RSS
RSS
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

In front of you, I'm a loser [Milia]
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Invité
Invité
avatar



Ven 11 Mai - 11:07
In front of you, I'm a loser
Amélia & Miles


Je prenais une grande inspiration. Okay… zen Miles. ZEN. Ca allait bien se passer. Bon sang pourquoi j’étais en train de paniquer moi ? Pourquoi encore une fois j’étais en train de me faire tout un film. Peut-être parce que j’allais accompagné une résistante en ville ? Peut-être parce que ce n’était pas vraiment un plan particulièrement safe à la base. Mais je savais une chose… c’était important. Je croisais les bras sur mon torse. Je n’étais pas vraiment encore remis de connaître autant de résistants… ou de personnes qui adhérait aux idées de la résistance. Déjà pas des moindre il y avait Daisy qui était une très bonne amie à moi et que j’avais aidé à plusieurs reprises, puis il y avait Jess aussi. mais aujourd’hui, c’était Amélia dont il était question. Amélia ? Je la connaissais depuis un petit moment ? Il fallait dire que nous allions à la même fac et nous avions tous les deux cette faculté naturelle à aller vers l’autre facilement. On s’était très rapidement vite bien entendu et même si nos filières n’avaient rien avoir l’une avec l’autre. Elle m’avait fait découvrir un tas de trucs et inversement. J’avouais que je l’appréciais beaucoup, c’était une très bonne amie. Alors forcément, quand forcément la savoir parmi les résistants… ça me faisait quelques chose.

C’était elle que je voulais aider. Plusieurs fois elle m’avait parlé de sa famille, du fait qu’elle était loin d’eux. Forcément, j’y avais vu un peu de moi dans son histoire. Mes parents et ma grand-mère étaient à New York et… forcément je n’avais forcément beaucoup d’occasions pour aller les voir, presque pas en fait. Ca se limitait souvent une fois par an. Et forcément, ma mère et ma grand-mère ça les rendait folles et voir leur niño aussi peu souvent. J’avouais que d’une certaines manière, c’était aussi dur pour moi, je n’avais jamais vraiment quitté la maison avant. Je soupirais passant une main dans mes cheveux. Alors forcément quand Amélia m’avait parlé de ce tracas familial… ben moi je savais que je pouvais faire quelque chose. Je savais que je pouvais trouver les moments où elle pourrait sortir en toute sécurité. Le point positif d’être un peu trop fouineur et d’avoir un peu trop d’info, c’était que je pouvais aider les résistants. Et je n’allais pas m’en priver, surtout pour une amie, une très bonne amie.

Quand j’entendis des bruits de pas derrière moi, je dis automatiquement. Prête Mélia ? Je me retournais pour voir la demoiselle. Je souris légèrement, histoire de dissimuler mon stress. Parce que je pensais qu’à cet instant elle devait être aussi stressée que moi… alors fallait que je gère et que je montre que je savais ce que je faisais. Je savais ce que je faisais. Ca va être la première fois que j’ai un rendez-vous avec une “criminelle” aussi recherchée. J’eus un rire léger avant de me rendre compte que j’avais dit un mot particulièrement ridicule “rendez-vous”.... chié… non c’était pas rendez-vous. Ca n’avait rien à voir avec ça en plus. Putain t’es con Miles ! Humm je veux dire sortir avec... Pas mieux là ! Enfin voilà quoi... Je détournais mon regard quelques instants, s’il y avait eu un trou de souris je serais allé me cacher dedans… oui même du haut de mon mètre quatre-vingt dix, j’aurais pu le faire. Vraiment j’étais un gros loser des fois.  Je préférais ne rien dire de plus sinon j’allais vraiment m’enfoncer encore plus dans ma sottise.

Je préférais me diriger vers la voiture, qui n’était pas la mienne soit dit en passant. C’était un ami d’un ami qui me l’avait prêté… ouais ça servait d’être un type sympa parfois… souvent. Non pas parce que je tenais à être vigilant avec ma voiture, mais seulement parce que je n’en avais pas…. oui non moi j’avais un vélo à la base, donc voilà. Avant de rentrer je regardais mon amie quelques instants. Je ne savais pas pourquoi , j’avais cette impression que je devais la rassurer. T’inquiète pas Amélia… ça va bien se passer okay ? Je hochais la tête avec un petit sourire. Je te promets qu’il n’y aura pas de membre de Garde Rouge, t’es en sécurité, avais-je ajouté. Juste avant de me rendre compte que j’avais posé ma main naturellement sur la sienne dans mon discours de réconfort. Je la retirais aussitôt. Allez on se la fait cette petite excursion à Hammer Bay ? Je contournais la voiture pour rentrer du côté conducteur. Allez c’était partie pour notre sortie illégale de hors-la-loi. C’était quand même bizarre de me dire qu’en faisant…. ben j’étais moi-même en dehors de la légalité… donc moi aussi j’étais un “vandale”. Ouah, j’avais vraiment pas intérêt à en parler à ma mère.
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Artémia Dimitra
Mutant
Artémia Dimitra


https://houseofm.forumactif.org/t3467-artemia-dimitra https://houseofm.forumactif.org/t3413-artemia-dimitra-invente
More about you : In front of you, I'm a loser [Milia] Ib9e
Artémia est quelqu'un d'assez renfermée. Battante, elle n'hésite pas à défendre ses convictions et ses opinions, quitte à allez franchement. C'est quelqu'un de sérieux. D'un peu trop parfois. Tysha, sa meilleure amie, aime à dire qu'elle fait plus vieille que son âge parfois. Bien qu'elle essaye de faire des efforts, elle a grand mal à faire confiance aux hommes. Dû à son éducation. Mais derrière son allure de guerrière, froide et digne à chaque circonstance, c'est une jeune femme sensible qui ne demande qu'à connaitre certains horizons qu'elle ne connait pas encore.
Codename : L'amazone
Pouvoirs : Artémia a la capacité de contrôler les arbres et les plantes en générale. Elle peut façonner une arme avec une simple racine. Elle peut également redonner vie à une végétation morte. Par ailleurs, dès lors qu'elle touche le tronc d'un arbre, elle acquit sa force, son énergie, ce qui décuple ses capacités de guerrière. Elle peut communiquer avec eux. Elle peut également ressentir quand l'un de ces derniers appel à l'aide ou est en train de mourir. La végétation est comme une alliée de taille. Une alliée mais aussi, un proche. Elle se sentira toujours à l'aise et parmi les siens dans une forêt.
Emergence :
In front of you, I'm a loser [Milia] Fonddr114 / 54 / 5In front of you, I'm a loser [Milia] Fonddr11
Maitrise :
In front of you, I'm a loser [Milia] Fonddr112 / 52 / 5In front of you, I'm a loser [Milia] Fonddr11
Messages : 803
DCs : Keith - Malik - Kwan - Tao - Jay - Taïs - Junno - Alaric - Simon - Kelsey - Russel - Laurenl - Yong-Sun

Sam 12 Mai - 10:27


 In front of you, I'm a loser
FT. Miles
 Cela faisait tout juste quelques semaines que j'étais entré dans la résistance. Avec mon amie Lorna, on avait décidé toutes les deux de s'engager après ce qui s'était passé dans la forêt. Parce que d'un, c'était déjà super cool et de l'autre... Depuis le festival, j'avais vraiment envie de m'investir auprès de ces super-héros qui franchement, ne méritaient pas ce qui leur arrivait. J'étais super heureuse d'être là. J'étais ultra motivée et méga impatiente de contribuer à tout ça mais de l'autre. Mes parents me manquaient. Eli, Wes, Mai et Marc me manquaient. Kurt me manquait et olalalala, j'admettais que là. C'était un tout petit peu difficile à gérer quand même.

Pourtant, j'avais retrouvé Jake. J'avais même retrouvé Albert, un ami à moi et mon sauveur trop cool Casey mais oui. Mon cœur était tiraillé par ce changement radical. Un peu trop radical peut-être? Faut dire que c'est la première fois de toute ma vie que je prends cette décision. Que je quitte ma chambre, ma maison, mon petit cocon familial doux et rassurant pour me perdre dans un lieu froid et inconnu. C'était l'aventure. J'avais l'impression d'être Indiana Jones et tout mais... Mais là, j'avais le cafard.

Puis bon. Avec Wylan, on avait décidé de mettre un terme à notre relation. C'était plus simple comme ça. Pour nous deux. Il avait fini par repartir et même si j'étais un petit peu triste par rapport à ça, je savais maintenant que c'était la meilleure des solutions. Alors quand Miles est venu me proposer de m'aider. Qu'il m'a gentiment proposer de m'accompagner et de m’escorter pour aller rendre visite à ma famille, tout de suite ça m'a redonné le sourire. Je crois même que je lui ai sauté au cou. Je ne sais plus. En tout cas, ce jour-là, j'étais impatience. J'étais impatience mais j'avais peur aussi. Durant le trajet qui me séparait de mon ami, je n'arrêtais pas de me ronger les ongles et de me faire tout plein de scénario dans ma tête, du plus réel au plus flippant. Je m'imaginais déjà être arrêté par ces méchants gardes qui nous traquaient sans répit. J'essayais de me rassurer à voix haute, de prendre mon courage à deux mains et de ne pas me laisser envahir par l'angoisse mais olalalala. Moi qui était une grande stressée de la vie, ça ne marchait pas très bien. J'avançais d'un pas mal assuré et je n'arrêtais pas de jeter des coups d'oeil de droite à gauche, en sursautant à moitié à chaque fois qu'un bruit me parvenait à mes oreilles.
- Allez Amé ! Respire. Et puis, je serais pas toute seule. Miles sera là. Il sera avec moi. Il peut rien m'arriver avec lui.

J'en avais l'infime conviction. Miles était vraiment quelqu'un de super gentil. Je l'appréciais beaucoup. On avait beau avoir des passions différentes, on parlait souvent de tout et de rien. Il m'apprenait beaucoup de truc et je dois dire que j'avais été super rassurée de le voir de temps en temps au camp de la résistance, à nous aider lui aussi.

Tandis que je continuais à avancer, en me rongeant les ongles pour la unième fois et en me perdant dans un tout plein de pensée sans queue ni tête, mon regard accrocha enfin la silhouette familière de mon ami. Tout de suite, un sourire étira mes lèvres et je m'écriais :
- Miles !

En agitant ma main tout en courant à moitié dans sa direction. A cet instant précis, je pouvais sentir mon cœur s'accélérer dans ma poitrine. Par l'angoisse, mes joues avaient rougi au centuple et olalala, voilà que je baissais la tête, à me demander si c'était vraiment une bonne idée. Mais oui. Oui, c'était une bonne idée. J'en avais besoin ! C'est pourquoi, d'une voix légèrement tremblante, je murmurais lorsque Miles me demanda si j'étais prête, me faisant rire par la même occasion.
- Prête ! Et moi, ça va être la première fois que j'ai le droit à un garde du corps rien que pour moi. Comment je me sens trop swag tout d'un coup.

Même si bon.... niveau assurance, on pouvait repasser quand même. Miles bafouilla ce qui me fit rougir et baisser le menton, me faisant bafouiller à mon tour.
- Oui euh.... enfin... je vois ce que tu veux dire.

Bruh. Le pire, c'est que ça nous arrivait assez fréquemment. Ce qui était assez comique dans le fond. Parfois, j'avais l'impression qu'on se ressemblait plus qu'on voulait bien se l'avouer.

Toujours est-il que mon stress revient de plus belle. Me mordant les lèvres, les yeux rivés sur mes pieds, je pouvais sentir les battements de mon cœur s'accélérer et olalala, voilà que je commençais même à trembler. Mon petit corps grelottait et j'avais comme une soudaine envie de pleurer même si bon. Ce n'était pas vraiment le moment pour ça en fait.
- Hum... murmurais-je d'un ton bas tandis que mon ami chercha presque immédiatement à me rassurer. Oui tu as raison ! Je sais. C'est juste que...

Par manque d'air, je pris alors une grande inspiration. Je sentis d'ailleurs sa main se poser sur la mienne. Ce contact me procura des frissons et olalala, voilà que je rougissais de plus belle même si bon. Ce simple geste suffit à m'apaiser. Enfin.... à me rassurer.  Marquant une pause, je me redressais, me donnant une petite tape mentale pour me remettre d'aplombs et poursuivre comme une vrai guerrière.
- Je te fais confiance.

Allez. Je n'allais tout de même pas revenir en arrière. Si? Non. Non non non. Hors de question de reculer. Xena elle aurait fait quoi? Elle aurait bravé le danger. Elle aurait foncé tête baissée au devant des ennuis et aurait botté des fesses si quelqu'un l'en avait empêcher. Inspirant par le nez et expirant par la bouche, je m'avançais vers Miles et lui collait un bisous sur la joue, pour le remercier dans un élan affectif.
- Encore merci Miles. T'es mon sauveur. Yep ! Allons-y James Bond, je suis parée.

Enfin à moité. Tout en essayant de garder mon enthousiasme et de ne pas me laisser envahir par une nouvelle angoisse, je trottinais vers la porte passagère pour prendre place à ses côtés. Une fois cela fais, je braquais mes petits yeux au devant moi, me triturant les doigts et me pinçant les lèvres en me recroquevillant quelque peu comme une coquille.
Ⓒayaraven
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Mar 22 Mai - 0:13
In front of you, I'm a loser
Amélia & Miles


J’eus un léger sourire quand elle me dit que c’était sa première fois qu’elle avait un garde du corps. J’avouais que présenté comme ça, j’avais tout l’air d’un vrai bodyguard qui allait défendre une grande célébrité d’une foule de fans en délire. Au moins ce qui me rassurais au final, c’était qu’elle bafouillait autant que moi après ma bourde. Sauf qu’elle elle avait cette petite rougeur aux joues qui était tout à fait adorable. Autant je n’étais pas un être timide, c’était même loin d’être le cas. J’étais même très sociable et je n’hésitais pas à parler. Sauf que voilà, il y avait deux situations qui me faisaient m’emmêler dans mes propres phrases. L’une était le stress, ce qui m’avait valu de belles scènes de monologues lors de mes premiers jours à Stark industries. Autant dire que ça avait été assez hilarant. Mais l’autre situation quand je bafouillais, c’était quand je parlais… bah à quelqu’un que j’appréciais vraiment… Vraiment vraiment. Quoi ? Non je n’avais pas envie d’en parler ou d’y penser. parce que ce n’était pas vraiment le moment, ni l’heure, ni… que dalle en fait.

On commençait à se diriger vers la voiture quand je sentis tout le stress de mon amie. Naturellement, j’avais voulu la rassurer. Je ne l’aurais pas entraîné dans cette histoire si je n’étais pas complètement certains de sa sécurité. Puis si la garde nous attrapais, j’étais sûr que tout sa famille viendrait pour me botter le derrière et ça…. autant dire que je n’y tenais pas spécialement. Mais j’avais pris mes précautions. Il fallait dire que j’avais pratiqué plusieurs fois la chose avec Daisy quand il s’agissait de trouver les moment où la garde n’était pas présente dans tel ou tel quartier. Ouais j’avais pris un peu de bouteille sur ça. Mais surtout je voulais qu’elle sache qu’elle ne risquait rien avec moi. J’avais naturellement posée sa main sur la mienne pour l'apaiser. Un geste que j’avais fait malgré moi. Comme un automatisme en fait. J’eus un léger sourire quand elle me dit qu’elle me faisait confiance. J’avais pas intérêt de déconner. La demoiselle me faisais confiance. Je retirais rapidement ma main.C’était pas tout mais on devait aller à Hammer Bay. J’allais aller dans la voiture, mais Amélia s’avança vers moi. Genre beaucoup genre vraiment. je me figeais alors qu’elle vint me plaquer une bise sur ma joue. Je clignais des yeux quelques instants. Regardant Amélia quelques instants, heureusement qu’on ne voyait pas quand je rougissais, parce que là, ça aurait clairement été le cas. Je voulais répondre quelque chose mais absolument rien n’était sortie de ma bouche. QUE DALLE. Je préférais finalement rejoindre la place du conducteur en me passant les doigts sur la joue et de sourire comme un imbécile. Ouais à cet instant, juste un petit baiser sur ma joue avait fait enlevé tout mon stress d’un coup d’un seul.

J’avais fait démarré la voiture et j’avais entamé le chemin vers le centre ville. Je jetai de temps en temps quelques petits coups à Amélia. J’étais censé lui faire un compliment ? Lui parler du campus ? Mince j’en avais rien. D’habitude j’avais toujours les mots, mais là c’était comme si je n’avais rien à dire. Ou comme si j’avais peur de faire une bourde. Parce que j’en avais un tas de trucs à dire. Mais j’étais presque sûr que mélia avait d’autres choses à penser. A sa famille. La résistance. La garde rouge. Alors je me contentais de suivre la route. Il n’y avait que la radio résonnait quelques chansons. je regardais autour de moi. Okay, on était vers le jarvis. C’était là que travaillait sa grande soeur. Okay, c’est bon. Je laissais la radio allumée et les clés sur les contact. Je regardais mon amie avant de dire. Je sais que ça ne va pas être facile, mais je préfère que tu restes là… okay ? Je pris une légère inspiration. Je ne veux pas que ta famille soit… trop impliquée. J’avais conscience que je ne lui demandais que d’observer que les gens auxquelles elle probablement le plus. Juste les voir de loin sans interagir avec eux. Mais c’était un mal pour un bien. allez savoir ce que la garde aurait pu faire s’ils avaient été au courant que la famille d’Amélia avait eu un contact avec elle. Je sais que ce n’est pas facile, mais je sais que tu es forte. Je détournais mon regard pour regarder ce qu’il se passait de loin dans le bar. En tout cas, tout semblait bien aller, pas de garde rouge dans le coin. Ni rien de suspect. Pour le moment tout semblait bien se passer.
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Artémia Dimitra
Mutant
Artémia Dimitra


https://houseofm.forumactif.org/t3467-artemia-dimitra https://houseofm.forumactif.org/t3413-artemia-dimitra-invente
More about you : In front of you, I'm a loser [Milia] Ib9e
Artémia est quelqu'un d'assez renfermée. Battante, elle n'hésite pas à défendre ses convictions et ses opinions, quitte à allez franchement. C'est quelqu'un de sérieux. D'un peu trop parfois. Tysha, sa meilleure amie, aime à dire qu'elle fait plus vieille que son âge parfois. Bien qu'elle essaye de faire des efforts, elle a grand mal à faire confiance aux hommes. Dû à son éducation. Mais derrière son allure de guerrière, froide et digne à chaque circonstance, c'est une jeune femme sensible qui ne demande qu'à connaitre certains horizons qu'elle ne connait pas encore.
Codename : L'amazone
Pouvoirs : Artémia a la capacité de contrôler les arbres et les plantes en générale. Elle peut façonner une arme avec une simple racine. Elle peut également redonner vie à une végétation morte. Par ailleurs, dès lors qu'elle touche le tronc d'un arbre, elle acquit sa force, son énergie, ce qui décuple ses capacités de guerrière. Elle peut communiquer avec eux. Elle peut également ressentir quand l'un de ces derniers appel à l'aide ou est en train de mourir. La végétation est comme une alliée de taille. Une alliée mais aussi, un proche. Elle se sentira toujours à l'aise et parmi les siens dans une forêt.
Emergence :
In front of you, I'm a loser [Milia] Fonddr114 / 54 / 5In front of you, I'm a loser [Milia] Fonddr11
Maitrise :
In front of you, I'm a loser [Milia] Fonddr112 / 52 / 5In front of you, I'm a loser [Milia] Fonddr11
Messages : 803
DCs : Keith - Malik - Kwan - Tao - Jay - Taïs - Junno - Alaric - Simon - Kelsey - Russel - Laurenl - Yong-Sun

Sam 26 Mai - 12:12


In front of you, I'm a loser
FT. Miles
Mon cœur battait contre ma poitrine. Olalala, oui j'étais stressée. Voilà que je me rongeais les ongles et que je regardais de tout côté avec cette petite boule au ventre qui se baladait désagréablement dans mon estomac.

Je me posais milles et une question à la fois. Je me demandais comment ça allait se passer. Je me demandais tout plein de truc en fait et j'espérais vraiment que Miles ne se fasse pas attraper par ces méchants de Gardes Rouges. Ceux qui n'avaient pas de cœur et pouvaient t'alpaguer sans aucune raison précise. Parce que je l'aimais bien Miles. J'aimais sa personnalité. J'aimais sa présence, son écoute, son soutien et olalalala. Non. Je ne voulais pas qu'il lui arrive un truc par ma faute. Tout ça parce qu'il avait voulu m'aider. Déjà que...

Tout en gigotant sur le siège passager, je portais mon regard écarquillé vers la fenêtre, me perdant dans mes pensées. Je me pinçais les lèvres. Rongeant une fois de plus mes ongles en les faisant craquer sous mes dents, je repensais à ce jour-là et mon cœur battait de plus belle parce que bon. Dans le style maladroite, inconsciente, je crois que j'avais battu les records. Un garde m'avait arrêté, une fois que je me baladais tranquillement dans la rue. Il devait connaitre mon nom parce qu'il m'a parlé de Jake. Il m'a poser plein plein de question sur lui en mode inquisiteur pour savoir si je savais où il était et tout. Ça m'a rendu nerveuse. J'ai complètement paniqué et je me suis énervé en mode bersek en crise de panique avancé avant de lui infliger un coup dans le nez et de partir en courant au lieu de rester calme en gardant le secret.

Comment se faire griller en moins de trois seconde record. Demander à Amélia Fraser. Elle vous dira comment faire. Plus sérieusement, je me sentais coupable. Je m'étais retrouvé dans les recherché sans savoir comment et me voilà, à me cacher avec mon frère et les autres résistants sans pouvoir me balader tranquillement dans Genosha.

Alors oui. C'était l'aventure et tout mais olalalala. Ça avait plein de contrainte aussi. Et puis.... je ne pouvais plus voir les autres membres de ma famille maintenant. Je ne pouvais plus voir mon meilleur ami. Je ne pouvais plus voir les personnes que j'aimais excepté Miles, Jake, Albert et mes nouveaux comparses et oui. Là, tout de suite, ça me pesais sur le cœur et je me sentais toute triste. Toute perdue loin de mon petit cocon doux et rassurant.

Tandis que mon ami m'emmenait en direction du Jarvis, je me perdais toujours plus dans mes pensées. Je me mordais les joues, triturais mes doigts et pour une fois, je ne parlais pas. Je ne partais pas en tout sens dans une discussion frénétique sans queue ni tête et je me contentais de gigoter, toute nerveuse que j'étais à l'idée de tomber nez à nez avec un garde. J'avais l'impression que mon cerveau était un gros ballon d'eau prêt à exploser. Ce fut seulement quand la voix de Miles tinta à mes oreilles que je sursautais, tournant le menton sur le côté en focalisant toute mon attention sur lui.
- D'accord...

Il essaya de me rassurer et un sourire étira alors mes lèvres pincées parce que oui. Je trouvais ça juste trop chou et franchement, malgré les circonstances, j'étais contente qu'il soit là. Auprès de moi même s'il me disait préférer que je reste là, dans la voiture pour ne pas impliquer plus ma famille.
- Oui... Oui tu as raison. Ça sera mieux.

Tout en murmurant ces mots d'une toute petite voix fluette, je secouais le menton. Je me redressais sur mon siège mais aie. Mon cœur s'emballa de plus belle et des larmes me vinrent aux yeux parce que j'étais devenu une éponge hypersensible avec tout plein d'émotion qui partaient dans tout les sens possible.
- C'est gentil Miles.

Même si je me trouvais pas très forte moi. Même si j'avais envie de pleurer parce que non. Je n'étais pas Xena la guerrière. Je n'étais pas une super-héroine méga balèze qui restait digne en toute circonstance et voilà que mes épaules tressautaient, mes lèvres vibraient et sans réfléchir à ce que je faisais, je posais ma tête sur l'épaule de mon ami, en me recroquevillant presque à lui parce que j'avais tellement besoin d'une présence rassurante, de réconfort que je devenais ultra tactique.

Puis c'était dur quand même. De se retrouver là, près du lieu de travail de Mai sans courir à l'intérieur pour la prendre dans mes bras. Un frisson me parcourut l'échine et je fermais les yeux, réprimant un sanglot tandis que je me mettais à trembler comme une feuille fragile.
- Dis Miles. Es-ce que...

Hésitante, je marquais un court silence, me redressant légèrement en baissant la tête.
- Es-ce que tu voudrais bien donner cette lettre à ma famille pour moi? Quand tu auras le temps bien sur ! Non parce que tu fais déjà beaucoup pour moi alors.. je ne voudrais pas t'embêter et puis tu n'es pas obligé d'accepter aussi. Promis, je comprendrais !

Bon. Voilà que je partais dans ma nervosité naturelle. Mes bras partaient en tout sens et je levais les yeux, les faisais partir dans tout les sens avant de finir par m'arrêter pour sortir la dit lettre que j'avais enfouie dans mon sac, les joues plus rougissantes que jamais.
Ⓒayaraven
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Ven 15 Juin - 19:12
In front of you, I'm a loser
Amélia & Miles


Je prenais une grande inspiration. J’avais une sacrée responsabilité là. Il ne fallait surtout pas se faire pincer. Je ne voulais pas que les Gardes tombent sur Amélia et l’embarque, allez savoir ce qu’ils lui auraient fait subir. Non je ne voulais même pas y penser. J’avais pris mes précautions mais le tout était de ne surtout se reposer sur ses acquis. Il fallait rester alerte et faire attention à tout. Et surtout, je ne devais pas montrer que dans les fond je flippais à mort moi aussi. Je voulais montrer à Amélia qu’elle pouvait me faire confiance. Qu’elle pouvait compter sur moi. Elle était mon amie et je ne voulais que rien de mal lui arrive, même si voulais dire me mettre en danger pour ça.

Le trajet était resté silencieux, plus on se rapprochait du Jarvis et plus je sentais qu’Amélia était stressée, c'était normal, vu sa situation. Puis elle était si silencieuse, je la connaissais plus bavarde, mais forcément tout était différent à cet instant. Je m’étais arrêté non loin pour ne pas trop attirer l’attention. Doucement j’interpellais Mélia qui était aussi perdue dans ses pensées. Doucement je lui disais était probablement préférable qu’elle n’entre pas dirctement en contact avec sa famille. Allez savoir si ça venait aux oreilles des Gardes, non, ne pas impliquer la famille directement…. mais je savais aussi que lui demander ça… c’était dur. Juste voir sa soeur sans lui parler. Ouais je me sentais mal de lui demander ça. Je me mordillais la lèvre inférieure, me sentant coupable de lui en demander autant. Après avoir regardé autour de nous, je reposais mes yeux sur elle. Je me figeais alors que je la voyais si … émue. Les larmes aux yeux. je sentis mon coeur se serrer. Je la connaissais toujours de bonne humeur. Je me sentais presque désemparé là. Je n’avais pas l’impression d’être gentil là. Alors que son corps commença à trembler, secoué par des sanglots naissant, j’étais presque tétanisé. Allez Miles. Bouge, réconforte la ! C’est quand mon amie s’avança et posa sa tête sur mon épaules que je réagis enfin. Je passais une de mes mains derrière ses omoplates pour la serrer un peu plus, et mon autre main se nicha dans sa chevelure. Shhh, avais-je dis tout bas pour la réconforter. Je baissais mon regard tout en gardant Amé contre moi. Elle avait l’air si petit là, si fragile. Par automatisme je posais mes lèvre sur son front. Je voulais la réconforter, je le voulais tellement que j’en avais débranché mon cerveau pendant ces quelques instants.

Je repris mes esprits alors qu’elle commença à me demander quelques choses. Je l’écoutais alors qu’elle m'expliquait pour sa lettre. Je souris en la voyant chercher sa fameuse lettre. Bien sûr que ma réponse était toute réfléchie, bien sûr que je savais parfaitement que j’allais l’aider. Je la regardais finalement me tendre cette enveloppe, je regardais le papier avant de regarder Amélia et lui poser ma main sur le haut de son crâne.
Comme si ça allait me déranger Mélia. J’eus un léger sourire avant de prendre son enveloppe et de déposer une nouvelle fois mes lèvres sur le sommet de son crâne. T’es bêta des fois, avais-je dis sur un ton rieur. Juste avant de me rendre compte que mon geste était peut-être de trop. Mais je me contentais de vite le balayer de mon esprit. Tu sais ça va faire presque un an que je n’ai pa vu ma famille… alors Je m’arrêtais quelques instants avant de rajouter avec un sourire rassurant. Je comprends que ça… je désignais la lettre du regard ...c’est important pour toi. Je pris alors soin de la glisser dans la poche intérieure de ma veste, là où elle serait en sécurité. Je me retournais à nouveau vers elle, je posais ma main sur sa joue, juste vers ses rougeurs qui avait le don de me faire fondre et de la rendre tellement adorable. D’un mouvement du pouce, j'essuyais des larmes qui s’était échappé de ses yeux. Les seules pleurs que j'accepte ce sont ceux de joie, okay ? Ma main s’éternisa probablement un peu trop longtemps sur sa joue, mes yeux se perdirent probablement trop longtemps dans les siens…. euh stop Miles. Stop là. Je me reculais d’un coup. Bon sang. Je jouais à quoi au juste ? Ce n'était pas le moment. Vraiment pas. Je me mordillais la lèvre inférieure avant de dire. je pris une grande inspiration en essayant de contenir la chaleur qui montait au niveau de mes joues. Dans ma précipitation, j’ajoutais. Je vais… hum vérifer les alentours voir si…. hum voilà…. Je sortis de la voiture avant d’ajouter. Je crois qu’il y a des cookies à l’arrières et…. d’autres trucs sucrés si jamais... Je m’éloignais alors juste pour faire un tour dans la rue et arrêter de divaguer sérieusement. Puis je pouvais me rassurer en regardant si la rue n’était pas surveillée.

made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Artémia Dimitra
Mutant
Artémia Dimitra


https://houseofm.forumactif.org/t3467-artemia-dimitra https://houseofm.forumactif.org/t3413-artemia-dimitra-invente
More about you : In front of you, I'm a loser [Milia] Ib9e
Artémia est quelqu'un d'assez renfermée. Battante, elle n'hésite pas à défendre ses convictions et ses opinions, quitte à allez franchement. C'est quelqu'un de sérieux. D'un peu trop parfois. Tysha, sa meilleure amie, aime à dire qu'elle fait plus vieille que son âge parfois. Bien qu'elle essaye de faire des efforts, elle a grand mal à faire confiance aux hommes. Dû à son éducation. Mais derrière son allure de guerrière, froide et digne à chaque circonstance, c'est une jeune femme sensible qui ne demande qu'à connaitre certains horizons qu'elle ne connait pas encore.
Codename : L'amazone
Pouvoirs : Artémia a la capacité de contrôler les arbres et les plantes en générale. Elle peut façonner une arme avec une simple racine. Elle peut également redonner vie à une végétation morte. Par ailleurs, dès lors qu'elle touche le tronc d'un arbre, elle acquit sa force, son énergie, ce qui décuple ses capacités de guerrière. Elle peut communiquer avec eux. Elle peut également ressentir quand l'un de ces derniers appel à l'aide ou est en train de mourir. La végétation est comme une alliée de taille. Une alliée mais aussi, un proche. Elle se sentira toujours à l'aise et parmi les siens dans une forêt.
Emergence :
In front of you, I'm a loser [Milia] Fonddr114 / 54 / 5In front of you, I'm a loser [Milia] Fonddr11
Maitrise :
In front of you, I'm a loser [Milia] Fonddr112 / 52 / 5In front of you, I'm a loser [Milia] Fonddr11
Messages : 803
DCs : Keith - Malik - Kwan - Tao - Jay - Taïs - Junno - Alaric - Simon - Kelsey - Russel - Laurenl - Yong-Sun

Mer 19 Sep - 10:51


In front of you, I'm a loser
FT. Miles
Oui. Heureusement que Miles était là, près de moi. Sinon, je ne sais pas comment j'aurai réagi toute seule. Je paniquais un peu. Beaucoup même et olalalala, j'avais tellement besoin d'être rassurée. Je me sentais perdue, abandonnée, désorientée. Tout se cassait autour de moi et ma maison me manquait. Mes parents me manquaient. Mes frères et ma soeur me manquaient. Mon frère de coeur me manquait. Mon meilleur ami me manquait et. Et. Et. Tout me manquait et voilà que les larmes coulaient tout seul le long de mes joues, brouillant mes petits yeux plissés au passage. Sans réfléchir à ce que je faisais, j'avais même posé ma tête sur l'épaule de mon ami, me blottissant doucement et tendrement contre lui. Je pouvais sentir d'ailleurs qu'il essayait de me rassurer et cela me réconforta. De le savoir à mes côtés. Alors, je me blotissais un peu plus. Je nichais mon visage sur son épaule et je me laissais aller, toute frémissante et attristée par la situation.

Faut dire que c'était dur quand même. Tout ça. Ma vie s'en trouvait chamboulée et je n'avais pas eu vraiment le temps de me préparer. Pas du tout même. Ce garde rouge m'avait alpagué, posé de nombreuses questions. De très nombreuses questions en me poussant à bout. Si bien que mon petit poings était partit tout seul dans sa figure comme Eli et Marc m'avaient appris. Sauf que... je n'aurais pas dû faire ça en fin de compte. J'en étais consciente. Car. Olalala. A peine j'avais réalisé ce que j'avais fais. Voilà qu'il m'avait coursé dans les rues, le regard rempli de colère. J'ai couru, couru sans savoir où j'allais et bim ! Quelques heures plus tard, alors que je m'étais réfugiée quelque part, toute essoufflée, j'avais su que j'étais recherchée. Et le cauchemars à commencé. Heureusement qu'on m'a emmené dans le camp des réfugiés car sinon. Je ne sais pas trop ce que je serais devenu. Peut-être que j'aurais été arrêté. Peut-être qu'on m'aurait torturé alors que je n'avais pas de pouvoir moi ! Je n'étais qu'une simple lycéenne en art normale qui ne cherchait pas souvent la bagarre.

Olalalala. Tout se bousculait dans ma tête. J'avais peur. J'étais terrorisé. J'essayais néanmoins de me reprendre et me redressais, en reniflant une nouvelle fois. Puis. J'avais quelque chose à demander à mon ami. Je n'osais pas trop lui dire alors je laissais la nervosité m'envahir. Mes bras partaient en tout sens tandis que je parlais, cherchait mes mots et me voilà enfin à fouiller dans mon sac, les joues rougies en sortant cette lettre que j'avais écris pour ma famille. Pour leur expliquer que tout allait bien. Enfin, en parti. Pour leur dire aussi à quel point ils me manquaient et que j'avais hâte de les retrouver le plus tôt possible. Parce que j'y croyais moi. Je croyais qu'un jour, tout allait s'arranger et que je pourrais enfin retourner à la maison. Je ne voulais pas perdre espoir; Je me rattachais à ça. Je refusais de croire le contraire et. et, et. Olalala. Voilà que mes angoisses refaisaient leur apparition. Je sentais mes mains trembler. J'avais la respiration toute hachurée et je gigotais un peu sur mon siège. Ce fut seulement quand Miles prit l'enveloppe en m'embrassant le front au passage que je parvenais à me calmer. Enfin. Ce simple contact déchaîna en moi toute une flopée de sentiment étrange et incompréhensible et voilà que je rougissais d'autant plus, à bafouiller en triturant mes doigts :
- Sûr de sûr? Je ne voudrais pas te déranger...

Oui, bon. Je sais. J'étais un peu bêta des fois. Mon ami avait raison. Mais je ne voulais pas non plus pousser mémé dans les orties. Il était déjà tellement gentil avec moi. Tellement adorable. Il était toujours là pour moi et je continuais à me triturer les doigts, en me mordant légèrement les lèvres parce que oui. Je ne voulais pas abuser de sa gentillesse. C'est alors qu'il m'avoua ne pas avoir vu sa propre famille depuis un an. Surprise, soudain toute attristée pour lui, je relevais mon regard. J'ancrais mes yeux au sien et échappais un :
- Oh?

En papillonnant des paupières à plusieurs reprises. C'était triste. Si triste que j'en avais encore les larmes aux yeux. J'aurai tellement voulu le rassurer aussi, le réconforter comme il le faisait avec moi mais mon cerveau se mit en pause dès lors que je sentis sa main se poser tendrement sur mes joues et autant dire que j'arborais une couleur pivoine tant ses mots et son geste me touchèrent plus que de raison. Olalala. Il se passait quoi au juste? Pourquoi mon cœur commençait à s'emballer contre ma poitrine et pourquoi j'avais des frissons alors qu'il essuyait délicatement mes larmes? Décontenancée mais apaisée aussi, je hochais légèrement la tête. Un mini sourire étira mes lèvres et je murmurais :
- Okay. Promis juré.

Avant de me mordre les lèvres en gigotant toujours plus sur mon siège parce que je me sentais toute intimidée tout à coup. C'était bizarre à expliquer. Durant ce laps de temps, je n'angoissais plus et je ne regardais plus la rue, si bien que j'aurais cru que le temps s'était arrêté. Mais non. Enfin si. Mais non. Enfin je ne sais pas. Olalalala. Il m'arrivait quoi moi? La seule personne qui m'avait rendu dans cet état c'était Wylan et autant dire que cela me perturbait. Tellement beaucoup que j'en perdais mes mots.
- Oui..Enfin... Oui... d'accord. Je... Je t'attends... là.

En même temps, je ne pouvais pas l'attendre ailleurs. Olalalala. Oui. J'étais toute perturbée moi. Vivement, je hochais le menton et m'activais à regarder sur la banquette arrière tandis que mon ami m'informa qu'il y avait des cookies. Des cookies. C'est bon les cookies. Cela me donnait faim. Cela me permettait aussi de focaliser mon attention sur autre chose que sur tout ses sentiments étranges qui bouillonnaient à l'intérieur de moi. Les joues rougissantes, les yeux écarquillés, je prenais alors le paquet et en portais un à ma bouche, croquant dedans en me répétant à voix basse :
- Les cookies. Rien de plus apaisant que les cookies. C'est bon pour les angoisses.

Puis le temps passait. Le regard rivé sur le Jarvis, je me perdais dans mes pensées. Nerveuse, je tapais le sol avec mon pied et sortais finalement de la voiture pour retrouver Miles, lui tendant le paquet de cookie sans penser qu'il serait plus préférable pour moi de rester à l'intérieur.
- Tu en veux? Avant que je mange tout !

Je laissais un léger rire m'échapper. Inconsciente un peu du danger qui pourrait nous surprendre d'une seconde à une autre, j'observais les alentours quand soudain mon regard accrocha la silhouette familière de ma sœur, ce qui me fit lâcher un :
- Mai !

Un peu trop bruyant à mon goût. Zut. Je plaquais mes mains sur ma bouche. Par réflexe, je m'étais même agenouillée, recroquevillée avec mon paquet de cookie dans les mains en susurrant à voix basse :
- Pardon.... Désolé... On... On devrait peut-être retourner dans la voiture non?
Ⓒayaraven
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
In front of you, I'm a loser [Milia]
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Page 1 sur 1

House of M :: VOL. N°I :: RPs abandonnés-
Sauter vers: