RSS
RSS
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

And the party goes on {Nathan&Sean}
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Sean Caglar
Humain
Sean Caglar


https://houseofm.forumactif.org/t3474-sean-if-i-m-waitin-it-s-on-my-throne https://houseofm.forumactif.org/t3417-fck-this-shit-i-m-out-sean
More about you :
Acting on your best behaviour
Turn your back on mother nature
Everybody wants to rule the world

And the party goes on {Nathan&Sean} Tumblr_pd07rbqh2D1w8fkhpo2_500

Codename : Black Flag
Pouvoirs : A part celui d'être une épine dans le pied de tout le monde, Sean n'a aucun pouvoir. C'est simplement quelqu'un qui sait manier les mots, qui s'en sert pour parvenir à ses fins.
Emergence :
And the party goes on {Nathan&Sean} Fonddr111 / 51 / 5And the party goes on {Nathan&Sean} Fonddr11
Maitrise :
And the party goes on {Nathan&Sean} Fonddr110 / 50 / 5And the party goes on {Nathan&Sean} Fonddr11
Messages : 484
DCs : Gabriel, Marc, Lorna, Lucy, Ben & Jess Jones

Mar 8 Oct - 22:01


And the party goes on
Hammer in the game, hammer in a brain. Hammer in a head, I hit it. Hammer all the same. I guess you really gotta know, gonna take an E. When you're down you're gonna fucking see. Gotta do it now, Gotta do it how ? Don't you worry, I'm gonna fuckin' do it now


Ça commence avec un message, sur son téléphone. Une surprise qui n’est pas des plus agréables mais qui pourtant change la donne. Des sourcils qui se froncent, des poings qui se serrent. Sean ne répond plus à celui qui est en train de lui parler, la conversation n’est plus aussi qu’un lointain souvenir. Le contenu du message, en revanche, ce contenu en particulier, éveille son intérêt comme jamais. D’un geste de la main, il congédie son interlocuteur, quittant sa place pour marcher de quelques pas en direction de la fenêtre. Les yeux rivés sur l’écran de son téléphone et les mâchoires serrées. Ce simple sms vient de relayer une affaire importante au second plan. Une adresse, un nom. Une revanche à prendre. Une tension vient nouer ses épaules alors qu’il se gratte nerveusement la tempe. Sa décision est prise avant même qu’il ne comprenne ce que ça implique. D’ordinaire, il enverrait quelqu’un faire le sale boulot à sa place. Après tout, il déteste se salir lui-même les mains. Il s’arrange toujours pour que ce genre de sale besogne soit accomplie par d’autres. Mais pas cette fois. Cette fois, ce sera lui qui s’en occupera.

Il compose un numéro, ses pas le guidant jusqu’à son bureau. La main qui ne tient pas l’appareil agrippe la poignée d’un tiroir, qu’il tire machinalement. Puis il finit par caler le téléphone entre son oreille et son épaule, tout en refermant ses doigts sur son arme. Son oeil expert inspecte le chargeur, compte les balles et le replace le temps que la sixième sonnerie s’écoule. Répondeur. Comme si c’était le moment. Il secoue la tête et réessaye, déposant l’arme sur le côté pour prendre appui sur la surface. Une nouvelle fois, il tombe sur le répondeur de son interlocuteur. Rageusement, il pose son téléphone à côté de lui. La colère qui s’aggripe à lui refuse de le laisser. Comme une ombre, elle le suit quand il se redresse, quand il fait les cent pas dans la pièce en cherchant à se raisonner. Se rendre là-bas, seul, ce n’est que pure folie. Ce n’est pas sa façon de faire, lui qui réfléchit à chacun de ses pas avec une prudence qui frise la paranoïa. Mais c’est d’une affaire personnelle dont il s’agit. Une vengeance, peut-être aussi. Un affront a été commis et il ne compte pas le laisser impuni. Il veut leur faire passer l’envie de s’en prendre à lui, une nouvelle fois. De menacer sa famille et ce qu’il a construit sous son nez. Laisser ce type en liberté, c’est pire que d’y aller. Alors il enfile sa veste, attrape son arme et son téléphone et décide de s’y rendre.

Il l’a mis sous surveillance, juste après leur petite attaque alors qu’il se trouvait avec Robin. Il fait parti des rares à s’en être sorti. Et à avoir fait l’erreur de le sous-estimer. Bien sûr, peut-on les blâmer ? Sean n’est pas imposant. Son visage est trop doux pour être celui d’un chef de gang. C’est peut-être là le piège, justement. Ce n’est pas la première fois qu’on ne le prend pas au sérieux. Ils ont tous fait cette erreur; les uns après les autres, jusqu’à ce que cela se retourne contre eux. L’autre s’est terré dans un trou en comprenant l’erreur qu’il a commise en survivant. Mais il n’a pas pu lui échapper bien longtemps. L’importance de tisser un réseau, c’est que Sean peut envoyer d’autres sonder les environs et l’avertir. Ce qui est arrivé. Une seconde d’inattention en allant chercher ses cigarettes, c’est ce qu’il a fallu pour qu’on le retrouve et qu’on le suive jusqu’à sa cachette. Quelques instants plus tard, sa position était envoyé à Caglar.
Sa voix est d’apparence calme quand il laisse un message sur le répondeur de Summers. D’ordinaire, ce sont des invitations qu’il laisse ou quelques tentatives de flirt. Jamais un message lui indiquant ce qu’il compte faire. Se débarrasser d’un rival et d’un ennemi qui a poussé l’audace jusqu’à l’attaquer sur son propre territoire. Au fond, Sean pourrait très bien se passer de Nathan Summers, il le sait. Mais c’est plus fort que lui. Et puis, au moins, il pourra dire qu’il a prévenu la police avant d’agir. En jouant sur les mots, comme à son habitude.

Il gare sa moto à quelques rues de distance de la planque de sa cible. Cette mission se fera en solo, tant pis. Trop de comptes à régler pour se permettre d’attendre. Le plan est simple, dans son esprit. Mettre l’autre hors d’état de nuire et envoyer de ce fait un message à Hard Shell. Se servant au passage abusivement de ses contacts au sein de la police. Entre Smith et Summers, Sean n’est pas sans allié. Même s’il se doute que Nathan ne va pas apprécier ce qu’il s’apprête à faire. Après tout, le but est de le livrer vivant mais ça s’arrête là. Un bras cassé, un doigt en moins, au final, ce n’est qu’un petit détail. Il retire son casque et jette un coup d’oeil à son téléphone. Toujours pas de réponse. Passant une main gantée dans sa chevelure désordonnée, Sean décide qu’il a assez attendu. Il a patienté assez longtemps pour estimer avoir le droit d’agir seul.  
Ⓒslytbitch.

___


You should see me in a crown

Count my cards, watch them fall. Blood on a marble wall. I like the way they all scream. Tell me which one is worse : Living or dying first. Sleeping inside a hearse, I don't dream  ▬ I'm gonna run this nothing town

Revenir en haut Aller en bas
Nathan C. Summers
Hybride
Nathan C. Summers


https://houseofm.forumactif.org/t3041-it-breaks-me-down-but-it-saves-me-o-nathan https://houseofm.forumactif.org/t3025-i-ve-been-from-the-future-t
More about you :
And the party goes on {Nathan&Sean} 25vn

---

And the party goes on {Nathan&Sean} L36k

Codename : Cable.
Pouvoirs : Télékinésie et télépathie. Atteint par un technovirus lui donnant l'aspect d'un cyborg. Oeil qui luit h24 mais totalement inutile.

And the party goes on {Nathan&Sean} Tumblr_pq5z1ijs4H1rgpubao2_500
Emergence :
And the party goes on {Nathan&Sean} Fonddr113 / 53 / 5And the party goes on {Nathan&Sean} Fonddr11
Maitrise :
And the party goes on {Nathan&Sean} Fonddr113 / 53 / 5And the party goes on {Nathan&Sean} Fonddr11
Messages : 543
DCs : Amaury, Morgan, Ryan, Hailey, Moran, Eames, Terrence, Lena & Eden

Dim 15 Déc - 1:24


And the party goes on
There's a moment in your bones when the fire takes over. Blood is running, heart is pumping, as the battle gets closer. Everybody who gave up is just the fuel for wanting it more than anybody against us.


Un soupir sur le bord des lèvres, l’écho résonnant alentour. Doucement, se réverbérant à ses tympans, tandis qu’il déposait son sac à ses pieds. S’installant un instant sur la chaise de son bureau. Profitant d’un moment d’accalmie avant de rentrer chez lui pour la nuit. Summers souffla longuement avant de se redresser afin de récupérer la lanière pour faire remonter son sac. Retournant la sacoche, déversant le contenu sur la surface rigide devant lui. Cherchant d’un regard las et fatigué, parmi toutes ses affaires dispersées, le chargeur de son portable. Téléphone qui s’était éteint brusquement pendant sa patrouille avec son partenaire. Il avait pincé les lèvres, soupiré longuement en le constatant. La belle affaire que de ne plus avoir de de batterie durant les dernières minutes de son shift. Heureusement il n’était rien arrivé de tragique à déplorer lors de la ronde quotidienne dans les allées de la ville. Et Nathan n’avait pas non plus dégoté un quelconque indice pour retrouver les traces de sa soeur. Toujours disparue depuis bien trop longtemps. Il passa une main sur son front en y repensant, son regard se perdant sur le bordel présent sur son bureau. Le temps commençait à être long depuis la disparition de Rachel. Il pensait l’avoir retrouvée à un moment donné, mais… Cela n’avait été qu’une mésaventure, un cauchemar vécu en étant éveillé. Le souvenir de cet arme pointée sur lui, tenue par elle. L’horreur sans nom s’imprégnait à son esprit qui semblait sombrer devant la scène à laquelle il avait assisté. Et un poids amer pesait lourdement sur sa langue, une fragrance embaumant contre son palais. Sa gorge enserrée par les craintes qu’il gardait terriblement bien enfouies. Des peurs qu’il taisait, qu’il maintenait seulement pour lui. Qu’il masquait à autrui.

Ultime soupir glissant sur sa langue, Nathan s’extirpa de sa léthargie en entendant une supérieure l’interpeller. Il lui accorda un regard teinté d’une certaine curiosité. T’as l’air complètement crevé, Summers. Viens, un café te ferait pas de mal. Un petit sourire qui témoignait de son manque de sommeil conséquent ces derniers temps. Et Nathan hochait la tête, lui signifiant qu’il avait juste une dernière chose à faire avant de la suivre. Elle se retira après un regard compatissant, et l’agent attrapa enfin le chargeur qu’il brancha à la prise la plus proche de son bureau. Liant son portable à l’ensemble pour l’alimenter le temps de se prendre une pause café. Un voyant orange s’allumant pour manifester de la charge de l’appareil, Nate lança un dernier regard à son téléphone, avant de le retourner. Se levant tout en fouillant dans ses poches à la recherche de pièces de monnaie. Débarquant en plein milieu de la salle de repos avec ses maigres piécettes pour le sacro-saint café. Le saint-Graal lors des moments de fatigue extrême, comme ici. Nate s’approcha du premier distributeur, avant que sa supérieure ne l’intercepte. Une main sur son poignet, lui faisant abaisser son poing. Elle lui offrit une tasse de vrai café, tiré tout juste de la cafetière qu’ils s’étaient tous offerts la semaine passée. Gaspille pas tes économies pour cette horreur bon marché. Prends plutôt de la vraie caféine. Elle ria doucement et Nate rangea ses pièces en souriant, ricanant devant sa petite plaisanterie. Agrippant la tasse et trinquant avec elle, avant de la remercier. Apportant le récipient à ses lèvres, tout en la suivant vers l’une des tables en retrait.

Lorsqu’il retourna à son bureau, son premier réflexe fût d’allumer son portable. Il profita du temps de démarrage pour ranger ses affaires à nouveau dans son sac. Et entreprit de déverrouiller sa session sur l’ordinateur. L’écran s’allumant dans l’instant, tandis qu’il checkait les dernières informations. Vérifiant qu’il avait bien terminé de retaper quelques rapports et de réaliser les tâches de la journée. Jetant un coup d’oeil aux dernières activités en vrac reportées par le centre d’appel. Il ne s’attarda même pas sur la conversation groupée, qu’il avait mutée depuis son entrée au commissariat. Rien de mieux pour l’agacer qu’une sonnerie qui retentissait toutes les secondes pour des messages même pas importants à ses yeux. Une fois que Nathan considéra avoir terminé son dernier tour de vérification, il éteignit l’ordinateur pour de bon et reporta son attention sur son portable. Voulant voir s’il lui restait assez de batterie pour durer jusqu’à ce qu’il rentre à l’appartement. Mais quelle ne fût pas sa surprise que de voir au moins trois appels manqués, en l’espace de même pas cinq minutes. Tous originaires du même contact qu’il avait enregistré depuis déjà un bon moment. Sean Caglar. Un message laissé sur le répondeur, et le Summers regarda l’écran, totalement indécis. D’habitude, les messages laissés par Caglar n’étaient pas vraiment d’ordre prioritaire, et Nate avait tendance à plutôt les écouter lorsqu’il était tranquillement installé chez lui. Des jours après même. Mais là, le nombre d’appels et leur proximité temporelle entre chacun d’entre eux interpellait quelque peu sa curiosité. Son intérêt même, pour ainsi dire. Jamais Sean ne l’aurait seulement appelé plus d’une fois, et laissé un message sur le répondeur après la troisième tentative. Une sorte de crépitement assailli ses entrailles tandis que Summers s’attendait soudainement à quelque chose d’important. D’énorme. Peut-être que Caglar avait trouvé une piste sur sa soeur, comme leur arrangement le stipulait en somme. Ou alors, c’était encore autre chose. De bien pire.

D’un fluide mouvement, Nathan attrapa ses écouteurs et les brancha sur son portable, avant de composer le numéro de sa messagerie. Lançant l’enregistrement laissé sur son répondeur, ses doigts se crispant sur ses cheveux tandis qu’il fixait l’écran. La voix de Caglar résonna à ses oreilles, mais cette fois-ci, ce n’était pas un ton apaisé ou charmé qui lui parlait. Une certaine tension dans le timbre, une pression qui semblait émaner de ses propos. Des intentions claires qui ne laissaient aucunement place aux doutes. Nate écarquilla les yeux et se tira les cheveux en entendant la décision de son acolyte. Se relevant en trombe de sa chaise en arrachant presque son chargeur de la prise. Le balançant dans son sac qu’il agrippa à la dernière seconde. Prenant ses affaires à l’arrache, balancées en vrac sur son épaule alors qu’il s’élançait vers sa voiture en pestant mentalement. Jurant entre ses dents, contre l’idée totalement insensée de l’homme auprès de qui il accourait. Il tenta de le rappeler mais n’eut pas la chance escomptée de pouvoir le joindre. Un problème de réseau tandis qu’il passait par le parking au sous-sol. Rageusement, Nathan tenta de taper un message malgré ses doigts tremblants. Les fautes se succédant dans sa précipitation, il grogna furieusement avant de finalement supprimer ses réprimandes fumantes. Rangeant son portable dans la poche de son jean, il attrapa ses clefs et s’installa dans sa voiture en bazardant son sac en bordel sur la banquette arrière. Sans plus s’en préoccuper il démarra en quatrième vitesse et s’extirpa du parking en deux deux. Entrant l’adresse donnée par Sean sur son GPS pour y arriver le plus rapidement possible. Avant que l’autre ne fasse une monumentale connerie. Il ne cessa de pester tout le long du trajet.

Nathan arriva non loin de l’adresse et se gara sans même regarder où il était. Dans sa précipitation il n’avait même pas attaché sa ceinture, et ne s’en rendit qu’à peine compte en éteignant le moteur. Sortant du véhicule telle une furie, il manqua de trébucher dans sa précipitation. En cet instant, il n’était qu’une boule de nerfs qui tremblait. Une pression en ses entrailles, un crépitement qui sommeillait. Et sans plus de cérémonie, sans même se calmer, Nathan referma derrière lui et se mit à chercher. Commençant à inspecter les lieux en espérant trouver Sean à temps. Bordel. Bordel. Bordel. Il fit la moitié du tour du quartier, avant d’apercevoir sa silhouette. Ses formes ombragées par le temps, contrastant tout de même avec le décor. Ses iris accrochant les contours à quelques mètres de lui, Nathan s’arrêta brusquement. Le scrutant pour estimer ses intentions. Caglar avançait de manière déterminée vers l’entrée d’un bâtiment, et une alarme vrilla en l’esprit du Summers. Il ne pouvait le laisser foncer tête baissée tout droit vers le danger. Sans plus réfléchir, l’agent s’élança en sa direction. Impulsions sur impulsions, il combla la distance. Et alors que Caglar allait ouvrir la porte, Nathan s’écrasa de tout son poids sur lui. L’entourant de ses bras pour le foutre au sol dans l’un de ses meilleurs plaquages exécutés dans les règles. Le souffle coupé par l’impact brusqué, il se retrouva sur lui en un rien de temps, le maîtrisant grâce à l’adrénaline encensée dans ses veines gonflées. Toute trace de fatigue, envolée depuis. Son regard dépassé se posant sur les traits de Sean alors qu’il se redressait légèrement. Non mais ça va pas ou quoi là ? Il bloqua ses épaules et son torse de son avant-bras et appuya plus fermement pour le garder à terre. Tu vas arrêter tes conneries cinq minutes Caglar ?! Une expiration hachurée, tandis qu’il cherchait dans son regard. Une raison, une explication. Et la crainte en ses entrailles se dissipait doucement, bien que rien n’était encore terminé et encore moins entamé. Le soulagement de le voir encore en vie adoucissait quelque peu ses traits par après, et Nathan laissa échapper un soupir fébrile. Tu peux pas attendre un peu avant de foncer tout seul vers le danger, non ? Il fit glisser son bras hors du thorax de son acolyte pour le libérer doucement. Se relevant en soufflant bruyamment de désespoir et de dépit. Pardon. Il grommela entre ses dents, lui tendant une main pour l’aider à se redresser, se remettre sur pieds. Je peux comprendre que ça soit personnel et que ça nécessite une intervention en urgence, mais là, c’est un peu abusé quand même. Imagine si c’était un piège. T’aurais pu te faire buter. Foncer en solo là-dedans, c’est insensé, et dangereux. Même... Même pour quelqu’un comme toi, Sean.  ... Même avec un plan en béton armé. Il n’osait dire le fond de sa pensée, qu’il avait eu quelque part, peur pour lui. Et ça, c’était encore une chose qu’il garderait secret, enfoui, tout au fond de lui.
Ⓒslytbitch.

___


« a chance to live out all your dreams you seem to leave out »
Cable ▬ Heavy hands lay the crown and you broke your promises. We’re living in black and white but at least we tried. Now we’re living in colour. Just slow down. We’re all fine now.

(c) Myuu.BANG!
Revenir en haut Aller en bas
And the party goes on {Nathan&Sean}
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Page 1 sur 1

House of M :: GENOSHA :: EMMANN-
Sauter vers: