RSS
RSS
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

All the memories remain of the pain of your broken home [Pv Junno et Gemma]
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Junno Park
Mutant
Junno Park


https://houseofm.forumactif.org/t3422-junno-park https://houseofm.forumactif.org/t2591-junno-park
More about you : All the memories remain of the pain of your broken home [Pv Junno et Gemma] 6p5p

Pouvoirs : Contrôle des éléments : Terre. Junno est capable de manipuler et de contrôler des éléments terrestres. Tels que des rochers, de la boue ou toute autre matière issu de la terre. Il peut également pourfendre le sol en deux lorsqu'il touche le sol avec ses mains.
Emergence :
All the memories remain of the pain of your broken home [Pv Junno et Gemma] Fonddr115 / 55 / 5All the memories remain of the pain of your broken home [Pv Junno et Gemma] Fonddr11
Maitrise :
All the memories remain of the pain of your broken home [Pv Junno et Gemma] Fonddr115 / 55 / 5All the memories remain of the pain of your broken home [Pv Junno et Gemma] Fonddr11
Messages : 1097
DCs : Keith - Malik - Kwan - Tao - Artémia - Taïs - Jay - Alaric - Simon - Kelsey - Russel - Lauren - Yong-Sun - Daeho

Mer 13 Mar - 12:52

All the memories remain of the pain of your broken home
Plusieurs jours sont passé depuis ce jour. Ce fameux jour où tout a basculer. Cela ne fait qu’attiser ta douleur intérieure, ta souffrance dévastatrice. Plus les heures passent, plus tu es à deux doigts de replonger, de craquer. L’envie de s’étendre à nouveau dans les méfaits de la drogue te titille. Et oui. A cet instant précis, tu veux tout plaquer, détruire tous les efforts que tu as fais. Tes promesses envers Logan, ton patron pour qui, pourtant, tu porte un énorme respect. Tes promesses brumeuses et fausses de reprendre un nouveau départ, une nouvelle vie, une nouvelle motivation qui, finalement, ne t’as jamais motivé. De toute façon, à quoi cela servirait? Tu es brisé. Tu n’as plus la foi et rien ne semble briller à tes yeux désormais. Plus rien ne te fais vivre, vibrer à n’en plus finir. Pas même Dakho alors qu’il a toujours été ton pilier. Ta moitié, dissimulée, cachée par vos venins respectifs, vos désirs accru de vous déchirer autant de vous attirer l’un à l’autre en une passion sauvage et voulu. Oui. Tu as mal. Tu as froid. Tu te replie peu à peu sur toi-même et tu attends. Quoi? Tu n’en sais rien cependant. Tu attends et tu regardes ces nouvelles marques sur ton poignet, signe que tu as trouvé de nouveau le moyen de te mutiler.
- Tss.

A cette pensée, un ricanement s’échappe de tes lèvres pincées. Tandis que tu quittes la maison, tu les caches soigneusement entre la matière épaisse de ta veste en cuir. Tu te mets à marcher et tu penses. Tu te plonges dans ta mémoire, derrière tes paupières plissées, ornées de cernes bien creusées. Visibles.

C’était hier. Dans l’antre même de ta salle de bain. Lieu de refuge, de perdition aussi. A l’abri des regards indiscrets. A l’abri de tes parents qui ne cherchent même plus à t’aider. A l’abri de tes chaperons, de ton patron, du médecin et personnel du centre de désintoxication qui ne sauront jamais ce que tu as fais. A l’abri de Harry, ton meilleur ami à qui tu cache soigneusement ta détresse. A l’abri de Lucy… Lucy. A qui tu ne tiens pas à parler pour l’instant. Pas après ce qu’elle a fait. Bien qu’elle en avait ses raisons. A l’abri de Dakho avec qui, tu as préféré garder tes distances. Pour mieux souffrir en silence. Oui. Tu vas veiller à ce que personne ne sache, ne réalise, ne perçoit ces traces. Il a suffit d’un regard dans le miroir pour attraper vivement ce rasoir laissé par mégarde par ton propre père. Il a suffit de revoir le visage de cette émergée. De cette Katsu. Pour glisser la lame sur ta peau déjà parsemé de cicatrice.

Douleur latente. Souffrance et consolation fulgurante. Tu as eu la brève impression que cela te calmait. Apaisait tes maux à vifs. Sang qui coule. Lame qui tranche, forme des lignes à travers ta chair. Oui. Maigre mais délicieuse consolation après tout ce temps à ne plus rien toucher, s’infliger, sentir. De la drogue à ce plaisir fugace, malhabile, fabuleux, enivrant de te tailler. De te faire du mal. Littéralement. Encore et toujours et peut-être à jamais si tu continues ainsi, te rapprochant plus encore vers une mort libératrice.

Vide. Tu es vide. Normalement, tu devrais être au boulot mais tu décide sur un coup de tête, de faire demi-tour. De jouer à l’école buissonnière. Tu t’en fous de toute manière et tu veux, tu souhaite ardemment qu’on te laisse tranquille, respirer même si chaque respiration te sert un peu plus ta poitrine déjà serrée. Tu vaque sans but, sans raison particulière. Tes pas t’emmènent où ils veulent bien t’emmener et tu penses, à nouveau. Tu te noie dans tes sombres souvenirs. Des souvenirs lointains, réels désormais à ceux beaucoup plus proche, plus frais dans ta mémoire tiraillée. Le visage de cette femme s’impose de plus belle derrière tes paupières mornes et tu sers les poings, la mâchoire, pousse un grognement rageur, essayant ardemment de te défaire de son emprise.
- Fais chier….

Mais pourquoi ça te fais si mal bordel? Pourquoi tu t’en veux à ce point alors qu’elle fait partie des monstres que tu hais tant, que tu cherche depuis des années à les détruire même si tu en fais toi-même parti en fin de compte? Pourquoi ton coeur saigne de plus belle alors que tu n’es pas celui qui a porté le coup fatal? Pourquoi….
- Merde !

Un juron s’échappe d’entre ta bouche et tu fais claquer ta langue contre ton palais, rageusement, sournoisement. Tu repousse ces questions sans fin et tu pénètre, entre dans cet ascenseur sans regarder une première fois ce qui t’entoure. Parce que tu t’en contrefous royalement. Soyons honnête. Tes mains s’enfouissent dans la poche de ta veste et tu t’adosses contre la paroi, poussant un soupir tandis que ta main vient s’enfouir dans tes cheveux pour les repousser en arrière. Oui. Pourquoi tu as si froid? Pourquoi tes membres tremblent, soumis à une culpabilité précaire alors que tu aurais pu très bien t’en réjouir de tout ça? Ou de t’en ficher totalement? Au choix;

Douleur. Souffrance. Désarroi. Mal être profond derrière ton air arrogant et tes piques intempestives. Avec nonchalance, tu glisses enfin tes iris sur la silhouette dressée à côté de toi. Mauvaise idée. Une seconde. Une minute et tu te fige, écarquille les prunelles en reconnaissant ces traits familiers que tu ne pensais pas revoir un jour. Surtout pas là. Damnation. Malchance accumulée. Ton visage se tend brusquement, ton cœur s’accélère et tu recule, légèrement, murmurant dans un souffle froid :
- Toi….
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Gemma Hudson
Humain modifié
Gemma Hudson


https://houseofm.forumactif.org/t3186-gemma-hudson-i-ll-help-you-carry-on https://houseofm.forumactif.org/t3180-gemma-hudson-i-am-not-a-str
More about you : All the memories remain of the pain of your broken home [Pv Junno et Gemma] Giphy
Codename : agent Dawn
Pouvoirs :
Super-humaine : force, endurance, agilité et sens augmentés. Immunisée contre la plupart des maladies. Vieillissement ralenti.

Emergence :
All the memories remain of the pain of your broken home [Pv Junno et Gemma] Fonddr113 / 53 / 5All the memories remain of the pain of your broken home [Pv Junno et Gemma] Fonddr11
Maitrise :
All the memories remain of the pain of your broken home [Pv Junno et Gemma] Fonddr113 / 53 / 5All the memories remain of the pain of your broken home [Pv Junno et Gemma] Fonddr11
Messages : 204
DCs : April . Ann . Harry . Samira . Noah . Abigail . Nebula . Jodie

Ven 7 Juin - 16:50
Junno
&
Gemma
All the memories remain of the pain of your broken home
Cela avait été une très mauvaise idée. Elle n'aurait jamais dû poser pied à l'extérieur de son appartement, elle qui avait pourtant appeler le lycée ce matin-là pour prévenir de son absence. Prétendant être si malade qu'elle ne pouvait pas sortir de chez elle. Ce n'était pas vraiment un mensonge, mais ça n'était pas la vérité non plus. Quand elle s'était réveillée, il lui avait semblé impossible d'affronter le regard de ses élèves. Chaque jour était plus difficile que le précédent. Comment pouvait-elle continuer à enseigner alors qu'elle avait assassiné une pauvre femme qui devait être aduler par ses élèves? C'est à peine si elle osait se regarder dans le miroir désormais, malade à l'idée de ce qu'elle avait fait, de ce qu'elle était devenue.

Et pourtant, elle essayait de continuer à vivre comme si rien ne s'était passé. Ainsi, elle prenait soin à ranger et laver son appartement, ne voulant pas se laisser aller. Ou peut-être ne voulait-elle pas qu'on lui reproche quoi que ce soit, paniquée à l'idée qu'un simple détail puisse la trahir. Et plus elle lavait, mieux ce serait. Après tout, peut-être avait-elle laissé un indice? Peut-être une goutte de sang de Katsu s'était glissée entre les lattes de son parquet? Elle ne pouvait pas laissée une telle évidence aux yeux de tous... Tout ça la rendait folle. Constamment aux aguets, la fatigue prenait petit à petit possession de son corps.

Cette folie l'avait poussé à sortir de chez elle. N'ayant plus rien à faire pour occuper ses pensées et n'arrivant pas à écrire le moindre mot qui ferait avancer son roman, elle s'était décidé pour aller faire du shopping. Tant pis si elle se faisait prendre par un élève ou un enseignant du lycée. Elle méritait le moindre avertissement qu'on lui donnerait.

Ainsi, elle marchait désormais parmi la foule, s'attendant presque à voir débarquer la police à tout instant. Peut-être était-ce ce qu'elle cherchait tout compte fait. Qu'on l'arrête, qu'on la fasse avouer et qu'on la confronte à ses actions. Alors, toute cette panique et cette peur qu'elle ressentait au quotidien prendraient fin. Elle n'aurait plus qu'à attendre les conséquences. Mais était-elle prête pour cela? A cette pensée, elle sentit sa respiration se faire plus rapide, plus difficile. Non, elle ne voulait pas. Elle ne voulait pas lire la déception dans le visage de ses proches. Elle ne voulait pas être enfermée. Elle voulait que tout s'arrête. Cela aurait pu être une solution... Non. Elle devenait complètement dingue. Elle ne pouvait pas avoir de telles pensées.

La respiration saccadée, elle pressa le pas, essayant de ne bousculer personne sur son chemin. Elle devait juste sortir de cette foule. C'est tout ce qu'elle voulait. Ses yeux s'attardèrent sur une porte de sortie. Un ascenseur. Elle s'engouffra à l'intérieur, ne faisant pas attention à la personne qui s'y trouvait déjà. Se concentrant plutôt sur sa concentration et essayant de calmer la panique qui l'habitait.

Les portes se refermèrent et Gemma resta silencieuse, ne faisant toujours pas attention à la personne à ses côtés. Pourtant, cette dernière prit la parole. "Toi". Elle posa enfin le regard sur le jeune homme, interloquée. Ce fut comme un coup en plein cœur lorsqu'elle le reconnu. Non. Pas lui. Pas ici.

- Qu'est-ce que tu fais ici? lui demanda-t-elle, sur un ton presque accusateur.

L'avait-il suivie? Voulait-il lui reparler de cette fameuse nuit ou elle avait tuée Katsu pour le sauver? Non. Elle ne voulait pas. Elle devait s'enfuir de cet ascenseur, de cet homme le plus vite possible. Mais une soudaine secousse les surprit avant que le piège d'acier s'immobilise.

- Non, lâcha-t-elle dans un souffle en comprenant ce qu'il se passait.

Elle appuya plusieurs fois sur le bouton de l'ascenseur qui ne bougeait toujours pas. Elle était coincée. Coincée avec un des seules personnes qui savait ce dont elle était capable.

CODAGE PAR AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Junno Park
Mutant
Junno Park


https://houseofm.forumactif.org/t3422-junno-park https://houseofm.forumactif.org/t2591-junno-park
More about you : All the memories remain of the pain of your broken home [Pv Junno et Gemma] 6p5p

Pouvoirs : Contrôle des éléments : Terre. Junno est capable de manipuler et de contrôler des éléments terrestres. Tels que des rochers, de la boue ou toute autre matière issu de la terre. Il peut également pourfendre le sol en deux lorsqu'il touche le sol avec ses mains.
Emergence :
All the memories remain of the pain of your broken home [Pv Junno et Gemma] Fonddr115 / 55 / 5All the memories remain of the pain of your broken home [Pv Junno et Gemma] Fonddr11
Maitrise :
All the memories remain of the pain of your broken home [Pv Junno et Gemma] Fonddr115 / 55 / 5All the memories remain of the pain of your broken home [Pv Junno et Gemma] Fonddr11
Messages : 1097
DCs : Keith - Malik - Kwan - Tao - Artémia - Taïs - Jay - Alaric - Simon - Kelsey - Russel - Lauren - Yong-Sun - Daeho

Mar 25 Juin - 10:53

All the memories remain of the pain of your broken home
Douleur présente. Douleur latente. Oui. Tu la sens en toi. Tu la perçois derrière tes traits tirés, figés dans une expression qui n’appartient qu’à toi. Tu la sens dans tes nouvelles marques infligées sur tes poignets. Tu ne veux plus la ressentir. Tu ne veux plus culpabiliser alors tu essayes du mieux possible, de t’en dépêtrer. Tu entre dans cet ascenseur sans savoir où aller. L’envie même de t’acheter un rail de coke te parvient et tu serre les poings. Tu fais claquer ta langue contre ton palais. Tes mains viennent à s’enfouir dans les poches de ta veste, t’adossant à cette barre dans une allure nonchalante mais crispée en réalité.

Perdu. Tu es perdu. Tiraillé entre la culpabilité et l’envie plus prenante, plus pesante, plus soudaine, de te laisser couler. Tomber une deuxième fois pour qui sait. Ne jamais te relever. Envie suicidaire. Désir d’en finir une bonne fois pour toute. C’est ce qui te traverse l’esprit tandis que tu glisse tes iris sur ta gauche. Tandis que tu tombe sur la personne présente à tes côtés. Ton coeur bat à un rythme irrégulier et tes paupières papillonnent quand tu réalises avec qui tu es coincé. A croire que le sort s’acharne contre toi. A croire que la vie ne veut pas que tu retrouve une paix escomptée. Tu ne met guère de temps à la reconnaître. Cette femme. Cette figure familière que tu ne voulais pas revoir de sitôt. Ce visage croisé dans une peur incontrôlée. Dans un meurtre involontaire qui te perce encore comme jamais. Tu en viens même à reculer, sifflant entre tes dents serrés avec la volonté de t’enfuir le plus vite possible de cet endroit. Pour n’avoir nullement à te justifier. A en parler. A y resonger même si pour ça. Tu n’as pas besoin d’elle pour t’en rappeler. L’image est encore bien présente dans ta mémoire tiraillée.
- Je peux te retourner la question. C’est une caméra caché?

Voix sifflante. Méchante quoi que tremblante en réalité. A nouveau, ta langue vient claquer contre ton palais et tu détourne les yeux, bien décidé à partir de cet ascenseur sans jeter un regard en arrière. Les battements de ton coeur se font plus rapide. Tellement irréguliers que tu en as le souffle coupé. Malheureusement pour vous, une secousse vous propulse. Vous fige. Vous immobilise, te faisant lâcher un grognement rageur.
- Bordel. Ne me dis pas que c’est coincé !

Remarque faite à toi-même. Sueur chaude glissant sur ton front perlé. La peur te foudroie. La scène du drame se rejoue. Voilà que l'ascenseur vous lâche et que tu te retrouve avec cette femme, dont tu n’as nullement envie de discuter malgré son désir à te sauver durant ce moment infligé. Autant fautif l’un que l’autre. C’est toute la dangerosité.
- Putain ! C’est fait exprès c’est ça? C’est toi qui l’a bloqué?

Corps qui se tend sensiblement. Tes sourcils se froncent et tes paupières se plissent, foudroyant celle que tu considère à présent comme responsable de votre malheur. Même douleur partagée néanmoins. Même désir oppressant de vous éloignez par ce lien involontaire, créé depuis ce jour maudit. Depuis la mort de cette émergée, vous incluant dans son sort funeste. Infligé. Un râle s’échappe d’entre ta bouche pincée et tu la bouscule presque pour appuyer à ton tour sur le bouton. Pour le faire marcher sans grand succès. La lumière vacille désormais et le noir s’abat. L’obscurité vous englobe, vous foudroie, vous emprisonnant dans une forme de prison qui vous terrifie désormais.
- Éloigne-toi de moi. Me parle même pas.

Langue claquant contre ton palais. Pour la énième fois compté. Pas reculant et dos rencontrant la paroie tandis que tu te laisse glisser. Oui. Le sort s’acharne contre toi à n’en point douter. Il te perce et te transperce à chaque moment passé. Une mèche vient à tomber sur tes yeux plissés et tu râle, rouspète, tente de ne pas laisser la panique te gagner au risque de vous retrouvez avec un tremblement de terre sous les bras. Quand tu disais ressentir le besoin de resombrer, c’était vrai. A cet instant précis, tu souhaite cette drogue. Tu l’appelle dans ton corps tiraillé, crispé par cette rencontre involontaire. Ses effets te manquent et tu accroche tes jambes repliées. Tu lies tes doigts entre eux pour les coincer, pour les tirer, refusant d’accorder un regard à cette femme par où tout a commencé.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Gemma Hudson
Humain modifié
Gemma Hudson


https://houseofm.forumactif.org/t3186-gemma-hudson-i-ll-help-you-carry-on https://houseofm.forumactif.org/t3180-gemma-hudson-i-am-not-a-str
More about you : All the memories remain of the pain of your broken home [Pv Junno et Gemma] Giphy
Codename : agent Dawn
Pouvoirs :
Super-humaine : force, endurance, agilité et sens augmentés. Immunisée contre la plupart des maladies. Vieillissement ralenti.

Emergence :
All the memories remain of the pain of your broken home [Pv Junno et Gemma] Fonddr113 / 53 / 5All the memories remain of the pain of your broken home [Pv Junno et Gemma] Fonddr11
Maitrise :
All the memories remain of the pain of your broken home [Pv Junno et Gemma] Fonddr113 / 53 / 5All the memories remain of the pain of your broken home [Pv Junno et Gemma] Fonddr11
Messages : 204
DCs : April . Ann . Harry . Samira . Noah . Abigail . Nebula . Jodie

Dim 6 Oct - 20:17
Junno
&
Gemma
All the memories remain of the pain of your broken home
Le cauchemar ne prendra donc jamais fin. Cette situation, Gemma la voit comme un énième coup envoyé à son encontre. Comme si une force plus puissante qu'elle, que le monde entier même, s'acharnait à lui faire regretter son geste. A la faire culpabiliser et à la punir pour l'horrible acte qu'elle avait commis sans jamais l'avoir désiré. Gemma n'était pas croyante. Elle avait parfois eu des doutes, comme tout le monde. Ces derniers s'intensifiaient de plus en plus depuis l'incident. Une divinité cherchait-elle à la faire payer? Parfois, elle était convaincue que ça ne pouvait être que ça.

- Est-ce que c'est encore un de ses coups? Ton amie? demanda alors Gemma, toujours sur la défensive, alors qu'elle se souvenait de cette jeune femme à la patinoire qui avait voulu venger Katsu. Un désir de justice qui leur avait fait beaucoup de mal.

Tâchant de garder le contrôle sur elle-même, et sachant que paniquer ne servirait pas à les sortir de là, Gemma appuya sur le bouton d'urgence censé les mettre en contact avec un technicien. Après quelques secondes d'attente, où l'écrivain tenta tant bien que mal d'ignorer la présence du jeune homme derrière elle, une voix se fit entendre à travers le petit haut parleur situé au dessus des boutons. Alors qu'elle expliquait le problème avec une voix qui se voulait le plus calme possible, la lumière s'éteignit et ils se retrouvèrent tous les deux dans le noir, montant d'un cran la peur qu'elle ressentait. Elle termina d'expliquer le problème, n'oubliant pas de mentionner l'obscurité, puis le technicien leur expliqua qu'il viendrait s'occuper d'eux le plus vite possible et qu'ils seraient sortis dans l'heure. Gemma voulu protester et élever la voix. Ce n'était pas assez rapide. Elle ne pourrait pas rester ici. Pas avec lui.

Néanmoins, elle tâcha de contenir sa panique et se laissa glisser sur le sol. Elle ramena ses genoux contre son visage et passa ses mains derrière sa tête, comme pour se former un bouclier. Alors, elle tenta de retrouver une respiration normale, chose difficile car sa panique lui donnait cette désagréable impression qu'une crise allait exploser d'une seconde à l'autre. A ajouter qu'être coincée dans une boîte métallique au dessus du vide n'aidait pas à calmer les choses. Car oui, plus qu'un sentiment de claustrophobie, c'était la présence du garçon qui l'inquiétait.

- Ne manque pas de te faire tuer alors. répliqua-t-elle avec accusation à sa prise de parole.

Oui, elle lui en voulait énormément. C'était à cause de lui qu'elle avait tué. Non, c'était pour lui. Pour lui sauver la vie alors qu'il était un parfait inconnu à ses yeux. Encore une fois, elle revit dans son esprit ce qu'il s'était passé aussi précisément que si c'était arrivé la veille. Et, encore une fois, les même questionnements avec. Pourquoi donc s'était-elle interposé? Pourquoi donc avait-elle frappé au lieu de simplement pousser la jeune femme? Elle n'aurait pas été une assassin alors. Peut-être aurait-elle réussi à arranger les choses. Gemma avait toujours su qu'elle avait une certaine violence en elle, son adolescence l'ayant prouvé à de maintes fois. Mais elle n'avait jamais pensé être capable d'une telle agressivité.

- J'aurais aimé ne pas t'avoir sauvé la vie...
lâcha-t-elle faiblement.

Oui, peut-être était-ce lui qui aurait du mourir ce soir-là. Cependant, qu'est-ce qu'il lui disait que Katsu l'aurait tué? Peut-être l'aurait-elle simplement effrayé. Le blesser. Gemma ignorait tant de choses à propos de cette soirée. Peut-être que cette situation était une occasion d'avoir des réponses à ses questions, à condition qu'il accepte de répondre.

- Comment t'es-tu retrouvé avec elle ce jour-là? demanda-t-elle en relevant le visage et rouvrant les yeux, même si l'obscurité ne lui permettait toujours pas de voir quoi que ce soit. Quelles étaient tes intentions?


CODAGE PAR AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
All the memories remain of the pain of your broken home [Pv Junno et Gemma]
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Page 1 sur 1

House of M :: THE OTHER SIDE :: DAYS OF FUTURE PAST-
Sauter vers: