RSS
RSS
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Come to me now [Pv Keith et Arthur]
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Keith Ferell
Humain
Keith Ferell


https://houseofm.forumactif.org/t3425-keith-ferell https://houseofm.forumactif.org/t1395-keith-ferell
More about you : Come to me now [Pv Keith et Arthur] E88r

Codename : Flash
Pouvoirs : Keith possède un arc magique. Il apparait quand il en a besoin (et peut même parfois disparaitre à sa guise)
Emergence :
Come to me now [Pv Keith et Arthur] Fonddr115 / 55 / 5Come to me now [Pv Keith et Arthur] Fonddr11
Maitrise :
Come to me now [Pv Keith et Arthur] Fonddr110 / 50 / 5Come to me now [Pv Keith et Arthur] Fonddr11
Messages : 1294
DCs : Artémia - Malik - Kwan - Tao - Jay - Taïs - Junno - Alaric - Simon - Kelsey - Russel - Lauren - Yong-Sun

Lun 28 Aoû - 19:24
 

 Come to me now

FT. Arthur

Comme la plupart des personnes censées, exceptés peut-être l'équipe médicale, Keith détestait les hôpitaux. L'ambiance était sinistre, le bruit insupportable. Tant qu'à l'odeur... Le jeune avocat serra les dents, s'asseyant sur le rebord du lit. Il n'avait qu'un seul désir : se barrer d'ici. Or les médecins avaient été clair à ce sujet. Il devait encore attendre un peu pour s'assurer de deux trois petites choses, avant de le laisser partir. C'était comme ça. Il n'avait pas le choix. Et avec tout les blessés qui avaient été transporté à l'hôpital, l'attente était juste longue et insoutenable.

Non connu pour sa patience. Du moins, dans ce genre de situation. l'homme poussa alors un grognement rageur. Pourtant ses blessures étaient moindre comparé à d'autres. Tout en grommelant, sa main vint se poser tout près de l'endroit où, la veille, la lame d'un poignard s'était planté. Dans ses côtes. Lors de l'affrontement entre les civils et ces salopards qui les avaient pris à partie. La plaie avait été pansé, recousu et un bandage recouvrait maintenant sa taille jusqu'au milieu de son torse.

Grâce à quelques médicaments, il ne ressentait même plus la douleur mais Lorna avait lourdement insisté pour qu'il suive les ambulanciers et le voilà, prisonnier de cet endroit en attendant qu'on daigne enfin lui tendre ce foutu formulaire de sortie.

Depuis, il passait son temps à ressasser, à revivre ce qui s'était passé au festival et surtout, à remettre tout en question. Comment des gens, censés pourtant protéger la population, en étaient arrivé à les attaquer personnellement? Il n'y avait aucune logique. Excepté celle qu'on tentait vainement de leur faire avaler. Des émergés... Alors oui, il en avait vu. Oui, il avait assisté à l'apparition de certains... pouvoirs inexplicables chez ses camarades d'infortunes. Or, étais-ce une raison suffisante pour les avoir autant traiter comme des moins que rien? Comme des dangers publique? Et toutes ces personnes qui avaient été blessé sans avoir rien demandé? On en parlait? La question demeurait : Allaient-ils gentiment caché tout ça derrière divers mensonges histoire de bien noyer le poisson ou allaient-ils enfin avoir des réponses. La première solution était de loin la plus probable...même si sa meilleure amie ne laisserait pas passer ça.

Keith poussa un soupir, sa main se portant à sa nuque puis dans ses cheveux avant de les repousser dans un geste vif. En attendant, il était en colère. Il ressentait de la rage en lui. Son cœur battait plus fortement contre sa poitrine et il se sentait nerveux. Aussi nerveux que fut un moment, peu de temps avant qu'il ne rencontre Arthur. De plus, il avait apprit qu'Amadeus avait été blessé lui aussi, bien plus sévèrement. Il n'avait pas eu de nouvelle depuis mais il se promettait de le demander à Jennifer dès qu'il en aurait l'occasion.

Un instant passa, au terme duquel le jeune avocat finit par se lever. Toutefois, il dû se relever un peu trop brusquement parce que la douleur se réveilla, lui faisant de nouveau pousser un grognement rauque.
- Et merde...

Mais il ne s'assied pas pour autant. Il marcha en direction de la porte, faisant presque les cents pas avant qu'une silhouette familière n'arrive, sur le palier, lui soutirant un sourire. A croire qu'il suffisait de le voir pour se sentir un peu plus apaisé, léger.
- Arthur.

Presque instantanément, Keith vint à sa rencontre, et l'embrassa à pleine bouche sans aucune gêne ni retenue. Il était heureux de le voir. Heureux et soulagé même s'ils avaient déjà eu l'occasion de se revoir après le chaos qu'avait été ce fichu festival. Lentement, sa main vint passer derrière la nuque de son amant. Il l'embrassa à nouveau, goûtant ses lèvres qui l'avait rendu accro depuis le premier jour avant de finir enfin par se détacher de lui, demandant aussitôt en posant presque son front contre le sien.
- Ça va toi? C'est gentil de venir me voir. Je commençais à finir chèvre ici.

(c) proserpina
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Dim 24 Sep - 18:41
Come to me now
Keith et Arthur

Il allume la télé et on ne parle que de ça. Assis là, bien calé dans un pouffe super confortable, il regarde les images défiler tout en sirotant son café. Genosha est en émoi. Genosha souffre. Genosha est à terre. Arthur n’avait pas pensé que ca prendrait de telles proportions. La rafle de l’Ultimate a vraiment été sanglante quand on voit le nombre de blessés transférés à l’hôpital. Au final, dans leur coin, à l’air de repos, ils ont presqu’eu de la chance. Certes les coups ont été violents, notamment pour une brune qui s’est fait littéralement péter le bras, mais à part ça… A part ça, ça allait presque. Arthur n’a pas fait long feu après que les gardes soient partis, il a préféré se faire soigner à Hydra plutôt qu’à l’hôpital, en grande partie parce qu’il avait pas sur lui des trucs très légaux. Sur le coup, il n’a pas pensé que ses amis ou encore son copain puissent avoir été blessés ou alors juste légèrement. Pourtant il a rapidement appris que Keith avait reçu un coup de couteau, oui carrément, en plein dans les côtes. Sur le coup, Arthur n’a pas compris tout de suite. Ca lui paraissait inimaginable que Keith se retrouve à l’hôpital. Après tout, les avocats, c’est pas censé être proche de quelque danger que ce soit. Il a flippé, vraiment flippé, ce qui est étonnant connaissant Arthur, et il est parti le voir direct. L’hôpital ressemblait à une fourmilière et le skater a failli perdre patience alors que le personnel, dépassé, n’arrivait même pas à trouver le patient Ferell dans leur registre. Après coup, il se dit que c’est pas de leur faute, entre les nombreuses victimes de la rafle et ceux, comme lui, qui étaient venus voir leurs proches, c’était le chaos total.

Il n’est pas resté longtemps, juste de quoi se rassurer au moins un peu et s’assurer qu’il aille bien, en toute relativité bien sûr. Lui-même avait besoin de se reposer. Se faire taser la gueule, ca latte un peu. Il est donc rentré chez lui, s’est posé dans son lit et à pioncer, tout habillé pour dormir une dizaine d’heures d’une traite. Comme quoi, y’en a que les méga bastons empêchent pas de dormir.

Le lendemain, au réveil, Art a tout de suite pensé à lui. Keith a dû rester à l’hôpital, en observation, et le français, malgré ses habitudes qui n’ont rien de celles d’un inquiet de la vie, n’est pas totalement rassuré. Quelque part, cette façon de voir, toute neuve pour lui, le gène. Il n’aime pas que cette attache, qui devient de plus en plus viscérale, le freine dans quelques aspects que ce soit de sa vie. C’est comme si sa chère liberté s’en retrouvait malmenée. Si Keith avait été n’importe qui d’autre, ca aurait sonné la fin de leur relation. Mais Keith étant Keith, Arthur ravale sa fierté. Il se sent faible d’être attaché comme ça à lui mais peu importe, il ne peut déjà plus se passer de lui, même si ça l’énerverait presque de ne pas pouvoir s’en foutre au moins un peu. Arthur soupire puis il se lève, allume la télé et il se fait couler un bon café avant de s’allumer une cigarette et de s’écraser dans un pouffe. Il regarde les images défiler et, oui, on ne parle que de ça.

Arthur décide alors de retourner à l’hôpital pour aller voir Keith. Quitte à être un gros naze co-dépendant, autant l’être jusqu’au bout après tout. Tant pis pour son taf, il n’ira pas ou alors plus tard peut être. C’est pas comme si il en avait vraiment besoin ou comme si il avait déjà trois heures de retard. Le gérant, comme lui, sait très bien que de toute façon, il est juste là pour faire de la pub. Après tout, Arthur gagne plus d’argent en une compétition que le magasin en un mois. Le français se prépare donc et il prend le large pour se rendre à l’hôpital. Le chaos de la veille s’est calmé même si l’hôpital est tellement bondé que certains patients sont carrément dans les couloirs… Pas jojo tout ça dis donc. Il se dépêche de rejoindre la chambre où se trouve Keith qui lui, surement sur faveur à la princesse, rien que ca, est confortablement logé contrairement à d’autres.

Quand il arrive, il le trouve en train de faire les cent pas, comme un lion en cage, et ca le fait sourire. Si l’avocat a la force de faire ça, alors c’est qu’il est plutôt en forme. « Arthur. » Il va pour le saluer à son tour mais à peine Keith l’ayant vu qu’il vient vers lui pour lui prendre la bouche. Le skater ne se fait pas prier et il répond au baiser, plutôt intense, de son copain. Ce dernier doit vraiment être dans tous ses états pour lui sauter dessus comme ça mais c’est pas non plus pour déplaire à Arthur qui en profite largement au passage. Ses mains glissent dans le dos de l’homme alors qu’il se colle à lui, doucement, n’oubliant pas qu’il est blessé. Leur baiser se termine pourtant mais ils restent l’un contre l’autre alors que Keith s’enquit de sa santé à lui. Le monde à l’envers ça. « Ça va toi? C'est gentil de venir me voir. Je commençais à finir chèvre ici. » Arthur lâche un petit rire. Il compatit totalement à ce que vit son copain, sachant qu’il est tout de même bien heureux de ne pas être à sa place. Mais il faut aussi avouer qu’il préfère largement qu’il soit pris en main par le corps médical. C’est plus sûr. Enfin, il l’admettra jamais ça. « Ca je peux comprendre, ca craint ici. » Lui il était si bien tranquillou dans son appart au réveil et il aurait jamais troqué ça contre une chambre d’hôpital.

L’une de ses mains vient caresser la joue de Keith alors qu’il le détaille des yeux. Il a l’air d’aller bien mais Arthur demande tout de même. « Toi, ca va ? » Il essaie d’insuffler un peu de distance dans le ton de sa voix, parce qu’il ne se fait toujours pas à l’idée de s’inquiéter autant pour Keith. Ceci dit, il veut tout de même être sûr que c’est bien le cas parce que, bah oui il s’inquiète quoi. C’est vraiment nul les relations amoureuses, ca vous place tout le temps dans des situations totalement paradoxales qu’il préférerait de loin éviter. « Tu pourras sortir quand ? » Arthur s’éloigne finalement de Keith et il va s’écraser dans le lit du patient Ferell. Ca lui permet de paraitre plus détendu, même si, au fond, ce n’est pas vraiment le cas.


Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Keith Ferell
Humain
Keith Ferell


https://houseofm.forumactif.org/t3425-keith-ferell https://houseofm.forumactif.org/t1395-keith-ferell
More about you : Come to me now [Pv Keith et Arthur] E88r

Codename : Flash
Pouvoirs : Keith possède un arc magique. Il apparait quand il en a besoin (et peut même parfois disparaitre à sa guise)
Emergence :
Come to me now [Pv Keith et Arthur] Fonddr115 / 55 / 5Come to me now [Pv Keith et Arthur] Fonddr11
Maitrise :
Come to me now [Pv Keith et Arthur] Fonddr110 / 50 / 5Come to me now [Pv Keith et Arthur] Fonddr11
Messages : 1294
DCs : Artémia - Malik - Kwan - Tao - Jay - Taïs - Junno - Alaric - Simon - Kelsey - Russel - Lauren - Yong-Sun

Lun 25 Sep - 12:26
 

 Come to me now

FT. Arthur

Maintenant que son copain était là, Keith se sentait un peu plus détendu, moins stressé. Sans aucune retenue, il l'embrassa à pleine bouche, goûtant à ses lèvres qui chaque jour le rendait un peu plus accro.

Il était heureux de le voir. Heureux et soulagé de ne pas le retrouver, lui aussi, dans les locaux de l'hôpital. Car si ça avait été le cas, nul sait comment il aurait réagit. Mal sans doute. Il aurait probablement chercher à le voir en se contrefichant royalement de ses propres blessures. Il se serait enfui de sa chambre, passant outre les recommandations des médecins pour se rendre immédiatement à son chevet.

Certes, pour lui, c'était aussi tout nouveau. Depuis Ryan, il ne s'était jamais vraiment attaché à quelqu'un. Pour ainsi dire, à personne. Il n'avait fait que vivre aventure sur aventure sans chercher à se poser. Ni même, à tomber amoureux. Mais avec Arthur, c'était différent. Il ne saurait comment l'expliquer or ce dernier, savait parfaitement s'y prendre avec lui. Il lui donnait la sensation d'être libre. D'être lui-même. C'était assez étrange à expliquer, à comprendre aussi mais le skater avait vraiment la faculté de le pousser au delà de ses limites.

En plus d'être diaboliquement beau, séducteur à souhait, il lui donnait ce qu'aucun homme ne lui avait donné jusque là. C'est pourquoi, à l'heure actuelle, le jeune avocat ne pouvait plus tout simplement s'en passer.

Tandis que son amant se collait à lui, accentuant leur baiser, les doigts de Keith remontèrent légèrement pour disparaitre dans ses cheveux. Donnant plus de passion à leur échange déjà bien tumultueux.

Quand enfin, leur baiser s'acheva, Le jeune avocat poussa un soupir. A sa remarque, un sourire étira ses lèvres et sans briser le contact de ses doigts sur sa peau, il posa son front contre le sien, ne pouvant s'empêcher de rajouter :
- Et comment. Je me demande comment certains font pour travailler ici. C'est un coup à devenir dingue.

Et pas qu'un peu. Bon, il était très mal placé pour en parler. Car un rien pouvait le rendre nerveux. Autant, quand il se trouvait à la barre pour défendre un client, il savait garder son calme et faire preuve d'une grande patience. Autant, sur d'autre point, il pouvait parfois se montrer extrêmement fougueux, intolérant au point de se mettre en colère et réagir au quart de tour. Surtout ces derniers temps, où la rage prenait souvent le dessus sur la raison.

Tandis qu'il se perdait dans ses pensées, Keith fut soudain interrompue par la voix de son skater qui lui retournait la question. Une main posée sur sa joue, il lui demanda si ça allait, prenant cet air détaché qui lui ressemblait parfaitement bien, malgré le fait qu'il pouvait noter une légère différence. A croire qu'il s'inquiétait vraiment pour lui. Ce qui était en soi, assez nouveau. Assez étrange aussi. Car Arth n'était pas du genre à s'en faire pour les autres. Il vivait sa vie sans se préoccuper de celle d'autrui et ça, le jeune avocat l'avait bien compris. Dès le début. Ce qui ne l'avait pas empêché cependant de se lancer dans un périple avec lui.
- Ça va, t'inquiète, finit-il par répondre, le sourire aux lèvres. Je vais survivre. Comparé à d'autre, je peux m'estimer chanceux.

Tout en disant ces mots, le jeune avocat suivit son copain des yeux qui avait fini par s'éloigner pour s'écraser sur son lit. Il passa une main sur sa nuque, puis dans ses cheveux. Et s'avança à son tour, posant ses mains sur le rebord de la couchette en poursuivant de plus belle :
- J'en sais strictement rien. Ils m'ont juste dis qu'ils devaient vérifier deux trois petites choses avant de me laisser filer. Si je le pouvais, je me barrerai  tout de suite.

Et ce n'était pas des paroles en l'air. Il ne supporterait pas de rester ici un jour de plus. De nouveau, Keith passa ses doigts dans ses cheveux et les repoussa en arrière, marquant un temps d'arrêt avant de se redresser légèrement et de s’asseoir cette fois au côté d'Arthur, fixant le mur d'un air distrait.
- Quel bande d'enfoiré n'empêche... Dès que je me serais cassé d'ici, je peux t'assurer que je vais tout faire pour leur foutre un procès au cul.

Un nouveau silence s'ensuivit. Le jeune avocat finit alors par se retourner, ancrant ses iris sur son skater qui était toujours allongé derrière lui, de sa nature nonchalante.
- T'en pense quoi toi? De tout ça?
(c) proserpina
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Dim 12 Nov - 18:29
Come to me now
Keith et Arthur

Oui, s’inquiéter pour les fesses de quelqu’un d’autres est quelque chose de nouveau pour lui. Mais il faut bien comprendre que le postérieur de Keith, c’est sa propriété à lui donc ca revient au même non ? D’ailleurs, ca aussi c’est nouveau. Une relation exclusive comme il n’en a jamais vécu. Il n’y a pas à dire, Keith a clairement un impact inattendu sur Art qui, malgré sa mauvaise volonté dans le genre, se prend au jeu. A contre cœur peut être. Parce que ca nourrit tout de même un peu d’amertume de sa part. Arthur a bien conscience que Keith le change malgré lui, sans forcément le vouloir, mais c’est un fait : il a perdu un peu de lui-même dans le process. Et pourtant, il est là, dans cet hôpital, pour le voir lui, Keith Ferell. Il ne peut s’empêcher de lui demander si il va bien, non sans prendre un air faussement détaché auparavant. Et malgré ça, malgré tout, il s’inquiète vraiment. Ca l’énerve autant que ca le déconcerte, mais il attend sa réponse. « Ça va, t'inquiète. Je vais survivre. Comparé à d'autre, je peux m'estimer chanceux. » Art éclate presque de rire à ces mots. Keith ne croit pas si bien dire. Il est chanceux, carrément oui, parce que y’en a en un bien pire état que le sien et aussi parce que beaucoup n’ont pas eu le luxe d’avoir une chambre pour eux. Il ne faut pas être un génie pour savoir le pourquoi du comment, et Arthur, qui est très loin d’être bête, le sait très bien, lui. « Ah ça c’est clair, y’en a qui ont passé la nuit dans le couloir quoi ! Merci princesse pour la chambre VIP hein. » Il lui fait un clin d’œil plein de malice. Arthur a grandi dans un milieu populaire, dans une famille sans argent, et il n’aime pas les gens de la haute. Il a beau adoré Keith, il n’aime pourtant pas sa meilleure amie, princesse de Genosha, pleine de fric et de pouvoir, sans qu’on ne sache exactement pourquoi.

Sur ce, le skater se dirige vers le lit de cette chambre qu’il désigne lui-même de VIP, alors qu’elle est plutôt banale au fond. Il demande à l’avocat quand est-ce qu’il doit sortir de là, en grande partie parce qu’il n’a pas envie de passer la journée ici mais qu’il voudrait rester avec Keith tout de même. Si il est rassuré de savoir que son copain va bien, il n’en reste pas moins qu’il a eu un peu peur et, en réponse à ça, il n’a pas envie de l’abandonner tout de suite. En plus, il est encore fatigué de son tasing de la veille et Arthur n’a pas envie d’aller bosser, ni même de skater, ce qui est quelque chose d’étonnant le connaissant. Bref, il se pose là, et regarde Keith venir vers lui. « J'en sais strictement rien. Ils m'ont juste dis qu'ils devaient vérifier deux trois petites choses avant de me laisser filer. Si je le pouvais, je me barrerai  tout de suite. » Art hausse les sourcils et ne dit rien. Il ne comprend pas trop à vrai dire, parce que ce n’est pas quelque chose qui aurait suffi à le retenir ici. Certes ils veulent vérifier de trucs, c’est peut être prudent mais c’est chiant, en plus y’a rien à faire dans cette chambre, ce qu’Art déteste par-dessus tout. Les seules choses qui peuvent le faire tenir en place plus d’une heure sont soit des bières, soit une bonne série à binge watcher. Le zèle de médecin trop précautionneux ca n’a rien à voir avec ça. Mais bon, c’est pas lui le patient hein.

Keith s’assoit à côté de lui. Art ne le perd pas des yeux. Il a l’air tendu, inquiet et peut être qu’il y a de quoi. Ce qui est arrivé la veille en chamboule plus d’un, même les avocats a priori. Art, lui, est peut être l’un des seuls à voir la chose du côté positif : ca va lui donner un super argument pour recruter du monde pour Hydra. Il ne le sait pas encore, mais ca va d’ailleurs arriver bien plus vite qu’il ne le pense. « Quel bande d'enfoiré n'empêche... Dès que je me serais cassé d'ici, je peux t'assurer que je vais tout faire pour leur foutre un procès au cul. » Art lâche un petit rire. Sur le coup il croit même que Keith rigole en disant cela mais ce n’est pas le cas. Pourtant il y a de quoi trouver ça drôle, après tout, c’est surement pas par la voie de la justice qu’on mettra fin à la Garde Rouge, pure création du gouvernement. « T'en pense quoi toi? De tout ça? » Art esquisse une sourire amusé. Son discours est déjà rodé et pourtant il le sort cette fois en toute franchise. Parce que, certes, Hydra est une opportunité, mais ce qu’il dit aux jeunes perdus qu’il recrute se base sur du réel, du concret et, ça, il le pense réellement. « J’en pense que c’est pas avec un procès que tu vas faire trembler la Garde. » Art détourne alors le regard et il se laisse tomber sur le lit. Il a alors la joie de constater que l’hôpital a réussi l’incroyable exploit de rendre le plafond encore plus déprimant que tous les autres plafonds de la terre. Ouais, ca aurait surement fait tâche avec le reste de la chambre sinon. « Sois pas naïf Keith, ils s’en foutent des lois eux, surtout que c’est leurs patrons qui les font. » Oui son discours est bien rodé et il est presqu’automatique maintenant. Cette fois il ne le croit pas vraiment, et pourtant il ajoute sans aucune hésitation. « Non en vrai y’a qu’une solution à ce problème-là. » Hydra, c’est le sous-entendu de ce petit rien. Il est vrai qu’Hydra est de loin l’ennemi du gouvernement le mieux placé pour faire face au SHIELD et à la Garde mais Arthur doute que ce soit réellement leur but à vrai dire. Enfin tant pis, si les gens veulent le croire, alors pourquoi pas hein ! Sur ce, il se relève légèrement, s’appuyant sur ses avant-bras pour ne pas avoir à trop mettre à mal ses abdos et il lance, sorti de nulle part un : « Bon, on se barre ? ». Ils s’en foutent après tout de ce que disent les médecins, non ?


Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Keith Ferell
Humain
Keith Ferell


https://houseofm.forumactif.org/t3425-keith-ferell https://houseofm.forumactif.org/t1395-keith-ferell
More about you : Come to me now [Pv Keith et Arthur] E88r

Codename : Flash
Pouvoirs : Keith possède un arc magique. Il apparait quand il en a besoin (et peut même parfois disparaitre à sa guise)
Emergence :
Come to me now [Pv Keith et Arthur] Fonddr115 / 55 / 5Come to me now [Pv Keith et Arthur] Fonddr11
Maitrise :
Come to me now [Pv Keith et Arthur] Fonddr110 / 50 / 5Come to me now [Pv Keith et Arthur] Fonddr11
Messages : 1294
DCs : Artémia - Malik - Kwan - Tao - Jay - Taïs - Junno - Alaric - Simon - Kelsey - Russel - Lauren - Yong-Sun

Jeu 16 Nov - 10:02
 

 Come to me now

FT. Arthur

« Ah ça c’est clair, y’en a qui ont passé la nuit dans le couloir quoi ! Merci princesse pour la chambre VIP hein. » A ses dires, Keith haussa les sourcils, surpris, même si au fond, il savait que son petit-ami avait raison. Être le meilleur pote de la princesse présentait quelques avantages. Et même s'il n'avait jamais cherché à en profiter, pour la simple et bonne raison qu'il adorait vraiment Lorna au point de la considérer comme une sœur, il ne pouvait pas affirmer le contraire.

Comparé à d'autre, il avait eu de la chance. Clairement. Dès son arrivé, il avait été admis ici, bien confiné dans cette chambre pendant que d'autre, par manque de place, attendait toujours dans les couloirs qu'on daigne enfin s'occuper d'eux. A leur juste valeur.

C'est pourquoi, sans piper mot, le jeune avocat toussota et porta une main brève sur sa nuque, légèrement mal à l'aise. Arthur lui adressa alors un clin d'oeil malicieux et un fin sourire étira ses lèvres, amusé tandis que ce dernier s'éloignait à présent vers son lit pour s'y affaler.

La conversation dériva bien vite sur ce qui s'était passé. Là-bas, au festival. Les yeux d'abord rivés au mur, les poings serrés, les sourcils froncés, Keith exposa ses pensées. Il traita les membres de la Garde Rouge d'enfoiré. Il lui avoua également vouloir leur balancer un procès au cul même si oui, il savait que cela ne servirait à rien. Pour la simple et bonne raison que les ordres venait très certainement d'en haut, du gouvernement, de Magnus...

A cette pensée, son cœur manqua un battement. Lorna devait être folle à l'heure qu'il est. Elle aussi était une victime. Elle n'avait rien avoir avec tout ça, il le savait. Il lui faisait confiance. Mais ce qu'il ne comprenait pas, c'était pourquoi. Pourquoi ces ordres? Alors que sa besta et son frère y étaient eux aussi. Pourquoi s'en être pris à des innocents? Tout ça pour attraper des émergés qui, dans un sens, n'avaient rien demandé et étaient venu aussi au festival pour s'amuser. Oui, beaucoup de questions lui trottaient dans la tête et il se sentait en colère.

Tout ses muscles étaient crispé. Tandis qu'il se tourna vers Arthur pour lui demander un avis sur tout ça, ce dernier lâcha qu'il n'y avait qu'une solution à ce problème. Surpris, Keith haussa les sourcils même si au fond il savait où il voulait en venir, et à qui il pensait. Il entendait parfaitement le sous-entendus. Il y réfléchissait. Il se contenta alors de lâcher un :
- Je vois.

Avant de passer ses doigts dans ses cheveux, en se fondant en mutisme. Hydra. Bien sûr que son petit-ami en faisait allusion. Le jeune avocat avait travaillé pour eux une fois mais était-il prêt à s'engager? A signer un contrat avec eux pour un temps indéterminé? Silencieux, il tournait la situation dans tous les sens quand soudain, le skater lança un : "Bon, on se barre ?", le soutirant de ses pensées.

Keith marqua une légère hésitation et regarda vers la porte. Après tout, il ne voulait pas rester ici plus longtemps. Ses plaies avaient été pansé et bien qu'il ressentait encore la douleur aux côtes le tirailler, elles avaient été recousu. Non? Pourquoi s'acharner alors à rester ici? Lentement, un fin rictus étira ses lèvres et il se leva, ancrant ses iris dans ceux de son petit-ami.
- Ouai, barrons-nous. J'en peux plus de rester ici.

Le temps de récupérer ses affaires. Ni une ni deux, il attrapa son tee-shirt, sa veste, son porte-monnaie et ses clefs puis, boitillant légèrement, il s'approcha d'Arthur pour l'embrasser une fois de plus, laissant ses mains doucement glisser sur ses hanches puis sur ses fesses, en se mordant la lèvre inférieure.
- Tu sais que tu viens de me sauver la mise là? plaisanta-t-il, une lueur particulière brillant dans ses yeux.

Partir d'ici sans être remarquer était beaucoup plus facile qu'il ne l'aurait imaginé. Entre tous ces blessés qui attendaient dans les couloirs, médecins, infirmiers, internes, externes. Tous était trop occupé à remarquer les allées-venus des usagers. En moins de deux, ils étaient déjà dehors.

Appréciant le vent sur son visage, Keith inspira longuement. Ça faisait tellement de bien de se retrouver à l'air libre. Ils marchèrent ainsi pendant quelques minutes mais alors qu'ils se retrouvaient à quelques pas maintenant de l'hôpital, seuls et sans personne aux alentours, le jeune avocat s'immobilisa, se tournant vers le skater.
- Pour ce que tu m'as dis tout à l'heure, commença-t-il, portant une main vers ses côtes qui le piquaient désagréablement. Tu parlais d'Hydra, c'est bien ça? Et si...

Il marqua une pause, hésitant quelques secondes encore.
- Et si, je vous rejoignais? Un avocat ne serait pas de trop non? Je ne dis pas que je compte démissionner du cabinet mais. Je pourrai travailler sur deux fronts. Qu'es-ce que tu en penses?

(c) proserpina
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Sam 13 Jan - 16:30
Come to me now
Keith et Arthur

À dire qu’ils auraient tous pu être au second jour d’un super festival. Il aurait passé sa journée à skater avec ses potes puis ils auraient fait le tour de toutes les scènes, s’en seraient foutu plein le pif et auraient dansé jusqu’au bout de la nuit. À la place, il est là, à l’hôpital et ça, c’est naze. Arthur adore Keith, enfin, il aurait moins de fierté, il dirait même qu’il fait plus que l’adorer, mais franchement, le français n’a pas du tout envie de poireauter ici. Entre autre, il a la dalle et a envie de s’enfiler un énorme burger bien fat. Il n’a jamais été vraiment du genre à faire ce qu’on lui dit et ce n’est pas parce qu’il sort maintenant avec l’avocat qu’il compte changer cette façon de faire. Bon, certes, on ne lui demande pas son avis, mais il ne voit vraiment pas pourquoi ils devraient s’eenuyer à mourir ici pendant des plombs (il est là depuis 5 minutes, oui, mais que voulez-vous, y’a des gens impatients). Les médecins sont overbookés et clairement Keith n’est pas leur priorité, et pour cause, il pète la forme son beau brun. Alors non, il n’est pas docteur mais il le déclare : c’est l’heure du départ. Le skater voit Keith hésiter quelques petites secondes avant de se ranger de son côté ce qui lui soutire un petit sourire. Il a toujours adoré que les gens le suivent malgré la raison.

Quelques minutes plus tard et les voici dehors. Faut dire qu’il est bien plus à l’aise là, en extérieur, que dans cette chambre sceptique et impersonnelle de l’hôpital d’Hammer Bay. Bizarrement, tout est comme d’habitude. Le soleil brille, le petit air d’hiver à la façon Genosha est chaud mais loin d’être étouffant, le ciel est bleu, les passants... passent justement. C’est bizarre, juste bizarre. Peut-être que c’est encore le contre coup de la plus grande rafle de l’histoire, sûrement même, parce qu’il paraît impensable que ça ne mette pas le feu aux poudres. Ses affaires vont tellement, mais alors tellement bien tourner, rien qu’à y penser, ça lui remonte le moral. Non pas qu’il soit particulièrement miné par tout cela au final, mais bon, il a raté un super festival puis il s’est fait taser la gueule quand même. Mais il n’y a rien qu’un beau soleil comme ça et une cigarette, qu’il allume d’ailleurs, ne puissent pas faire oublier, surtout quand un petit air de révolution se faire pressentir. C’est le calme avant la tempête. Un calme bizarre, certes, mais qui promet être éphémère. Parce que, clairement, personne ne pourra plus fermer les yeux sur la Garde rouge et les proies qu’ils poursuivent. La preuve : « Pour ce que tu m'as dit tout à l'heure. Tu parlais d'Hydra, c'est bien ça? » Arthur tourne son visage vers son copain qui le surprend un peu avec cette question. Il comprend cependant rapidement ce qui se passe dans la tête de son grand brun et Arthur voit là une chance qu’il serait bête de ne pas saisir. « Ouais, c’est ça. Ils ont genre tout. » Et alors qu’il se prépare à énumérer les nombreux atouts d’Hydra, il lève les doigts un par un au fur et à mesure que la liste défile. « Des agents genre tarés psychopathe over entraînés, des thunes de dingue, des agents double de partout et des putains de stratèges. Et faut bien ça contre le SHIELD ! » Et même ça, ça ne suffira pas forcément mais il faut bien au moins tout ça, c’est certain. Après, il faut quand même dire (ou oublier de dire dans ce cas mais Art et moi n’avons pas les mêmes philosophies de vie de toutes évidences) que la lutte contre la Garde rouge et le SHIELD n’est pas forcément le vrai but de l’organisation criminelle. Mais eh c’est un super argument de vente et ça les pose bien dans le game, surtout qu’ils doivent en passer par là pour gagner en puissance. C’est un petit oubli pas bien méchant en somme qui ne change pas les faits : le SHIELD et le gouvernement sont les ennemis d’Hydra.

Keith n’avait sûrement pas besoin d’entendre ces arguments-là ceci dit parce qu’il en est déjà arrivé à une conclusion. Il réfléchit vite l’avocat, ce n’est pas pour rien qu’il a tapé dans l’œil du français. Bon d’accord c’est aussi parce qu’il est canon, mais pas que ! « Et si... Et si, je vous rejoignais? Un avocat ne serait pas de trop non? Je ne dis pas que je compte démissionner du cabinet mais. Je pourrai travailler sur deux fronts. Qu'est-ce que tu en penses? » Arthur esquisse un sourire bien que ce recrutement-là ne soit définitivement pas comme les autres. Oui, il adorerait avoir Keith à ses côtés à Hydra, à vrai dire il adore avoir le brun à ses côtés n’importe où, mais ce n’est clairement pas une décision à prendre à la légère. Il ne manquerait plus qu’il doute puis regrette, ça serait bon pour qu’il lui en veille de l’avoir mis dans cette situation... parce qu’une fois à Hydra, on en part pas si facilement. Arthur s’arrête de marcher et tire sur sa cigarette alors qu’il ne perd pas l’avocat du regard. Il ne le fait jamais et pourtant le skater demande, tout en perdant son sourire devenant bizarrement soudainement sérieux. « T’es sûr de toi ? » Il expire et de légères volutes de fumée s’envolent dans les airs. Son éternel air détaché revient peu à peu, le faisant reprendre son naturel désinvolte alors qu’il poursuit. « C’est pas que ça m’emmerde hein. En plus y’aurait genre masse de boulot pour toi. » Il s’arrête et un petit sourire en coin apparaît sur son visage. « Puis moi je kifferais. » Héhéhéhehé *zbaff*. « Mais juste... t’es sûr ? » Il tire à nouveau sur sa cigarette et il scrute la réaction de Keith. C’est surement là qu’il jugera si oui ou non, ce dernier est vraiment prêt pour le grand saut. C’est une question de feeling tout simplement. Après, on doute grandement que le feeling ne passe pas entre Keith et Art même sur ce point-là, après tout, tout dans leur relation est une question d’alchimie. De base, l’un comme l’autre n’est même pas du genre à se poser, Art encore moins que Keith peut être, alors ça veut tout dire. Au final, c’est déjà tout vu.



Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Keith Ferell
Humain
Keith Ferell


https://houseofm.forumactif.org/t3425-keith-ferell https://houseofm.forumactif.org/t1395-keith-ferell
More about you : Come to me now [Pv Keith et Arthur] E88r

Codename : Flash
Pouvoirs : Keith possède un arc magique. Il apparait quand il en a besoin (et peut même parfois disparaitre à sa guise)
Emergence :
Come to me now [Pv Keith et Arthur] Fonddr115 / 55 / 5Come to me now [Pv Keith et Arthur] Fonddr11
Maitrise :
Come to me now [Pv Keith et Arthur] Fonddr110 / 50 / 5Come to me now [Pv Keith et Arthur] Fonddr11
Messages : 1294
DCs : Artémia - Malik - Kwan - Tao - Jay - Taïs - Junno - Alaric - Simon - Kelsey - Russel - Lauren - Yong-Sun

Ven 19 Jan - 18:39
 

 Come to me now

FT. Arthur

« Des agents genre tarés psychopathe over entraînés, des thunes de dingue, des agents double de partout et des putains de stratèges. Et faut bien ça contre le SHIELD ! » En vérité, jusque là Keith n'avait jamais rien eu contre le SHIELD. Si la première fois, il avait accepté de travailler pour Hydra sur un dossier, c'était uniquement pour lui. Pour son but et ambition personnel. Pour Arthur aussi qui avait su le séduire autant que le convaincre. Or là. Là, c'était différent. Certes, il pensait toujours à son avenir. Car s'il pouvait escalader les échelons de cette façon, il le ferait sans l'ombre d'une hésitation. Mais il y avait eu ce festival. Ce foutu festival et cette rafle de grande envergure qui avait titillé un peu trop sa colère. Ses nerfs de plus en plus à vif.

Ce n'était pas une décision prise à la légère. Ou peut-être un peu. Qui sait. Keith n'en savait rien en fait. Sa blessure le tiraillait. Il se posait de nombreuses questions et tout le menaient à cette solution. Pourtant, il savait que l'organisation était tout sauf "légale". Il connaissait leur histoire, leur but. Il en avait déjà entendu parlé au cabinet après l'attaque qui avait eu lieu au Pegasus. Il aurait pu largement se rétracter. Continuer à faire sa vie normalement et garder uniquement Arthur comme lien avec Hydra. Mais ce n'était pas ce qu'il voulait. Non, au plus profond de lui, ce n'était pas ce qu'il souhaitait. Pas maintenant. Pas après avoir passé une nuit à l'hôpital, à ruminer ce qui venait de se passer.

« T’es sûr de toi ? » Les dires de son petit-ami le tirèrent de ses pensées. Immobile, silencieux, l'avocat fronça très légèrement les sourcils et se redressa, grimaçant dès lors que sa douleur aux côtes se réveilla. Le skater continua alors sur sa lancée, tout en tirant nonchalamment sur sa cigarette. Il avait l'air si sérieux en lui posant cette question. A croire que son bel adonis s'inquiétait vraiment pour lui. Un sourire étira les lèvres du brun et il s'autorisa même à sortir lui aussi son paquet de sa veste, pour en extirper une clope et la porter à sa bouche.

Depuis qu'il connaissait Arthur, beaucoup de chose avait changé en lui. Oh oui et pas qu'en bien. Il le sentait. Toutefois, justement, il ne s'était jamais senti aussi bien, aussi libre d'être ce qu'il était. Certes, des cauchemars commençaient à apparaitre. Lentement. Il commençait à ressentir des sensations étranges, flippantes parfois quand elles n'étaient pas surréalistes mais en un regard, un instant passé en la compagnie du skater et il parvenait presque à tout oublier.

Une forte alchimie existait entre eux, c'était inéluctable. Keith ne pouvait plus s'en passer et visiblement, il semblerait que ce soit la même chose pour son petit-ami. Alors quand ce dernier lui reposa la question, en scrutant chacune de ses réactions, le brun alluma sa cigarette et tira une taffe puis deux avant de s'avancer vers lui.

Plus de doute possible, c'était ce qu'il voulait. Sensuellement, avec une certaine lenteur, il se rapprocha encore plus jusqu'à ce que son torse soit presque collé à celui d'Arthur. Puis, les yeux ancrés dans les siens, il posa une main sur sa taille et susurra, faisant abstraction de sa blessure qui lui indiquait pourtant de ne pas trop forcer sur ses mouvements.
- J'en suis certain. Arth. Je veux le faire, vraiment. Dès maintenant si c'est possible.

Son ton était rauque, grave. Tout en collant son front au sien, il marqua un silence et ferma les yeux, juste une seconde. Assez pour sentir la chaleur agréable du skater. Il en avait rien à faire de ce qui se passait autour d'eux. Il en avait rien à faire que les passants les regardaient parfois d'un air sceptique ou gêné. Seul comptait l'instant présent et le tournant qu'allait prendre sa vie désormais.

Après ces quelques instants de silence, Keith finit par se détacher légèrement de son petit ami, un sourire amusé aux lèvres.
- C'est moi ou tu t'inquiète vraiment pour mes fesses?
(c) proserpina
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Dim 4 Fév - 14:08
Come to me now
Keith et Arthur

Oui, il lui demande s’il est sûr de lui. Ce n’est pas vraiment qu'il s'inquiète pour Keith. Ce n’est pas vraiment qu'il trouve cette décision trop hâtée non plus. C'est juste qu'il a besoin de savoir que ce n'est pas dit à la légère. Lui-même semble prendre cela pour un jeu, et ça l'est la plupart du temps. Après tout, il est tranquille depuis le magasin de skate ou au skatepark. Il a juste à s'amuser avec les esprits des autres, y implanter une idée, la faire pousser et récolter les graines quelques temps après. C'est son truc à lui, et oui, il trouve ça fun. Parce qu’il est du genre vif d'esprit et qu’il a un don pour la manipulation. Alors oui, il est posé tranquillou, à l’abri du danger, mais il a bien conscience que Hydra c'est bien plus que ça et son rôle dans l’organisation aussi. Il joue avec des vies, les envoie au casse-pipe, aide une bande d'enfoirés sans scrupules. Mais hé, il n’a jamais dit qu'il était quelqu'un de bien lui.

Au moment où Keith le regarde, il sait qu'il n'aurait pas dû poser cette question. Il n'aime pas ça, passer pour quelqu'un qui s'inquiète de quoique ce soit. Ça ne lui ressemble pas, mais ça encore c'est peut être devenu faux, comme tant d'autres choses depuis qu'il connait l’avocat. Peut-être que c'est pour un bien d'ailleurs, mais en l’admettra jamais. Il peut être aussi con qu'il peut être malin. C'est un savant mélange dont personne n'a le secret, même pas lui d'ailleurs. Manquerait plus qu'il se pose des questions existentielles tiens. Il n'a pas que ça à foutre de ses journées quoi. Donc oui, ça le gène de s'être fait griller, sans savoir pourquoi, mais le regard que prend Keith lui enlève bien vite cette idée de la tête. L'avocat a cet air qu'il a parfois, celui qui le rend affreusement sexy. Il s'approche de lui et Art esquisse un sourire en coin, visiblement ravi de la tournure que prend les évènements. Le grand brun se contente pourtant de le titiller, collant son corps musclé au sien, passant une main sur sa taille. La peau d'Arthur s'électrise presqu'instantanément. Même après plusieurs mois passés avec Keith, il ne s'en lasse pas et l'alchimie des corps est toujours aussi forte. Keith pose son front sur le sien et lui n'a qu'une envie, c'est de l'embrasser. « J'en suis certain. Arth. Je veux le faire, vraiment. Dès maintenant si c'est possible. » Il plonge son regard chocolat dans celui du blessé et tout ce qu'il se dit c'est que, putain, il adore ses yeux. Bon, ça ne vole pas haut mais, histoire d'en revenir à nos moutons, il veut bien le croire. De toute façon, il croit connaître assez bien Keith maintenant pour savoir qu'il n'est pas du genre à balancer des paroles en l'air. Il adore cette facette-là de sa personnalité, ça contraste tellement avec la sienne. Sa main libre de toute cigarette vient se poser sur sa joue et ses yeux, eux, se posent sur ces lèvres qu'il voudrait attrapes avec les siennes. Et pourtant à la place, il se contente de lâcher un petit rire. Ya que lui pour trouver ça drôle. « Ok. » Adjugé vendu, que les portes d'Hydra lui soient ouvertes.

Keith se détache de lui pour son regret d'ailleurs. L’avocat a un air amusé sur le visage et Art sait déjà de quoi il va en retourner. Il porte sa clope à ses lèvres et lèvent les yeux au ciel presque par avance, lui aussi ayant pourtant un petit sourire aux lèvres bien que ça l'amuse bien moins que Keith. « C'est moi ou tu t'inquiètes vraiment pour mes fesses? » Oui boooon. On dira que c'est lui hein. Arthur ne s'inquiète pour personne, si ce n'est pour lui dans les cas les plus extrêmes. Ceci dit, autant il n’a pas trop envie d'avouer que la remarque précédente est passablement fausse, autant il prend généralement tout à la rigolade. Ce petit talent l'aide à se sortir de toutes les situations, des plus sérieuses aux plus intimes, comme celle-ci. Aussi, c'est à son tour de se coller à Keith à qui il pose la main aux fesses, carrément, le tout en rigolant. « Hé c'est ma propriété non ? » Son regard est pétillant de malice et il n'y tient plus et l'embrasse sans demander son reste.

Quand il s'éloigne à nouveau de lui, c'est toujours avec ce petit sourire. On le laisserait faire et il le dévorerait tout cru. Bon peut être pas là tout de suite devant tout le monde. Certes il aime bien pimenter sa vie sexuelle en faisant ça dans des endroits inhabituels mais il n'est pas pour autant un exhibitionniste ou quoi. De toutes façons, avec la blessure de Keith, ça n’est sûrement pas recommandée. Fais chier la vie. Il tire à nouveau sur sa cigarette, passe une main dans ses cheveux pour les remettre en place et en revient au sujet de conversation initial. « Bon, par contre te trainer à Hydra tout de suite, tout de suite... Tu veux pas plutôt qu'on aille manger un truc ? J'ai grave la dalle. » Bon, basiquement, Art a toujours plus ou moins un petit creux, surtout quand Keith est là pour l'inviter. C'est ridicule d'ailleurs parce qu’Art est bourré de thunes mais il dépense la plupart de ses revenus en soirées alcoolisées, en trucs fun ou tout simplement en cocaïne, surtout que, dernièrement, il n'a pas fait beaucoup de compét pour remplir son compte en banque. Il est sûrement trop occupé à s'amuser... « Allez viens, y’a un Burger King là-bas. » Ça tombe tellement bien ça !


Made by Neon Demon


RP TERMINE
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
Come to me now [Pv Keith et Arthur]
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Page 1 sur 1

House of M :: VOL. N°I :: RPs abandonnés-
Sauter vers: