RSS
RSS
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Crossroads (Keith&Cindy)
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Invité
Invité
avatar



Lun 12 Mar - 14:22
Crossroads


Suspendue à une de mes toiles, je regarde la ville au dessous de moi. Je crois que je me suis endormie à un moment alors que je la contemplais. C’est pas tout à fait raisonnable d’ailleurs. Vous imaginez les gros titres : “Disparition de la superhéroine Silk, elle dormait quand sa nemesis l’a attaquée”. La honte. Bon certes, je n’avais pas de nemesis réellement mais j’avais assez d’ennemis pour savoir que ça allait m’attirer des ennuis un jour. Surtout que bon, je n’étais pas non plus un aimant à ennemis du spidervers. Le simple fait que j’étais sortie de mon bunker ne mettait pas toutes les araignées que nous étions en danger. … Ah si, en fait c’était le cas. Je devrais avoir honte de seulement dormir et non de dormir là où j’étais plus en danger. Et puis, vu comment j’étais douée une fois en hauteur, dormir accrochée à ma toile était une très mauvaise idée. Mais je ne sais pas. J’étais là, occupée à scrutée dans la ville sans réel but et le sommeil m’avait cueilli.Si j’avais eu du mal au début, maintenant les bruits de la ville était rassurant quand il n’y avait pas les sirènes des pompiers ou autres choses du genre qui mettaient mon Silk-sense en alerte. D’ailleurs, je me demandais si ce n’étais pas lui qui m’avait réveillé. Parce que j’avais senti ce frisson remonter le long de ma colonne vertébrale quand j’avais rouvert les yeux. Ce frisson qui me disait qu’il se passait quelque chose. Bref, l’instinct qui me caractérisait… et m’attirait pas mal d’emmerdes en même temps. J’hésitais, mes mains appuyée contre la paroie d’un bâtiment. Est-ce que je m’écoutais ? Ou est-ce que je faisais preuve de sagesse et que je rentrais ? Mais était-ce réellement sage de rentrer chez soi quand on prétendait être un superhéro - parce que j’étais pas bien sure de faire autre chose que prétendre l’être - et qu’on pensait qu’il se passait quelque chose ? Non, ce n’était pas tout à fait sage. Et puis depuis quelques temps, j’étais comme une bête en cage. Albert était à l’appartement mais pas non plus si souvent. Et même si j’appréciais encore le calme et le silence, je commençais à avoir du mal à rester seule chez moi. C’était qu’une période comme j’en avais par moment, je le savais. Mais du coup, je préférais rester dehors. Je décollais une main de la paroie et, tout à fait naturellement, je la balançais vers un autre immeuble avec ma toile qui prolongeait le mouvement pour s’accrocher sur un mur. Je me laissais tomber rattraper par cette toile et profitant de l’élan que cela me donnait, je sautais sur un autre mur. Je me laissais guider par ce truc qui me chatouillait la nuque, qui me faisait dire que quelque chose se passait. Enfin non, j’avais pas la sensation qu’il se passait quelque chose. Plus qu’il allait se passer. Que je devais me trouver à cet endroit où j’allais. Je finissais par arriver dans une ruelle. Une ruelle beaucoup trop calme pour que ce soit naturel. Cachée sur le haut d’un mur, je guettais ce qui se passait. Il y avait du monde dans un bâtiment mais cela me semblait pas non plus incongru. Je finis par voir deux types sortir du bâtiment et je compris tout de suite, aux poils qui se dressaient sur ma nuque, que je n’étais pas venue pour rien. Je les reconnaissais pour les avoir croiser plusieurs fois. Et puis ce style à base de gros bras et blouson de cuir…. Tss. Ils travaillaient pour un gang de drogue du coin. Et je savais qui était leur chef. Parce que j’aurais bien eu une petite discussion avec lui. J’attendis qu’ils m’aient dépassé pour poser les pieds au sol. S’ils étaient là, lui était peut être dans le bâtiment. Et, t’es qui toi ? Oups. Pas dépassé d’assez loin faut croire. Avec une vitesse typique de mon genre de super héro, je me retournais et leur balançais des toiles à la tronche. Puis, je prenais mon élan et sautais pour les frapper tous les deux d’un coup de pied circulaire dans le visage. Bien fait. N’étant pas une noob à ce point, je perdis un peu de temps à déplacer les corps, pour les cacher sous une benne à ordure. J’espérais bien qu’ils allaient puer au réveil.  Puis je me glissais dans le bâtiment, par une minuscule fenêtre ouverte. Je ne mis pas longtemps à trouver la personne que je cherchais, guidée par sa voix. Il devait être au téléphone. Je m’avançais dans son dos, m’arrêtant à quelques mètres seulement pour aller m’asseoir sur le dossier d’une chaise. Ma main, celle avec ma griffe, attrapa le premier truc qui trainait dans le coin pour jouer avec. Flash n’est-ce pas ? Je le vis se tourner vers moi pendant que je penchais la tête sur le côté. Silk, enchantée… ou pas. Je crois qu’on a à discuter toi et moi. A propos d’une histoire de nazi et d’incendie pour dissimuler leur meurtre… Comme briser la glace, leçon n°1 par Silk. De rien, c’est gratuit. Autant que vous en profitiez.


Revenir en haut Aller en bas
Keith Ferell
Humain
Keith Ferell


https://houseofm.forumactif.org/t3425-keith-ferell https://houseofm.forumactif.org/t1395-keith-ferell
More about you : Crossroads (Keith&Cindy) E88r

Codename : Flash
Pouvoirs : Keith possède un arc magique. Il apparait quand il en a besoin (et peut même parfois disparaitre à sa guise)
Emergence :
Crossroads (Keith&Cindy) Fonddr115 / 55 / 5Crossroads (Keith&Cindy) Fonddr11
Maitrise :
Crossroads (Keith&Cindy) Fonddr110 / 50 / 5Crossroads (Keith&Cindy) Fonddr11
Messages : 1294
DCs : Artémia - Malik - Kwan - Tao - Jay - Taïs - Junno - Alaric - Simon - Kelsey - Russel - Lauren - Yong-Sun

Mar 13 Mar - 13:13


 Crossroads

FT. Cindy

Beaucoup de chose avait changé pour lui. Depuis les derniers évènements qui s'étaient produit quelques semaines plus tôt. Plusieurs mois même. Depuis... Depuis sa sortie de prison en fin de compte.

Rien que d'y penser, son corps se crispait. Son cœur se serrait. Sa nervosité était à son sommet et il avait parfois grand mal, à la canaliser. Car divers sentiments le tiraillaient. Pas les meilleurs hélas. Il ressassait souvent ce qui s'était passé là-bas. Derrière les barreaux. Il revoyait le visage de ce nazi. Il entendait encore sa voix, son rire machiavélique quand. A ce souvenir, sa mâchoire se crispa et un grognement sourd s'échappa d'entre ses lèvres pincées. Quand cet enfoiré l'avait alpagué avec ses potes dans les douches communes.

La douleur ressentit. La soumission. L'impression d'être brisé, autant à l'extérieur qu'à l'intérieur. Les regrets. Le vide. Le désir de plus en plus oppressant d'en finir une bonne fois pour toute. Puis, la libération. La sensation néanmoins de ne plus trouver sa place dans ce monde. Une main tendue. Celle de Clary. Son arc magique. La reconstruction mais une envie soudaine de vengeance.  Gabriel... Puis, la colère. La haine. Une pulsion violente et dévastatrice, l'entrainant vers les regrets et une culpabilité oppressante.

Oui. Trop de chose s'était passé. Il n'était plus le même. Alors certes, certaines choses restaient inchangé. Il était toujours aussi nerveux, en colère perpétuelle. Il ne brillait pas par sa patience et une même rage coulait en lui. Mais il n'était plus l'homme qu'il avait été auparavant. Il n'était plus Flash mais bien Keith. Keith qui, armé de son arc capricieux, prêtait parfois main forte à des innocents. Histoire de palier tout le mal qu'il avait pu engendrer autour de lui.
- Non.

Quittant le court de ses pensées, le brun prit une grande inspiration et ancra son regard sur les deux hommes, qui lui faisaient face à cet instant précis. Ces derniers étaient venu le trouver ici, dans ce bar, pour lui proposer de reprendre le business sur le quartier Est de New-York. Flash aurait surement été flatté. Il aurait surement accepté cette proposition et aurait repris les affaires, sans hésitation aucune. Mais lui, voulait définitivement tourner cette page de sa vie.

Il se l'était promis. Dès l'instant où il s'était relevé après avoir battu à mort ce nazi. Ce n'était pas pour rien qu'il avait demandé à Lighter de faire cramer l'entrepôt. Parce que malgré toute la tentation de reprendre le contrôle sur ce territoire, il savait que cela n'aurait servi à rien. À part entrainer des jeunes sur le chemin de la drogue, ce qui n'était clairement plus son objectif.
"Mais... Comment ça non? On a entendu ce qui s'est passé. On a entendu parler de l'incendie. De ce que tu as fais là-bas. De la Fouine. J'ai même entendu dire que vous formez une putain de bonne équipe avec Lighter. C'est vrai? Bordel, Flash. Comment tu peux refuser une telle opportunité? On es prêt à te suivre là merde."

- J'ai dis, non, rétorqua l'ex-dealer en ancrant toujours plus ses iris dans ceux de son interlocuteur. Tant qu'à Lighter. Foutez-lui la paix. Ok? On ne veut plus avoir à faire à tout ça. Es-ce bien clair? Maintenant dégagez. Franchement, je n'ai pas envie de me répéter.

Sa voix s'était faite rauque, intransigeante. Les muscles tendus, les sourcils froncés, le corps crispé, l'ex-taulard marqua un temps d'arrêt, sous l’œil médusé et frustré des deux types qui se levèrent en grommelant.
"Le message est clair mais tu sais où nous trouver au cas où tu changerai d'avis."

Les traits tirés, Keith resta muet, immobile sur sa chaise tandis qu'il les suivit des yeux. Quelques instants. Il n'aimait pas la manière dont ces mecs essayaient de lui forcer la main. Un soupir lui échappa et il passa une main brève sur sa nuque puis dans ses cheveux, s'assurant qu'ils étaient parti avant de sortir cette fois de la poche de sa veste en cuir, son téléphone portable. Répondeur. Merde. Se demandant bien pourquoi il faisait ça, le brun grogna de plus belle et laissa un message brève, précis, dans l'unique but de le prévenir. Une fois de plus. Une fois encore. A croire que ça en devenait une habitude.
- C'est moi. Fait gaffe. Ce qui s'est passé la dernière fois à encore fait le tour du quartier. C'est possible qu'ils viennent te rendre visite toi aussi. Bref. C'est pas encore fini quoi.

Pas une salutation. Rien. Il raccrocha et laissa un nouveau grognement lui échapper, ébouriffant les cheveux au passage avant d'enrouler son verre de ses doigts. Il ne s'attendait clairement pas à entendre son nom de dealer résonner de la bouche d'une femme. Surpris, Keith se retourna et posa ses prunelles sur l'inconnue qui penchait doucement la tête sur le côté, jouant avec un objet entre ses mains. Ou entre ses griffes plutôt.

"Silk, enchantée… ou pas. Je crois qu’on a à discuter toi et moi. A propos d’une histoire de nazi et d’incendie pour dissimuler leur meurtre… "  Le temps qu'il assimile ce qui se passait, il était déjà trop tard. Son identité se dévoila et son cœur se mit soudainement à s’accélérer contre sa poitrine. Silk... c'est pas vrai. Merde. Comment elle l'avait retrouvé? Merde. Il était foutu. Pourtant, depuis que Gabriel l'avait prévenu, par texto, que cette dernière était au courant de tout, il avait tâché de rester discret. Il s'était de nombreuses fois planqué, quitte à ne quitter sa planque que lorsque c'était nécessaire. Mais là. Là, elle l'avait retrouvé et elle le regardait maintenant, avec une expression qu'il avait du mal à percer.
- Alors ça y est? On se rencontre enfin....

Un soupir lui échappa et il marqua un silence, déglutissant en posant une unième fois une main nerveuse sur sa nuque. Il s'était même levé de sa chaise. Prit sur le fait, la peur au ventre de se voir enfermer à nouveau derrière les barreaux d'une prison, le brun se mordit la lèvre, ajoutant aussitôt.
- Écoute. Il n'y a rien à dire à ce sujet. Je ne tiens pas à te mentir. Ce qui est fait et fait mais sache que je retournais pas en prison. Jamais. Tu peux me demander tout ce que tu voudras, je ne te suivra pas là-bas. Il en est hors de question.
(c) ANAPHORE



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Mar 27 Mar - 15:21
Crossroads


Il n’était pas très compliqué de capter la surprise dans le regard de Flash quand il se tourna vers moi et que je le fixais, la tête penchée, souriante. Un des trucs qui me plaisaient en tant que Silk était ma capacité à surprendre les gens. Une araignée c’est silencieux, ça ne se fait pas entendre quand ça s’introduit dans une pièce. Et même mon extrême maladresse, dans le référentiel de super héro, ne suffisait pas à changer cela. Ce qui faisait que je surprenais souvent beaucoup de monde. Mais ce qui moi me surprenait à l’instant présent ce n’était pas la surprise dans le regard du jeune dealeur. Non, il y avait autre chose qui grandissait petit à petit. Une forme de peur ou même de panique que je voyais au fond de ses yeux. La même qui faisait dresser mes poils sur mes bras, sous mon costume, alors que je ne me sentais pas moi en danger. J’avais calmement exposé qui j’étais, un peu moqueuse parce que dans le fond je me doutais bien qu’il savait déjà qui j’étais. Et je lui avais dit, sarcastiquement, pourquoi je venais. Chose qu’il devait déjà savoir également. Je ne doutais pas que Gabriel, ou plutôt Lighter, l’aurait prévenu du fait que j’étais au courant et que j’avais l’intention d’avoir une conversation avec lui. Enfin la seconde partie je ne l’avais pas dite à Gabriel, mais je savais qu’il s’en doutait. Il commençait peut être à me connaître plus ou moins. Nos routes se sont assez croisées pour cela. Mais du coup… pourquoi cet homme, ce criminel visiblement avec peu de remords de ce que j’avais pu voir de ses actions… pourquoi cet homme avait peur tout de suite ? Etait-ce de moi ? Je me savais pas effrayante à ce point là… Il devait y avoir autre chose. Une nuance de la situation que je n’avais visiblement pas comprise. Ou des éléments qui me manquaient réellement. Il finit par prendre la parole. Le “enfin” m’arrache un sourire caché par mon masque. Oui enfin. Je lui avais pas réellement couru après avant. J’avais foutu quelques uns de ses gars derrière les barreaux. J’avais foutu des bâtons dans les roues de son organisation. C’était ce qui m’avait fait connaître Gabriel d’ailleurs, ou plutôt Lighter ce jour là. Mais je m’en étais pas réellement pris à lui. Avant le dérapage de l’autre fois, le dérapage et meurtre de certaines personnes. Certes, des neo-nazi c’est pas vraiment une grande perte mais tout de même. Je vois le sourire sur les lèvres de l’homme qui me fait face. Et oui, enfin. Ma voix est chargée de rire, d’ironie et de moqueries d’une certaine manière. Une rencontre… il ne savait pas vraiment quelles étaient mes intentions. Moi même je les ignorais peut être. Je continue de le fixer, voyant la nervosité qui continue de le ronger. Rien à dire ? Je haussais un sourcil, en désaccord avec lui dès les premiers mots qu’il prononça. Parce que je pensais pas que cet évènement était quelque chose sur lequel il n’avait rien à dire. Sans parler que je m’en foutais qu’il compte me mentir ou pas. Je l’écoute tout de même avant de lâcher un léger rire. Quelque chose me dit que tu n’es jamais réellement sorti de cette prison n’est-ce pas ? Je me penche légèrement en avant et laisse tomber l’objet que je tripotais de la main. Délicatement je fais bouger mes doigts, suivant du regard ma griffe avant de reporter mon attention sur le jeune homme. Je voulais lui faire sentir, comme moi je sentais avec mon sixième sens, quel danger je pouvais représenter. Et, tu sais, je ne demande pas vraiment leur avis aux criminels quand je les fous en prison. Mais bon, c’est mignon de vouloir essayer… Mais il devait savoir. Connaitre l’espèce de contrat muet qui me lier à Gabriel, ce contrat qui disait que tant qu’il franchissait pas les lignes à ne pas franchir, je ne le foutais pas en taule. Alors je perdais un peu de crédibilité en disant ça. Si tu veux avoir ne serait-ce que une chance que je te fiche pas dans une cellule dès ce soir, évite de me tenir le discours comme quoi il n’y aurait rien à dire sur l'événement. Maintenant : pourquoi ? Je n’ai pas besoin d’expliciter ma demande tant elle me parait claire. Pourquoi il avait fait cela ?
Revenir en haut Aller en bas
Keith Ferell
Humain
Keith Ferell


https://houseofm.forumactif.org/t3425-keith-ferell https://houseofm.forumactif.org/t1395-keith-ferell
More about you : Crossroads (Keith&Cindy) E88r

Codename : Flash
Pouvoirs : Keith possède un arc magique. Il apparait quand il en a besoin (et peut même parfois disparaitre à sa guise)
Emergence :
Crossroads (Keith&Cindy) Fonddr115 / 55 / 5Crossroads (Keith&Cindy) Fonddr11
Maitrise :
Crossroads (Keith&Cindy) Fonddr110 / 50 / 5Crossroads (Keith&Cindy) Fonddr11
Messages : 1294
DCs : Artémia - Malik - Kwan - Tao - Jay - Taïs - Junno - Alaric - Simon - Kelsey - Russel - Lauren - Yong-Sun

Mar 3 Avr - 11:41


 Crossroads

FT. Cindy

Pour être franc, Keith aurait préféré ne jamais arrivé à ce moment. Il aurait préféré ne jamais rencontré en personne Silk pour ne pas avoir, justement, à se justifier de ses actes. Mais il était trop tard désormais. Il était trop tard pour reculer. Il ne pouvait pas fuir et quoi qu'il fasse à présent, il était comme piégé. Car elle le retrouva, toujours, d'une manière ou d'une autre. Si elle avait décidé d'avoir cette... "conversation" avec lui, c'était pour une raison. Il ne pouvait rien y faire. Il ne pouvait plus se cacher et il sentait que là, tout de suite, il était dans la merde. Jusqu'au cou, ce qui le rendait d'autant plus inquiet, nerveux, soumis à une angoisse de plus en plus oppressante.

Retourner en prison? Jamais de la vie. Il s'en faisait la promesse. C'est pourquoi, tout en passant une main fébrile sur sa nuque puis dans ses cheveux, il s'était redressé de sa chaise et regardait la femme sous son costume qui accueillait visiblement cet entretien avec une certaine ironie.

Par ailleurs, sous son regard moqueur, il tressaillit. Difficilement, il déglutit et serra toujours plus la mâchoire lorsqu'elle lâcha un rire en murmurant que quelque chose lui disait qu'il n'était jamais réellement sorti de cette prison.  

Elle n'avait pas tord. Cette prison avait tout changé. Elle l'avait détruit comme une bombe qui lui avait explosé en pleine figure. Elle avait tué Flash. Flash, le dealer de drogue qui s'était battu pour avoir toute la place qu'il méritait. Elle lui avait infligé blessure, souffrance. Pire encore, elle avait brisé sa fierté, son égo, sa confiance au point de l'entrainé dans une dépression latente et suicidaire.

Certes, le brun restait nerveux, implacable parfois et restait fidèle à lui-même en se laissant déborder par ses émotions mais oui. Intérieurement, on l'avait brisé. Ces nazis, ce nazi l'avait abattu, en faisant de lui un objet, un instrument de torture et de perversion pour son bon plaisir. Alors oui. Silk avait raison. Il était sortit. Il essayait maintenant de réparer ses erreurs en contribuant à la sécurité des innocents mais jamais il n'avait quitté cet endroit. Jamais. Il n'avait jamais réussi à tourner la page et pas une seconde ne s'écoulait, sans qu'il ne se souvienne de ce qui s'est passé là-bas, derrière les barreaux.

C'est pourquoi, à ses dires, seul un grognement s'échappa d'entre ses lèvres. Il baissa la tête, agité, en alerte et ferma même les yeux, sourcils froncés, lorsque la femme rajouta qu'elle ne demandait de toute façon jamais l'avis à un criminel pour le remettre à la justice.
- Je m'en doute bien...

Sa voix rauque perça le silence. Les traits de son visage se crispèrent et bon sang, son cœur lui martelait avec force sa poitrine. Il se sentait oppressé. Il était terrorisé à la perspective de retourner en prison et il se sentait piégé, observé et jugé par Silk qui lui demandait maintenant des explications.

Mais que devait-il dire? A quoi cela servirait? Keith avait dealé, fait usage de la menace et de ses poings pour avoir ce qu'il désirait. Il avait entrainé des jeunes dans la drogue. Il avait utilisé chacun d'entre eux dans le seul but de s'élever, lui. Toujours plus hauts dans cette hiérarchie, dans ce cercle vicieux où personne ne se faisait de cadeaux. Il avait même tenté d'utiliser Gabriel. Il avait tenté de le soumettre à ses exigences en n'hésitant pas à menacer ses proches pour qu'il s'incline. Il avait cherché à le briser, à le tuer tout ça parce qu'il avait foiré une mission sans lui laisser le temps de s'expliquer. Il avait même lancé ses chiens sur lui pour l'éliminer une bonne fois pour toute quand il avait contribué à cet incendie de grand ampleur qui avait fait cramé sa marchandise. En y réfléchissant, il le méritait. Il méritait ce qu'il lui était arrivé. Il méritait le jugement de Silk et peut-être même qu'il méritait finalement de croupir à nouveau en prison.

Ce meurtre... dans cet entrepôt. Ce n'était que les conséquences de ses actes en fin de compte. Une fois de plus, sa violence, sa noirceur avait parlé, sa rage brutale et assassine l'avait envahit au point de le rendre incontrôlable et de le pousser enfin à commettre l'irréparable.
- Pourtant, c'est vrai. Il n'y a rien à dire à ce sujet.

De plus belle, un soupir lui échappa et il se laissa retomber sur sa chaise, portant une main à son visage las, fatigué, crispé par toute cette souffrance, cette peur, cette culpabilité qui le rongeait depuis cette fameuse nuit où il avait frappé ce type jusqu'à ce qu'il pousse son dernier soupir.
- J'ai tué ce type et je ne cherche pas à me faire pardonner. Je dois vivre avec. Je...

Levant le menton, Keith marqua un silence. A nouveau, un soupir lui échappa et il laissa ses doigts glisser sur son menton, levant ses iris sur elle.
- Ce n'était pas prévu. Oui. J'ai voulu me venger. J'ai voulu lui faire payer de m'avoir... Bref. De m'avoir fait ce qu'il m'a fait mais mon but premier n'était pas de le tuer. Je le jure. J'ai juste... perdu le contrôle. Je n'ai pas su m'arrêter à temps et c'est seulement quand tout à été fini que j'ai réalisé ce que je venais de faire. Tout a été très vite. Quant à Lighter... ce n'est pas de sa faute. C'est moi qui l'a contraints à venir m'aider. Il n'y est pour rien dans toute cette affaire. C'est tout ce que je peux dire. Fait ce qu'il te semble juste. Après tout, peut-être que c'est mérité.
(c) ANAPHORE



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Mer 9 Mai - 13:48
Crossroads


Je vois sa tête se baisser et ses sourcils se froncer quand je lui fais savoir que je m’en moque bien de son avis pour savoir si je vais le mettre en prison ou pas. C’était vrai, j’étais censé être une superhéroine. J’allais pas demander l’accord des méchants avant de les enfermer ou de leur casser la tronche. Je doutais que Captain America avait demandé l’accord des nazi ou de HYDRA avant de se battre contre eux pendant la guerre. Bon le truc c’était que j’étais définitivement pas Captain America, genre rien à voir. J’étais… le niveau sous merde du super héro. Mais pourtant je ne sens pas d’ironie dans a voix quand il me dit qu’il s’en doute. Moi qui aurait cru qu’il y en aurait probablement parce que je m’attendais à ce qu’il sache que j’avais à plusieurs reprises laissé Gabriel dans la nature. Mais peut être que Gabriel ne lui avait pas dit. Je ne pus empêcher un sourire de naître sur mes lèvres. Gabriel me faisait sortir de mes habitudes c’était sur. Sourire que je fais vite mourir parce que mon sixième sens détecte le stress chez Flash. Il y a surement quelque chose que je ne comprends pas, un détail qui me manque dans tout ce bordel. Mais je continue. De parler, de chercher à comprendre, d’exiger qu’il s’explique. Je pense qu’il ne sait pas à qui il a affaire et que m’expliquer pouvait changer beaucoup de choses. Il continue sur le même registre en disant qu’il n’y avait rien à dire au sujet de l’accident à l'entrepôt, celui qui avait fini avec des morts et un quartier entier pris dans les flammes. Ca tu vois c’est à moi d’en décider. Et j’avais décidé que je voulais au moins entendre sa version des faits. Je me méprenais pas sur mon rôle. Je ne pouvais pas jouer aux flics et au juge en même temps. Je savais que mon rôle était pas de décider qui méritait d’être libre ou en prison. Mais ça ne changeait pas le fait que je préférais savoir. Disons que j’étais compréhensive et assez bien placée pour savoir que parfois on essaye de faire ce qu’il y a de mieux et que ça échoue. Même si là je voyais mal comment on pouvait essayer de faire le mieux en tuant et foutant le feu mais c’était surement qu’une question de point de vue. Il avoue le meurtre rapidement, surement qu’il sait que ça sert à rien de le nier de toute manière. Et il dit qu’il cherche pas le pardon. Quelque chose me dit qu’il ne cherche pas à justifier non plus. Je trouve ça… inhabituel mais étrangement plus véridique. Je hoche simplement la tête en attendant qu’il en dise plus même si je vois que ça n’a pas l’air facile d’en parler. Ce n’était pas prévu qu’il dit. Je souris doucement. Parce que c’était surement ce que je voulais entendre et ça m’aidait à comprendre. Ce n’était pas un meurtre de sang froid mais une perte de contrôle. Ce n’était pas moins grave mais ça me permettait de cerner le personnage que j’avais en face de moi, de comprendre ce qui pouvait pousser Lighter à travailler avec ce type. Et je comprenais plutôt pas mal l’envie d’avoir envie de se venger. Je frissonne en l’entendant mentionner Gabriel, dire que ce n’était pas la faute du blond, qu’il avait été contraint. Il m’avait donc pas menti… enfin je l’aurais surement senti sinon et la soirée ne se serait pas terminée de la même manière. Mais il était plaisant de voir que je n’avais pas fait d’erreur de jugement. Tu sais Lighter a généralement pas besoin d’aide pour dire que c’était pas son idée. Une petite pique. Parce qu’à chaque fois où presque que je croisais le pyrokinésiste il me disait qu’il y avait une raison à ses agissements, qu’il n’avait pas le choix. As-tu conscience que de demander à Lighter de foutre le feu a mis d’autres vies en danger ? Tout un quartier a brûlé et même s’il avait été vide, les pompiers mettent leur vie en danger pour réparer vos conneries. C’était surement mon plus gros problème avec toute cette affaire. Ils n’auraient pas du les tuer certes mais ces néo-nazi morts n’allaient pas me manquer et surement même que je pouvais fermer assez facilement les yeux sur cela. Mais des pompiers avaient été blessés, bien que superficiellement, en arrêtant ce feu. Et ce genre de comportement mettait la vie d’innocent en danger. Il n’y a pas eu d’autres morts mais quelques habitants ont perdu tout dans l’incendie. Votre vengeance c’est un truc, pas vraiment mes affaires même si je vous encourage pas. Les habitants en danger c’est mes affaires. Et je parle même pas du coup de comment ton trafic de drogue pouvait les mettre en danger sur le principe. Est-ce que tu as conscience de tout ça ? Ou est-ce que tu es une de ces personnes qui agissent sans penser aux conséquences ? Qu’est-ce que ça changerait ? Rien probablement. Mais depuis le temps que j’essayais de combattre les équipes de Flash j’avais bien envie de savoir. Puis vu le nombre de fois où tes hommes m’ont tiré dessus, tout ça a quelque chose d’assez… hum personnel. Je ne peux m’empêcher de sourire, de façon moqueuse. Certes, il ne peut voir le bas de mon visage, dissimulé par mon étoffe de soie rouge. Mais je sais que mes yeux transmettent le message.

Revenir en haut Aller en bas
Keith Ferell
Humain
Keith Ferell


https://houseofm.forumactif.org/t3425-keith-ferell https://houseofm.forumactif.org/t1395-keith-ferell
More about you : Crossroads (Keith&Cindy) E88r

Codename : Flash
Pouvoirs : Keith possède un arc magique. Il apparait quand il en a besoin (et peut même parfois disparaitre à sa guise)
Emergence :
Crossroads (Keith&Cindy) Fonddr115 / 55 / 5Crossroads (Keith&Cindy) Fonddr11
Maitrise :
Crossroads (Keith&Cindy) Fonddr110 / 50 / 5Crossroads (Keith&Cindy) Fonddr11
Messages : 1294
DCs : Artémia - Malik - Kwan - Tao - Jay - Taïs - Junno - Alaric - Simon - Kelsey - Russel - Lauren - Yong-Sun

Jeu 19 Juil - 15:48


 Crossroads

FT. Cindy

Les doigts posés sur son menton, Keith serra un peu plus la mâchoire. La situation actuelle était tellement étrange, dans la mesure où son destin se trouvait désormais dans les mains de Silk. Il connaissait ses tords. Il admettait avoir merdé. Il savait que sa rage, sa colère, sa haine, avait non seulement tué un homme mais aussi, mit des innocents en danger. Il admettait également avoir entrainé Gabriel dans cette histoire de vengeance, en toute conscience. En lui faisant même du chantage car il avait toujours eu la fâcheuse tendance à ne pas supporter qu'on lui dise non. Il s'en voulait pour ça. Il s'en voulait pour beaucoup de chose en fait même s'il mettait toujours un point d'honneur à ne rien montrer. A ne pas se l'avouer et maintenant...

Oui, maintenant il allait peut-être devoir à nouveau en payer les conséquences. D'ailleurs, se sentait-il capable de retourner en prison? Non. Il préférait mourir plutôt que d'y retourner. Il préférait se suicider, s'infliger une balle dans la tête plutôt que de se retrouver encore derrière ces fichus barreaux. Bien évidemment, il se garda bien de le dire. Il se contenta de rester silencieux, le regard fixé sur la femme au devant lui. Néanmoins, cette dernière fit une petite remarque sur Lighter qui le fit sourire et il baissa les yeux quelques instants, murmurant dans un haussement de sourcil:
- Ça, je n'en doute pas une seule seconde.

Car ouai. Gabriel n'avait pas besoin de lui pour se défendre seul. Même si... même si la dernière fois qu'ils se sont vu, ce dernier avait tout simplement pété un câble, au point de manquer de commettre la même erreur que lui. La situation avait dégénéré, une fois de plus, une fois encore. Sauf que cette fois, les rôles avaient été inversé. S'il n'avait pas cherché à l'arrêter. S'il ne l'avait pas empêché d'aller jusqu'au bout de sa haine dévastatrice, alors Lighter aurait brûlé vif la Fouine sans l'ombre d'une hésitation.

A ce souvenir, Keith poussa un soupir et se fondit en mutisme. Lentement, il laissa retomber sa main sur la table, fermant les yeux quelques secondes le temps de remettre de l'ordre dans ses esprits. Finalement, ils n'étaient pas si différents. Gabriel et lui. Malgré leur haine mutuelle, leur rancœur respectives, ils avaient tout deux été brisé par la vie. Ils avaient du se battre dans ce monde impitoyable, au point de s'égarer chacun en court de route. Les choses ne pouvaient pas changer. Elles ne changeront probablement jamais, à cause de tout ce qui avait pu se passer entre eux or oui, ils n'étaient pas si différent et quelque part, Flash n'oubliait pas qu'ils avaient été ami par le passé.

Tandis que Silk lui demandait à présent s'il avait conscience que tout ce bordel avait mis d'autres vies en périls, que tout le quartier avait flambé, ne laissant pratiquement plus rien sur son passage, le jeune archer releva la tête. Il resta silencieux, ancrant à nouveau ses prunelles dans celles de son interlocutrice. Que pouvait-il répondre à ça? Hein? Bien sûr qu'il en avait conscience. Bien sûr qu'il avait réalisé, bien plus tard, trop tard, que les conséquences auraient pu être doublement dramatique si des innocents s'étaient retrouvé à proximité de l'entrepôt. Mais sur l'instant, il n'y avait pas songé. Il s'était laissé simplement entrainé, engrainé dans toute cette haine, cette rage sauvage qu'il n'avait pas su contrôlé. Pour autant, pouvait-il retourner en arrière? Faire table rase de toutes les erreurs qu'il avait pu accumulé jusque là? Non. Et c'est pour cette raison qu'il garda le silence, laissant juste un gémissement rauque s'échapper d'entre ses lèvres pincées.

Toutefois, lorsque Silk fit allusion de la drogue, de ses hommes de mains qui l'avaient tiré dessus par le passé, Keith serra les poings, la mâchoire. Rien n'allait dans sa faveur. Absolument rien. Dans un geste nerveux, ses doigts vinrent glisser dans ses cheveux noirs et il sentit les battements de son cœur s'accélérer, au point d'en avoir quelque peu le souffle coupé.
- Bien sûr que j'en ai conscience. Du moins, maintenant. Sauf qu'à l'époque, j'avais une réputation à tenir et un business à faire tourner. J'admets que tu faisais partie de ceux que je ne tenais pas à "croiser". Je ne suis pas un saint. Je te l'ai dis. Je ne cherche pas à me faire pardonner. J'ai fais de nombreuses choses que je regrette amèrement aujourd'hui mais de toute façon je ne pourrai jamais retourner en arrière alors... Qu'es-ce que ça changerait? Que je demande pardon?  Oui, c'est vrai. Je n'ai pensé qu'à moi sur ce coup. Oui, c'est vrai, j'ai entrainé des jeunes dans la drogue dans le seul but de ramasser de l'argent et d'avoir le pouvoir sur eux. J'ai battu à mort des mecs sans regret. Je me suis planqué derrière mes hommes de main pour ne pas me faire arrêter à leur place. J'ai menacé Lighter à plusieurs reprises, de nombreuses fois, pour divers raisons. J'ai même cherché à le tuer, deux fois. Bref. J'ai... Ouai, j'ai parfaitement conscience de ce que j'ai pu infligé autour de moi. Mais...

Sans s'en rendre compte, l'archer s'était levé de sa chaise. Propulsé dans un trop plein de sentiment divers. Figé dans la culpabilité, la peur, la colère et la haine, toujours cette haine, cette violence qui vibrait à l'intérieur de lui, Flash déversa enfin tout ce qu'il avait à déverser. Marquant une pause, ses poings se serrèrent, se crispèrent. Ses ongles entrèrent dans sa paume ensanglantée et ses muscles se raidirent, si fort que ses veines ressortaient sur chaque bras tendus par l'effort.
- C'est fini tout ça. Flash est mort dès l'instant où il a mit un pied dans cette taule. Dès l'instant où... où ces connards ont fait de moi leur marionnette. Alors, tu vois. On peut dire que j'ai eu le retour de la médaille finalement. Si tu décide malgré tout de me renvoyer là-bas, ce qui serait parfaitement justifiée, donne-moi une faveur. S'il te plait. Laisse moi partir avec dignité.
(c) ANAPHORE



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
Crossroads (Keith&Cindy)
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Page 1 sur 1

House of M :: VOL. N°I :: RPs abandonnés-
Sauter vers: