le compliment. Et désolée, je suis pas forcément la personne la plus sympa du monde... Loin de là même. » dis-je avant de me racler la gorge. Ouais, c'est super gênant comme moment. Je détourne le regard quelques instants, cherchant quelque chose à fixer en attendant de trouver quelque chose à dire. Mais à part quelques tags pourris et des sacs poubelle, y'a pas grand chose à regarder. J'ai pas vraiment envie de passer pour une tarée en plus du reste. Bagarreuse, trop nulle pour gagner un combat, antipathique et dérangée du bocal. Non je dois dire qu'il y a rien de pire comme première impression. Et puis je sais pas pourquoi, mais cette femme qui se trouve en face de moi m'intrigue. Cette façon qu'elle a de rester à bonne distance de moi comme si elle craignait que je ne puisse la voir. L'importance qu'elle semble accorder au fait que sa capuche soit correctement en place sur sa tête. Sa manière à elle de venir me parler alors que rien ne l'y obligeait. Comme si elle en avait eu envie puis qu'elle avait finalement regretté son idée après avoir remarqué à quel point je peux être une espèce de garce.

Une nouvelle fois, un soupir vient traverser la barrière de mes lèvres alors que je reporte mon attention sur la jeune inconnue. Je me racle la gorge et viens nerveusement me masser la nuque tout en cherchant quelque chose à dire. J'ai envie de me rattraper. D'essayer d'arranger les choses. Et surtout d'essayer d'en savoir un peu plus sur cette mystérieuse personne. Après tout, si elle est venue me parler ce n'est pas pour rien. En général, ça se voit que c'est pas forcément une bonne idée. Et puis à en juger par sa réaction, elle s'attendait à quelque chose de particulier. Alors forcément ça m'intrigue. « Je... Ecoute j'suis pas forcément quelqu'un de sympa mais... tu veux boire un verre à l'intérieur? Je t'invite pour me faire pardonner de mon super comportement... » dis-je presque honteusement. Je ne sais pas vraiment quoi dire ou faire de plus. Mais c'est presque viscéral. J'ai besoin de savoir qui elle est.

Revenir en haut Aller en bas
Alena Sarrià
Humain
Alena Sarrià


https://houseofm.forumactif.org
More about you : Two Bodies, One soul ▼ Chalena 83fdda8fb8f019de5229959427f7a129
Codename : Aly.
Pouvoirs : Two Bodies, One soul ▼ Chalena 3302545152_1_3_RqtarjVV
Emergence :
Two Bodies, One soul ▼ Chalena Fonddr110 / 50 / 5Two Bodies, One soul ▼ Chalena Fonddr11
Maitrise :
Two Bodies, One soul ▼ Chalena Fonddr110 / 50 / 5Two Bodies, One soul ▼ Chalena Fonddr11
Messages : 57
DCs : Raven, Spencer, Andy & Jessica D.

Dim 28 Juil - 12:06




Two Bodies, One soul

Charlotte & Alena


Être fort, c'est rayonner de bonheur quand on est malheureux. C'est essayer de pardonner à quelqu'un qui ne mérite pas le pardon. C'est donner sans retour. C'est rester calme en plein désespoir. C'est être joyeux quand on ne l'est pas. C'est sourire quand on a envie de pleurer. C'est faire rire quand on a le cœur en morceaux. C'est se taire quand l'idéal serait de crier à tous son angoisse. C'est consoler quand on a besoin d'être consolé soi-même. Être fort elle a apprit à l'être des son plus jeune âge. Pas d'enfance malheureuse pour Alena mais une vie sans attache durant ses premières années. Pas d'encrage. Pas de famille. Juste sa mère et elle. Pas de sourire à accorder aux autres de peur de devoir les abandonner par la suite. De peur d'être abandonnée par la suite. Tant de choses qui l'ont endurcie dés l'aube de sa vie. Pourtant elle est douce Alena. Elle est gentille Alena. Elle est sage Alena. Oui. Elle est tout ça Alena. Elle est même bien plus encore mais il y a le vide. Le vide qu'elle ressent. Le vide qu'elle a toujours ressentie. Le vide qu'elle espère peut-être combler ce soir.

Seulement tout semble compromis pour elle. De toute évidence elle n'a pas choisi le bon moment pour s'adresser à Charlotte et c'est la peur qui commence à faire place à l’anxiété. La même peur qu'elle a fuit toute son enfance. L'abandon. Pourtant elle n'a pas le choix de terminer ce qu'elle a commencer. On ne peut pas engager une conversation et fuir d'un coup d'un seul. Elle n'aura peut-être même plus l'occasion de passer un petit moment avec sa soeur alors même si celle-ci semble plus remonter qu'autre chose; la rouquine tente de profiter de ces quelques paroles échangées. Il faut dire que le moment n'est pas opportun pour un échange de banalités. L'espagnole secoue doucement la tête en s'insultant mentalement de tout et de n'importe quoi. Comment a-t-elle pu être aussi stupide au juste ? La voilà qui se met une claque mentale alors que le rejet de la blonde est plus que violent.

Elle ne s'y connait pas plus que ça en combat et Charlotte a du le remarquer. Pourtant les faits sont là; lorsqu'elle la voit sur le ring elle voit toutes ces choses qu'elle n'arrive pas à extérioriser et voilà pourquoi elle trouve que son combat est beau. Mais ça la demoiselle aux cheveux de feu se garde bien de lui dire. Elle en profite même pour tenter une évasion par la porte de sortie  que sa jumelle lui offre. Pas besoin de faire plus de dégâts que nécessaire. Alors elle plante ses mains dans ses poches et commence à s'enfoncer dans la ruelle sombre. Ce n'est pas un franc succès. Ce n'est d'ailleurs pas ainsi qu'elle s'imaginait l'aborder mais il est trop tard maintenant. Il faudra qu'elle trouve une autre raison pour l'approcher. Un soupir franchit la barrière de ses lèvres alors qu'elle avance d'un pas lourd. Sursaut lorsqu'elle entend la voix de Charlotte qui claque dans les airs pour lui demander d'attendre. Son cœur loupe un battement alors que les excuses de sa sœur flotte jusqu'à ses oreilles.

Lentement Alena se retourne, capuche toujours vissée sur sa tête pour protéger son anonymat. Un sourire étire doucement ses lippes. Heureuse surprise pour la jeune femme. Le ton de la blonde à changer tout à coup. Il est plus hésitant. Plus expressif. Moins dur et la jeune femme note le changement d'ambiance autour d'elle. Ne t'excuse pas, faut dire que ma remarque était carrément débile comme entrée en matière. J'aurais peut-être du simplement dire "Salut"... dit-elle en riant très légèrement alors que son coeur semble s’apaiser. Elle penche simplement la tête de côté afin de mieux l'observer. Son regard est fuyant mais l'espagnole ne peut pas lui en vouloir, comment accrocher le regard d'une personne que l'on ne voit même pas ? Mais il est trop tôt pour lui dévoiler le lourd secret qui la pousse à venir la voir se battre. Est-elle seulement au courant qu'elle a une soeur ? Probablement pas... Pourquoi ses parents le lui auraient dit hein ?

La blonde lui propose de boire un verre à l'intérieur pour se faire pardonner et Alena hésite. La tentation est là. Seulement les risques que Charlotte apprenne la vérité sur elle augmente à chaque seconde qu'elle passe auprès d'elle. Pourtant il faudra qu'elle lui dise un jour ou l'autre. C'est pour cela qu'elle est venue sur cette île. Pour la retrouver. Elle hoche doucement la tête. Ok. Un verre alors... dit-elle en suivant la blonde à l'intérieur. Lorsqu'elles pénètrent dans le bâtiment la musique vient à nouveau taper à ses oreilles. Jouant des coudes Alena tente tant bien que mal de suivre sa soeur qui, elle, a l'air carrément plus à l'aise. Retour à la case départ, le serveur qui lui jette de drôle de regards revient vers elles pour prendre leur commande. Alena se tourne vers Charlotte et commande une bière. Drôle de situation. Santé ! dit-elle avant de trinquer avec elle. Et t'es plutôt sympa quand tu veux, tu vois lui souffle-t-elle.


by tris
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Dim 28 Juil - 15:12

De nos jours il semble tellement important pour la société d'être quelqu'un de parfait. Il faut être beau, bien habillé, avoir une taille digne d'un mannequin, être toujours bien coiffé, parfaitement maquillée pour les femmes, à la pointe de la mode. Il faut être poli, agréable, serviable, altruiste, distingué, sympathique, intelligent. Et j'en passe. Mais franchement, si la perfection existait, ça se saurait. La seule manière qui existe d'être tout ça en même temps, c'est de ne tout simplement pas être soi-même. Sincèrement, qui serait capable de respecter tous ces critères? Et encore, j'ai pas tout cité. Ce serait trop long et je pense pouvoir dire sans aucun doute que j'ai une flemme monumentale de les lister. De toute façon, je ne suis pas du genre à en avoir quelque chose à faire de ce que l'on peut penser de moi. Ou en tout cas, je me fiche pas mal de ce que les inconnus peuvent bien penser de moi. Parce que bien évidemment, ce n'est pas la même histoire concernant mes proches. Je n'ai pas envie de les décevoir, de leur faire de la peine ou du mal. Je ne suis pas ce genre de personnes. Je ne suis pas forcément quelqu'un de bien, mais au moins j'ai des principes et je fais mon maximum pour les respecter.

Depuis des années, je me dis que je suis très bien comme je suis. Que je n'ai pas envie de changer pour faire plaisir aux autres. Pourtant, lorsque je me suis retrouvée dans ce lit d'hôpital après m'être faite torturer par l'autre dérangé, je me suis rendue compte que je n'avais personne. Que finalement, si je n'avais pas survécu, peut-être que je n'aurais jamais manqué à personne. Bon, j'exagère. Je pense que Kara aurait fait en sorte de me ranimer juste pour pouvoir me tuer après. Pour avoir osé mourir. Je sais, c'est débile, mais elle en serait capable. J'en suis convaincue au plus profond de mon âme. Quoi qu'il en soit, ça m'a fait réaliser quelque chose. En particulier lorsque j'ai vu Maggie passer la porte de la chambre. Ce n'est pas parce que je n'ai plus de famille et que lorsque j'en avais encore une cette dernière me détestait que je ne peux pas être aimée aujourd'hui. Oui on peut dire que c'est une sacrée prise de conscience pour une tête de mule comme moi. Et disons que je me suis rendue compte que ce n'est pas en étant une véritable enflure que je risque de créer des liens et d'avoir des gens autour de moi. Alors parfois, quand je me rends compte de ce que je fais, je prends sur moi et je présente mes excuses avant d'essayer d'être une meilleure personne.

Bon sang ce que je peux me sentir stupide. A être en train de faire des excuses à une inconnue qui ne prend même pas la peine de me montrer son visage. Peut-être que c'est pour une bonne raison. Mais d'un autre côté, elle m'a vue me prendre une raclée alors niveau truc personnel je crois que c'est un peu plus grave que de voir un simple visage. Enfin, mieux vaut ne pas me focaliser là dessus. Parce que je sais que sinon je ne vais pas réussir à faire des efforts très longtemps. Inspirant un grand coup, j'attends qu'elle ne se décide à enfin me répondre. Déjà, elle n'a pas continué son chemin quand je lui ai demandé de rester. Peut-être qu'elle ne va pas m'envoyer sur les roses concernant ma proposition d'aller boire un verre pour me faire pardonner de mon comportement. Croisant les bras, je ne porte pas la moindre attention au fait que c'est ma main amputée d'un doigt qui est sur le dessus. J'attends simplement une réponse, ne relevant pas le fait qu'elle me dit qu'elle n'est pas irréprochable non plus sur sa phrase d'accroche.

Une fois ma proposition acceptée, je souris très légèrement avant de lui faire signe de me suivre à l'intérieur à nouveau. Me frayant sans aucun mal un chemin à travers la foule, je dois dire que j'oublie un peu de vérifier si elle me suit toujours. Je m'installe au bar et tire un tabouret pour que l'inconnue s'installe près de moi. Je pose mon regard sur elle, attendant qu'elle ne me dise ce qu'elle prend, et j'avoue que je suis profondément frustrée de ne pas réussir à voir son visage. J'ai une de ces envies de lui retirer cette capuche. Mais bon, pour le moment je me retiens. Ce n'est pas vraiment ça qui me permettrait d'être vue autrement que comme une crevure. « Santé. Et euh... merci, je crois? » dis-je en levant mon verre légèrement, me raclant la gorge légèrement. Je glisse mes doigts dans mes cheveux et joue un peu avec mon verre de l'autre main. « C'est quoi ton nom? J'imagine que tu dois déjà savoir le mien. Mais au cas où, c'est Charlotte. » dis-je avant de boire une gorgée de ma bière. Mais c'est certainement à ce moment là que les choses ont totalement dérapé. Sans que je n'y sois pour rien en plus. Un type passe à côté de la jeune femme qui boit avec moi. Il perd un peu l'équilibre en voulant esquiver quelqu'un d'autre. La heurte. Assez fort d'ailleurs. Et fait tomber sa capuche. Sans pouvoir m'en empêcher, je me fige, la fixe, la bouche entrouverte, et manque de faire tomber mon verre. J'ai l'impression que c'est une hallucination. Je dois dire que je préfèrerais que ça soit le cas. En face de moi, je vois mon reflet identique. Ou presque. Sans les ecchymoses, les cicatrices, et avec une chevelure rousse flamboyante encadrant son visage. « Je... Dites moi qu'je rêve... » que j'arrive à peine à balbutier. J'ai pris trop de coups sur la tête ou quoi? Comment est-ce que c'est possible que cette fille me ressemble tellement? C'est plus de la ressemblance là, on dirait des... non... des jumelles... Mais c'est pas possible, hein?

Revenir en haut Aller en bas
Alena Sarrià
Humain
Alena Sarrià


https://houseofm.forumactif.org
More about you : Two Bodies, One soul ▼ Chalena 83fdda8fb8f019de5229959427f7a129
Codename : Aly.
Pouvoirs : Two Bodies, One soul ▼ Chalena 3302545152_1_3_RqtarjVV
Emergence :
Two Bodies, One soul ▼ Chalena Fonddr110 / 50 / 5Two Bodies, One soul ▼ Chalena Fonddr11
Maitrise :
Two Bodies, One soul ▼ Chalena Fonddr110 / 50 / 5Two Bodies, One soul ▼ Chalena Fonddr11
Messages : 57
DCs : Raven, Spencer, Andy & Jessica D.

Dim 28 Juil - 17:20




Two Bodies, One soul

Charlotte & Alena


Une des choses que la belle Alena adore dans les romans, c'est le fait de pouvoir définir et condenser certains pans de la vie d'un personnage. Ça la fascine parce que dans la réalité, c'est impossible. On ne peut pas se contenter de clore un chapitre et de sauter les étapes qu'on n'a pas envie de vivre pour rouvrir le livre plus loin, à un passage plus adapté à notre état d'esprit. L'existence ne peut se diviser en chapitres... seulement en minutes. Les événements de la vie s'entassent les uns à la suite des autres, minute par minute, sans aucun intervalle ni page vierge ni saut de page car quoi qu'il arrive, la Terre continue de tourner, les pages de s'écrire et les vérités d'éclater, que ça nous plaise ou non, et la vie ne nous accorde pas le moindre répit pour qu'on reprenne notre putain de souffle. Pas de repos pour les guerriers. C'est ainsi que se définie la vie. Pas de repos pour les guerriers.

Et c'est ainsi qu'elle se retrouve là, dans cette ruelle à vivre cette vie. A subir ce moment qu'elle n'a pas pu contrôler. Cet instant qui est sûrement arrivé trop tôt. Trop vite. Trop rapide. Pour qu'elle puisse diriger la conversation dans le sens qu'elle l'aurait voulu. Elle est bête, beaucoup trop bête. Elle en a passé du temps à observer sa jumelle. Elle s'est entrainée durant des heures devant son miroir pour pouvoir être prête le jour J et le destin lui joue ce tour. La réaction de la blonde, elle s'y attendait. Elle savait qu'elle n'allait pas l'accueillir à bras ouvert et pourtant ça la déstabilise plus que ce qu'elle voudrait bien l'avouer. Alors elle fait mine de s'en aller. Pour être tout à fait honnête, elle a bien l'intention de lui filer entre les doigts. Elle a louper sa chance. Tant pis pour elle, elle aurait du être plus prudente. Elle secoue la tête. Plante ses mains dans ses poches et avance. Jusqu'à ce qu'un revirement de situation fasse surface. Jusqu’à ce que la main de Charlotte se pose sur elle. Ses yeux descendent sur celle-ci. Elle ne manque pas de remarquer le doigt qui lui manque mais ne pose pas de question. Ce serait déplacé.

Alors elle accepte de la suivre à l'intérieure, bien consciente du danger. Révéler son secret serait probablement pour elle pire que tout. Elle veut y aller en douceur. Elle ne veut pas effrayer cette femme qui malgré son jeune âge est déjà bien éprouvée par la vie. Alors elle pénètre à nouveau dans le bâtiment avec elle. Joue des coudes pour avancer dans la foule. La blonde ne prête pas attention à elle mais ce n'est pas grave. Alena sait à quel point Charlotte fait des efforts en invitant une inconnue à boire un verre. Elle se mordille la lèvre inférieure pour se forcer à arrêter de sourire. Ce n'est pas le moment de baisser sa garde. Sagement elle s'installe sur un tabouret à côté de la combattante. Se permet une petite remarque sympathique. Sa voix tremble légèrement. Elle doit l'avouer, elle se sent quelque peu angoissée. Elle hoche doucement la tête lorsque la blondinette se présente. Je m'appelle Alena, je... Je suis nouvelle arrivante sur l'île. dit-elle en cherchant ses mots.

Car oui, elle n'est ici que depuis deux petit mois alors on peut le dire, elle est nouvelle arrivante. Plongée dans ses pensées elle ne remarque pas le brouaha derrière elle. Ni même le garçon qui perd l'équilibre et qui la percute de plein fouet. La douleur est vive et lancinante. Un gémissement franchit la barrière de ses lèvres alors qu'elle relève la tête légèrement sonnée. Doucement elle se masse le front avant de regarder Charlotte qui semble hallucinée. La rouquine cligne des yeux plusieurs fois. Le choc a-t-il était aussi violent que ça ? La belle fronce les sourcils une fraction de seconde et elle comprend. Elle percute ce qui semble souffler son interlocutrice et son coeur loupe un battement. Ses mains tremblantes viennent à chercher sa capuche qui n'est malheureusement plus nicher sur sa tête. C'est alors un vent de panique qui se dépeint sur le visage de la jeune espagnole. Je... rien ne sort de sa bouche. Aucun son. Seulement le silence.

Elle secoue la tête en cherchant autour d'elle. Personne ne semble faire attention à elles. Il n' y a que le regard perdue de Charlotte qui pèse sur ses épaules. Lentement elle se recule. Ce n'était pas censé se passer ainsi. Elle ne voulait pas que Charlotte l'apprenne ainsi. Elle a répété mille fois ces mots dans sa tête et rien ne vient. Je ... Je suis désolée je dois... Je dois partir... dit-elle en ramassant ses affaires à la va vite. La fuite. Elle doit prendre la fuite car elle n'est pas prête. Alors elle fonce vers la sortie, du moins elle essaie car les corps des férus de combat l'en empêche. Des larmes perlent au coin de ses yeux alors qu'elle tente de relâcher la pression en se disant que tout sera bientôt fini. Elle ne voulait pas que ça se passe comme ça. Elle ne le voulait pas.


by tris
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Lun 23 Sep - 12:45

J'ai jamais vraiment fait partie des génies qui peuvent peupler notre chère Planète Bleue. En un sens, ça se saurait. J'pense que j'aurais mieux à faire de mes journées que me faire tabasser par des abrutis, servir des gens à l'accueil de la banque ou encore me faire torturer par des tarés qui ont rien de mieux à foutre de leur journée. Enfin, peut-être que la dernière option aurait quand même pu arriver. On sait jamais ce qui peut passer dans la tête des gens après tout. Si j'avais été un véritable génie, peut-être que j'aurais été capturée par des gens voulant voler mes inventions. Qui sait? Enfin bref. C'est vraiment pas le moment de penser à ça. Mais alors vraiment pas.

Là tout de suite, je dois dire que je ne comprends absolument rien à la situation. Déjà de base, c'est pas tous les jours que je tombe sur quelqu'un d'inconnu qui vient me féliciter pour un combat. Et c'est encore moins fréquent que je propose ensuite à cette personne de venir boire une bière avec moi. Mais rien, absolument rien, n'aurait pu me préparer à ce que je viens de vivre. Pourquoi est-ce que les choses sont toujours tellement compliquées et insensées dans ma vie? Sérieusement, on dirait une mauvaise série pour adolescent tordu.

J'essaie au plus vite de rassembler le peu d'éléments que j'ai à ma disposition, de me ressaisir. Alena, car elle venait à peine de me dire son prénom, prenait soin de garder toujours son visage dissimulé sous sa capuche depuis qu'on avait commencé à parler ensemble. Je me demandais pourquoi, me disais que c'était certainement parce qu'elle n'avait pas envie d'être vue en si mauvaise compagnie. Mais quand ce type l'a bousculée et que son visage est enfin apparu... Bordel, c'est la copie conforme de mon visage! Comment est-ce que c'est possible ça?.. Mon coeur bat à toute vitesse, cogne dans mes tempes et j'ai l'impression que je vais pas tarder à tomber dans les vapes. C'est pas le moment Charlotte, calme-toi! que j'me dis de la manière la plus autoritaire possible.

J'ai à peine le temps de revenir à moi, clignant plusieurs fois des yeux comme pour être sûre de ne pas être en train d'halluciner, que je vois la rousse qui me faisait face prendre la fuite. Hors de question que j'accepte que les choses se terminent ainsi. Renversant mon tabouret en me levant, je ne prends même pas la peine de le remettre debout avant de m'élancer à la poursuite de la jeune femme. Avec tous ces idiots imbibés d'alcool qui me barrent la route, j'ai un peu de mal à ne pas la perdre de vue. Heureusement pour moi, il n'y a qu'une seule sortie dans la direction où elle est allée. Sans la moindre délicatesse, je pousse sans vergogne tous ceux qui me barrent la route sans le faire exprès ni même s'en rendre compte en réalité. Je me faufile par la porte juste avant qu'elle ne se ferme, me cognant au passage contre l'encadrement de cette dernière. Un rapide Aïe s'échappe d'entre mes lèvres mais je ne prends pas le temps de m'arrêter. Je ne suis pas à un bleu près après tout.

Arrivant dans la ruelle où nous nous sommes rencontrées peu de temps auparavant, je vois la chevelure rousse d'Alena en train de s'éloigner. « Attends! » que j'lui crie beaucoup plus fort que je ne m'y attendais moi-même. Mais je ne peux tout simplement pas accepter qu'elle puisse s'enfuir ainsi. L'adrénaline aidant, je pousse sur mes jambes et cours aussi vite que je peux pour la rattraper. J'ai mal, mais je m'en fiche sur le moment. On pensera à ça plus tard. Juste avant qu'elle ne parvienne à sortir de la ruelle, ma main se pose sur le poignet de la rousse et je la tire vers moi pour qu'elle s'arrête. Super idée Charlotte, vraiment. Avec l'élan qu'on avait toute les deux, on se retrouve à basculer en arrière. J'aurais pu la laisser tomber sans rien faire, puisque moi aussi j'étais en train de me casser la gueule, mais mon réflexe a tout de suite été de la prendre contre moi pour amortir sa chute.

Une grimace de douleur déforma mes traits immédiatement et sans que je ne puisse rien y faire quand le choc se fit sentir et irradia dans tout mon corps. Mais au moins, elle était là. Retenant tant bien que mal une quinte de toux, je l'ai laissée se redresser sans pour autant la lâcher. Mon regard, plongé dans le sien après avoir réussi à le capter, trahissait certainement toutes les questions et l'incompréhension qui régnaient dans mon esprit. « Je t'en prie... J'ai besoin de comprendre... S'il te plait... » J'lui dis ça d'une voix bien plus faible et suppliante que je ne l'aurais voulu. Elle est loin, la Charlotte hautaine que j'montrais tout à l'heure. En même temps, je n'ai plus envie de jouer à ce jeu. Ni à aucun jeu. J'ai envie de réponses. De savoir. De comprendre, si possible. Et je n'abandonnerai pas avant que cela soit le cas.

Revenir en haut Aller en bas
Alena Sarrià
Humain
Alena Sarrià


https://houseofm.forumactif.org
More about you : Two Bodies, One soul ▼ Chalena 83fdda8fb8f019de5229959427f7a129
Codename : Aly.
Pouvoirs : Two Bodies, One soul ▼ Chalena 3302545152_1_3_RqtarjVV
Emergence :
Two Bodies, One soul ▼ Chalena Fonddr110 / 50 / 5Two Bodies, One soul ▼ Chalena Fonddr11
Maitrise :
Two Bodies, One soul ▼ Chalena Fonddr110 / 50 / 5Two Bodies, One soul ▼ Chalena Fonddr11
Messages : 57
DCs : Raven, Spencer, Andy & Jessica D.

Ven 4 Oct - 22:49




Two Bodies, One soul

Charlotte & Alena


Il y a une marée dans les affaires des hommes, prise à son flux elle porte au succès. Seulement, si l'on manque sa chance, le grand voyage de la vie s'échoue misérablement sur le sable. Or, nous sommes aujourd'hui à marée haute. Prenons le flot tant qu'il est favorable. La belle aux cheveux de feu croit que cette citation veut dire que la vie est courte et que les vraies chances sont rares et qu'il ne faut donc ne jamais les laisser passer. Et Alena ne parle pas seulement des chances de réussir, il faut aussi saisir toutes les occasions de rire, de voir à quel point le monde est merveilleux et de vivre. Parce qu'en définitif, la vie ne nous doit rien au contraire même, elle croit qu'on a un devoir envers le monde, et si nous avons assez de force et de persévérance, c'est la période la plus heureuse de notre vie. Tous nos rêves sont à notre portée et l'avenir est plein de promesses exaltantes. Aujourd'hui elle va enfin pouvoir commencer à vivre. Au maximum de ses possibilités. Ce monde est à elles. Rien ne les retient. Elle le sait car au-delà de cette anxiété qui lui creuse le ventre, Alena sait que son secret lui pèse trop lourd. Alors même si elle connait la dangerosité que représente l’acceptation de l’invitation de Charlotte elle ne peut s’empêcher de la suivre pour boire une bière.

C’est un premier pas, un seul et puis… Qu’est-ce qui pourrait aller de travers ? En définitive il y a peu de chance pour que Charlotte découvre la vérité. Ça c’est ce qu’elle se répète intérieurement car ce qu’elle veut, tout simplement, c’est passé ne serait-ce qu’un instant avec sa jumelle. Histoire d’en découvrir un peu plus sur la vraie Charlotte et non sur la combattante qu’elle découvre soir après soir depuis quelques semaines. Effleurer; ne serait-ce qu'un instant l'illusion d'appartenir au monde de la belle aux cheveux de blés. Faire partie de son entourage, échanger de simples mots, des futilités pour la plupart des gens, gagner un temps précieux en sa compagnie pour la rouquine. Alors elle cède un peu trop facilement. S'enfonce à nouveau dans le brouahaha incessant de l'hangar, qui, elle doit l'avouer, lui arrache une grimace. Ce n'est pas le monde d'Alena. La violence, elle n'aime pas vraiment ça. Elle a jurée de soigner les blessures et non ^pas de les provoquer. Alena est douce. Alena est sage. Mais pour Charlotte, elle a été prête à se salir les mains.

Un moment d’inattention. Une stupide bousculade. Elle sort alors de ses rêveries. Avec un instant de retard. Le visage de celle qui pourrait être son reflet à travers un miroir se déforme. Dans ses yeux c'est l'incompréhension qui domine. Elle a commis une terrible erreur. Sûrement irrattrapable d'ailleurs. La jeune femme aux cheveux de feu panique. Regarde autour d'elle afin de trouver une échappatoire. Partir. Elle doit fuir au plus loin. Se soustraire aux yeux de Charlotte. Un balbutiement franchit la barrière de ses lèvres. Une excuse ? L'espagnole ne sait pas. Ne sait plus. Elle est pour tout dire dans un état second. Comment peut-on être aussi idiot ? Elle voudrait s'insulter alors qu'elle se précipite vers l'extérieur malgré les plaintes de Charlotte. Comment pourrait-elle explique ce qu'il se passe au juste ? Salut. Je suis ta soeur jumelle. On a été séparée à la naissance. Si seulement c'était aussi simple ? Mais ça ne l'est pas. Non; ça ne l'est jamais. Le rythme de ses pas s'accélèrent et la voilà qu'elle court.

Une. Deux. Une. Deux. L'air glaciale de la ruelle la frappe à nouveau violemment. Le contraste avec la chaleur étouffante de l'intérieur la frappe mais ne suffit pas à la ralentir. La liberté elle la voit au bout de cette ruelle mais elle lui file bien vite sous les doigts lorsque la main de Charlotte attrape fermement son poignée. Aïe. Ni une ni deux Alena bascule en arrière, laissant échapper un léger cri pendant la chute. Alors qu'elle s'apprête à recevoir le choc c'est pourtant deux bras protecteur qui s'enroule autour de son corps. Charlotte. Alors qu'un gémissement de douleur franchit la barrière des lèvres de sa jumelle suivit d'une quinte de doux; Alena reprend ses esprits. Ses dents viennent meurtrirent sa lèvre inférieure alors que le regard de Charlotte en dit long sur les tonnes de questions qui filent à travers sa tête. C'est justifié.

Alors qu'elle la sonde, réfléchissant à comment amener la chose la main d'Alena vient caresser la joue de sa soeur. Elle sait. Charlotte sait mais elle a besoin de l'entendre. Je suis désolée Charlotte je... ça dois te sembler fou... Peut-être autant qu'à moi... dit-elle en riant tristement. C'est une histoire tellement tirée par les cheveux que si elles ne se ressemblaient pas autant Charlotte ne l'aurait certainement jamais crue. Je m'appelle Alena Sarrià et je suis ta soeur... Jumelle... fini-t-elle par articuler difficilement. J'espère que tu as toute la nuit devant toi parce que j'ai une longue... Très longue histoire à te raconter Charlotte...


by tris
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
Two Bodies, One soul ▼ Chalena
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» My Soul To Take [DVDRiP]

House of M :: VOL N°II :: RPS :: RPS ABANDONNÉS-
Sauter vers: