Partagez | 
 

 Ooops, I did it again [Pv Amélia et Marc]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Méli
2 / 52 / 5
1 / 51 / 5
1 / 51 / 5
Chlorokinésie. Peut contrôler les plantes et les arbres. Aussi bien, Amélia peut leur parler mais aussi, les faire bouger, les faire pousser et les faire renaître quand ils sont morts. Elle a un contact assez intime avec eux. Non seulement, ils peuvent devenir une arme, un moyen de défense mais aussi, ils peuvent lui parler à travers des sensations, quand elle les touche.
Keith/ Malik/Connor/Taïs/Jay/Lauren/Jin
345
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Ooops, I did it again [Pv Amélia et Marc]   Jeu 15 Juin - 19:14

Ooops, I did it again
Amélia et Marc
••••

Comme toujours, une belle journée s'annonçait. Il faisait beau. Il faisait chaud et j'avais prévu de rejoindre mes amis à la plage. Pour l'occasion, j'avais même demandé à mes parents de me prêter leur voiture.

Alors oui, je ne la prenais pas souvent. D'habitude, je préférais largement mon vélo mais là, c'était un cas dit de force majeur. Déjà d'un : le lieu de rendez-vous était assez loin. Et de deux, je mettais porté volontaire. Comme toujours me direz-vous. Pour faire le Sam. Celui qui ne boit pas et ne fume pas. Autant dire que oui : expetionnellement, j'avais besoin de la voiture. Même si je n'étais absolument pas à l'aise pour la conduire. Car j'avais beau avoir mon permis, ce n'était pas mon moyen de transport favoris. Dès que je me retrouvais derrière un volant, soit je perdais mes moyens. Pour différentes raisons. Soit j'étais tenté de faire autre chose. Ce qui, en soit, n'était franchement pas pratique. Ni une bonne idée.

Bref, cette fois, je n'avais pas vraiment le choix. J'avais pris les clefs, embrassé ma mère puis mon père. Et me voilà, sur la route. A bord du véhicule, le poste de radio au max.

Tandis que je me dirigeais maintenant vers Emmann, la musique plein les oreilles, j'essayais en même temps de suivre le GPS à la lettre. Celle-ci passait son temps à me dire "A la prochaine intersection, tournez à gauche" ou "A la prochaine sortie, tournez à droite" pour finir par s'exclamer joyeusement "Faites demi-tour le plus vite possible".
- Han mais tu ne peux pas être plus précise aussi ! Chut, tais-toi.

A bout de patience, ce qui était en soi assez rare, je coupais le son, préférant largement la puissante voix de Within Temptation à l'autre bécasse qui m'embrouillait plus qu'autre chose.
- Ah, là c'est mieux. Ça fait du bien quand ça s'arrête.

Je poussais un soupir de soulagement. Puis je me redressais légèrement, me mettant à chanter à tue-tête.

Tout aurait pû très bien se terminer si ce chat n'avait pas déboulé de nul part. Je poussais un petit cri, trop surprise pour avoir le réflexe d'appuyer sur le frein. Mais en voulant l'éviter, je fis quelque chose d'impardonnable. Au lieu de rester le plus sagement possible sur ma voie, je donnais un violent coup vers la gauche. La voiture bifurqua alors, finissant sa course dans le poteau le plus proche.
- Whaou.... je...

Heureusement, le chat s'en sortit indemne. Trop effrayé pour rester, il s'était carapaté au plus vite, disparaissant dans le buisson voisin. Me laissant là, complètement éberlué, choqué par ce qui venait de se passer. Tout était allé si vite. Je n'avais même pas eu le temps de sentir quoi que ce soit. Les yeux écarquillés, je restais figé, mon corps se mettant à trembler de partout.
- Ok... Ok....

Prise d'une grosse angoisse, mes joues devinrent toute rouge. La respiration saccadée, le souffle court, je détacha ma ceinture et je sortis vivement du véhicule. Histoire de prendre l'air. Puis l'angoisse se transforma peu à peu en panique. Maintenant que j'étais sortis, je pouvais constater l'étendu des dégâts. Le capot était tout recourbé. Une fumée noire s'échappait du moteur. Tant qu'à la carrosserie.... non là, vraiment, j'avais de quoi paniqué.
- Comment je vais faire moi ! me lamentais-je en posant mes mains sur ma tête.

Je devais faire quelque chose mais quoi. Appeler ! Oui, prévenir déjà. C'était une très bonne idée. Mais je n'allais pas appeler mes parents et leur dire : "Coucou, c'est moi. Je viens d'avoir un accident et la voiture est toute défoncé. Vous pouvez venir me cherchez?" Je me ferais engueuler, c'est obligé. Je sortis le portable de mon jean, me mordant la lèvre inférieure. Qui je devais appeler alors? Mai? C'est possible qu'elle ne soit pas chez elle. Elijah? Oui, bonne idée ! Mon grand frère se débrouillait bien en mécanique. Sauf que... Sauf que je me ferai aussi rouspéter.
- Alalala....

Tout en triturant mon portable, je réfléchissais à toute allure. Quand soudain, j'eus une illumination. Bien décidé à me sortir de ce pétrin, j'appuyais donc sur le prochain numéro qui me venait à l'esprit. Au bout de plusieurs sonneries, Marc décrocha ce qui me fit pousser un grand soupir de soulagement.
- Marc? Oui c'est moi. J'ai besoin de toi ! C'est que...j'ai fais une grosse bêtise. Tu peux venir me chercher?


••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
avatar

On l'appelle souvent l'autre connard.
3 / 53 / 5
2 / 52 / 5
0 / 50 / 5
Il manipule les ombres. En gros, il se sert d'ombres déjà existantes pour en faire ce qu'il veut : déplacer les objets, blesser des êtres vivants, etc.
Albert, Gabriel, Jess Drew, Kurt, Lorna & Anya
293
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Ooops, I did it again [Pv Amélia et Marc]   Jeu 15 Juin - 21:13

Ooops, I did it again
Amélia & Marc
Come as you are, as you were, as I want you to be. As a friend, as a friend, as and old enemy. Take your time, hurry up, the choice is yours, don't be late. Take a rest as a friend as and old memoria

La relation de Marc avec les téléphones portables, c’était… compliqué. Il s’en servait pour le travail et pour le travail uniquement, mais hormis ça, il était difficile de le joindre quand on passait par son téléphone. Pour plus de résultats, il valait mieux lui envoyer un pigeon voyageur ou un patronus. Parce quand il oubliait de le charger, il oubliait de le prendre avec lui. Il n’y avait que son téléphone spécial pour le boulot dont il se servait régulièrement, l’appât du gain prenant le dessus sur sa flemme de brancher son chargeur. Son téléphone personnel, en revanche, il avait tendance à oublier qu’il existait. Il l’avait retrouvé ce jour -là en cherchant des clopes dans sa vieille veste en cuir qu’il avait laissé de côté à cause de la chaleur. Et comme il était en rade de clope parce qu’il avait oublié d’en acheter la veille, il fouillait ses fringues dans le vain espoir d’en trouver une, isolée, dans un vieux paquet. En fouillant dans sa veste, un truc en était tombé et c’était ainsi qu’il avait remis la main sur son portable personnel. On passera sur la façon dont il l’avait acquis, tout ce qu’il y a à savoir sur le sujet, c’est que ce n’était pas par des moyens très légaux.

Il l’avait donc mis à charger avant d’oublier, s’attendant déjà à recevoir une quinzaine de message sur sa boite vocale. Le temps de s’allumer une cigarette - parce que oui, il en avait trouvée une dans sa veste, finalement - et de l’allumer, ce fut un concert de notifications qui résonna. Heureusement que Mai était absente, sinon, elle aurait gueulé. Il se dit qu’il ferait peut-être mieux de le garder près de lui, pour éviter que ça se reproduise, tout en sachant pertinemment qu’il ne s’y tiendrait pas. Ce n’était pas qu’il voulait pas, c’était qu’il oubliait. Vraiment. Les gens qui le fréquentaient savaient qu’il valait mieux passer par des moyens plus obscurs pour le contacter que par son téléphone portable.

Pourtant, en entendant la sonnerie résonner deux heures après, Marc tendit l’oreille en fronçant un sourcil. Il avait presque oublié le son de son téléphone privé en train de sonner, à force de le zapper complètement. Il se leva de sa chaise alors qu’il était sur l’ordinateur et parcourut la courte distance qui le séparait de l’appareil. Un nom s’afficha sur l’écran et Marc haussa encore plus les sourcils. Amélia ? Amélia qui l’appelait ? Mais pourquoi ? Sans se poser plus de question, il décrocha. A peine le temps de prononcer un « bonjour» ou un « qu’est-ce qu’il y a» qu’il se heurta au débit rapide d’Amélia Fraser. A entendre sa voix, quelque chose n’allait pas. Et elle avait besoin de lui ? Sérieusement ? Pourquoi n’avait-elle pas appelé ses frères ? Ou Mai ? Ou ses parents ? Vraiment, la dernière personne à contacter quand on avait des emmerdes, c’était bien lui. Ça devait être assez grave pour qu’elle l’appelle. « Attends, Amy, calme le débit ! Je comprends rien à ce que tu me racontes, là.» Elle lui répéta la même chose, plus calmement. Marc soupira et répondit un « Dis-moi où t’es, j’arrive. » Avant de raccrocher dès qu’il eut l’adresse.

Ce n’était pas son genre de se mêler de ça. Cela ne le regardait pas vraiment et il avait tendance à dire aux gens de se démerder et de prendre leur responsabilité. Mais comme Jake et Elijah, Marc avait tendance à accourir quand Amélia le demandait. Pourquoi ? Même lui, il ne le savait pas. Pour une raison obscure, dès qu’il s’agissait d’un Fraser, Marc était aux abois. Même lui, il ne savait pas pourquoi. Et il n’avait pas vraiment envie de le savoir. Pendant qu’il conduisait jusqu’à l’endroit où se trouvait Amélia, Marc se demanda un instant s’il ne devait pas prévenir Mai. Il chassa cette idée. Il verrait sur place si ça en valait la peine. Il la trouva assez facilement. Difficile de manquer le nuage de fumée qui s’élevait de la voiture accidentée et Amélia qui faisait les cent pas. Il s’extirpa de sa voiture et claqua la portière en observant le carnage. « Tu n’as rien ?» Il désigna la voiture du la main qui tenait son paquet de clopes qu’il venait de sortir de façon machinale - ouais, étrangement, il avait pas oublié d’en racheter, cette fois-ci. - « Comment t’as fait ça ? T’as picolé ou quoi ?»  


___


you made me a believer
I was broken from a young age, taking my soul into the masses. Write down my poems for the few that looked at me took to me, shook to me, feeling me. Singing from heart ache from the pain. Take up my message from the veins, Speaking my lesson from the brain, Seeing the beauty through the pain.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Méli
2 / 52 / 5
1 / 51 / 5
1 / 51 / 5
Chlorokinésie. Peut contrôler les plantes et les arbres. Aussi bien, Amélia peut leur parler mais aussi, les faire bouger, les faire pousser et les faire renaître quand ils sont morts. Elle a un contact assez intime avec eux. Non seulement, ils peuvent devenir une arme, un moyen de défense mais aussi, ils peuvent lui parler à travers des sensations, quand elle les touche.
Keith/ Malik/Connor/Taïs/Jay/Lauren/Jin
345
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Ooops, I did it again [Pv Amélia et Marc]   Ven 16 Juin - 19:08

Ooops, I did it again
Amélia et Marc
••••

Je devais avoir une voix ultra stressée car Marc me fit répéter ma phrase. J'inspirais donc longuement, essayant au mieux de calmer la panique qui, pourtant, me gagnait de plus en plus.

Enfin, mon frère de cœur me fit savoir qu'il arrivait. Je lui donnais l'adresse. Ou du moins, je lui donnais le maximum de détails que je pouvais trouver. Car là où j'avais atterris, il n'y avait aucun panneau. Pas d'habitation. Juste une route, des buissons et quelques vaches enfermées dans un enclos. Alors oui, c'était bien Emmann ma destination mais faut croire que je n'étais pas tout à fait arrivé.
- Merci. Vraiment merci ! Oui, je ne bouge pas. De toute façon, ça ne risque pas. A tout de suite.

Puis je raccrochais, mes yeux se posant de nouveau sur la voiture. Sérieusement, comment j'allais faire moi maintenant? J’espérais que Marc pourra vraiment m'aider parce que là... j'étais dans le caca et pas qu'à moitié. J'imaginais déjà la tête de mes parents. S'il advenait qu'ils soient au courant, j'étais foutu. Adieu Amélia. On avait beau avoir de l'argent et tout, ils allaient sûrement me faire un sermon. Je serais peut-être privé de sortie. Qui sait? Ou alors, je devrais les rembourser et ça allait me couter un bras. Parce que ma famille était riche ok. Mais moi. Moi, je n'étais qu'une petite étudiante en art. J'ai même pas pensé à me prendre un emploi à mi-temps cette année.
- Calme Amé. Respire. Marc va m'aider. Il est doué pour ces choses là non?

Tout en essayant de m'en convaincre, parce que j'étais vraiment mais vraiment très stressée, je me mis à faire les cents pas. Mon frère de cœur arriva quelques instants plus tard. Je manquais de lui sauter au cou tellement j'étais heureuse de le voir. Or, je me retins. Surtout que Marc, les marques d'affection fraternelle tout ça, ce n'était pas vraiment son truc. Je me contentais donc de le saluer d'un mouvement de bras, m'exclamant aussitôt.
- Non ça va. C'est la voiture qui est blessée, pas moi.

Je regardais quand même mes mains, mes jambes, mes pieds au cas où j'aurais une blessure qui m'avait complètement échappé. Parce que j'étais sortis du véhicule sans même m'en assurer. Mais bon. Non. J'avais l'air d'être intact. Excepté le fait que je tremblais comme une feuille.
- Hein? demandais-je d'une toute petite voix tandis que mon frère de cœur exposait maintenant l'idée que j'avais picolé en voyant l'étendu des dégâts.

Je secouais la tête, frénétiquement, remettant l'ordre dans mes esprits. Toute paniquée à l'idée qu'il puisse le penser, j'eus le réflexe alors de me justifier :
- Mais, mais, mais non ! Je te jure que non ! En plus, j'aime pas l'alcool. Ça pue, c'est dégueu et on se sent mal après. C'est ce chat là. Il a déboulé de nul part et bim, la voiture est partit toute seule. Bon ok... j'avoue l'avoir aidé un peu mais non !

Marquant un temps d'arrêt, j'inspirais un bon coup. Reprenant presque aussitôt.
- Tu vas pouvoir m'aider hein? Non parce que là, si papa ou maman sont au courant, je suis morte. Morte de chez morte. Dis-moi que tu vas pouvoir m'aider, s'il te plait !


••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
avatar

On l'appelle souvent l'autre connard.
3 / 53 / 5
2 / 52 / 5
0 / 50 / 5
Il manipule les ombres. En gros, il se sert d'ombres déjà existantes pour en faire ce qu'il veut : déplacer les objets, blesser des êtres vivants, etc.
Albert, Gabriel, Jess Drew, Kurt, Lorna & Anya
293
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Ooops, I did it again [Pv Amélia et Marc]   Ven 16 Juin - 19:54

Ooops, I did it again
Amélia & Marc
Come as you are, as you were, as I want you to be. As a friend, as a friend, as and old enemy. Take your time, hurry up, the choice is yours, don't be late. Take a rest as a friend as and old memoria

Marc s’écarta de sa propre voiture en marchant vers Amélia. Elle avait l’air d’être en un seul morceau, c’était déjà ça. Par contre, il ne pouvait pas en dire autant de la voiture. Il fit quelques pas vers le véhicule, s’arrêta à quelques centimètres et s’accroupit, ses bras prenant appui sur ses genoux. Il pencha la tête sur le côté avec une grimace en voyant les dégâts. Et se redressa en ricanant quand Amélia prit un air effaré à sa question sur sa consommation d’alcool. Pour sa défense, vu l’état de la voiture, on était en droit de se le demander. Il hocha la tête en se tournant vers elle. « D’accord, d’accord, je te crois, calme-toi.»  avant de voir Amélia parler d’un chat. Donc, s’il avait bien compris, en voulant éviter d’écraser un greffier, elle avait planté la bagnole dans le décor. Il se massa une tempe en soupirant. Il ne savait même pas pourquoi il était là à lui venir en aide, mais bon. Puis, à la place d’Amélia, chat ou pas chat, il aurait continué sa route. Mais Amélia n’était pas comme lui, heureusement pour elle.

Okay, elle lui demandait de l’aide. Mais elle était marrante, là, aussi. Elle avait vu l’état de la bagnole ? Il était pas magicien, à ce qu’il sache. Il pourrait pas faire des miracles sur ce véhicule. Il croisa les bras, pointant le menton vers la voiture. « Ben là, comme ça, je t’avoue que j’ai pas de solution. Un garage digne de ce nom ne pourra pas la remettre en état avant un moment. Mais peut-être que…» Il fit un pas de plus, sortant enfin cette cigarette du paquet qu’il avait à la main depuis qu’il était arrivé. Il ne voulait pas en arriver là mais c’était un cas de force majeure, après tout. Il ferma les yeux et fit craquer sa nuque avant de se tourner vers la jeune Fraser qui était au bord de la crise de nerf. « J’ai peut-être, je dis bien peut-être une solution.» Marc extirpa son téléphone de sa poche, en espérant que l’autre imbécile n’était pas ivre mort dans un coin de Genosha. Il fit signe à Amélia d’attendre et composa le numéro. Il ne s’attendait pas à quoique ce soit venant de l’autre cassos, mais il avait le don de surprendre parfois. Et une fois n’est pas coutume, il décrocha au bout de deux sonneries. Il s'éloigna un peu d'Amélia histoire qu'elle n'en entende pas trop. « Je te préviens tout de suite, si il est encore question de ton pognon, je…» Marc soupira, leva les yeux au ciel. « Salut, Sebastien. Tu peux te détendre, c’est pas pour ça que je t’appelle. Mais puisque t’en parles, justement, j’ai un truc à te proposer. J’ai une bagnole qui vient de faire une rencontre avec un poteau et c’est pas joli à voir. J’efface ton ardoise si tu me la répares dans les plus bref délais.» « T’as encore conduit bourré, c'est ça ?» « Non. Et quand bien même, c’est pas tes oignons. Tu peux faire ça, ou pas ?» « Envoie une photo de la voiture, je te dirais ça.» Marc brisa son immobilité pour faire le tour de la voiture et prendre en photo les dégâts. Il envoya à Sebastien ce qu’il avait demandé. Il revint vers Amélia qui faisait les cent pas en se rongeant les ongles. « J’connais quelqu’un, il regarde ce qu’il peut faire de ça.» Et comme s’il savait qu’on parlait de lui, Sebastien rappela aussitôt. « Mec, t’es en train de me lancer un défi, là ? Amène-moi le bébé et je m’en charge.» Marc marqua un silence. « Et je fais comment, trou de balle ?» « Ah. Oui. C’est vrai. Je suis là d’ici trois quart d’heures.» Il regretta de lui avoir  demandé son aide quand il capta que cet imbécile n’avait pas leurs coordonnées et qu’il raccrocha tout de suite après. « Espèce de connard…» maugréa Marc dans sa barbe en donnant leur emplacement exact par sms avant de ranger rageusement son téléphone dans sa poche.

« Bon ! Il va nous arranger ça, mais il faut que tu me promettes une chose. Tu vas oublier ce que tu viens d’entendre et tu ne pose pas de question, pigé ?» Il était en train d’exposer les affaires pas forcément légales dans lesquelles il trainait juste pour l’aider. Il lui faisait confiance mais moins Amélia en savait, mieux ça vaudrait pour elle. « Et maintenant… on attend. Tu dois rendre la voiture quand ?»  


___


you made me a believer
I was broken from a young age, taking my soul into the masses. Write down my poems for the few that looked at me took to me, shook to me, feeling me. Singing from heart ache from the pain. Take up my message from the veins, Speaking my lesson from the brain, Seeing the beauty through the pain.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Méli
2 / 52 / 5
1 / 51 / 5
1 / 51 / 5
Chlorokinésie. Peut contrôler les plantes et les arbres. Aussi bien, Amélia peut leur parler mais aussi, les faire bouger, les faire pousser et les faire renaître quand ils sont morts. Elle a un contact assez intime avec eux. Non seulement, ils peuvent devenir une arme, un moyen de défense mais aussi, ils peuvent lui parler à travers des sensations, quand elle les touche.
Keith/ Malik/Connor/Taïs/Jay/Lauren/Jin
345
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Ooops, I did it again [Pv Amélia et Marc]   Sam 17 Juin - 11:40

Ooops, I did it again
Amélia et Marc
••••

Heureusement, Marc me crut quand je lui disais que je n'avais pas picolé. Je hochais la tête à plusieurs reprises et prit à nouveau une grande inspiration, me triturant les doigts.
- D'accord.

Cela allait être sacrément difficile. De me calmer. Pourtant, j'essayais de toute mes forces. Je fermais les yeux, prit une bouffée d'air frais et roulais mes épaules. Histoire de me détendre un peu. Or, lorsque mon grand frère de cœur m'avoua que pour le coup, il n'avait pas de solution magique à me proposer, je poussais un gémissement plaintif, me mettant à stresser de plus belle.

Car si même Marc ne pouvait rien faire, c'était foutu, fichu, j'allais devoir le dire à mes parents et là. Là, c'était la catastrophe assurée. Je m'imaginais déjà, devant eux, la tête baissée pendant qu'ils me remontaient les bretelles. Non pas qu'ils étaient tyrannique hein ! Mais pour le coup, j'avais quand même fait une belle connerie. Je me rongeais les ongles, plus angoissé que jamais.
- Mais comment je fais faire moi? me lamentais-je alors, me mettant de nouveau à faire les cents pas. Avant de m'immobiliser d'un coup quand mon sauveur soumit l'idée qu'il y avait peut-être une solution.

Oh oui ! N'importe laquelle était la bienvenue. Je me tournais vers lui, les yeux pleins d'espoir tandis qu'il extirpait de sa poche, son téléphone portable. J'avais eu raison d'appeler Marc. Il trouvait toujours une solution. Je restais sagement à ma place, ou presque, tentant de comprendre ce qu'il disait à son interlocuteur. Mais à vrai dire, je ne comprenais pas grand chose. Ce dernier s'éloigna, de manière sûrement à ce que j'entende le moins possible.

Je restais donc là, immobile. Tantôt à me ronger les ongles, tantôt à bouger dans tout les sens. Ce fut seulement quelques minutes plus tard que mon frère de cœur revint, m'informant qu'il connaissait quelqu'un pour s'occuper de ça. Je ne pus m'empêcher alors de laisser échapper ma joie de façon retenu. Un léger cri s'échappa de mes lèvres or je dus, encore une fois, me contenir pour ne pas lui sauter au cou et lui coller un gros bisous sur la joue. Comme il m'arrivait souvent de le faire avec Jake et Elijah.
- Merci, merci, merci, me contentais-je donc de dire en sautillant à moitié sur place.

Un nouveau coup de fil et cette fois, je tendis l'oreille, laissant ma curiosité prendre le dessus. N'empêche, je me posais milles et une question. Je me demandais maintenant qui était le gars au téléphone. Comment il allait pouvoir nous aider. Comment lui et Marc s'étaient connu. Bref, je laissais libre court à mon imagination, laissant ma panique de côté.

Car oui, j'étais curieuse. Extrêmement curieuse. Mon frère de cœur était tellement secret sur certain truc. Il n'était pas du genre à étaler sa vie sur un bout de papier. Alors forcément, ça donnait envie d'en savoir plus. Je me redressais, haussant les sourcils quand ce dernier se mit néanmoins à l'insulter.

Bon, une chose est sûr, entre eux ça ne devait pas être cordial.  Mais avant même que je n'ai eu le temps d'ouvrir la bouche, histoire d'assouvir un peu ma curiosité maladive, Marc revint vers moi, m'ordonnant aussitôt de ne poser aucune question et d'oublier ce que j'avais entendu. Un peu déçue, je devais l'avouer, je hochais la tête, murmurant de ma toute petite voix :
- Ok... Rien vu, rien entendu. Je serais une tombe, promis juré craché ! Vraiment merci Marc, tu me sauve la vie.

C'était un peu exagéré mais bon. Il me sauvais la vie quand même. Me mettant de nouveau à me triturer les doigts, je soufflais un bon coup avant de répondre à sa question.
- Je devais rentrer demain matin. Tu penses que ça va le faire? Ton... ami va pouvoir arranger ça? Il arrive quand? C'est son métier?

Je me tus aussitôt, consciente que j'avais déjà poser beaucoup de question en une seule phrase. Un sourire désolé étira mes lèvres tandis que je baissais la tête, me répandant en excuse.
- Oui, je me tais. Pardon.


••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
avatar

On l'appelle souvent l'autre connard.
3 / 53 / 5
2 / 52 / 5
0 / 50 / 5
Il manipule les ombres. En gros, il se sert d'ombres déjà existantes pour en faire ce qu'il veut : déplacer les objets, blesser des êtres vivants, etc.
Albert, Gabriel, Jess Drew, Kurt, Lorna & Anya
293
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Ooops, I did it again [Pv Amélia et Marc]   Mer 21 Juin - 11:36

Ooops, I did it again
Amélia & Marc
Come as you are, as you were, as I want you to be. As a friend, as a friend, as and old enemy. Take your time, hurry up, the choice is yours, don't be late. Take a rest as a friend as and old memoria

Sebastien et lui, c’était une vieille histoire, datant de plusieurs années. Il l’avait rencontré au détour d’un de ces boulots bien payés et pas légaux pour deux sous.  Spécialiste dans les réparations express de voitures volés. Ils avaient travaillés ensemble plus d’une fois. Cet idiot avait par la suite trouvé le moyen de demander à Marc de lui avancer de l’argent et ne lui avait jamais rendu. Marc n’était pas très regardant sur les délais, il aimait bien, en revanche, qu’on lui rende son dû. Peu importait la façon. Un service pour un autre. Les bons comptes faisaient les bons amis, même si dans le cas de Marc, «bons amis» était une notion plus que vague. Sebastien lui en devait une et c’était l’occasion pour lui de s’acquitter de sa dette.

Il se demandait s’il ne devait pas envoyer Amélia ailleurs, histoire de ne pas l’embarquer avec lui si jamais ça tournait mal. Parce que Sebastien avait le don de se faire des ennemis et il était déjà arrivé que Marc doive intervenir parce qu’il était présent à ces moments-là. C’était aussi pour ça qu’il avait pris ses distances avec ce nid à problèmes. Il en avait déjà assez à gérer de son côté pour en plus additionner ceux des baltringues dans son genre.  Et Amélia, qui n’avait rien à voir avec tout ça, ne devait pas y être plus impliquée. S’il faisait appel à ce type, c’était parce qu’il connaissait son travail et que c’était un cas urgent. Mais il était hors de question d’impliquer davantage Amélia là-dedans. La jeune Fraser se posait des questions et lui en posait, malgré sa promesse de ne pas le questionner. Marc pivota la tête dans sa direction avec un regard appuyé. Il secoua la tête, se demandant pourquoi il faisait ça. Après tout, ça pourrait tout aussi bien ne pas être son problème. Amélia avait esquinté la voiture de ses parents et quel gosse dans le monde ne faisait pas ça ? Il avait lui-même esquinté celle de Maman Bowman plus d’une fois. Et Aidan l’avait carrément envoyé à la casse. Mais voilà, quand Amélia appelait à l’aide, Marc rappliquait et faisait son possible pour l’aider, même si ce n’était pas lui rendre service. Une personne normalement constituée aurait tout simplement ramené Amélia chez elle et l’aurait laissée affronter les conséquences de ce malheureux accident. Mais Marc et la norme… Comment dire que c’était égal à quinze millions ?

Il se posta à côté d’elle, les mains dans les poches. « Ce type aime les défis. C’est un abruti, mais un abruti talentueux. Il m’a déjà aidé pour divers problèmes de voitures.» Il se garda bien de préciser lesquels. « S'il est sobre, il devrait pouvoir remettre le bébé en état avant que tu ne doives la rendre. Et si c’est pas le cas, on trouvera une excuse pour gagner du temps.» Restait encore à savoir quelle excuse ils allaient bien pouvoir trouver. Heureusement, ce n’était pas ça qui manquait. Il tourna à nouveau la tête vers Amélia, croisant les bras. « Et tu foutais quoi, ici ? T’es pas à vélo, d’habitude ? » En fait, c’était la première question qu’il aurait dû poser. Mais il avait été distrait par l’énorme fumée qui sortait du moteur et par l’idée qu’Amélia aurait pu être blessée dans l’accident. Maintenant qu’ils avaient du temps devant eux en attendant l’arrivée de l’autre connard, il pouvait en apprendre davantage sur les raisons pour lesquelles il retrouvait Amélia à Emman. « T’avais un rencard avec un de ces fils à papa qui ne jurent que par tes beaux yeux ? Ou une fille à papa, après tout, tu fais ce que tu veux, hein. » Il ne pouvait pas s’empêcher de la charrier, malgré la situation. Qu’est-ce qu’il en savait, après tout ? Elle pouvait tout aussi bien aller voir un mec. Ou une fille. Elle était majeure, la môme. Elle faisait bien ce qu’elle voulait et c’était pas lui qui allait lui faire la morale, oh que non. Il avait fait bien pire que de se rendre à un endroit pour des raisons précises et esquinté la bagnole des Bowman.  


___


you made me a believer
I was broken from a young age, taking my soul into the masses. Write down my poems for the few that looked at me took to me, shook to me, feeling me. Singing from heart ache from the pain. Take up my message from the veins, Speaking my lesson from the brain, Seeing the beauty through the pain.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Méli
2 / 52 / 5
1 / 51 / 5
1 / 51 / 5
Chlorokinésie. Peut contrôler les plantes et les arbres. Aussi bien, Amélia peut leur parler mais aussi, les faire bouger, les faire pousser et les faire renaître quand ils sont morts. Elle a un contact assez intime avec eux. Non seulement, ils peuvent devenir une arme, un moyen de défense mais aussi, ils peuvent lui parler à travers des sensations, quand elle les touche.
Keith/ Malik/Connor/Taïs/Jay/Lauren/Jin
345
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Ooops, I did it again [Pv Amélia et Marc]   Ven 30 Juin - 12:57

Ooops, I did it again
Amélia et Marc
••••

Marc se posta à côté de moi, les mains dans les poches. Les yeux écarquillés, je l'écoutais parler, me triturant les doigts comme jamais. Car je me sentais toujours très stressée. Angoissée même. Je n'arrivais pas à rester sur place et je gigotais dans tous les sens, dansant d'un pied à un autre.

Je savais que je pouvais lui faire confiance. Oh oui ! Je ne l'avais pas appeler pour rien. Mais je ne pouvais m'empêcher d'imaginer divers situations qui me faisaient paniquer. Comme la confrontation avec mes parents par exemple. Ou la perspective de devoir les rembourser alors que je n'avais pas un kopeck. Le comble, quand on vivait dans une famille riche.

Le plus tranquillement possible, mon frère de cœur m'avoua que le type aimait les défis. J'échappais un : "oh" quand il ajouta que ce dernier l'avait aidé dans le passé. Sur plusieurs problèmes. Je me demandais d'ailleurs quel genre de soucis il avait rencontré. Or, je me retins de lui demander, certaine déjà qu'il m'enverrait sur les roses en me lançant un regard blasé.

Bah quoi? J'étais curieuse moi. Néanmoins, je me tenais tranquille, entrouvrant la bouche et haussant les sourcils lorsqu'il fit mention cependant de sa sobriété.
- Espérons qu'il ne soit pas trop bourré alors, murmurais-je d'une petite voix apeurée, mon visage pâlissant à vue d'oeil.

Non parce que j'étais déjà assez dans la merde comme ça. Maintenant, j'imaginais le gars complètement pété, en train d'essayer d'extirper cette foutu voiture de là. En l’esquintant de plus belle. Quand je disais que l'alcool s'était nul !  Olalalala mais dans quoi je m'étais fourré moi. De nouveau, je sentis une angoisse m'envahir et je me remis à faire les cents pas, me rongeant les ongles.

C'est là que Marc me posa quelques questions. Je me retournais, me mettant à bafouiller comme s'il m'avait pris sur le fait. Alors que bon, je n'avais rien à me reprocher. Sans compter l'accident bien sûr. Parce que là, oui. J'y étais quand même pour quelque chose.
- C'est que euh.... bah... Mes potes et moi ont devaient se rejoindre à la plage. Je ne pouvais pas venir en vélo ! C'était beaucoup trop loin. Alors j'ai emprunté la voiture aux parents. Et puis bon, vu que je ne bois pas, c'est moi qui devait faire le Sam. J'avais la responsabilité de les ramener chez eux en un seul morceau.

Ça me faisait penser que je ne les avais même pas encore prévenu. Reprenant ma respiration. Car j'en avais même oublié de respirer. Je me redressais, posant un regard sur mon frère de cœur qui soumit soudain l'idée si c'était pour rejoindre un mec ou une fille. Voir les deux. Qu'importe.
- Non ! Mais non ! Même pas ! me sentis-je obligé de dire, en bougeant mes bras dans tout les sens. Mon beau vendeur est pas là de toute façon et puis....et puis...

Et puis, pourquoi je venais de dire ça moi? Qu'es-ce que mon libraire trop mignon venait faire dans la conversation? Je déglutis, préférant me fondre en silence. C'était mieux. Quand je paniquais, j'avais vraiment tendance à dire n'importe quoi. Mes propos partaient de tout côté. J'inspirais un bon coup, cherchant l'air pénétrer dans ma gorge.

Inspire. Respire. Inspire. Respire. Quand Mai me disait de me mettre à la méditation, je devrais peut-être l'écouter. Un peu plus calme, je me tournais vers Marc qui affichait dorénavant un air amusé. Je plissais les yeux, fronçant les sourcils, comprenant aussitôt.
- Han ! Mais arrête de te moquer de moi. C'est pas drôle.



••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
avatar

On l'appelle souvent l'autre connard.
3 / 53 / 5
2 / 52 / 5
0 / 50 / 5
Il manipule les ombres. En gros, il se sert d'ombres déjà existantes pour en faire ce qu'il veut : déplacer les objets, blesser des êtres vivants, etc.
Albert, Gabriel, Jess Drew, Kurt, Lorna & Anya
293
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Ooops, I did it again [Pv Amélia et Marc]   Jeu 20 Juil - 15:53

Ooops, I did it again
Amélia & Marc
Come as you are, as you were, as I want you to be. As a friend, as a friend, as and old enemy. Take your time, hurry up, the choice is yours, don't be late. Take a rest as a friend as and old memoria

Taquiner Amélia, c’était facile. Tellement facile qu’il ne s’en lassait jamais. C’était amusant de la voir s’empourprer pour s’emmêler les pinceaux. Au lieu de marcher, elle courrait carrément. Un petit sourire s’afficha sur le visage de Marc en voyant Amélia qui tentait de se justifier, se perdant elle-même dans ses explications. Il se retint d’éclater de rire, se contentant d’hocher la tête à grand renfort de «Oui, oui», totalement hilare. Bien entendu, Amélia mit un moment avant de se rendre compte qu’il se fichait totalement de sa poire. Et quand elle s’en aperçut, la protestation qui sortit de sa bouche manqua de le faire s’esclaffer pour de bon. « Okay, j’arrête.» Il haussa les épaules en laissant son regard se perdre sur l’horizon en face d’eux. Au loin, ils pouvaient apercevoir les lumières d’Emman. Il tourna à nouveau la tête vers Amélia, gardant son sourire en coin. « Un vendeur, hein ? Ton vendeur, même…» Une petite remarque lancée comme ça, qui n’allait pas manquer de faire rougir Amélia.

Marc décida de finalement cesser de la taquiner. Après tout, ce qu’Amélia faisait de son temps libre n’était pas ses oignons. Il n’était pas son père et il n’était même pas son frère. Donc si la jeune brunette avait envie de fricotter avec un vendeur, ce n’était pas lui qui allait dire quoi que ce soit. Après, ça deviendrait ses oignons s’il retrouvait Amélia en train de pleurer à cause de ça. Là, oui, ça deviendrait ses affaires. « Tu fais ce que tu veux, t’es grande, t’es adulte et c’est certainement pas à moi que tu auras des comptes à rendre.» lança Marc avec nonchalance, extirpant une nouvelle cigarette d’un paquet. « T’es plus une gamine, donc à la limite…» Il haussa les épaules avant de faire un pas en direction de la route. Sebastian n’arriverait pas avant un moment, mais autant se placer de façon visible si jamais il défiait ses records de vitesse. « Profites-en pour t’amuser tant que tu le peux, comme ça, tu n’auras aucun regret par la suite.» Les conseils de Marc Bowman, bientôt dans votre librairie pour trois dollars cinquante.

Au bout d’une attente que Marc avait finit par trouver longue, un bruit caractéristique se fit entendre. Il se tourna vers Amélia pour lui faire signe de rester près de lui. Si Sebastian était sobre, ça pouvait aller. Mais s’il avait trois verres dans le sang et deux grammes de coke dans la narine gauche, ce serait une très bonne idée d’éviter de se faire écraser par son véhicule. Son tas de boue apparut à la fin du virage et le Bowman analysa sa trajectoire pour déterminer si leur sauveur était frais. Sa conduite avait l’air d’être correcte. Restait à savoir s’il était capable d’extirper la voiture des Fraser sans l’endommager. C’était un peu la solution sortie du chapeau. Sebastian gara le véhicule, descendit de la cabine et se dirigea vers eux. Marc plaça Amélia derrière lui sans même s’en rendre compte. A force de fréquenter des types de cet acabit, il se méfiait. « Où est le bébé ?» lança Sebastian d’un ton enjoué, comme si on lui avait promis une montagne de friandise - ou dans son cas, beaucoup, beaucoup de substances illicites. Marc arqua un sourcil. Comme si la carcasse fumante de la voiture n’était pas assez visible. Il pointa un doigt vers le véhicule endommagé. Et Sebastian s’y dirigea, sautillant presque comme un gosse. Il en fit le tour pendant que Marc s’adossa à sa propre voiture, gardant un oeil sur Amélia. L’examen de Sebastian prit un certain temps avant qu’il ne revienne vers eux. « Okay, ça va être du gâteau. Le plus dur va être de la tirer de là, mais la réparation… Comme papa dans maman. » Marc hocha la tête, habitué à entendre les expressions étranges de Sebastian. Il se contenta d’hausser les épaules. « Okay, la miss et moi, on t’attend dans la voiture. On te suivra.» Sebastian n’attendit pas la fin de la réponse de Marc pour filer. Il était excité comme une puce, heureux de trouver un défi à sa hauteur. Marc attrapa Amélia par le bras pour la pousser vers sa propre voiture. « On va l’attendre ici, hein. Je préfère pas rester à sa portée quand il fait ça.» Ce qui n’était pas forcément rassurant pour Amélia et pour le sorte de la voiture des Fraser, mais Marc voulait dire par là que Sebastian était tellement obsédé par une voiture quand il devait opérer de sa magie qu’il oubliait tout être humain autour de lui.   


___


you made me a believer
I was broken from a young age, taking my soul into the masses. Write down my poems for the few that looked at me took to me, shook to me, feeling me. Singing from heart ache from the pain. Take up my message from the veins, Speaking my lesson from the brain, Seeing the beauty through the pain.
Revenir en haut Aller en bas
 
Ooops, I did it again [Pv Amélia et Marc]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Atelier Marc Fisher
» Le Hérisson
» [SOFT] [Update] HD2 connexions
» Evolution des devis, du type de clientèle et des charges d'un atelier - Atelier Amoroso Waldeis
» Le magazine littéraire du mois de juin !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
House of M :: GENOSHA :: EMMANN-
Sauter vers: