RSS
RSS
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Afternoon with my loved ones [Hank]
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Invité
Invité
avatar



Lun 15 Oct - 15:42
Afternoon with my loved ones
Astrid & Henry "Hank"

En sortant de mon entretien avec le directeur de l’Hôpital, je ressentis le besoin impérieux de faire quelque chose de simple, de vider mon esprit de tous les problèmes que rencontraient mon service de traumatologie. Quoi de plus simple que d’aller passer un peu de temps à la plage d’Emmann. Avec un peu de chance Hank pourrait venir avec les enfants et moi. Sans plus attendre je lui envoyais un texto pour lui soumettre cette idée avec l’espoir que ce serait réalisable. La réponse de mon beau chevelu ne se fit pas attendre. Je lui demandai ensuite s’il pouvait aller chercher Helga au conservatoire de musique tandis que j’irais chercher les garçons à l’école élémentaire. Tout semblait simple avec Hank depuis notre rencontre. Lorsqu’il ne voulait pas faire quelque chose ou qu’une situation ne lui convenait pas, il le disait clairement.  Lorsque je décidai de devenir famille d’accueil pour les trois petits, il me soutint et là encore lorsqu’il y a à peine une semaine je décidai de faire une demande d’adoption il m’encouragea.  Tout semblait si simple...

Mon véhicule, un SUV noir hybride moitié électrique, moitié essence, m’emmena rapidement à l’école des garçons. Dès mon arrivée, j’aperçus la tignasse brune et désordonnée de mon petit Fredrik. Il avait encore un bleu sous l’œil, signe qu’il avait dû se battre ou à défaut défendre son petit frère. Mon petit loup, comme je l’appelais affectueusement, était un enfant adorable pour qui prenait le temps de le laisser s’exprimer. Il avait un peu comme moi l’instinct de meute, il défendait toujours sa famille avec pugnacité. Peu après, c’est mon petit soleil  aux yeux verts émeraude que j’aperçus. Jören était un enfant solaire, bienveillant, amicale et un peu naïf, en même temps à 6 ans c’était tout à fait normal. Je descendais de voiture pour aller les chercher et à peine j’avais fait deux pas qu’ils s’élancèrent vers moi avec des cris de bonheur. Pour une fois ce n’était pas leur Baby-sitter qui les ramènerait à la maison. « Bonne surprise les garçons ? » et c’est en cœur qu’ils me répondirent « Super Mega Surprise !!!! » mon cœur était transporté par l’amour que je ressentais pour ces petits hommes. Une fois en voiture, les garçons me racontèrent leur journée en détail. Visiblement ils s’étaient bien amusés et avaient beaucoup appris. « Dites-moi les garçons, est-ce qu’une après-midi à la plage vous plairait ? »  Des cris de joies montèrent de l’arrière du véhicule pour mon plus grand plaisir. Depuis aussi longtemps que je me souvenais, j’avais toujours voulu avoir des enfants. Grandir en étant fille unique avait parfois été un long chemin de solitude et maintenant que j’avais cette petite troupe, je me sentais comme entière, comme si enfin ma vie avait un sens.
Comme nous arrivions enfin en vue de la magnifique plage d’Emmam, le soleil faisait briller l’océan de mille reflets joyeux et un air festif flottait dans la voiture.

« C’est parti les garçons ! » En descendant de voiture, ils se précipitèrent sur le coffre du SUV pour y prendre : seaux, pelles, râteaux, ballons, bouées ; et me laissèrent les sacs avec les serviettes, les maillots de bain et le goûter. « Doucement les garçons ! » lançais-je à leur attention mais ils faisaient déjà la course pour se rendre sur la plage où ils jetèrent leurs affaires et repartirent vers le rivage. « Revenez mettre vos maillots de bain et mettre de la crème solaire !» je le appelais et leur fis signe de revenir. Fredrik revenait en râlant un peu tandis que Jören courut vers moi et se jeta dans mes bras. « Maman ! Tu es la meilleure » Ce simple mot « Maman » était pour moi un émerveillement. Jören n’avait pas mis longtemps à m’appeler comme ça et j’en avais été submergée d’émotions. Pour Fredrik, il en était autrement, il ne m’appelait comme ça que lorsqu’il avait du chagrin ou qu’il avait besoin de réconfort. Quand à ma jolie Helga, celle qui avait plus de lien et de souvenirs avec ses parents biologiques, elle ne m’appelait « maman » qu’en secret, lorsque nous étions seules toutes les deux. Je comprenais très bien son attitude. Je n’étais dans leur vie que depuis six mois et je pense qu’elle avait peur que je ne les abandonne ou que je les ramène à l’orphelinat. En reposant mon petit gars sur le sol, j’attrapais le sac de plage et en sorti deux maillots de bain. « Allez messieurs, on se change. Si vous voulez avoir pris un bain avant qu’Henry et Helga arrivent pour le goûter, il faut vous dépêcher ». Fredrik tourna son visage vers moi avec son air renfrogné. C’était lui qui avait le plus de mal à accepter la présence d’Hank dans ma vie et la leur. « Pourquoi il vient d’abord ?! » Je me mis à genoux dans le sable face à lui et je pris son visage enfantin entre mes mains. « Hank est mon ami, je l’aime beaucoup et puis il a gentiment accepté d’aller chercher Helga à son cours de piano. » Le petit garçon essaya de partir mais je résistais. « Fredrik, je vous aime tous les trois et je tiens à Hank aussi. Il y a assez de place pour vous tous dans ma vie et mon cœur. Et tu sais, Hank aussi vous aime beaucoup. Laisse-lui une chance. » Alors il vint se blottir contre ma poitrine et chuchota dans mon cou « Promis maman, je vais essayer. » « Merci mon petit loup » lui répondis-je en caressant ses cheveux. Sous ses airs de gardien de meute, ce petit garçon avait un cœur en or. Après cet intermède fort en émotions, les garçons se changèrent, rechignèrent à mettre de la crème solaire mais je tenais bon car le soleil tapait fort en cette fin d’après-midi. Ensuite ils attrapèrent les bouées et se jetèrent dans l’eau où ils s’amusèrent comme des fous. Assise sur une immense serviette, j’observais mes garçons, ils avaient tellement changé depuis ces six derniers mois. Tout à coup une silhouette blonde me dépassa et courut vers l’endroit où s’ébattait les garçons. Je reconnus ma jolie Helga et je me doutais que d’un instant à l’autre Hank serait à mes côtés. Je me relevais et me retournais et c’est alors que je le vis approcher de moi. « Salut étranger ! » lui dis-je avec humour avant de caresser sa joue et de poser mes lèvres sur les siennes. « Helga n’a pas été trop difficile avec toi ? » lui demandais-je en m’éloignant un peu de lui.

Emi Burton


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



Mar 16 Oct - 8:56
Afternoon with my loved ones
Hank & Astrid

Stark Industries était en effervescence, de nouveaux crédits venaient d’être alloués au Département Génétique et au Département technologie numérique. Toute mon équipe multipliait les projets et chacun voulaient me rencontrer pour parler de  ses nouvelles idées. Cette facette de mon poste de directeur n’était pas la plus plaisante. Jongler avec les budgets, s’assurer que rien ne manque que ce soit au niveau matériel ou au niveau humain, recruter des nouveaux éléments… Tout cela n’avait jamais été au centre de mes préoccupations. J’avais mis un peu de temps à m’y faire et heureusement Pepper Potts était une jeune femme avisée et de bon conseil, avait mis sur ma route une assistante de direction hors pair qui m’épaulait pour tout ce qui ne concernait pas la recherche. Après trois rendez-vous fructueux qui montraient à quel point mes chercheurs étaient motivés, je reçus un texto d’Astrid, ma belle scandinave. Apparemment elle avait eu une dure journée et l’idée d’une après-midi à la plage avec les enfants et moi lui remonterait le moral. Mon assistante m’avait planifié des rendez-vous jusque 18h. J’appuyais sur l’interphone : «Pourrais-tu venir j’ai un problème à régler ? » Aussitôt dit, aussitôt la jeune brune fut dans mon bureau. « Alors ce problème Henry ? » Un air un peu contrit sur le visage je levais les yeux vers elle. Il était inutile de lui mentir, elle avait comme un don pour savoir ce que les gens cachaient. « Astrid a eu une mauvaise journée et elle a besoin de moi. Je vais devoir annuler tous mes rendez-vous de fin de journée. Pourrais-tu prévenir les collègues et proposer qu’on se voit lundi à partir de 8h30 ? » La jeune femme m’écoutait parler avec un sourire bienveillant. « Ne t’inquiète pas Hank, je préviens tout le monde. Sois prudent sur la route et surtout n’éteint pas ton portable au cas où M. Stark ou Mme Potts souhaitent te joindre». En l’entendant me dire qu’elle se chargeait de tout, je répondis à ma chère Astrid puis je commençais à éteindre mon ordinateur et à ranger mes affaires. « Tu une perle ma chère ! Heureusement que tu es là ! » A ces mots elle rit de bon cœur. « N’en rajoute pas non plus patron ! Allez file avant que je n’alerte les troupes que tu as du temps libre ! » Il ne fallut pas qu’elle me le dise deux fois.

Un fois en voiture je pris la direction de Hammer Bay pour aller y chercher Helga à son cours de musique. C’était un trajet un peu long mais la petite jeune fille en valait la peine. J’espérais vraiment que la demoiselle serait si ce n’est ravi au moins qu’elle serait contente que ce ne soit pas la babysitter qui vienne la chercher. J’entrais dans la salle de répétition accessible aux familles où je la trouvais en train de répéter un morceau. Si mes souvenirs étaient bons, il s’agissait de la truite de Chopin. Une merveilleuse musique montait à mes oreilles pour mon plus grand plaisir. Une fois qu’elle eut fini, je me permis de l’applaudir. Je n’étais même pas sur que ses frères ou Astrid aient déjà eu le plaisir de l’entendre. « Henry ? Qu’est-ce que tu fais là ? » lança-t-elle mi surprise mi-irritée. « Astrid m’a demandé de venir te cherchais. Alors me voilà. Bonjour Helga » pendant que je m’adressais à elle, je m’étais approchée. Son regard était perçant, comme celui de Fredrik mais en moins agressif. « Euh… Bonjour Henry. Merci d’être venu me chercher. Mam..Astrid est encore à l’hôpital ? » Gracieuse, élégante et blonde comme une déesse nordique, la jeune Helga avait tout pour devenir une jeune femme d’exception surtout qu’elle était intelligente et douée ce qu’elle tentait de cacher. Astrid m’avait expliqué qu’Helga avait une attitude bizarre à l’école. Elle faisait exprès de passer pour une élève moyenne alors qu’au contraire elle était très douée voire même en avance sur les autres élèves. Je connaissais ce sentiment, j’avais vécu la même chose à son âge. « Non, elle a décidé que nous irions tous ensemble à la plage cette après-midi. Alors si tu as fini, nous pourrions nous mettre en route. Qu’en dis-tu ? » Ma belle urgentiste m’avait demandé d’aider sa fille et c’est ce que je ferais tout en essayant de ne pas brusquer la jeune fille. « Aller à la plage ?! Je dis oui ! Génial ! »

Sur ces quelques mots nous tracèrent notre chemin jusqu’à Emmann Bay où le banc sable blanc qui bordait l’océan s’étendait sous nos yeux éblouis. Une fois garé, mon sac déchargé, on entendit des cris de joie, des mouettes, et le tumulte de la vie de la plage. Helga scruta l’horizon pour essayer d’apercevoir ses frères et Astrid. « Je les vois » dit-elle en filant comme un cheval fougueux, ses longs cheveux blonds flottant sur ses frêles épaules. « Attend-moi... » ma voix ne devait plus être qu’un brouhaha à ses oreilles maintenant qu’elle atteignait presque Astrid. Je me dépêchais pour rejoindre ma petite amie car après tout comme tant que les enfants seraient à l’eau, nous aurions un peu de temps seul à seul. Astrid se leva et se retourna au moment où j’arrivais presque à elle. Quelques pas plus tard je me retrouvais près d’elle alors qu’elle venait de me saluer avec humour. Sa main caressa ma joue puis ses lèvres s’entrouvrirent pour me donner un baiser et comme à chaque fois mes sens se mettaient à bouillir.  Son souffle chaud sentant le chocolat et la menthe fraiche m’enivrait, souvent je devais me concentrer pour l’écouter à défaut de l’admirer. « Helga a été adorable. Un peu surprise mais adorable. Je ne suis pas sur que Fredrik aurait aussi bien accepté ma présence » lançais-je avec franchise. Le visage d’Astrid resta impassible mais je me doutais que ma remarque sur son louveteau avait du la toucher. « Je finirais bien par l’apprivoiser ton loup ! Ne t’inquiète pas trop ». A ce moment là Helga s’était approchée pour se changer. Nulle doute qu’elle ait entendu mes propos, aussi je luis adressais un sourire chaleureux. Mentir n’était pas mon style ni même renier mes propos. J’étais un adulte après tout. Ses yeux d’un bleu intense s’accrochèrent aux miens puis une émotion profonde passa dans ses pupilles. J’eus l’impression qu’elle venait de sonder mon âme puis cette sensation disparue comme elle était venue lorsqu’Helga se détourna de moi.
Comme Astrid ne semblait pas avoir envie d’aller dans l’eau j’en profitais pour la rejoindre sur sa grande serviette de plage. Je m’assis à côté d’elle et enroulait un bras autour de sa taille la rapprochant de moi. « Alors dis-moi, ta journée a été aussi catastrophique que ça ? » A ces mots, la jolie scandinave me dévisagea interdite aussi je me précipitais pour compléter ma pensée « Non pas qu’une après-midi plage ne me plaise pas.. Juste que quand tu as besoin de te changer les idées que tu viens ici. » On disait souvent que j’avais une bonne oreille, que j’étais un confident de choix. Aussi je cessais de parler pour lui laisser le loisir de s’épancher si elle en avait envie.
Sans prévenir les deux garçons s’approchèrent de nous et avec les pistolets à eaux ils nous aspergèrent de la tête aux pieds. Comme nous n’avions ni l’un ni l’autre ôtez nos vêtements « civils » nous n’avons plus eu le choix que de nous changer. Ni une, ni deux, j’ôtais ma chemisette en jean, mon bermuda et ma paire de converse bleu nuit. Ma belle Astrid se dévêtit également pour mon plus grand bonheur. Et oui que voulez-vous-même après un an de relation, je m’émerveillais toujours qu’elle puisse être à mes côtés et que je puisse avoir la chance d’être avec cette déesse. Comme je n’allais pas rester comme un chiot stupide attendant une caresse devant son maître, je concentrais toute mon attention sur les garçons. J’attrapais un pistolet à mon tour et fonçait vers l’océan.  « Alors les garçons ! Prêt pour la revanche » criais-je en entrant dans l’eau avec moultes éclaboussures à leur attention. Ils piaillèrent d’excitations et de joies. Même le louveteau souriait et ne donnait pas sa part à Jören côté plaisir de la bataille navale. Helga n’était pas en reste et donc je me retrouvais seul face à cette fratrie inséparable. « Astrid vient ! Chérie à l’aide!!! » Les petits essayaient de me couler avec un plaisir non dissimuler et en bon bougre je jouais le jeu et ajouter bruits et cris de rigueurs.

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Afternoon with my loved ones [Hank]
◄ The real crime would be not to finish what we started ►
Page 1 sur 1

House of M :: VOL. N°I :: RPs abandonnés-
Sauter vers: