Partagez | 
 

 Knocking on your door | Carter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Healer
1 / 51 / 5
1 / 51 / 5
1 / 51 / 5
De part la nature peu commode de Lena, son seul réel pouvoir réside dans sa longévité. Elle n'est plus soumise aux effets du temps et du vieillissement sur son corps. Cependant, elle n'est pas immortelle et peut mourir d'un état grippal empiré ou d'une balle en argent dans la tronche. Sa nature de loup-garou lui permet cependant d'acquérir de meilleurs réflexes et des sens plus aiguisés sous cette forme. Elle dispose d'une force plus importante, d'endurance plus poussée, et bien sûr d'une vision nocturne pour mieux se guider la nuit. En revanche, elle ne peut pas se changer par sa propre volonté. La malédiction l'ayant touchée la force à prendre cette apparence les nuits de pleine lune, et elle est alors pleinement consciente, malgré ses instincts primaires qui refont surface.
Tony, Carol, Francis, Betsy, Morgan, Kay, Ryan & Val
240
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Knocking on your door | Carter   Sam 27 Mai - 14:51



Knocking on your door

Would you come running if I called you ?


Affalée sur son lit aux lattes qui craquent, Lena soupire distraitement en jouant sur son téléphone. Elle ne travaille pas aujourd'hui, c'est le week-end et en plus, elle a la flemme de tout. Ayant bossé toute la semaine pour rafistoler des bras cassés à Hydra, la belle se retrouve lessivée, complètement épuisée. Lena pianote sur son écran, envoyant des messages à Jay de temps en temps, et vérifie surtout l'heure. Aelys est censée être allée aux courses, leur frigo est vide et les placards sont quasiment dans le même état. La jeune femme grogne en entendant son estomac gargouiller, et elle se tourne pour se coucher sur son ventre. Une main sous son menton pour le relever un peu, elle zieute son portable, squattant les réseaux sociaux. La belle ricane devant un tweet et appuie sur le petit cœur juste en dessous pour l'ajouter à ses favoris, avant de continuer à scroller. Alors qu'elle allait retweeter une vidéo d'un chien qui court partout, une boule de poil saute sur son dos et se met à ronronner. Lena lâche alors son téléphone, le posant sur la table de chevet avant de se retourner, faisant tomber le chat sur le lit sans aucun remord. Elle ricane en se tournant vers lui, caressant sa petite tête toute mignonne. L'animal se glisse sous sa main pour se frotter contre elle, ronronnant de plus belle. Lena sourit et continue de le caresser avant que le chat ne se mette à miauler. La jeune femme fait une petite moue en comprenant et soupire en se redressant.

« Toi aussi t'as faim hein ? Allez viens. »

Lena se lève du lit, non sans faire craquer les lattes et attrape son portable en se dirigeant vers la cuisine. Ses pas foulent le parquet de sa chambre, et les bruits s'étouffent à même ses chaussettes tandis qu'elle avance, le chat miaulant derrière elle. La boule de poil sautille sur place et attrape un jouet dans sa gueule pendant que la belle s'affaire à lui verser un peu plus de croquettes dans sa gamelle. Faudra penser à en racheter aussi, y en a bientôt plus... Lena sent alors son téléphone vibrer dans sa poche, et décroche après avoir vu le nom de sa colocataire affiché sur l'écran.

« Ouais ?
_ … Lena ? Me crie pas s'il te plaît... supplie-t-elle à l'autre bout du fil.
_ … Quoi, qu'est-ce que t'as fait encore ?
_ J'étais en chemin vers le supermarché hein, mais disons que j'ai croisé un ancien ami juste avant d'y arriver et il m'a invité à aller manger. J'ai pas pu refuser et du coup j'ai complètement oublié les courses...
_ Putain tu fais trop chier Aelys ! Rage la jeune femme.
_ Désolée... souffle-t-elle.
_ Vas-y, laisse tomber, va bouffer avec ton pote. Je vais me démerder. »

Et Lena raccroche alors, sans se préoccuper des suppliques de son amie à l'autre bout du fil. Quelle connasse quand même. La brune soupire longuement avant d'entendre le chat miauler à nouveau. Balançant son téléphone sur la table de la cuisine, la belle se tourne vers l'animal qui semble avoir fini de jouer avec sa petite peluche. La boule de poil est désormais en train de se goinfrer, la gueule plongée dans la gamelle, à essayer d'attraper les croquettes. Elle ricane devant la scène et se calme légèrement, tentant de contrôler sa respiration. Elle peut sentir son corps encore tendu, son sang pulser dans ses veines et cognant contre ses tempes. Lena soupire bruyamment, se débarrassant de ces ondes négatives qui l'ont assailli juste avant. Aelys peut être tête en l'air, mais elle ne veut pas mal faire. Lena la comprend parfaitement, ce n'est pas sa meilleure amie et sa colocataire pour rien. Même si pour le coup, elle a juste envie de lui en claquer deux ou trois sur la tronche, elle ne fera que la charrier lorsqu'elle rentrera et puis basta. En attendant, le frigo est toujours désespérément vide, et hors de question que Lena cuisine les pots périmés du placard. Elle peut commander mais elle n'a plus de liquide sur elle et la brune préfère éviter de payer avec sa carte bleue pour ce genre de choses. Poussant un ultime soupir, Lena attrape des boîtes de conserve qui traînent ça et là, vérifiant la date de péremption. Des champignons ça se tient longtemps, non ? Et puis des olives aussi tiens. Mais rien pour aller avec, erf... Lena souffle longuement, réfléchissant à toute vitesse. Avec ces ingrédients elle peut faire la garniture d'une omelette, mais sans œufs, c'est un peu plus compliqué. La belle claque finalement les conserves sur le plan de travail, faisant sursauter le chat, et attrape son téléphone avant de sortir de l'appartement. Ses pas quasiment dénudés l'emmènent chez sa voisine, et elle assène quelques coups à la porte. Toquant deux, trois fois, Lena pince les lèvres en attendant, et se dandine sur place, passant le poids de son corps d'un pied sur l'autre. Au bout de quelques secondes, la porte s'ouvre, et une tête blonde émerge. Les yeux de Lena pétillent en la voyant et un sourire ravi s'étire sur ses lèvres.

« Salut Carter ! Je suis désolée de te déranger, mais est-ce que je pourrai te demander un petit service ? »


___

It has come to an end now.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Taser
2 / 52 / 5
0 / 50 / 5
0 / 50 / 5
Cindy, Jennifer, Mai & Steven
254
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Knocking on your door | Carter   Mer 7 Juin - 23:14

Knocking on your door


Bordel de merde de salooope ! Je hurle à peu près ça dans ma salle de bain. A peu près parce que j’ai eu la bonne idée de mordre dans une ceinture avant d’aller verser de l’alcool à 90° sur ma plaie. Je suis folle mais pas totalement on va dire. En même temps, je crois que j’aurais plus envie de garder la mâchoire ouverte en hurlant de douleur que de me mordre la langue là. Mais on ne sait jamais. Je soupire et attrape la bouteille de rhum que je porte directement à ma bouche, laissant simplement tomber la ceinture qui s’y trouvait. Puis j’essuie de la main la sueur qui a perlé sur mon front. Attrapant le miroir, je le pointe vers ma plaie pour regarder ce que ça donne. C’est… pas très beau. En même temps, j’ai pas souvenir d’avoir vue une jolie plaie un jour dans ma vie. Bon j’avais aussi vu bien moins joli que ce que j’avais sur le flan mais quand même c’était pas top. La peau avait été déchirée de façon pas régulière, ça laisserait une cicatrice. Et ça mériterait surement des points de suture. Mais j’avais pas l’intention de me recoudre moi-même, j’avais déjà essayé et ça c’était avéré ne pas être la meilleure idée du monde. Et je comptais pas non plus foutre les pieds à l’hôpital. Alors pas de points de sutures. J’attrapais ma trousse de secours sur le côté et fouillais jusqu’à trouver les straps dedans que j’utilisais pour maintenir la plaie refermée. Enorme compresse en coton dessus et du scotch médicale pour faire tenir tout ça. Huuumpf, c’était bon maintenant. Je regardais mon tee-shirt, couvert de sang et déchiré. Bon, il allait finir à la poubelle lui. J’en attrapais un autre sur l’étende à linge que je passais précautionneusement avant d’entreprendre de nettoyer ma salle de bain. Je passais tout à l’alcool, pour désinfecter et retirer le sang qui avait entre autre goutté au sol. Ca allait puer pendant plusieurs jours. Attrapant ma bouteille et ce qui allait à la poubelle et je sortais de la pièce. Entre l’alcool et la morphine, j’avais toujours choisi l’alcool. Moins efficace c’est sur mais il me laissait en meilleure possession de mes moyens. Et n’ayant pas eu le temps de voir mon agresseur dans la foule du marché où je me trouvais en surveillance ce matin… je préférais avoir toutes mes capacités. Je soupirais et rangeais le rhum. J’aurais mal même totalement déchirée alors pas plus que cela pour le moment. Et surtout je devais manger. Je commençais par attraper le paquet de bonbon qui trainait et en foutre quelques uns dans ma bouche. C’était du sucre rapide, ça agirait rapidement que je ne tourne pas de l’œil avant de préparer à manger. Puis je regardais mon plan de travail avec un certain désespoir. J’étais loin d’être une bonne cuisinière. Je savais juste faire à manger pour pas me laisser mourir. Et généralement, Maritza me laissait des plats dans mon frigo. Mais là j’avais pas de plats déjà prêts, j’avais plein de quoi préparer mais aucune envie de le faire. J’étais sur le point de renoncer et de commander quand j’entendis frapper à la porte un premier coup. Je fermais les yeux, me mordais les lèvres en priant pour que ce soit une erreur et que personne ne tienne à me voir. Mais on frappe une seconde fois puis une troisième fois. Je soupirais et attrapais un des couteaux de cuisine qui j’avais à portée de main. On savait jamais non ? Ca pourrait ne pas être une visite sympathique. Je clopinais jusqu’à ma porte d’entrée. Ok je devais vraiment manger avant de tourner de l’œil. Un coup d’œil prudent dans le judas et un sourire se posa sur mes lèvres. Ok, j’avais pas besoin de ce couteau de cuisine que je ne pouvais pas cacher mais heureusement le tablier sur mes hanches allait fait passer ça plus discrètement. Je passais rapidement une main dans mes cheveux pour les remettre en ordre avant de faire sauter le verrou et d’ouvrir ma porte. Lena ! Je souris à ma voisine de pallier. J’appréciais beaucoup la jeune femme et c’était toujours un plaisir de la voir. Même si je me demandais ce qu’elle pouvait bien venir faire à frapper chez moi à cette heure ci. Oh… Tu me déranges pas le moins du monde ! Viens rentre. Pendant qu’elle me suivait à l’intérieur de l’appartement, je claquais la porte pour que personne d’autre ne rentre. Et j’allais reposer mon couteau sur mon plan de travail. Qu’est-ce que je peux faire pour toi ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Healer
1 / 51 / 5
1 / 51 / 5
1 / 51 / 5
De part la nature peu commode de Lena, son seul réel pouvoir réside dans sa longévité. Elle n'est plus soumise aux effets du temps et du vieillissement sur son corps. Cependant, elle n'est pas immortelle et peut mourir d'un état grippal empiré ou d'une balle en argent dans la tronche. Sa nature de loup-garou lui permet cependant d'acquérir de meilleurs réflexes et des sens plus aiguisés sous cette forme. Elle dispose d'une force plus importante, d'endurance plus poussée, et bien sûr d'une vision nocturne pour mieux se guider la nuit. En revanche, elle ne peut pas se changer par sa propre volonté. La malédiction l'ayant touchée la force à prendre cette apparence les nuits de pleine lune, et elle est alors pleinement consciente, malgré ses instincts primaires qui refont surface.
Tony, Carol, Francis, Betsy, Morgan, Kay, Ryan & Val
240
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Knocking on your door | Carter   Jeu 8 Juin - 12:50



Knocking on your door

And give the helping hand ?


C'est une mauvaise idée, mais elle n'a pas vraiment le choix. La brune soupire distraitement en se passant une main dans les cheveux. Pourquoi elle se retrouve là, devant la porte à Carter, au lieu de filer vers le premier supermarché en vue ? Cela la dépasse, mais à vrai dire elle a la flemme de sortir, et c'est pour ça qu'elle a envoyé Aelys aux courses. Lena jura sous cape contre sa colocataire et accessoirement, meilleure amie. Tu parles d'une besta... Elle s'est retrouvée légèrement agacée par son coup de fil, mais d'un côté elle comprend que son amie veuille renouer avec son passé. A sa place, Lena ferait pareil. Et à vrai dire, elle a déjà une petite idée de revanche pour la prochaine fois qu'Aelys se retrouve seule à l'appart. Ricanant doucement, Lena passe sa paume sur ses lèvres, comme pour cacher son rire. Elle a peur d'embraser la curiosité des autres voisins, mais personne ne vient ouvrir sa porte pour voir qui fait tout ce raffut dans le couloir. La belle finit par se racler la gorge et tapote une nouvelle fois à la porte de la blonde. Avant même qu'elle ne puisse se fustiger en se disant que c'est ridicule, ses doigts restent en suspension devant le bois et elle soupire. Elle peut encore faire demi-tour, si ça se trouve, Carter n'est même pas chez elle. A quoi bon attendre un fantôme qui ne revient pas illuminer sa tombe. Lena souffle doucement et dans une dernière tentative, appose son poing une nouvelle fois sur le bois. Attendant encore un peu, elle se met à passer le poids de son corps d'un pied à l'autre, alors que le bruit du verrou se fait entendre. Un petit sourire gêné prend place sur ses lèvres, mais s'agrandit bien vite lorsque le visage d'une blonde apparaît dans l'embrasure.

La douce voix de Carter résonne sur le pallier, caressant les tympans de Lena. La belle sourit doucement devant la blonde lorsque son prénom roule sur sa langue et glisse sur ses lèvres. C'est agréable d'entendre le son de sa voix, après quelques semaines sans avoir pris de nouvelles. La brune apprécie beaucoup la compagnie de sa voisine, et elle est toujours charmante avec elle. Même si Lena ne sait pas énormément de choses sur elle, à part qu'elle doit être en train de cuisiner, aux vues de son tablier et du couteau qu'elle tient dans sa main. De toute manière, elle lui fait confiance et son passé ne regarde qu'elle, pas les autres. La brune ne sait que trop bien à quel point certaines choses sont mieux gardées lorsque cachées des yeux de tous. Son regard passe distraitement sur la frimousse de Carter et Lena plisse les paupières en souriant doucement, après qu'elle l'invite à rentrer chez elle. Du bout des lèvres, la brune murmure un remerciement et ses pas foulent le sol tandis qu'elle s'immisce à l'intérieur de l'appartement de sa voisine. Ses iris pétillant glissent sur le décor pas trop sobre ni trop extravagant et cela la fait sourire doucement. La porte claque derrière elle et cela la tire de sa contemplation. Lena se détourne légèrement, son attention posée sur Carter une nouvelle fois. Son regard la scrute tandis que sa voisine s'en va déposer le couteau sur le plan de travail.

« Qu'est-ce que je peux faire pour toi ? »

Le cœur de Lena se fige dans sa poitrine alors qu'une vague glaciale parcourt son corps. A cet instant, elle ne peut que confirmer son avis principal, qui est que tout cela est ridicule. Qu'est-ce qu'elle fiche ici. Elle aurait dû rester chez elle. Des olives avec des champis c'est pas si dégueu en fait. Mais elle n'a pas vraiment le choix, la porte est déjà refermée, et la belle n'est pas impolie au point de se barrer sans rien dire. Une simple excuse peut faire l'affaire, mais pas après trois coups contre le battant de sa porte. Elle est fichue. Lena se mordille les lèvres distraitement, son regard divaguant légèrement sur la cuisine de Carter. Après un petit soupire, elle s'approche un peu jusqu'à se coller à la table, ses hanches dénudées à même la texture. Elle croise les bras et sa langue glisse sur ses lèvres pour les humidifier, avant de claquer contre son palais. Finalement, son regard pétillant se repose sur la belle blonde et elle se laisse aller à la confidence. Sans paraître trop démunie non plus, faut pas déconner.

« C'est extrêmement gênant de te demander ça... se languit-elle. En fait, j'aurai même pas du venir mais... Elle soupire. On a plus rien à manger chez nous, et Aelys devait aller aux courses, sauf que y a eu un imprévu et du coup je me retrouve seule avec rien du tout à grailler. Et tu es la seule que je connais assez ici pour venir comme ça... Je voulais te demander si tu n'avais pas des œufs en fait. Je te les rendrai la prochaine fois, pas d'inquiétudes hein... Enfin, seulement si tu veux bien sûr. Je peux repartir si tu préfères... »



___

It has come to an end now.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Taser
2 / 52 / 5
0 / 50 / 5
0 / 50 / 5
Cindy, Jennifer, Mai & Steven
254
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Knocking on your door | Carter   Sam 15 Juil - 0:34

Knocking on your door


Doucement, me souvenant que les mouvements brusques n’étaient aucunement conseillés dans ma situation, je m’écarte tout en disant à Lena de rentrer dans mon appartement. Lena c’est ma voisine mais je crois que je peux dire aussi que c’est une amie. Enfin dans mon référentiel, et j’ai bien conscience que mon référentiel social n’est pas celui de tout le monde, Lena est mon amie. Je l’apprécie, elle et Aelys sa colocataire, et je suis toujours contente de la voir. La preuve c’est que j’ai beau avoir les côtes dans un état déployable et pas grande envie de passer du temps en société tout de suite, je l’invitais avec un plaisir non feint à rentre chez moi. Bon il y avait ce couteau dans ma main qui notait pour qui connaissait cette partie de moi que je ne savais pas à qui j’allais ouvrir la porte et que j’étais toujours prête à me défendre. Mais, fort heureusement, Lena n’avait encore jamais été confronté à cela. Elle savait que j’avais un rythme de vie assez particulier et je n’avais pas pu toujours lui cacher les coups que je recevais. Mais elle n’en savait bien plus et une amatrice de sport de combat finirait rapidement avec les mêmes stigmates visibles que moi. Je souris, claquais la porte et je retournais vers ma cuisine pour officiellement reposer le couteau et officieusement trouver quelque part où je pourrais m’appuyer, pas super bien portée par mes jambes faiblardes. Je souris à mon amie, lui demandant ce que je pouvais bien faire pour elle alors qu’elle avait dit être venue pour me demander un service. Je me demandais bien de quoi elle pouvait avoir besoin parce que Lena avait l’air d’être quelqu’un qui se démerdait plutôt pas mal toute seule. Je l’observe et je remarque qu’elle semble gênée ? Lena gênée ? Ok, je commence à me montrer extrêmement curieuse par rapport à ce service. Qu’est-ce qui a bien pu la pousser à venir chez moi, frapper assez contre ma porte pour que je ne puisse pas l’ignorer et agir ensuite comme si elle aurait préféré ne rien avoir à dire. Je ne peux m’empêcher de hausser un sourcil et de sentir mon souffle devenir plus court quand je la vois se rapprocher de la table, la peau de ses hanches entrer en contact avec le bois. Je relève les yeux brusquement en entendant sa voix, ne comprenant pas cette captivassion que j’avais eu pour cette vue. Extrêmement gênant ? Je souris et fais un geste signifiant qu’elle n’avait pas à être gênée quoiqu’elle avait à me demander. De toute manière, on m’avait surement dit pleins de choses et fait pleins de demandes pire que ce qu’elle proposerait. Probablement aussi parce que j’accepterais les choses plus facilement venant d’elle que venant d’autres personnes… Je la coupe avant qu’elle me dise ce pour quoi elle est venue. Tu es toujours la bienvenue même si c’est « extrêmement gênant » ou quoique ce soit d’autres. Oui, toujours la bienvenue. Il n’y avait pas grand monde qui pouvait se targuer d’être toujours bienvenue chez moi. Je me retiens de rire quand elle m’explique la situation. Pour ne pas la vexer et aussi parce que j’ai carrément trop mal pour cela. Alors… j’ai effectivement des œufs. Enfin je crois, attends. Je me retourne pour ouvrir la porte d’un frigo pleins de nourriture acheté par Martiza pour me forcer à cuisiner. Je sors la boite d’œufs que je pose sur la table. Je peux te proposer un truc ? Je lui souris, malignement, en appuyant mes avant bras sur le plan de travail. Je te prête tout ce que tu veux dans mes placards et tu nous fais à manger pour deux. Je souris avant de lâcher un léger rire. Je passe une main dans mes cheveux. C’était à mon tour d’être gênée. Je suis une piètre cuisinière pour être honnête et je dirais pas non à un petit repas comestible sans goût de crâmé. Mais si tu as pas le temps ou pas envie ou je sais pas, c’est pas un problème, je te file des œufs quand même !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Healer
1 / 51 / 5
1 / 51 / 5
1 / 51 / 5
De part la nature peu commode de Lena, son seul réel pouvoir réside dans sa longévité. Elle n'est plus soumise aux effets du temps et du vieillissement sur son corps. Cependant, elle n'est pas immortelle et peut mourir d'un état grippal empiré ou d'une balle en argent dans la tronche. Sa nature de loup-garou lui permet cependant d'acquérir de meilleurs réflexes et des sens plus aiguisés sous cette forme. Elle dispose d'une force plus importante, d'endurance plus poussée, et bien sûr d'une vision nocturne pour mieux se guider la nuit. En revanche, elle ne peut pas se changer par sa propre volonté. La malédiction l'ayant touchée la force à prendre cette apparence les nuits de pleine lune, et elle est alors pleinement consciente, malgré ses instincts primaires qui refont surface.
Tony, Carol, Francis, Betsy, Morgan, Kay, Ryan & Val
240
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Knocking on your door | Carter   Mer 2 Aoû - 18:02



Knocking on your door

Would you come catch me if I fall down ?


La voix de Carter tranche l'écho des propos de Lena, et s'infiltre sous sa peau, tandis qu'elle lui intime qu'elle est toujours la bienvenue. La brune sourit alors doucement, plissant les paupières et savourant cette délicatesse de sa part. Elle frissonne légèrement, avant de se mordiller les lèvres. La belle apprécie énormément sa voisine, et sa franchise. Cela fait déjà quelques années qu'elle a emménagé ici avec Aelys, et découvrir cette charmante personne habitant l'appartement voisin l'a aidée à se faire au quartier. Lena a tout de suite accrochée avec elle, même si elle doit avouer qu'elles ne se voient pas énormément pour des presque colocataires. En soi ce n'est pas dérangeant, même si au fond d'elle, la jolie brune n'est pas contre passer plus de temps avec elle et apprendre à mieux la connaître. A vrai dire, tous les prétextes sont bons pour profiter de la vue. Carter est une très belle femme, à la peau parfois marquée par diverses blessures. Lena en a déjà vue certaines au cours de sa vie, mais jamais elle ne les a trouvés réellement attirantes. Passant délicatement sa langue sur ses lèvres, la brune rouvre les yeux, un grain de malice brillant au creux de ses iris. Étrangement, les quelques blessures qu'elle a découvert sur la peau de Carter auparavant la magnétisent toujours autant, telles des arabesques hypnotisantes. La brune a du mal à se détacher de la beauté qui se tient devant elle. Captivée par sa prestance et sa bienveillance envers elle, Lena sourit délicieusement. Se sentant pencher en avant, la brune sursaute subrepticement, avant de se remettre correctement contre la table. La brune se fustige intérieurement, se rappelant que Carter est hétérosexuelle. Elle doit parfois se reprendre et se dire que sa voisine ne veut rien à voir avec les femmes, pour ne pas trop l'approcher. Et éviter de flirter avec elle sans retenue. Elle ne dit clairement pas non à une personne aussi belle et aux formes avantageuses, mais là pour le coup elle n'a pas envie de la brusquer. Surtout qu'elle ne se trouve ici que pour lui demander un peu de nourriture. Rien de plus.

La belle se racle la gorge tandis qu'elle lui explique le pourquoi de sa venue. Simple, précis, malgré le fait qu'elle s'épanche dans ses propos. C'est un peu un cafouillage, mais elle s'en sort malgré tout, la voix tremblante. Lena est fébrile et se fustige encore, pour être venue frapper trois fois à sa porte avec cette raison stupide. J'aurai dû me bouger le cul et aller aux courses moi-même plutôt que de l'embêter. La jeune femme décroise ses bras et joint ses mains moites, les nouant difficilement. Elle pince les lèvres à la fin de sa tirade, plissant les paupières. Ses traits s'étirent en une moue suppliante, presque espérante. Ses iris brillent doucement tandis qu'elle patiente sagement, enveloppée dans ce silence cotonneux. Une myriade de pensées éclatent dans son esprit, lui intimant ce qu'elle doit faire, ce qu'elle doit dire, qu'elle doit partir en claquant la porte. Mais la voix de Carter caresse tendrement ses tympans, la tirant de sa rêverie. Elle lui dit avoir des œufs, ce qui conforte légèrement la belle. Lena relâche sa respiration, dont elle n'a pas eu conscience de l'avoir retenue, et s'avance pour contourner la table et s'arrêter non loin de sa voisine. Carter fouille dans son frigo et la brune regarde son dos se dessiner dans le contraste laiteux du réfrigérateur. La lueur faiblarde qui y émane découpe la blonde dans un halo blafard. Lena triture encore ses phalanges, sa paume droite frôlant la pulpe de ses doigts de la main gauche. Elle se recule légèrement lorsque Carter dépose la boîte d’œufs sur la table et lui offre un petit sourire. La brune n'a pas le temps d'agripper le récipient que sa voisine lui propose de cuisiner pour deux. Pour Carter et elle. Lena cligne des yeux, surprise, avant de voir le sourire malicieux de la belle, et sa position par dessus le plan de travail. Accolée ainsi, Carter est bien à son avantage et Lena se fait violence pour ne pas se mordre les lèvres. A la place, elle rigole franchement devant la réplique de sa voisine. Une paume passée devant sa bouche pour cacher son hilarité, Lena reprend contenance. Essuyant d'un revers de main les quelques perles salées qui s'échappent de ses yeux, ses iris ne perdent pourtant pas de leur brillance. Ils pétillent devant la jolie Carter, et Lena hoche alors la tête, s'avançant près d'elle.

« Tout ce que tu veux ma jolie, lance-t-elle en lui faisant un clin d’œil. Oh, ne t'en fais pas, j'ai tout mon temps. Et je te promets que ça n'aura pas le goût de cramé, peu importe ce que je ferai. Elle rit doucement. Je peux nous préparer un repas digne d'un roi ! Du moins, en quantité, je veux dire. »

La brune s'esclaffe tandis qu'elle désigne un placard du bout des doigts. Les sourcils rehaussés, les lèvres entrouvertes. Une question muette, silencieuse à son amie. Carter semble comprendre et hoche la tête pour lui signifier qu'elle peut à présent fouiller ses placards. La brune sourit et se met sur la pointe des pieds pour regarder dans les placards en hauteur. Ses bras relevés lui tirent son haut et dévoilent un peu plus sa peau de nacre. La belle se mordille les lèvres en se notant dans un coin de la tête les divers ingrédients présents dans la cuisine de Carter. Elle aime bien la disposition, et puis au moins, la blonde ne manque pas de crever de faim à cause de ses placards vides. Lena fait claquer sa langue contre son palais en fermant la porte en hauteur, se décalant à présent vers le frigo. Elle ouvre doucement le frigidaire et lance un sifflement admiratif devant le trop plein de contenus sur les étagères. Après quelques secondes, elle referme la porte et se tourne vers la blonde, un bras posé contre le frigo.

« J'ai jamais vu un frigo aussi plein, sans parler de tes placards. T'arrives à manger ça toute seule ? Plaisante-t-elle avant de reprendre, plus sérieusement. Tu veux manger quoi, du coup, Carter ? C'est moi qui régale mais c'est toi qui invite, alors je suis toute à tes ordres. »



___

It has come to an end now.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
Knocking on your door | Carter
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Someone's Knocking at the Door (2009, Chad Ferrin)
» Supernatural Original Television Soundtrack - Seasons 1-5
» carter de chaine vespa a pedale
» Angel Beats! Heaven's Door
» Carter moteur alu avec boite à clapet???

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
House of M :: GENOSHA :: KRÖLIK :: Habitations-
Sauter vers: