RSS
RSS
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

A thousand days slowly drifting away • AELYS&LENA
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Lena Thaummes
Hybride
Lena Thaummes


https://houseofm.forumactif.org/t3771-throw-my-heart-to-the-wolves-at-the-door-o-lena https://houseofm.forumactif.org/t3704-the-soul-that-sees-beauty-m
More about you :
A thousand days slowly drifting away • AELYS&LENA Tumblr_n7l5gtURol1r2hr2co1_500

Codename : Healer
Pouvoirs : Longévité plus prononcée. Insensible au temps et au vieillissement. Faible immunité et loin de l'immortalité. Réflexes et sens plus aiguisés. Sa force est décuplée, son endurance plus importante et son énergie plus poussée. Vision nocturne pour la guider. Transformations conscientes par les nuits de pleine lune.

A thousand days slowly drifting away • AELYS&LENA 1tj0
Emergence :
A thousand days slowly drifting away • AELYS&LENA Fonddr111 / 51 / 5A thousand days slowly drifting away • AELYS&LENA Fonddr11
Maitrise :
A thousand days slowly drifting away • AELYS&LENA Fonddr111 / 51 / 5A thousand days slowly drifting away • AELYS&LENA Fonddr11
Messages : 162
DCs : Amaury, Morgan, Ryan, Hailey, Moran, Eames, Nathan, Terrence & Eden

Lun 27 Mai - 19:09




A thousand days slowly drifting away

Beyond the sea, someone you used to be. The many faces of truth, so far away. When there's nothing to gain and everything else to lose.

Le silence imprègne l'endroit confiné, de quelques rares échos perturbant pourtant l'absence de sonorité. Ambiance sereine, quand bien même une fugace angoisse s'épanche en les entrailles comprimées. Un soupir s'échappe de ses lèvres entrouvertes, une moue songeuse étirée, dépeinte sur ses traits. Lena darde ses iris colorés sur le paysage qui contraste par-delà le hublot. Découvrant à nouveau la familiarité des lieux qu'elle va bientôt refouler. Ses souvenirs remontent lentement à la surface, effleurant les contours de son esprit. Le visage de ses proches s'imprimant à l'arrière de ses paupières, dès lors qu'elles sont fermées. Un maigre sourire tiraille le coin de ses lèvres, tandis qu'elle se replonge en cette mémoire passée. Savourant distraitement la sensation qui déferle en elle, à l'idée de retrouver ces figures familières. Ces individus qu'elle considère comme une famille. Certains ne sont pas au courant qu'elle revient à Genosha, et la belle ne s'en formalise pas plus que cela. En un sens, cela lui permet d'également en faire la surprise, de débarquer quasiment à l'improviste. Assister ainsi à un débordement d'émotions qu'elle partagera sans indécisions. La seule qui est au courant de son retour, en dehors de Toma et des enfants, est la plus importante à ses yeux. Sa meilleure amie, qu'elle a toujours soutenu peu importe le prix à payer. Celle, qu'elle n'a jamais souhaité abandonner. Mais à qui elle a dû tourner le dos par deux fois ; la première en s'engageant au sein d'Hydra, et la seconde, pour son départ précipité. Lena souffle lourdement en fermant les yeux, s'adossant plus à même contre son siège. Elle a bien évidemment effectué ses adieux avant de s'en aller, mais l'empressement l'ayant transportée l'avait aveuglé il y a quelques mois de cela. La belle n'a pas remis en question son jugement, ou même sa volonté. Obligée de se retirer pour retrouver sa mère, défunte désormais. Lena a réalisé un choix qui lui a coûté, et même si cela la blesse, elle sait qu'elle serait prête à recommencer. Les seules attaches au loin qui lui restent résident en Toma et les deux petits ayant bien grandi. Et pour eux, elle est capable de tout. De refaire demi-tour, tout comme d'affronter monts et marées. Mais ses sentiments pour ses proches sur l'Île sont d'autant plus forts, si pas égaux, que pour ceux outre-océanique. Tiraillement entre deux continents, deux pays. Déchirement qu'elle tente de combler.

Les minutes s'écoulent alors qu'elle doit s'accrocher. Ceinture enserrée autour de sa silhouette, tandis que l'avion est en train de se déposer. D'atterrir, enfin, sur l'Île dans l’Océan Indien. Les secousses la font tressauter, mais elle ne s'en est pas formalisée. Habituée aux tremblements qui suivent cet instant. La brune suit les mouvements qu'elle a mémorisé et patiente jusqu'à arrêt complet de l'appareil motorisé. Les hôtesses et stewards s'amènent ainsi, leur intimant que les passagers peuvent désormais se lever et s'en aller. Lena se redresse prestement et entame sa sortie précipitée. Une nervosité certaine s'installe sourdement, alors qu'elle arpente les différentes allées et couloirs, jusqu'à se retrouver en dehors de la zone de débarquement. S'arrêtant près des bagages qui ne vont pas tarder à être disposés. Sa jambe tressaute nerveusement tandis qu'elle se mordille les lèvres, les bras croisés contre sa poitrine. Une anxiété s'amène, alors qu'elle imagine déjà sans peine le visage de sa meilleure amie. Lena sait que des explications vont devoir se faire, qu'elle a des choses à confier. Des secrets à avouer, à celle qui représente tout pour elle. Elle ne peut y échapper éternellement, quand bien même elle aurait aimé. A nouveau un soupir glisse sur sa langue alors qu'elle déglutit difficilement. Avec un peu de chance, elle peut évincer ce moment jusqu'à la dernière seconde, et profiter d'un temps de répit. D'un instant où elle peut souffler, et simplement apprécier la compagnie d'Aelys. C'est ce qu'elle souhaite de tout cœur, ce à quoi elle aspire sincèrement. Même si le poids qui la ronge au creux de sa cage thoracique ne fait que s'alourdir, tel des péchés inavoués. Les remords grignotent ses barrages, ses barrières érigées, et la belle ne s'est jamais sentie aussi exposée. Aussi ébranlée et désarmée. Fragilisée par les regrets, de ces choses qu'elle a fait par le passé. Qu'elle a commis pour une idée bien trop différente d'elle. Trop grande et trop étouffante. Oppressante.

Lena perd la notion de temps, fuit en ses pensées. Plonge son regard dans le vide, s'inscrit dans l'immuabilité. Ce n'est que lorsqu'elle sent quelqu'un la bousculer, qu'elle revient à elle, et s'ancre à la réalité. Secouant la tête, en lançant un regard noirci à l'individu qui l'a touchée. Regarde où tu vas, connard. Elle grogne entre ses dents, de frustration. Putain. Son attention se recentre sur les valises qui défilent, alors qu'elle bouillonne d'aversion envers l'homme qui ne l'a au final, même pas remarquée. Sa respiration se fait plus prononcée, expiration par le nez, longue et soufflée. Alors qu'elle s'attarde sur ses bagages qui viennent d'arriver devant elle. Sans plus tarder, Lena les récupère avec empressement et se détourne de cet endroit trop chargé pour elle. Tentant de se calmer et de faire le vide dans son esprit, avant d'arriver dans le hall. Peine perdue, mais à moitié réussie pourtant. Une figure familière dans la foule, alors qu'elle darde ses iris parmi le peuple présent. La vision de ce visage la calme instantanément. Mais ne tarit par les remords qui affluent encore. Lena sent ses lèvres s'étirer doucement, malgré l'éclat fade en son regard. Et bien que ses yeux ne sont pas aussi brillants que son sourire, cela n'en efface pas moins la sincérité. La belle s'approche d'Aelys, qui a reconnu ses contours particuliers dès son arrivée dans la zone d'entrée. Hey. Délaissant sa valise à quelques pas d'elle, pour la prendre dans ses bras, lui sauter au cou. Lui témoignant une affection qui ne changera jamais. Une amitié qui perdure dans le temps, et ne s'altère sous aucun jugement. Lena enserre son amie dans sa prise, ses poings se refermant doucement. Son visage posé sur une épaule offerte, tandis qu'elle hume la fragrance qui se dégage de sa colocataire. Tu m'as manquée. C'est tout ce qu'elle peut articuler dans un soupir, avec ses lèvres quasiment contre le tissu du haut de son amie. Des condoléances sont prononcées et la brune se crispe légèrement, tandis que ses lèvres tremblent fébrilement. Lena s'accroche à elle et déverse silencieusement ces sentiments qui l'assaillent brusquement. Elle fait durer l'embrassade aussi longtemps qu'elle le peut, profitant de la présence de la belle, de son soutien sempiternel. Mais le contact perduré ne peut s'évertuer à continuer, et c'est à contre-cœur que la brune se met à reculer. Ses mains glissent sur les bras de son amie, attrapant ses poignets. Y exerçant une légère pression, pour la remercier. La remercier d'être toujours là pour elle, d'être venue ici pour la récupérer, d'avoir la patience dont Lena ne dispose point. Et surtout, pour être son roc, son rocher dans la tempête qu'est sa vie. Merci. Lena souffle du bout des lèvres en un murmure à moitié prononcé, et relâche les poignets d'Aelys. Se reculant lentement pour récupérer sa valise, et l'apporter à ses côtés. Elle renifle doucement, avant de reporter son attention sur le visage familier qu'elle a toujours apprécié. J'ai eu des échos de ce qu'il c'est passé... Elle pince les lèvres, soucieuse, une moue compatissante étirant ses traits. Toi, ça va ? Les gamins vont bien ? Et le chat... ?

love.disaster

___

Hold on to the light
If it means the death of me, I won't let go. And if I'm lost in the worlds shadows I'll use the light that comes to me from your halo. GREY WIND
Revenir en haut Aller en bas
Aelys Cantela
Humain modifié
Aelys Cantela


https://houseofm.forumactif.org/t2221-aelys-once-upon-a-time https://houseofm.forumactif.org/t2187-aelys-i-thought-i-knew-ever
More about you : A thousand days slowly drifting away • AELYS&LENA Yy46gbkv

A savoir :
- des cicatrices, tracées sinueux et en forme de demi-lunes, sont apposées sur tout le corps d'Aelys. Deux sont plus luisantes que les autres, une au niveau du cou et au niveau du poignet. Les autres sont entièrement réparties sur son corps.
- Les cicatrices de morsures et griffures des loups et d'Alaric, avant-génosha, ont poussé Aelys à adopter un style pour le moins original. Son bras droit entièrement couvert, à l'inverse du gauche, et son cou toujours orné d'un foulard, par tous temps et toutes saisons.
Codename : Moodybloon
Pouvoirs : Chamane : connaissance des plantes, qui lui permet de préparer des potions aux aspects guérisseurs.
Communication et lien sacré avec l'au-delà et l'esprits des morts.
A thousand days slowly drifting away • AELYS&LENA Y4geasls
Vampire : force surhumaine - Guérison accélération, régénération - jeunesse apparente éternelle -
Pouvoirs surnaturels : hypnose sur les humains - forme d'une louve ou chauve souris - peut demeurer au soleil grâce à ses connaissances en tant que chaman.
Faiblesse : ne peut entrer chez quelqu'un sans y être invité - aversion envers ail et signes religieux - soif de sang incommensurable - peut être tuée par un pieu en bois ou en argent s'il lui transperce le coeur.

Emergence :
A thousand days slowly drifting away • AELYS&LENA Fonddr114 / 54 / 5A thousand days slowly drifting away • AELYS&LENA Fonddr11
Maitrise :
A thousand days slowly drifting away • AELYS&LENA Fonddr112 / 52 / 5A thousand days slowly drifting away • AELYS&LENA Fonddr11
Messages : 366
DCs : Daisy Skye Johnson / Nikki Ren / Kaine Reilly / Aidan Bowman / Gwen Stacy / Avery Burnham / Klaus Caglar / Matthew Denvers / Heather Scarpetta / Isaac Torres / Luke Cage-Jones

Sam 1 Juin - 17:24
A thousand days slowly drifting awayLe paysage qui défile subtilement par les vitres à peine entre-ouvertes. Les lunettes de soleil qui ornent le visage toujours aussi lisse, et également un peu plus pâle que la normale. Malgré l’apparence frêle de la conductrice, pourtant, un sourire étire légèrement ses lèvres. Un contentement certain est éprouvé à l’idée de retrouver une âme tant adulée. Passé et présent qui s’emmêlent alors, tandis que certains souvenirs remontent à la surface, loin d’être oubliés. Les chemins des deux femmes, à jamais, sont destinés à être partagés. Aelys a finit par réaliser qu’elle ne pouvait décemment point exister si Lena ne demeurait pas à ses côtés. Aujourd’hui représente alors un jour nouveau, important, unique également. Un espoir retrouvé, une flamme ravivée en dépit des derniers événements traversés. Une ombre voile d’ailleurs les iris cachés derrière les verres teintés. Le rappel cuisant du chasseur et de ses crimes multipliés est bien trop présent, bien trop ancré. Le chaos ambiant, subit par l’île dans sa totalité, pèse également sur les épaules alourdies de la mentaliste, de plus en plus appelée. Les affaires s’additionnent, pile de dossiers qui attend d’être exploitée sur le bureau soigneusement rangé. Atmosphère poisseuse et pressante sur Genosha, qui noircit le ciel à vue d’œil. Les choses sont loin de s’améliorer sur cette île jadis considérée comme paradisiaque. L’enfer, dorénavant, se déchaîne. Plus rien n’a de sens alors que l’île sombre dans une violence évidente. La Miss Cantela elle-même a du mal à saisir la brutalité qui règne dans les environs, qu’ils soient proches ou éloignés. La medium, elle-même perturbée par les mémoires de sa vie passée, ne sait point où se positionner. Le massacre est là, à simple portée. Les guerres se déclenchent, de tous les côtés. Les plus grandes organisations de ce monde s’affrontent, au même titre que le peuple se révoltent. Et parmi ces différents partis, existent encore ces personnes, de plus en plus rares, qui ne prônent qu’à une vie pacifiée, pour tout le monde sans différenciation aucune. Mais plus le temps avance, plus les jours s’écoulent, et plus l’idéologie revêt un attrait utopique. La paix, c’était ainsi que Genosha était représentée, fut un temps désormais méprisé. Havre où il faisait bon de se poser, de se réfugier. Aujourd’hui, ce n’est rien de plus qu’un énième continent attaqué de toutes parts, divisé par la population comme par les autorités. Le monde n’a pas de pitié, et l’île ne peut en réchapper. Encore moins les habitants qui souhaitent avancer mais qui se révèlent bloqués dans un passé si habilement manipulé. Cité abandonnée, c’est ainsi une cause perdue qui est révélée.

Pour autant, la medium ne souhaite pas se laisser aller à ses plus torturées pensées. Elle est suffisamment tourmentée par le quotidien, pour céder encore et toujours à ce cataclysme ambiant. Aujourd’hui doit être l’exception. Jour unique où la moitié est retournée sur l’île enchevêtrée, où l’élue de l’âme reprend sa place attitrée. Aelys ne peut accueillir sa meilleure amie, son accompagnatrice de toutes les aventures éprouvées, par des traits concernés et sempiternellement inquiétés. La jeune femme doit user de toutes ses capacités, de son propre métier, pour afficher la meilleure prestance qu’il se doit. Lena a assez subi d’épreuves de son côté pour lui rajouter du chagrin et de la culpabilité sur ses épaules. Déjà, à mesure que la route la rapproche de l’aéroport, la jeune femme peut se sentir entourée d’une triste aura. Son amie est endeuillée, humainement entourée par un déchirement de la vie qui a cessé auprès d’un être aimé. Si la vision de l’au-delà ne s’est pas présentée à la jeune femme, son cœur peut déjà se tordre en réaction à la souffrance endurée. Le regret tord un bref instant le visage de la conductrice. Désolée de n’avoir pu être présente auprès de son amie lorsqu’elle a été forcée de formuler des adieux étranglés. Mais elle s’en fait la promesse silencieuse, au moment même où elle parvient au parking recherché. Aelys saura se montrer présente, et se rattraper pour le temps perdu et les actes manqués. Rien ne rendrait plus heureuse la medium que ne faire à nouveau plus qu’un avec son amie de toujours. Celle qui connait chaque pan de sa vie, au moindre détail près. Celle qui l’a assisté dans ses démarches d’adoption avec la famille Reilly, celle qui osé supporter la création difficile, mais qui sera toujours appréciée, d’une famille recomposée, unie par la cruauté de la vie durement expérimentée. L’infirmière a toujours été là pour la mentaliste, et aujourd’hui les rôles se sont inversés. Qu’importe la distance, qu’importe le temps écoulé. La brune ne fera rien d’autre que de soutenir, encore et toujours, pour la perpétuité, son amie et alliée. Lena est sa famille, Lena est cette perle unique qui aura toujours une place dans sa vie. Le débarquement sur Genosha a longtemps été attendu par Aelys, qui n’a eu de cesse d’écrire, sans toujours les envoyer, des lettres à sa moitié. Espérant secrètement qu’elle lui revienne, qu’elle partage à nouveau sa vie, qu’elles échangent à nouveau des confidences sur le canapé. Et désormais, ce jour est arrivé. Le voilà enfin, ce moment tellement retardé. La mentaliste quitte enfin sa voiture, franchit les grandes baies vitrées qui participent à l’allure singulière de l’aéroport. Ses lunettes de soleil quittent son nez pour se ranger doucement à son col de t-shirt. Ses sourcils se froncent tandis qu’elle s’enquiert de l’heure d’arrivée. Cet horaire vérifié à plusieurs reprises mais qui inquiètera éternellement la jeune femme tant qu’elle n’aura eu confirmation de l’atterrissage effectué. Mais les panneaux d’affichage ne tardent pas à répondre à ses appréhensions et interrogations. Projetant aussitôt Aelys, qui n’attendait que ça, vers la tant souhaitée direction.

Les minutes s’écoulent encore, toutefois. L’attente est de plus en plus longue alors pourtant que les secondes s’égrènent et que les mètres sont certainement bravés. Des personnes, également soumises à une certaine précipitation, bousculent Aelys qui ne s’en formalise pas. Ses dents se dévoilent un peu plus face à l’observation de retrouvailles de différents étrangers. Emotion énigmatique qui saisit alors la medium par la gorge, yeux voilés d’où perle une certaine humidité. Et enfin, la voilà. Enfin, elle l’aperçoit. La réunion peut enfin être pleinement entamée, tandis que le pas de la brune se fait plus pressant. Vivacité à peine ressentie quand, pourtant, les bras d’Aelys se referment sur le corps de la belle recherchée. Un rire presque sot est émis, réaction fébrile à celle qu’elle étreint fortement. S’assurant que son corps est réel, que l’amie a finalement rejoint son chemin. Les sentiments cèdent tour à tour, ainsi, entre rires et pleurs. Condoléance énoncée, certitude annoncée. Monde meilleur qui attend l’aimé de l’autre côté, réconfort apporté que là-bas, Lena est l’objet de toutes les fiertés. « Je suis si contente de te retrouver. » Sa voix à elle qui se manifeste, Aelys qui ne tarde plus à parler en son propre nom. L’étreinte perdure encore un peu, les larmes qui manquent de couler sont discrètement et rapidement effacées. Néanmoins, l’une et l’autre se reculent quelque peu, et Aelys prend la main de Lena, qu’elle presse doucement. Un sourire délicat accompagne le mouvement, et elle en profite pour récupérer adroitement la valise de l’amie éreintée. « Je t’en prie. Tu n’as pas à remercier. » Promesse silencieuse qui perdure dans ces regards qui refusent désormais de se quitter. Pour autant, elles ne peuvent éternellement rester plantées à même le milieu du hall principal. Tout doucement, elles se mettent à décoller, la medium invitant l’ambulancière à la suivre parmi une foule de touristes et résidents amassée. Malgré tout, quelque peu sur le côté, elle est forcée de s’arrêter. Faisant à nouveau face à Lena alors que des questions sont légitimement posées. Les larmes apparaissent de plus belle, et cette fois-ci, Aelys autorise l’une d’entre elles à couler sur sa joue. « Oh Lena… Je suis tellement désolée. Le chat nous a quittées. » Elle n’a pas osé lui avouer plus tôt, refusant de lui infliger un deuil nouveau. Mais désormais, Aelys ne peut échapper aux vérités qui méritent d’être exprimées. « Il est parti apaisé. Je l’ai aidé à s’endormir, et son sommeil a fini par s’éterniser. » Des jours qu’elle avait préparé le triste moment, l’obligé sort. Soignant l’atmosphère et la pièce dédiée à accueillir symboliquement la mort. Aelys pose la valise au sol pour emmêler ses doigts à ceux de la belle en face d’elle. Laissant l’émotion de l’instant les transpercer légèrement. « J’ai demeuré à ses côtés tout du long. Et je te promets qu’il sait que tu étais avec lui également. » Les croyances et particularités de la medium ne peuvent être ignorées dans une situation ainsi poignante. Malgré tout, la mort ne peut demeurer l’objet de toutes les pensées, et la jeune femme souffle, forcée de se confesser, de moitié. « Ces derniers mois ont été durs, Lena. Si tu savais. J’ai tellement de choses à te dire et je ne sais même pas par quoi commencer. » Acharnement du sort, sur l’île toute entière, sur chacun de ses habitants. Genosha ne représentant pourtant qu’une infime parcelle du monde les recouvrant. « J’imagine que toi aussi, tu as des choses à raconter. Viens, allons-nous poser. On discutera en route. » Il est temps de laisser les esprits se perdre dans leur oasis s’ils veulent, enfin, se confier.    

© 2981 12289 0

___

    A World full of Monsters and Lies
    HIDDEN TRUTH MUST FIND A WAY IN. SEE HOW FRIENDS ARE FOES, HOW DARKNESS REIGNS INSIDE YOUR HEART. roller coaster
    Revenir en haut Aller en bas
    Lena Thaummes
    Hybride
    Lena Thaummes


    https://houseofm.forumactif.org/t3771-throw-my-heart-to-the-wolves-at-the-door-o-lena https://houseofm.forumactif.org/t3704-the-soul-that-sees-beauty-m
    More about you :
    A thousand days slowly drifting away • AELYS&LENA Tumblr_n7l5gtURol1r2hr2co1_500

    Codename : Healer
    Pouvoirs : Longévité plus prononcée. Insensible au temps et au vieillissement. Faible immunité et loin de l'immortalité. Réflexes et sens plus aiguisés. Sa force est décuplée, son endurance plus importante et son énergie plus poussée. Vision nocturne pour la guider. Transformations conscientes par les nuits de pleine lune.

    A thousand days slowly drifting away • AELYS&LENA 1tj0
    Emergence :
    A thousand days slowly drifting away • AELYS&LENA Fonddr111 / 51 / 5A thousand days slowly drifting away • AELYS&LENA Fonddr11
    Maitrise :
    A thousand days slowly drifting away • AELYS&LENA Fonddr111 / 51 / 5A thousand days slowly drifting away • AELYS&LENA Fonddr11
    Messages : 162
    DCs : Amaury, Morgan, Ryan, Hailey, Moran, Eames, Nathan, Terrence & Eden

    Mer 12 Juin - 21:16



    A thousand days slowly drifting away

    Beyond the sea, someone you used to be. The many faces of truth, so far away. When there's nothing to gain and everything else to lose.

    Le réconfort de sentir cette présence autour d'elle. De pouvoir compter sur l'être si chaleureusement enlacé. Cette personne, qu'elle a depuis toujours aimée. Aelys, son ancrage à la réalité. Sa meilleure amie qui n'a jamais failli. Son contact contre sa peau, une douceur qui apaise le tourment l'empoignant. Lena renifle amèrement, incapable de réprimer les perles salées qui ornent le coin de ses yeux. Humidité voilant ses iris embrumés, floutant légèrement le décor qui s'anime au delà. La belle ne discerne que son amie, et ses bras qui l'entourent avec tendresse. Sa voix la caressant avec douceur, tout autant que son toucher. Une affection si précieuse, déversée entre les corps enlacés. Un sentiment qui berce la brune tandis qu'elle s'épanche en une immuabilité. Tentant d'évincer ses propres pensées, d'éloigner ses souvenirs encore trop frais. Lena se recule en reniflant doucement, passant ses doigts sous ses paupières afin d'écumer les perles salées égarées. Un rire nerveux lui échappant alors qu'elle remercie sa meilleure amie d'être venue la chercher. Aelys est tout aussi chamboulée et touchée qu'elle ne l'est, mais la voir ainsi prostrée, se tenant droite au possible, a de quoi la rassurer. La belle offre sa présence si acceptée, mais également cette épaule sur laquelle la brune peut pleurer. Écouler les larmes à n'en plus finir, évacuer la détresse qui ronge ses organes avec ardeur. La rancœur, le désespoir, des ombres qui tourmentent encore Lena. De vieux démons qui refont surface, pour tenter de la faire couler. De l'emporter dans les profondeurs de son esprit, vers ces limbes desquelles elle ne peut réchapper. Pas sans y laisser une part d'elle, qu'elle risque de ne plus jamais retrouver.

    La main de la médium entoure le poignet de la brune, qui émet un léger sourire en relevant le visage vers la belle. Une promesse silencieuse que tout va bien aller. Qu'elle va prendre le temps qu'il lui faudra pour faire son deuil si désolé, avant de se reprendre en main et d'avancer. La perte qu'elle a subi est certainement la plus douloureuse qu'elle a eue jusqu'à présent. Malgré les atrocités dont elle a pu être témoin au cours de son existence et de sa carrière, jamais Lena ne s'est sentie autant démunie. Proche de la maladie, et de la personne touchée, et comme éloignée par une barrière invisible à ses yeux. Incapable de faire plus que d'attendre, avec patience, et de voir le jour fatidique arriver. Jour qui a bien fini par se dérouler. Et la belle s'est effondrée à cet instant. Les larmes se sont écoulées tout autant que son âme s'est brisée. Cœur fracturé et être épanché par les failles instaurées. Sa mère, désormais partie, après des adieux déchirants en journée, durant son sommeil en pleine nuitée. En silence, sans un bruit. Alors que la fille agonisait de la perte qui l'endeuillait. Maintenant plus qu'une image assombrie par les insomnies, mais un mirage qui pèse encore trop lourdement sur son esprit. Sa conscience, effleurée par les souvenirs partagés avec l'être autrefois aimé, à présent plus qu'un vestige soumis aux affres du passé. Lena n'est plus à même de réfléchir, n'as pas le cœur de se laisser aller à penser. Mais elle ne peut s'empêcher de vouloir savoir, d'être rassurée sur quelques points délaissés. Curiosité amenée sur l'état des jeunes sous la garde de son amie, ainsi que sur le sien, et celui de leur animal de compagnie. Le vieux matou s'imprègne en son esprit alors qu'elle ferme les paupières en entendant la fatalité. A nouveau, des perles salées écument ses iris, parsèment ses joues en s'y écoulant. Son cœur manque un battement, se taille d'une tierce fissure. Les morceaux amassés tels des tessons de porcelaine. Tenant encore miraculeusement ensemble, par un procédé qui lui échappe sciemment.

    Lena écoute avec attention les paroles de son amie, qui cherche à la rassurer. A lui affirmer que la bête s'est endormie apaisée. Un fait qui rassure la brune, bien qu'elle sent la déchirure s'intensifier. Presque plus de dix ans que l'animal est entré en leur vie. Et désormais il n'en est plus rien. Plus qu'une présence évidée, une coquille disparue. Un vide qui ne peut être rempli. Le constat la peine presque autant que sa perte. Et elle ne peut rien y faire. Seulement contempler ce qui a été, et ce qui sera désormais. Alors la brune hoche simplement la tête, rouvrant les paupières. Recueillant à nouveau les perles salées écoulées du bout de ses doigts. Un poids en sa gorge l'empêchant de pouvoir parler. De s'exprimer sur le remerciement qui brûle sur le bout de sa langue. La sincérité de ses sentiments et de son affection envers l'animal, incapable d'être prononcée. Lena tremble fébrilement dans le hall, parmi la foule qui s'amasse alentour. Secouée par l'annonce mais aussi par le contrecoup instauré. Les doigts de son amie venant s'entrelacer aux siens, alors que la belle exerce une pression sur le dos de sa main. Sa paume échauffée s'accolant à celle d'Aelys, qui la rassure avec bonté et tendresse. Ses lèvres tremblent alors qu'elle s'abreuve de ses paroles, et lui assure qu'elle l'a entendue et compris, d'un nouveau hochement de tête. Une gestuelle hachurée et précipitée par la peine qui l'empoigne. Une douleur qui ne peut disparaître, ne peut être évincée. Souffrance accordée qui la fait succomber. Lena se laisse à s'épancher, laissant s'écouler ces larmes qui ne tarissent jamais. Seule la voix d'Aelys caressant ses tympans la ramène doucement à la réalité. Lui avouant que beaucoup de choses se sont déroulées depuis son départ. La brune se mord les lèvres, détourne le regard en comprenant qu'elle est partie au mauvais moment. Qu'elle aurait dû rester, mais qu'elle aurait perdu autre chose en contrepartie. Une perte pour une autre, un prix trop cher payé. Et la confession à moitié soupirée ne sert même pas à la guider. Lena n'a eu que des échos depuis le Chili, mais aucune certitude malgré les coups de fils poursuivis. Et maintenant qu'elle se trouve enfin sur l'Île, rien ne semble réellement aller. Et elle n'a aucune idée de pourquoi ou du comment. Tout s'est enchaîné, et elle est revenue en pleine tourmente. Dans une attente.

    Aelys propose doucement de l'accompagner à la voiture. D'aller se poser avec tranquillité pour discuter, et s'attarder sur leurs secrets. Echanger les tourments pour apaiser l'âme de l'autre. Un malheur qui pourtant sert autant la belle que la bête. La brune laisse échapper d'une petite voix, son approbation. Okay... Reniflant encore une fois, elle tente de décrisper ses muscles tendus et endoloris. Avançant maladroitement et aveuglément vers la voiture de son amie. Suivant ses pas sans mot dire, sans oser briser le silence qui s'est instauré. Ses pensées se tournant sans qu'elle ne puisse les contrôler, vers le matou qui les a quittées. Ce brave animal depuis longtemps gardé en leur foyer. Foyer qui n'a jamais été ébranlé. Mais qui désormais s'en retrouve pourtant délaissé, d'une présence si choyée. Jamais Lena n'est partie aussi longtemps, et son départ n'a laissé que des séquelles. Des fissures qui semblent impossible à panser. Quand bien même, elle souhaite déposer les onguent et effectuer les soins de ses propres mains. Les affres du passés n'y résident plus, et prennent encore trop de place en l'instant présent, dans la réalité. En cette vérité qui blesse et qui marque au fer rouges les cœurs endoloris. Mais elles peuvent ne pas être éternelles, et Lena compte bien pouvoir apaiser Aelys tout autant qu'elle la calme en ce moment. Une amitié précieuse, si chère à ses yeux. Qui s'inscrit tout autour, et prend tant d'ampleur. Cette place si chère à son cœur, occupée par celle qui est et sera toujours à ses côtés. Une promesse faite de sincérité. Aelys, toujours Aelys. Et personne d'autre. Lena sourit tristement en lui lançant un regard depuis son côté. Ses flancs effleurant les siens alors qu'elles avancent presque timidement jusqu'au parking. La voiture en son champ de vision, la brune ne peut réprimer le soupir attristé qui lui échappe. Elle n'est pas prête à tout avouer. A se confier, là en l'instant même. Lena a besoin d'un peu de temps, et surtout d'espace. Elle a besoin d'organiser ses pensées afin de pouvoir tout annoncer. Mais sa peine est si présente qu'elle l'empêche de tout visualiser, et d'assimiler avec précision ce qui lui est annoncé. Lena ne veut pas encombrer Aelys par ses pensées déstructurées, ni même entacher son esprit par ses états-d'âmes. Même si l'aveu ne peut plus tarder, elle souhaite lui laisser encore un peu de répis. Avant de tout lui raconter. Et de déballer ses plus sombres secrets, mêlés à ses plus brûlants regrets. Est-ce que... Aelys déverrouille la voiture et ouvre déjà le coffre alors que Lena s'arrête, tout près. On peut attendre d'être rentrées avant de... La belle se mord les lèvres, formulant ses demandes avec difficulté. Je me sens pas, de... Là. Je peux pas. Une perle salée s'écoule doucement, alors que le chagrin ronge ses entrailles. Je voudrais juste rentrer et... et me poser avant de... Elle peine à amener ses volontés, mais Aelys semble la comprendre, et la rassurer. Désolée.

    love.disaster

    ___

    Hold on to the light
    If it means the death of me, I won't let go. And if I'm lost in the worlds shadows I'll use the light that comes to me from your halo. GREY WIND
    Revenir en haut Aller en bas
    Aelys Cantela
    Humain modifié
    Aelys Cantela


    https://houseofm.forumactif.org/t2221-aelys-once-upon-a-time https://houseofm.forumactif.org/t2187-aelys-i-thought-i-knew-ever
    More about you : A thousand days slowly drifting away • AELYS&LENA Yy46gbkv

    A savoir :
    - des cicatrices, tracées sinueux et en forme de demi-lunes, sont apposées sur tout le corps d'Aelys. Deux sont plus luisantes que les autres, une au niveau du cou et au niveau du poignet. Les autres sont entièrement réparties sur son corps.
    - Les cicatrices de morsures et griffures des loups et d'Alaric, avant-génosha, ont poussé Aelys à adopter un style pour le moins original. Son bras droit entièrement couvert, à l'inverse du gauche, et son cou toujours orné d'un foulard, par tous temps et toutes saisons.
    Codename : Moodybloon
    Pouvoirs : Chamane : connaissance des plantes, qui lui permet de préparer des potions aux aspects guérisseurs.
    Communication et lien sacré avec l'au-delà et l'esprits des morts.
    A thousand days slowly drifting away • AELYS&LENA Y4geasls
    Vampire : force surhumaine - Guérison accélération, régénération - jeunesse apparente éternelle -
    Pouvoirs surnaturels : hypnose sur les humains - forme d'une louve ou chauve souris - peut demeurer au soleil grâce à ses connaissances en tant que chaman.
    Faiblesse : ne peut entrer chez quelqu'un sans y être invité - aversion envers ail et signes religieux - soif de sang incommensurable - peut être tuée par un pieu en bois ou en argent s'il lui transperce le coeur.

    Emergence :
    A thousand days slowly drifting away • AELYS&LENA Fonddr114 / 54 / 5A thousand days slowly drifting away • AELYS&LENA Fonddr11
    Maitrise :
    A thousand days slowly drifting away • AELYS&LENA Fonddr112 / 52 / 5A thousand days slowly drifting away • AELYS&LENA Fonddr11
    Messages : 366
    DCs : Daisy Skye Johnson / Nikki Ren / Kaine Reilly / Aidan Bowman / Gwen Stacy / Avery Burnham / Klaus Caglar / Matthew Denvers / Heather Scarpetta / Isaac Torres / Luke Cage-Jones

    Dim 29 Sep - 20:01
    A thousand days slowly drifting awayLe monde adopte une vision plus attendrie, les secondes s'égrènent comme au ralenti. Le temps ne peut plus imposer son poids sur les épaules de la médium qui, en l'instant présent, se déleste de chacun de ses fardeaux supportés. Pour l'heure, il n'y a plus qu'une seule situation qui l'intéresse, qu'une seule personne qui envahit son esprit habituellement si préoccupé. Il s'agit de sa meilleure amie, de sa moitié qui a partagé toute sa vie. De sa simple naissance à son évolution plus avancée en temps qu'adulte mûri, Lena était là. Toujours là. A ses côtés pour la soutenir, pour lui tendre la main quand elle avait besoin d'être relevée. Alors en ces retrouvailles presque inespérées, Aelys se contente sobrement d'ignorer ses afflictions, et de lui rendre la pareille. Le Chasseur est enfermé dans un placard exilé dans le dédale de ses pensées, l'île et ses ténèbres décimées sont finement enterrées dans un autre coin de son cerveau peiné. Le moment est trop précieux, bien trop sacré pour être déchiré par des gouffres sans fond apparent qui se sont malheureusement bien trop profondément creusés. Alors la mentaliste tient les mains de son amie, caresse celles-ci de ses pouces qui forment des ovales délicates sur les dos de leurs doigts entrelacés. Ses prunelles confient toute l'affection éprouvée au fil des années, décuplée depuis le tendre moment de leur rencontre. L'émotion se ressent intensément par l'intermédiaire de cet échange visuel partagé, ou enfin, les mots cessent, reculent pour retrouver leur place dans les gorges nouées des deux jeunes femmes bouleversées. Aelys ne laisse plus aucun son filtrer tandis que Lena s'épanche et se confesse, s'autorisant enfin à manifester sa plus ardente tristesse. La Miss Cantela finit par étreindre à nouveau son amie, l'étau plus facilement supporté et autorisé depuis qu'elles ont pu s'avancer, un peu plus à l'écart du reste des citoyens ainsi positionnés à l'aéroport de Genosha.

    Les perles salées de sa moitié s'écrasent sur ses vêtements, marquent les habits d'un tâche assombrie. Les épaules secouées de la belle s'entrechoquent contre le corps de la medium qui ne bouge pas. Plus jamais. Promesse renouvelée alors que de ne plus jamais se quitter. Qu'importe les actes commis, les faits subis ou encore la distance traversée par l'une ou par l'autre âme esseulée. Elles seront toujours là, mutuellement prêtes à se sauver et à se sacrifier. Le lien est indéfectible, indescriptible, même. Impossible à préciser, à relever son origine concrète. Il relève presque du spirituel, de l'inné, alors que l'amitié épousée s'est toujours manifestée de manière aussi intense et loyale, mettant en avant une fidélité bien trop, de nos jours, raréfiée. Ainsi Aelys prononce secrètement ses voeux, en même temps qu'elle calme doucement l'être confiée à ses bras tremblants. « Shh. Je suis- là, maintenant. Je te le promets. » La jeune femme pourrait dire que ça va aller. Que le temps pansera les blessures de l'amie écrouée, brisée par la perte et le chagrin qui paraît impossible à dépasser. Mais elle n'en fait rien. Ce ne sont pas des paroles répétées à foison par quiconque qui soulageront l'âme endeuillée de la douce brune. Alors elle est juste là. Présente, pour toujours et à jamais. Elle partage sa chaleur naturelle à son amie, réchauffe le corps refroidi par les mauvaises nouvelles accumulées. La medium se mord les doigts d'avoir avoué le décès de la bête tant appréciée. Mais face à la demande appuyée de la belle, elle n'a pu céder à la voie de facilité. Elle ne peut décemment plus tout retenir pour elle, et mentir à son amie à peine retrouvée. Le mal a déjà bien trop pris sa place dans la vie d'Aelys pour qu'elle s'autorise à l'élargir un peu plus. La déception, la peine est immense pour qu'en plus, elle soit vivifiée par des fausseries importées par son amie. Ainsi Cantela cède, ôte un voile pour mettre à plat une souffrance à nouveau perçue et partagée. L'âme de l'amie ne cesse d'être découpée, mais la medium se fait le serment de recoller les morceaux, un à un. Après tout, elles n'en ont pas encore conscience, mais elles ont presque l'éternité pour panser chacune de leurs blessures.

    En l'instant toutefois, elles se dirigent vers la voiture. Aelys aidant Lena à caler sa valise dans le coffre, puis chacune prenant place dans l'habitacle. La brune ne perd pas vraiment de temps à faire démarrer le moteur, bien trop hâtée à l'idée de quitter ce lieu tant peuplé. La route est usée depuis à peine quelques instants,toutefois, quand la passagère s'abandonne et mentionne la difficulté présente. La medium se tourne brièvement vers l'amie au regard éteint, cerné même, et tout doucement lui sourit. « Hey. T'en fais pas, je sais. » La fatigue a été lue depuis bien longtemps sur les traits de Lena, qui n'a pas à se justifier de quoi que ce soit. Naturellement alors, la conductrice réconforte la nouvelle venue, désignant la boite à gants : « On n'a pas à parler pour l'instant. Tiens, tu connais la routine. Si tu veux mettre de la musique, il y a nos playlists enregistrées là-dedans. » Une moue enjouée se dessine sur les traits de la medium, qui fonctionne encore à l'ancienne. Enregistrant diverses chansons fort écoutées et adulées par les deux amies sur des vieux CDs, afin de convenir à son stéréo tout droit sorti d'un magasin d'antiquité et sûrement fermé désormais. Dans tous les cas, toutefois, la demoiselle ne pousse pas sa moitié retrouvée à combler le silence par un quelconque son étudié. L'offre est posée ainsi, sans obligation de l'accepter. Après tout, la medium doit se concentrer sur les bornes à parcourir, sur la maison à retrouver. Cet espace qui, fut un temps, a demeuré bien trop évidé, comme éviscéré, aussi similaire qu'au néant. Si ce n'est la présence de l'Inspecteur qui a, à certains moments, contenté l'absence atrocement ressentie, pendant de longues semaines, l'abandon a bien trop été dicerné, forçant Aelys à songer au pire. Presque, même à rendre clé sous portes tellement les proches étaient manquants.

    Pour autant, maintenant, l'appartement retrouve un blason redoré. Les minutes puis l'heure écoulées, voilà que les deux amies peuvent hûmer à nouveau l'odeur de la maison partagée. Le matou n'est peut-être plus là pour les accueillir, mais il faut admettre que ce semblant de familiarité récupérée fait plaisir. Pour Aelys, en tout cas, c'est un sentiment bienséant qui la prend tandis que Lena revient à nouveau à la maison pour la première fois depuis des mois. Une éternité écoulée qui n'a pourtant rien modifié au court du temps. Alors qu'elle aide son amie à remettre sa valise dans la chambre dédiée, la mentaliste sourit, admet tout doucement : « Comme tu le vois, rien n'a changé. Re-bienvenue chez toi ma belle. » Elle ne s'attarde pas sur l'absence du chat, sur les gamelles rangées dans un coin de placard ou sur le bac à litière caché derrière une porte. La brune choisit de laisser Lena à sa contemplation, lui donnant le temps nécessaire pour se replonger progressivement dans le présent. Pour raviver ainsi la flamme tenue bien trop longtemps éloignée de Genosha. Aelys se dirige rapidement vers la cuisine, met de l'eau à chauffer dans une bouilloire et annonce, tranquillement : « Je nous prépare du thé. Je peux aussi te faire du café, si tu as besoin de te remettre de tes heures de vol. » La jeune femme s'attèle à la tâche, laissant sa colocataire le loisir de partager ses envies et désirs. Enfin elle les guide au salon, plateau de boisson et biscuits en main, qu'elle dépose méticuleusement sur la table basse, rapprochée du canapé. Elle invite son amie à s'y asseoir, instaurant une ambiance chaleureuse. Sa main vient se poser sur le genou de Lena qu'elle presse faiblement, partageant un intime moment paisible de silence et de dégustation à la fois improvisée et savoureuse. Finalement, après un temps indéterminé, la parole est regagnée. « Bon, je ne partage pas tes talents culinaires, mais j'espère que c'était bon. » Un léger rire appuie la remarque, qui amène une insouciance quelque peu calculée. Le regard un peu plus épris par l'inquiétude, toutefois, la medium reprend, d'une voix mesurée : « Lena... si tu n'as pas envie de parler, je comprends. Je veux juste te dire que tu peux compter sur moi. Et tout le reste, ça peut attendre. » Le choix, toujours, la patience, encore. Il n'y a pas besoin de plus de mots pour rassurer, tout en finesse, tout en promesse.

    © 2981 12289 0

    ___

      A World full of Monsters and Lies
      HIDDEN TRUTH MUST FIND A WAY IN. SEE HOW FRIENDS ARE FOES, HOW DARKNESS REIGNS INSIDE YOUR HEART. roller coaster
      Revenir en haut Aller en bas
      Contenu sponsorisé



      Revenir en haut Aller en bas
      A thousand days slowly drifting away • AELYS&LENA
      ◄ The real crime would be not to finish what we started ►
      Page 1 sur 1

      House of M :: GENOSHA :: KRÖLIK :: HABITATIONS-
      Sauter vers: