Partagez | 
 

 Was it all in my fantasy [Pv Keith et Gabriel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar


Flash (avant geno)
5 / 55 / 5
0 / 50 / 5
Keith possède un arc magique. Il apparait quand il en a besoin (et peut même parfois disparaitre à sa guise)
Malik/Amélia/Connor/Stan/Jay/Taïs/Jin/Junno/Aldébaran/Simon/Kelsey
1035
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Was it all in my fantasy [Pv Keith et Gabriel]   Dim 22 Oct - 23:32



Was it all in my fantasy

FT. Gabriel

Plusieurs semaines s'étaient écoulé depuis le Festival de Prenova. Contrairement à d'autres personnes, qui avaient du rester plus longtemps à l'hôpital, Keith avait pu rentrer chez lui deux, trois jours après le drame. Or, sa blessure aux côtes l'avait contraint de déposer un arrêt de travail, le forçant un temps soit peu à se reposer.

Il avait détesté ça. Ne rien faire. Il avait passé le plus clair de son temps à tourner en rond dans son appart, ronchonnant à la moindre occasion. C'était très difficile à gérer. Tout ça. Il donnait l'impression de ne pas avoir été vraiment touché, à ses proches ou même à Arthur qui passait régulièrement le voir. Mais au fond, il se sentait de plus en plus nerveux, en colère, au point de sentir tout les muscles de son corps se crisper.

Durant la nuit, les cauchemars se succédaient. Rapidement et sans relâche. Il se réveillait le plus souvent en sueur, le cœur battant à tout rompre avec cette étrange impression qu'il n'était pas chez lui. Qu'il vivait dans un rêve éveillé. Un rêve qui n'était en rien la réalité. Dans ces moments là, une boule se formait dans sa gorge. Il se sentait oppressé. Il n'arrivait même plus à respirer. Il lui fallait plusieurs minutes, voir plusieurs heures pour reprendre ses esprits et arriver à se calmer.

Oui, c'était assez étrange. Comme sensation. Certains diraient que c'était le contrecoup. Qu'il avait vécu un traumatisme et que ça s'en irait à un moment donné. Toutefois, le jeune avocat n'était pas sûr. Il n'était plus sûr de rien. Cela avait commencé peu de temps après sa sortie d’hôpital et depuis, Depuis, il n'arrivait tout simplement pas à l'expliquer. Il avait l'impression de bouillir littéralement de l'intérieur. Néanmoins, plus que d'habitude.
- Bordel, lâcha-t-il dans un grognement rageur, repoussant les draps en un geste brusque.

Trop de question se bousculaient dans son esprit. A s'en taper la tête contre un mur. Heureusement, il se rattachait à son métier, à son ambition. Arthur, avec sa capacité à le pousser au delà de ses limites, l'avait convaincu de rejoindre Hydra, élargissant ainsi sa clientèle. Son copain le poussait à se battre, à ne rien lâcher, à se donner à fond dans un tout nouvel objectif : évoluer. Certes, personne au cabinet n'était au courant. Il ne tenait pas à le faire. Il continuait de travailler à Nelson & Murdock Law Office comme si de rien n'était. Cependant, il avait de nombreux projets et il comptait bien les atteindre. Au risque de se mettre quelques amis ou collègues à dos. Si un jour, ils étaient amené à le savoir. Qu'importe. Ou presque. Il l'avait fait en toute conscience. Et il n'en éprouvait aucun regret. C'était son choix, sa voie, son but, il ne reviendrait pas en arrière.

Désormais assis sur le rebord du lit, sourcils froncés, Keith serra les dents, son regard se portant sur son bandage qui recouvrait la moitié de son torse. Sa blessure le tiraillait toujours autant. Le coup qu'il avait reçu avait laissé une profonde marque dans sa chair. Il le sentait. Les médecins l'avaient recousu, désinfecté la plaie mais elle lui faisait toujours aussi mal, même si on lui avait donné des calmants pour atténuer la douleur.

A cette pensée, son attention se porta furtivement sur la petite boite remplie de gélules posée sur le guéridon. Il hésita à en prendre un mais se ravisa, estimant finalement qu'il n'en avait pas besoin. Car après tout, ce n'était pas sa première cicatrice. De nombreuses autres parsemaient sa peau, en plus de ses tatouages. D'une simple coupure à quelques brûlures de cigarette dont les souvenirs restaient flou dans sa mémoire.

Un soupir s'échappa alors de ses lèvres. Pendant un instant, il resta là, immobile, à fixer son bandage d'un air distrait. Quand enfin, il prit la décision de se bouger un peu et s'habilla, direction le cabinet cette fois où il pourrait ne penser à rien d'autre qu'à son travail. Tant pis s'il lui restait encore des jours de repos. Il avait besoin de changer d'air. Maintenant.

Une heure plus tard, le jeune homme se présenta à l’accueil, saluant Karen d'un hochement de tête avant de tomber nez à nez sur Gabriel qui, visiblement, avait eu la même idée de se prendre un café. Super. Comme si je voulais voir sa tronche.
- Hey, marmonna-t-il d'un ton bourru, sans une once d'enthousiasme.

Après tout, entre eux rien n'avait changé. D'autant plus que Keith avait appris récemment la nouvelle, par le biais de Jenni. Son ennemi avait eu une promotion et ô joie, il était devenu officiellement un avocat. Ce qui voulait dire qu'il était arrivé au même niveau que lui, professionnellement parlant.
- J'ai appris la nouvelle. Alors comme ça, tu as eu une promotion? Félicitation. Ça te changera du préposé café, poursuivit-il avec sarcasme, en versant le liquide brunâtre dans l'une des tasses disposées à côté.

En vérité, ça le faisait carrément chier. Tout en lui tournant le dos, il attrapa une cuillère et se mit à touiller sa boisson, prêt déjà à retourner dans son bureau sans savoir ce qui les attendait.

(c) ANAPHORE



Revenir en haut Aller en bas
avatar


Lighter
5 / 55 / 5
3 / 53 / 5
Pyrokinésie, toi-même tu sais.
Albert, Jessica, Marc, Kurt & Lorna
1111
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Was it all in my fantasy [Pv Keith et Gabriel]   Dim 29 Oct - 14:43


was it all in my fantasy
am i losing my mind ?

C’était tellement étrange. Retourner au travail, avoir la même routine, comme si de rien n’était. Comme s’il n’était pas en train de devenir complètement fou. Sauver les apparences, qu’on disait. Faire comme si tout était normal quand le monde était en train de s’effondrer comme un château de cartes. Le festival, les Onze… L’impression qui lui nouait le ventre depuis maintenant plus de six mois s’intensifiait. Que ce n’était que le début. Que rien ne serait plus jamais comme avant. Tout s’effritait et tout changeait, pour devenir pire. Il avait les yeux rivés sur ce dossier qui était arrivé sur son bureau ce matin. Maintenant qu’il était avocat, il avait son propre bureau et ses propres clients. La transition avait été déstabilisante mais il s’y faisait. La photo, qui ornait ce dossier le plongeait dans un profond sentiment de déjà-vu qui le mettait mal à l’aise. Et c’était au-delà du simple malaise. Il étudiait le cas depuis un moment, maintenant, étant arrivé au travail plus tôt que les autres après une nuit blanche - ça devenait tellement routinier maintenant qu’il ne s’en formalisait plus - et il y avait quelque chose qui n’allait pas. Le truc bien contraignant, c’était qu’il n’allait pas être seul à travailler sur cette affaire. C’était un dossier épineux, qui nécessitait deux avocats. Et on vous laisse deviner qui était le deuxième. Et qui aurait également la joie de lui annoncer. Il en sautait au plafond, tiens.

Keith revenait enfin au travail après les évènements du Festival et Gabriel était plutôt rassuré. Non pas qu’il s’inquiétait pour cette tête de noeud, mais ça se sentait qu’il leur manquait quelqu’un. Les dossiers s’empilaient et bientôt, le cabinet ne pourrait pas tout gérer. Et puis bon, il s’inquiétait un peu, même s’il préférait boire cul sec un litre d’eau de Javel que de le dire à voix haute. Il repoussa sa chaise. Il ne pourrait pas lui annoncer la très bonne nouvelle sans une tasse de café dans les mains. Travailler ensemble… Il était marrant, Matt. Vraiment hilarant. Il n’y avait qu’à voir dans les yeux de Foggy et de Karen qu’ils trouvaient cette idée merdique. Mais bon, le patron avait parlé et Gabriel n’avait pas le choix. Il allait peut-être faire un effort avec Keith s’il le fallait. Pour le bien du dossier. Mais uniquement pour ça. Quand il passa dans le hall, il vit Karen qui déballait ses affaires pour s’installer. Il lui adressa un sourire, sans s’attarder sur son ancien bureau à lui, qui demeurait vacant. Il avait atteint un de ses objectifs mais il avait toujours cette drôle d’impression de ne pas mériter cette promotion, comme chaque chose positive qui lui arrivait dans la vie. Une sensation désagréable et passagère mais qui le saisissait assez souvent pour que ça en devienne problématique. C’était peut-être à cause de tout ce qu’il se passait dans sa caboche. A faire semblant d’être normal quand il voyait tout ce qu’il avait construit s’effondrer.

Il entendit un pas familier à l’instant où il finissait de remplir sa tasse. Il prit une grande inspiration. Lui laisser le temps de boire un café avant de lui annoncer la nouvelle ? Il venait de revenir, il faudrait le ménager, non ? Et… raté. A peine les premiers mots que Keith prononça, Gabriel avait déjà envie de lui vider le contenu de sa tasse sur la tête. Il serra l’anse en se retenant de toutes ses forces. Sois cool, il a été blessé. Sois cool, il était au festival. Hum. Keith parla encore une fois et Gabriel envoya paitre ses bonnes résolutions. Va te faire voir, Keith. Il se racla la gorge, laissant Keith le dépasser pour retourner dans son bureau. « Avant que tu te comportes comme le roi des connards, j’avais un truc à te dire. » Il fit volte face, avec une impression indifférente. Merde, hein. Il avait essayé. « On a une affaire. Et Matthew a eu la charmante idée de nous mettre dessus. Tous les deux. » Il savoura la vision du visage de Keith en train de se décomposer et se dit qu’il devait avoir la même tronche quand Matt lui avait annoncé qu’ils devraient bosser ensemble. A peu près. Il brisa son immobilité et contourna Keith qui restait planté là. « Le dossier est… particulier. Tu vas comprendre quand tu verras, t’en as une copie sur ton bureau. Donc quand t’auras fini de râler à tout va et que tu l’auras regardé, il faudra qu’on en discute. » Il s’arrêta devant sa porte, se tourna vers lui et lui adressa un sourire sarcastique. « Bonne lecture. » Et va te faire foutre.
made by black arrow

___

I don't know what's worth fighting for.
Or why I have to scream. I don't know why I instigate and say what I don't mean. I don't know how I got this way, I know it's not alright. So I'm breaking the habit, I'm breaking the habit tonight


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Flash (avant geno)
5 / 55 / 5
0 / 50 / 5
Keith possède un arc magique. Il apparait quand il en a besoin (et peut même parfois disparaitre à sa guise)
Malik/Amélia/Connor/Stan/Jay/Taïs/Jin/Junno/Aldébaran/Simon/Kelsey
1035
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Was it all in my fantasy [Pv Keith et Gabriel]   Ven 3 Nov - 12:48



Was it all in my fantasy

FT. Gabriel

Les sourcils froncés, l'air renfrogné, Keith s'apprêtait déjà à rejoindre son bureau. Il n'avait pas envie de rester ici. Il n'avait pas envie de supporter Gabriel trop longtemps ni de voir sa tronche de bon matin. Il avait besoin d'être seul un instant mais alors qu'il marchait dans les couloirs, café en main, la voix de son collègue claqua soudain dans le cabinet, le faisant se retourner.

Il avait quelque chose à lui dire? Sérieusement? Haussant les sourcils, le jeune avocat l'interrogea du regard. De quoi pouvait-il bien vouloir lui parler? De la pluie et du beau temps? Du festival peut-être? Non, impossible. Tout en se raidissant, Keith porta son café à ses lèvres mais quand Gabriel balança enfin de quoi il en retournait, il avala de travers, manquant de s'étouffer par la même occasion.
- De quoi? demanda-t-il, interloqué, après avoir toussoté à plusieurs reprises. Tu peux répéter?

Il avait sûrement mal entendu. C'était pas possible sinon. Pourquoi Matthew aurait fait une chose pareille? Il savait pertinemment qu'aucun des deux ne pouvaient pas se supporter.  A moins que... Putain, il n'avait pas fait ça tout de même? Il n'avait pas fait exprès de les foutre ensemble justement pour cette raison?
- Non mais t'es sérieux là?

A la fois surpris, énervé et décontenancé, le jeune avocat resta immobile, comme un con pendant que son collègue, irrité, le contournait à présent en lui informant que le dit dossier était posé sur son bureau. L'envie de lui balancer une réplique cinglante le titillait. Il se raidit, le foudroyant du regard, murmurant enfin entre ses lèvres pincées tandis que cet enfoiré lui adressait maintenant un sourire sarcastique :
- Connard...

Bonne lecture. C'est ça ouai....

Pourquoi le sort s'acharnait contre lui? Keith avait encore du mal à croire qu'il allait devoir bosser avec ce trou du cul, avec l'obligation de rester le plus professionnel possible. Serrant les dents, il poussa un juron puis s'enferma enfin dans son bureau, posant un regard assassin sur ce dossier qui l'attendait si sagement.

Un soupir s'échappa alors d'entre ses lèvres. Tout en portant son café à sa bouche, le jeune avocat se résigna et s'assit sur sa chaise, commençant enfin sa lecture. De toute façon, il n'avait pas le choix. Le patron avait parlé et il devait avouer qu'il était plutôt curieux d'en apprendre plus sur ce sujet. Car il était assez rare d'être amené à être deux, pour s'occuper d'une affaire. Il devait bien avoir une raison à cela. Plissant les yeux, il se mit alors à parcourir le dossier, s'arrêtant de temps à autre pour reprendre sa respiration.

Visiblement, c'était une histoire de drogue mais pas que. Gabriel avait raison quand il lui avait dit un peu plus tôt que la cause était particulière, épineuse. Au fur et à mesure de sa lecture, une drôle de sensation l'envahit. Une sensation de profond malaise, accompagné d'une rage silencieuse. Tandis qu'il tournait les pages, les une après les autres ses mains se mirent soudain à trembler. Pour quelle raison? Le jeune avocat n'en avait aucune idée or, tout son corps se crispait comme si le simple fait d'être immergé dans cette affaire le rendait particulièrement irritable, nerveux, voir apeuré.

Pourtant, depuis qu'il travaillait pour Hydra, ce n'était pas la cause qui le dérangeait. Il avait désormais affaire à de nombreux dossiers pas très net et il n'en ressentait aucune gène pour ça. Alors pourquoi celle-ci semblait-elle le bouleverser à ce point? Pourquoi quand il posait le regard sur ce mec, son corps était prit de spasmes incontrôlables?

Poussant un grognement rageur, Keith s'adossa contre le dossier de sa chaise et resta quelques instants immobile, muet, les yeux fixés sur le mur en face comme s'il cherchait par là par se calmer.

Il lui fallut d'ailleurs un bon quart d'heure avant de se décider enfin à rejoindre le bureau de son collègue, tout à coté. Dossier sous le bras, il se permit même d'entrer sans frapper, se postant devant lui, l'air grave et particulièrement sérieux.
- Ok. En effet, c'est particulier, dit-il d'une voix rauque, passant une main brève dans ses cheveux. Il va falloir qu'on bosse dur sur cette affaire alors... Tâchons de rester pro pour le coup. Bref.

Tout en disant ces derniers mots, il secoua la tête, se fondant en silence. En gros. Tâchons de ne pas s'insulter cette fois-ci et de se montrer professionnel en toute circonstance. Certes, cela allait être extrêmement compliqué mais cette fois, le jeune avocat était prêt à faire un effort. Juste pour le bien du dossier. Il prit une grande inspiration puis croisa ses bras contre sa poitrine, poursuivant de plus belle en ignorant cette boule qui s'était doucement formé dans sa gorge.
- T'en penses quoi, toi?


(c) ANAPHORE



Revenir en haut Aller en bas
avatar


Lighter
5 / 55 / 5
3 / 53 / 5
Pyrokinésie, toi-même tu sais.
Albert, Jessica, Marc, Kurt & Lorna
1111
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Was it all in my fantasy [Pv Keith et Gabriel]   Lun 6 Nov - 19:06


was it all in my fantasy
am i losing my mind ?

Gabriel referma la porte de son bureau en soupirant, perdant toute trace de son sourire sarcastique. Le « connard » balancé à son attention par Keith ? Il l’avait déjà oublié, tant ce genre d’échange faisait partie de son quotidien. Il avait également oublié la façon dont il s’était adressé à lui. C’était inutile. C’était Keith, il ne changerait jamais. Et tant qu’il était capable de l’agresser de bon matin, c’était plutôt bon signe. Au moins, l’Ultimate ne lui avait fait aucun dégât physique irréparable. Pour être honnête, il avait bien d’autre chose en tête, là tout de suite, avec les nombreux événements des derniers mois.  

Il se replaça sur son siège en soupirant, face à ce maudit dossier. Il sentait déjà la migraine pointer le bout de son nez. Parce qu’il devait attendre que Keith lise ces feuilles, il ne pouvait rien faire d’autres que de vérifier son emploi et relire ce qu’il savait déjà. La sensation de malaise en parcourant les pages avait disparue mais… il y avait quelque chose qui n’allait pas. C’était bizarre mais il n’arrivait pas à expliquer pourquoi. Et ce qui le poussait à dire ça, surtout. Ce n’était pas comme si sa propre vie était absolument normale en ce moment. Il faisait semblant mais rien n’était normal. Il balaya les pensées concernant son existence pour revenir sur ce dossier. Pourquoi avait-il l’impression de connaître ce type, alors que c’était la première fois qu’il entendait parler de lui ? Il soupira en prenant des notes, se mordillant l’intérieur de la joue. Il verrait bien ce que Keith en penserait. S’il avait vu juste, ce dernier n’allait pas tarder à débarquer dans son bureau - sans frapper - pour lui en parler.

Il regarda l’heure qui défilait, repoussant doucement sa chaise de bureau pour accéder au tiroir de son bureau et l’ouvrir. Son regard tomba sur un flacon de pilule qui datait des évènements du Pegasus et qui n’avait jamais été ouvert. Normalement, il était censé prendre ces pilules à la con toutes les deux heures. Pour les crises de paniques apparemment. Comme ça allait l’empêcher de paniquer. Il détestait ce tube orange et son contenu mais ça rassurait son entourage de le voir en prendre. Ou du moins faire semblant. Ce flacon était là depuis tellement longtemps. Plein et encore intact. Il n’avait pas eu le courage de le jeter. Il l’ignora pour attraper de quoi surligner les lignes les plus importantes des rapports de police – habitude qu’il avait prise avec Jennifer et qui était bien pratique pour se repérer.
Il sursauta presque quand la porte de son bureau s’ouvrit pour laisser entrer Keith. Il se redressa, levant le nez de ses notes pour fixer son collègue qui ne passait pas par quatre chemins. « Toi aussi, tu l’as senti… » dit-il avec un demi-sourire. Il se laissa aller contre le dossier de sa chaise en écoutant Keith. Gabriel savait que ça allait attiser sa curiosité. Il ne savait pas comment il le savait mais il le savait (et si t'arrives à comprendre ma phrase, bravo) Il laissa presque tomber son stylo sur le bureau. « Je suis d’accord. » Ouais, parce qu’il n’allait pas lutter contre Matt et Keith. Rester professionnel, c’était facile, il savait faire.

Les affaires de drogues, ce n’était pas les cas les plus bizarres. C’était même les plus courants. En excluant le côté étrange de cette affaire, tout devrait se passer comme d’habitude. Même s’ils bossaient à deux et qu’il y avait plus de travail que prévu. Gabriel pouvait dire au revoir à de nombreuses nuits de sommeil tant que ce ne serait pas réglé. Ce qui dans un sens, l’arrangeait plutôt pas mal. Il se redressa en désignant le dossier à Keith. « Il y a un truc qui colle pas avec son alibi. C’est ce qui l’a fait tomber. On devrait peut-être se concentrer sur le côté « enfance difficile » même si je trouve que c’est des conneries. Ça nous permettrait d’obtenir la pitié des jurés et de gagner un peu de temps. Sinon, on peut chercher pour voir s’il n’y a pas un vice de procédure ou un truc comme ça pour demander à ce que les preuves contre lui soient réexaminées. » Il leva la tête vers son collègue en arquant un sourcil. « Tu pencherais plus pour quoi ? » Il connaissait assez Keith pour savoir qu’il était doué et qu’il trouverait un truc auquel il n’avait pas pensé au premier abord. Et comme ils devaient bosser à deux…
made by black arrow

___

I don't know what's worth fighting for.
Or why I have to scream. I don't know why I instigate and say what I don't mean. I don't know how I got this way, I know it's not alright. So I'm breaking the habit, I'm breaking the habit tonight


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Flash (avant geno)
5 / 55 / 5
0 / 50 / 5
Keith possède un arc magique. Il apparait quand il en a besoin (et peut même parfois disparaitre à sa guise)
Malik/Amélia/Connor/Stan/Jay/Taïs/Jin/Junno/Aldébaran/Simon/Kelsey
1035
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Was it all in my fantasy [Pv Keith et Gabriel]   Jeu 16 Nov - 14:36



Was it all in my fantasy

FT. Gabriel

« Toi aussi, tu l’as senti… » A ses dires, Keith hocha lentement la tête, déglutissant légèrement.

Ouai, il l'avait senti et pas qu'un peu. Son corps était toujours extrêmement tendu. La boule qui s'était formé dans sa gorge ne semblait pas vouloir s'en aller et sa nervosité, quasi-oppressante, était probablement au summum de sa puissance. Il ne saurait l'expliquer, mais cette affaire le rendait mal à l'aise autant qu'elle attisait sa curiosité.

Pendant un instant, il resta silencieux, les yeux rivés sur Gabriel sans pouvoir décocher un seul mot. Il n'avait même pas envie d'être désagréable avec lui. Pas maintenant. Ce qui paraissait assez étrange venant de lui, sachant qu'il prenait plutôt mal le fait que son collègue se soit élevé au sein du cabinet durant son absence. Mais là. Oui. Là, il était assez préoccupé, pensif. Ce qu'il avait lu dans ce dossier lui procurait encore de sacré frissons et il se demandait bien pourquoi. Lui qui pourtant, travaillait maintenant auprès de quelques personnes non recommandables.

Quand Gabriel reprit la parole, il l'écouta avec attention, calant un peu son propre dossier sous le bras avant de venir s'adosser contre son bureau. Les traits tirés, les sourcils froncés, il baissa légèrement les yeux lorsque son collègue lui exposa enfin ce qu'il en pensait, acquiesçant de temps à autre.

"Enfance difficile" Ouai, c'était une idée. Ils pouvaient jouer là-dessus mais Keith avait lu dans le dossier que leur client avait été suivi déjà par plusieurs psychiatres, sans résultat derrière. Car tous avaient été formel. Il n'avait montré aucune émotion, aucun sentiment susceptible d'expliquer son comportement brutal. Cela dit, plusieurs choses pouvaient effectivement jouer en leurs faveurs. Parents violents, engagés et racistes au possible. Apparemment, il aurait subi de grave sévisse de la part de son père. Il avait même tout un dossier médical qui pouvait le prouver. Échec scolaire. Fugue à l'appel, altercations avec les policiers. Finalement, il avait été envoyé dans un foyer peu de temps avant sa majorité.
- Non, tu as raison, ça peux être une idée, murmura-t-il d'une voix rauque en levant la tête, croisant ses bras contre sa poitrine. Notre client est loin d'avoir eu une enfance idyllique. Même s'il n'en a jamais rien montré durant ses entretiens avec les psy, on peut largement appuyer sur ça.

Ne serais-ce que pour alléger sa peine. Ou comme son collègue le disait : gagner un peu temps pour trouver d'autre preuve plus plausible. Marquant un silence, le jeune avocat plissa les paupières comme pour mieux se concentrer. Il devait bien admettre que Gabriel se débrouillait plutôt pas mal. Pour un débutant. Il mettait le doigt sur les bon trucs et il n'avait pratiquement rien à redire sur ça. Mais plutôt crever que de lui avouer. Au lieu de le féliciter, ou lui murmurer quelques mots encourageants, il se redressa, quittant son appui et posa cette fois ses deux mains sur le bureau, de telle manière à se retrouver face à son collègue.
- Pour le vice de procédure, laisse tomber. Ça prendrait trop de temps. Non, je pense que le mieux à faire est de viser sur son passif. Jouer sur l'émotif marche plutôt bien sur les jurés. Si on arrive à démontrer qu'il a subi de sacré traumatisme en étant gamin, peut-être que le procès pourra tourner à notre faveur. Mais encore faut-il que notre client mette du sien. S'il ne montre pas une once de remord, ça peux vite retourner contre nous.

En d'autre terme. Ils devaient impérativement s'entretenir avec lui avant. Dans les plus brèves délais. De nouveau, Keith marqua une courte pause. Puis, se redressa, poursuivant de plus belle.
- On a qu'à demander une autorisation à le voir aujourd'hui. Qu'es-ce que tu en penses?

Pour une fois qu'il lui demandait son avis. Quelque part, c'était assez étrange. Tout ça. Cette façon d'être plutôt courtois et professionnels entre eux. C'était comme si, cette affaire passait avant tout le reste. Ils mettaient leur différent de côté, les rendant presque aimable l'un envers l'autre. Tout en interrogeant Gabriel du regard, le jeune avocat passa une main brève sur sa nuque puis dans ses cheveux, attendant patiemment sa réponse.



(c) ANAPHORE



Revenir en haut Aller en bas
avatar


Lighter
5 / 55 / 5
3 / 53 / 5
Pyrokinésie, toi-même tu sais.
Albert, Jessica, Marc, Kurt & Lorna
1111
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Was it all in my fantasy [Pv Keith et Gabriel]   Mar 21 Nov - 18:50


was it all in my fantasy
am i losing my mind ?

Keith avait raison. Ils devaient jouer la carte du pathos. Il retint un grognement, peu enjoué à cette idée. Il détestait jouer sur ce tableau, d’où le fait qu’il ait proposé le vice de procédure mais insister sur l’enfance difficile, ça pourrait leur permettre de jouer avec les émotions des jurés. Ça le faisait légèrement rire, en réalité. Il connaissait des tas de gens qui avaient eu des enfances difficiles et ça ne faisait pas d’eux des meurtriers. C’était leur choix et uniquement leur choix qui les poussaient à passer à l’acte. Mais Gabriel préféra garder cet avis pour lui. Son rôle était de faire en sorte que leur client échappe à la prison. Il ne savait pas comment ils allaient faire. En lisant le dossier, outre la sensation de malaise qui ne le quittait pas, il avait cette conviction que ce gars devait être enfermé pour ne plus être un danger pour les autres. Il y avait quand même, noté en gros et en noir sur blanc, qu’il était le principal suspect pour une affaire de meurtre. Le procès allait porter sur la drogue et son petit trafic organisé ainsi que de nombreuses plaintes pour coup et blessure en plus de propos racistes. Les chefs d’accusations étaient trop nombreux pour que Gabriel puisse entièrement les lister. S’ils arrivaient, Keith et lui, à gagner ce procès, ce serait par miracle.

Avant même de commencer, ça lui filait la migraine. Il jeta un regard en biais au dossier en même temps que Keith lui parlait. Le voir ? Aujourd’hui ? Gabriel marqua un temps d’arrêt. Vu le cas qu’ils venaient d’avoir dans les pattes, le plus tôt serait le mieux, Keith marquait le point. Le préparer et éviter qu’il ne se mette les jurés à dos pendant le procès, ça semblait simple au premier abord mais ils savaient tous les deux que ça n’était qu’en théorie. En pratique, c’était beaucoup plus compliqué. Là, vraiment, il avait un mauvais pressentiment. Il ne voulait pas se retrouver dans la même pièce que ce gars, sans vraiment pouvoir expliquer pourquoi ni le dire à Keith qui lui rirait au nez s’il se basait sur une impression sans rien de tangible. Il se contenta donc d’hocher la tête. « C’est une bonne idée. » mentit Gabriel en baissant la tête vers le dossier. Non, ce n’était pas une bonne idée. Rien que l’idée de se retrouver seul avec Keith dans la même pièce que leur client lui donnait envie de lâcher de l’affaire. C’était idiot et infondé et c’était bien la première fois qu’il se retrouvait dans cette situation. Pourtant, il en avait vu des vertes et des pas mûres quand il n’était que simple assistant. Dans ce cas précis…. Non, quelque chose n’allait pas, mais alors pas du tout. « Je vais essayer, ils ont l’habitude de m’avoir au téléphone. » Il avait déjà attrapé le téléphone et composé le numéro, de tête. A force, il le connaissait.

Au bout d’un bref échange durant lequel Gabriel expliqua la situation, il finit par raccrocher. Il avait réussi à obtenir une entrevue mais pourtant, il n’arrivait pas à se satisfaire de cette petite victoire. Il releva la tête vers Keith en se retenant de se mordre la langue. « On peut le voir aujourd’hui. En début d’après-midi. » Il se mit debout en repoussant sa chaise et réarrangeant cette cravate qui avait l’air super serrée, tout à coup. « Hum, il faudrait qu’on établisse une liste de question, pour qu’il se prépare à y répondre lors du procès. » Il n’arrivait pas à regarder Keith parce qu’il avait peur que ce dernier lise son hésitation dans ses traits. Il ne pouvait se permettre de se montrer hésitant. « Tu veux qu’on le fasse… ensemble ou tu préfères qu’on fasse ça chacun de notre côté avant de nous rejoindre là-bas ? » Là, cette fois, il avait posé son regard sur Keith, pour savoir sa réponse. C’était une situation assez inédite pour lui, de devoir travailler avec lui en tant que son égal et plus en tant que simple assistant juridique.

made by black arrow

___

I don't know what's worth fighting for.
Or why I have to scream. I don't know why I instigate and say what I don't mean. I don't know how I got this way, I know it's not alright. So I'm breaking the habit, I'm breaking the habit tonight


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Flash (avant geno)
5 / 55 / 5
0 / 50 / 5
Keith possède un arc magique. Il apparait quand il en a besoin (et peut même parfois disparaitre à sa guise)
Malik/Amélia/Connor/Stan/Jay/Taïs/Jin/Junno/Aldébaran/Simon/Kelsey
1035
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Was it all in my fantasy [Pv Keith et Gabriel]   Mar 28 Nov - 11:03



Was it all in my fantasy

FT. Gabriel

"C’est une bonne idée" A ses dires, Keith hocha la tête, simplement. Il aurait pu afficher un air satisfait, se sentir valorisé et sûr de soi. Il aurait pu même se montrer arrogant, comme il le faisait souvent avec Gabriel. Car après tout, rare était les fois où son collègue allait dans sa direction. Mais bizarrement, il n'en fit rien. Pas cette fois. Il se contentait de rester silencieux, l'air pensif tandis qu'il pouvait entendre son cœur battre plus vite contre sa poitrine.

En vérité, il n'était pas sûr d'avoir soumis la bonne option. Il n'était sûr de rien. Il se sentait de plus en plus nerveux, angoissé. Il essayait de rester professionnel or, quelque chose le rebutait à l'idée de se rendre là-bas, en prison. Pour voir cet homme qui dégageait un truc qui ne lui plaisait pas. Qui le mettait mal à l'aise.

De nouveau, sa main vint frotter sa nuque et il acquiesça faiblement, lorsque Gabriel l'informa qu'il allait essayer de les joindre pour planifier la rencontre.
- Ok, fut le seul mot qui franchit ses lèvres.

Durant ce bref instant, le jeune avocat resta donc là, immobile en face du bureau pendant que son ennemi expliquait la situation. Il gardait le dos droit mais l'expression de son visage était légèrement différent. Il était plus crispé que d'habitude, un peu fuyant aussi. Il se demandait si son collègue partageait la même impression mais il n'osait pas le lui demander, lui en parler. Pour la simple et bonne raison qu'il ne tenait pas à se montrer faible devant Gabriel. Ou hésitant. Au cas où l'autre en jouerait pour lui balancer une remarque sarcastique.
"C'est débile. C'est juste qu'une impression, ça va finir par passer."

Comme ses cauchemars. Cette impression lointaine et vile que certains trucs restaient flou dans sa mémoire. Le contre-coup du festival... Ouai. Ça allait sûrement finir par passer. Il se secoua mentalement et porta ses doigts à hauteur de ses côtes, où sa blessure le lançait derrière son bandage.
- Parfait, fit-il enfin lorsque Gabriel raccrocha, lui annonçant qu'ils pouvaient voir le client en début d'après-midi.

Tout en disant ça, il se redressa, reprenant un air déterminé et professionnel avant de rajouter. Non sans avoir marqué une légère hésitation.
- Il vaudrait mieux qu'on le fasse ensemble. Histoire qu'on se mette d'accord et qu'on ne paraisse pas désordonné devant lui ou les jurés. On aurait l'air con sinon. Il faut qu'on leur fasse croire qu'on est une équipe soudée et non...

Deux types qui ne pouvaient tout simplement pas se supporter et qui se lançaient des piques à longueur de journée. Cela les porterait préjudice, à coup sûr. Ça le faisait bien chier mais pour le coup, ils n'avaient pas le choix. Oui, ils allaient devoir apprendre à travailler ensemble, en unissant leurs compétences.
- Bordel, vivement que ça se termine, ne put-il s'empêcher de rajouter en passant nerveusement ses doigts dans ses cheveux pour les repousser en arrière.

L'après-midi arriva bien rapidement. Trop rapidement peut-être. Keith s'était proposé de prendre sa voiture pour les emmener tout deux à la prison. Toutefois, maintenant qu'ils se trouvaient là, devant le haut bâtiment, le jeune avocat ne put s'empêcher de serrer la mâchoire. Le malaise s’intensifiait. C'était déroutant. Il se prit même  à desserrer un peu sa cravate et s'immobilisa après avoir remarquer que ses mains tremblaient, sans qu'il ne s'en rende vraiment compte.
- Et merde...

Qu'es-ce qui lui arrivait à la fin. C'était quoi ce bordel? Alors qu'ils marchaient à présent dans les couloirs étriqués, gardés par de nombreux policiers, sa respiration fut coupée et il fut prit d'un vertige, l'obligeant à s'arrêter quelques instants.
- Attend. Juste deux secondes, murmura-t-il d'une voix rauque devant l'air surpris de son collègue.

S'il aurait pu faire autrement, il l'aurait fait mais là... il ne comprenait pas vraiment ce qui lui arrivait. Tout en se raidissant, il prit appui contre un mur et essaya de reprendre sa respiration, coupée par une angoisse soudaine et inexpliquée. Il serra même les poings pour ne plus trembler. Quelques minutes passèrent quand il fini enfin par se redresser, marmonnant en évitant soigneusement le regard de Gabriel.
- C'est bon... On y va.

(c) ANAPHORE



Revenir en haut Aller en bas
avatar


Lighter
5 / 55 / 5
3 / 53 / 5
Pyrokinésie, toi-même tu sais.
Albert, Jessica, Marc, Kurt & Lorna
1111
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Was it all in my fantasy [Pv Keith et Gabriel]   Mer 29 Nov - 22:32


was it all in my fantasy
am i losing my mind ?

Il pouvait comprendre Keith sur le coup. Il avait lui aussi envie que ça se termine. Il en voulait à Matt d’avoir eu cette idée. Surtout pour un cas aussi compliqué. Il devait la jouer pro, malgré toute l’aversion qu’il avait pour Keith et cette espèce de colère qui venait d’on ne savait où quand ça le concernait. Elle était plus forte, ces derniers temps. Mais là, tout de suite, que pouvait-il faire d’autre ? Il ne pouvait que serrer les dents et subir. Attendre que ça passe en faisant de son mieux pour remporter ce procès. Même si ça impliquait de faire équipe avec la personne qu’il appréciait le moins. Du coup, ouais, travailler ces questions histoire de ne pas partir dans tous les sens, c’était le bon plan. Ce n’était pas sûr qu’ils allaient remporter ce procès mais au moins, ils savaient où ils allaient. Le reste de la matinée s’écoula sans histoire, Gabriel ayant ravalé sa tendance au sarcasme facile et gratuit. Il s’était attendu à ce qu’ils prennent chacun leur voiture pour s’y rendre mais quand Keith proposa qu’ils prennent tous les deux la sienne, Gabriel manqua d’avaler son café de travers. Il y avait un truc qui tournait pas rond, là ? Il avait manqué un chapitre ou… ? Enfin, c’était plutôt bizarre, non ? Bizarre, oui. C’était la pensée qui n’avait pas quitté Gabriel le long du trajet. Il n’y avait pas que le dossier qui était bizarre. Keith l’était aussi. Sa réaction devant le dossier, le fait qu’il propose qu’ils fassent le trajet ensemble, le fait que… Non, stop. Il devait se concentrer sur leur client. Pas sur son collègue qui gardait le silence alors qu’ils pénétraient dans l’enceinte.

Il était déjà venu là, en tant qu’assistant. C’était drôle de se dire qu’aujourd’hui, il était avocat. La promotion inespérée. Même s’il était déjà venu ici, il ne s’en sentait pas plus à l’aise aujourd’hui. Il n’arrêtait pas de remettre sa cravate en place et avait presque l’impression que le costume qu’il portait lui brûlait la peau. Jamais il n’avait autant regretté sa tenue classique de jean-chemise-basket. Ça n’allait pas être si terrible, si ? La voix de Keith attira son attention et il tourna la tête dans sa direction pour le découvrir en train de s’arrêter. Il fronça un sourcil en s’arrêtant à son tour. Okay, il y avait définitivement un truc qui ne tournait pas rond chez lui, aujourd’hui. Gabriel s’apprêta à s’avancer vers lui pour s’assurer qu’il allait bien mais il stoppa son geste avant même de l’amorcer. C’était Keith, hein. Pas son pote. Il n’était pas censé s’inquiéter pour lui. Il garda la bouche close quand il se redressa pour se remettre en route, préférant taire les questions qui lui brûlaient la langue. Et… Fuck it. « Ça va aller ?» Il ne savait même pas pourquoi il demandait. L’autre allait être bien trop fier pour répondre autre chose que « Oui, c’est bon.».  Mais c’était plus fort que lui. Il fallait qu’il s’en assure quand même.

Ils se retrouvèrent dans une pièce comportant des tables et des chaises. Ça ressemblait à la salle de visite mais ce n’était pas ça. C’était comme un réfectoire. Ils n’étaient que tous les deux pour l’instant, l’objet de leur visite n’allant pas tarder à arriver. En attendant, Gabriel faisait les cents pas vers la fenêtre pour regarder à l’extérieur. Il avait l’impression d’être de retour à l’Alpha House avec ces conneries. C’était exactement dans le même genre de salle qu’il allait rendre visite à ses proches. Son malaise s’intensifiait au fil des secondes et il était quasiment à deux doigts de se tirer, quitte à laisser Keith se débrouiller seul avec l’autre guignol. Il n’aimait pas se sentir ainsi avant une entrevue. En général, ça n’annonçait rien de bon. Et comme il sentait que l’ambiance était à couper au couteau, il décida de crever l’abcès une bonne fois pour toute. « Okay. Très bien.» Il soupira et se détacha de la fenêtre pour se tourner vers Keith, gardant toujours les bras croisés. « Je le sens pas. C’est ridicule, mais je… Y’a un truc qui me met mal à l’aise. » Il l’avait dit et il s’en sentait mieux. Maintenant, restait à voir si l’autre nul n’allait pas lui rire à la tronche ou un truc du genre.  

made by black arrow

___

I don't know what's worth fighting for.
Or why I have to scream. I don't know why I instigate and say what I don't mean. I don't know how I got this way, I know it's not alright. So I'm breaking the habit, I'm breaking the habit tonight


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Flash (avant geno)
5 / 55 / 5
0 / 50 / 5
Keith possède un arc magique. Il apparait quand il en a besoin (et peut même parfois disparaitre à sa guise)
Malik/Amélia/Connor/Stan/Jay/Taïs/Jin/Junno/Aldébaran/Simon/Kelsey
1035
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Was it all in my fantasy [Pv Keith et Gabriel]   Sam 9 Déc - 12:02



Was it all in my fantasy

FT. Gabriel

« Ça va aller ?» Tandis qu'ils se dirigeaient maintenant vers la salle de visite, Keith se raidit. La logique aurait été de lui déballer la vérité. Là, tout de suite. Sur son angoisse, sur cette peur qui semblait le tirailler depuis qu'il avait foutu le nez dans ce dossier. Sur le malaise qu'il ressentait à ce moment précis, en entrant dans ce foutu bâtiment. Sur tout en fait. Car après tout, aujourd'hui ils formaient une "équipe". Mais, au fond, le jeune avocat n'y tenait pas. Il avait sa fierté. Il avait sa putain de fierté et même lui, ne comprenait pas ce qui lui arrivait. Puis... C'était Gabriel. Bien sûr qu'il rechignait à lui dire que non, ça n'allait pas. Qu'il se sentait mal au point de déclencher des vertiges et que très sincèrement, s'il le pouvait. Ou si même, il s'écoutait. Il l'aurait lâché ici pour se barrer le plus rapidement possible de cet endroit.
- Ouai, c'est bon. C'est rien, c'est passé, se contenta-t-il alors de répondre froidement sans pour autant arriver à le regarder en face.

Au pire, si l'autre insistait, ce qui serait étonnant, il donnerait l'excuse de sa blessure aux côtes. Ça devrait suffire. Mais comme il s'y attendait, Gabriel ne dit rien et ils entrèrent enfin dans la salle du fond, indiquée par les policiers.

Il n'y avait personne. Par ailleurs, il y régnait une atmosphère oppressante, angoissante. Aucune fenêtre ne laissait passer un brin de lumière et la décoration était si spartiate que ça donnait à cette pièce un côté encore plus inquiétant.

Le corps toujours aussi tendu, Keith jeta un bref regard autour de lui. Bizarrement, il se sentait aussi mal à l'aise que le jour où il avait du entrer dans ce genre d'endroit pour rendre visite à Albert et à Jenni, à l'Alpha House. Sauf qu'à ce moment là, ses sensations étaient très légères, éphémères. Il avait su dépasser ça, ce qui n'était pas le cas aujourd'hui. Non aujourd'hui, c'était différent. Il le sentait, désagréablement. Dans un geste nerveux, il passa une main sur sa nuque puis dans ses cheveux, les repoussant en arrière.

Ce fut Gabriel qui rompit le silence en premier. Surpris, le brun haussa les sourcils et se tourna vers lui, l'écoutant parler. Contre toute attente, ce dernier lui avoua ne pas sentir ce dossier. A ses dires, le jeune avocat se pinça les lèvres et se crispa, quelque peu rassuré cependant de l'entendre de sa propre bouche. Car cela voulait dire qu'il n'était pas fou. Si son collègue éprouvait la même chose, ce n'était pas qu'une simple sensation mais un fait réel. Cette affaire puait, au plus haut point. Tout en desserrant un peu plus sa cravate, Keith s'approcha d'une table et vint plaquer ses mains dessus, la tête soudain rabaissée.
- Toi aussi? murmura-t-il enfin d'une voix rauque, le regard voilé. J'osais pas te le dire.

Marquant une pause, il soupira et vint de plus belle passer ses doigts dans ses cheveux avant de poursuivre dans un souffle à peine audible :
- Le visage de ce type. Je sais pas. Il y a un truc qui cloche mais j'arrive pas non plus à mettre la main dessus. Je crois qu'on fonce droit dans une affaire qui nous dépasse. Peut-être que... Pour être franc, peut-être qu'on aurait du se casser quand on le pouvait encore.

Voilà, c'était dit. Du moins, en partie. Encore une fois, il ne lui parla pas de ses vertiges. Il ne lui parla pas de ses angoisses concernant aussi cet endroit. Tout en se redressant cette fois, le brun réajusta sa cravate et porta ses yeux sur Gabriel, les traits tirés.
- Qu'es-ce qu'on fait? Es-ce qu'on continue ou....

Ou es-ce qu'ils lâchaient l'affaire. Simplement. Mais cette idée même le rebutait. C'est pourquoi, il ne termina pas sa phrase. Cela ne lui ressemblait pas. Rectification. Cela ne leur ressemblait pas. Il leur restait quoi? Cinq minute à tout casser avant que leur client ne vienne? Le cœur battant à tout rompre, le jeune avocat serra la mâchoire, questionnant à présent son collègue du regard qui n'avait pas bougé d'un centimètre.

(c) ANAPHORE



Revenir en haut Aller en bas
avatar


Lighter
5 / 55 / 5
3 / 53 / 5
Pyrokinésie, toi-même tu sais.
Albert, Jessica, Marc, Kurt & Lorna
1111
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Was it all in my fantasy [Pv Keith et Gabriel]   Lun 8 Jan - 22:19


was it all in my fantasy
am i losing my mind ?

D’accord, d’accord. Donc la prochaine fois qu’il s’inquiétera pour cet imbécile, il le laissera là où il est. Surtout si c’est pour se faire à moitié envoyer paître. Il lève les yeux au ciel et reprend son chemin. Il ne tentera plus. Il sait très bien qu’à chaque fois, ça se passe rarement bien. Il garde pour lui ses sarcasmes parce qu’il est fatigué d’en arriver à ce résultat en permanence. Et puis là, tout de suite, il a d’autres chats à fouetter. Arriver dans cette fichue salle, s’entretenir avec leur client et se barrer. Il veut se barrer de là le plus vite possible. Il y a, en lui, quelque chose qui lui tord les entrailles. Une sensation de malaise qu’il n’arrive pas à nommer. Le voilà en train de tourner presque en rond en attendant le client, gardant le silence, rongeant son frein. Et finir par craquer, parce qu’il n’en peut plus. Il a besoin de le dire, quitte à passer pour un putain de trouillard. Il a besoin que ça sorte et que Keith sache à quoi s’attendre avec lui. Non, il ne la sent pas cette affaire. Oui, il y a quelque chose qui ne va pas. Et il n’arrive pas à savoir d’où ça vient, c’est ça le pire. Il travaille dans ce bureau depuis un moment et ce n’est pas drôle tous les jours. Pourtant, c’est bien la première fois que ça lui arrive. Il se prépare mentalement à essuyer des moqueries de la part de son collègue mais c’est le contraire qui se produit.

Comment ça, «toi aussi ?» ? Il pouvait pas lui dire avant, bordel ? Okay, calme. Il décroise les bras et fronce les sourcils en écoutant Keith. Qui résume quelques mots ce que Gabriel ressent. C’est là qu’il comprend que s’ils sont deux à ressentir ça, alors qu’ils connaissent pas ce type, c’est qu’il y a un problème. Gabriel connaît son propre problème, à vrai dire. Il est en train de devenir barge et de voir des choses qui ne se sont jamais produites. Mais Keith ? Keith ne devrait pas ressentir ça. Il devrait au contraire l’envoyer paître en le traitant de débile ou de trouillard ou il ne sait quoi encore. Il laisse une seconde filer avant de déglutir. « Keith ? Ça va te sembler bizarre, mais répond honnêtement à ma question.» Il secoue la tête, parlant davantage pour lui que pour son collège. « J’arrive pas à croire que je vais demander ça…» Il se reprend en fixant le brun à l’autre bout. « Est-ce que tu… ressens des choses que tu n’es pas censé ressentir ?» Comme maintenant, se retient d’ajouter Gabriel qui contrôle avec brio les tremblements de ses mains. Depuis qu’il a abordé le sujet avec Ezra, il a fait un énorme progrès pour contrôler ses crises. « On est deux à ressentir qu’un truc cloche et jusque là, ça n’arrivait qu’à moi. Mais si tu t’y mets aussi, c’est pire que ce que je pensais.» Déjà, ça veut dire qu’il est pas le seul à perdre les pédales. Et ça n’a rien de rassurant. Et si ça se déclenche maintenant, alors qu’ils sont sur cette affaire, ça doit être une sorte de signe, non ?

Il secoue la tête à nouveau. « Laisse tomber, c’est débile. On va continuer. » Il passe une main dans ses cheveux en soupirant. Ils n’ont pas fait ce chemin pour se débiner au dernier moment. Il attend de voir si Keith a quelque chose à dire pour s’y opposer mais il est comme lui, pour ça. Plutôt mourir que de lâcher une affaire en cours. Aussi compliquée s’annonce-t-elle. Et pile à ce moment, la porte s’ouvre, accompagnée d’une sonnerie. Leur client passe le seuil, encadré par deux gardes. Le coeur de Gabriel se met à battre plus vite, contre sa volonté. Le malaise vicieux revient le frapper de plein fouet et il se met à serrer la mâchoire pour contrôler cette bouffée de haine qui le saisit. Gabriel le déteste. Il ne sait pas pourquoi, ni d’où ça vient. Mais il le déteste. Le regard que le type qu’il doive défendre leur lance est aussi plaisant qu’une douche froide en Antarctique. Il n’aime pas ce petit sourire. Et encore moins la façon dont il regarde Keith. Parce qu’il a comme une impression de déjà-vu qui le laisse sans voix.

made by black arrow

___

I don't know what's worth fighting for.
Or why I have to scream. I don't know why I instigate and say what I don't mean. I don't know how I got this way, I know it's not alright. So I'm breaking the habit, I'm breaking the habit tonight


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Flash (avant geno)
5 / 55 / 5
0 / 50 / 5
Keith possède un arc magique. Il apparait quand il en a besoin (et peut même parfois disparaitre à sa guise)
Malik/Amélia/Connor/Stan/Jay/Taïs/Jin/Junno/Aldébaran/Simon/Kelsey
1035
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Was it all in my fantasy [Pv Keith et Gabriel]   Ven 26 Jan - 11:43



Was it all in my fantasy

FT. Gabriel

L'instant était vraiment étrange, surréaliste. Alors qu'il aurait pu largement envoyer paitre Gabriel et le traiter de fou ou de poule mouillée, Keith soupira et lui fit part de ses propres impressions. Cette fois, il ne chercha pas à cacher ses ressentis. Il ne chercha pas à lui mentir, du moins en partie. Il lui demanda même ce qu'ils devaient faire, soumettant l'idée que peut-être... peut-être serait-il plus judicieux pour eux d'abandonner ce dossier et le remettre à quelqu'un d'autre.

Mais en vérité, cela le faisait chier. Cette idée le rebutait. Abandonner une affaire ne leur ressemblait pas et bordel, il n'aimait pas paraitre faible. Surtout pas devant son collègue ni même de manière générale. Il n'aimait pas ressentir tout ça. Il n'aimait pas se sentir indécis, mal à l'aise. Il n'aimait pas cette impression de déjà vu et pire, il n'aimait tout simplement pas cet endroit. Il avait l'impression d'étouffer. Une épaisse boule s'était formé dans sa gorge et ses muscles étaient si tendus  qu'il en avait presque mal. Il déglutit plusieurs fois avec peine, la bouche sèche et questionna Gabriel du regard comme s'il attendait patiemment son avis. Ce qui en soit, était une grande première.

C'est alors que ce dernier lui posa une question des plus inattendu :"Est-ce que tu… ressens des choses que tu n’es pas censé ressentir ?" Le brun se crispa, fronçant les sourcils. En vérité, il ne s'attendait pas à une telle question. Jusque là, Keith avait cru que ses impressions étaient purement psychologique. Que ses cauchemars, de plus en présents, étaient peut-être dû à un simple traumatisme. Mais maintenant que son ennemi y faisait mention, il ne savait plus quoi en penser. Quoi dire. La mâchoire crispée, il resta quelques secondes silencieux, hésitant, à se demander s'il devait vraiment parler de ça entre eux. S'il devait vraiment se confier à lui. Non parce que, de tout ses proches, Gabriel était de loin la dernière personne à qui il aurait aimé en parler. Or, d'un autre côté... Si ce dernier lui demandait ça, c'était peut-être pour une bonne raison.

Peut-être n'était-il pas en train de devenir fou finalement. Peut-être que Gabriel avait lui aussi des impressions et des cauchemars inexpliqués. Une sensation diffuse mais présente qui pourrait tout deux les aider à comprendre. Nerveux, il passa une main brève sur sa nuque puis dans ses cheveux, murmurant d'une voix rauque :
- Qu'es-ce que tu entends par là?

Ses mains tremblaient légèrement. Il n'avait aucune idée de comment se confier ni même, comment mettre le sujet sur le tapis. Il essayait de trouver les mots sans y parvenir. Il essayait de trouver un sens logique sans arriver à mettre la main dessus. Le dos droit, le corps tendu, il se contenta donc de l'écouter, en sentant son cœur s'emballer dans sa poitrine. Mais alors que son collègue secouait à présent la tête, en disant de laisser tomber, la porte s'ouvrit, laissant apparaitre le prisonnier encadré par deux gardes.

Il était trop tard pour revenir en arrière. Leur client se trouvait là, bien présent, à les regarder tour à tour d'un œil amusé. Keith se retourna puis se crispa de plus belle. Son malaise s'accentua. Il ne saurait comment l'expliquer mais une peur sourde lui vrillait désormais les entrailles. Il avait beau essayer de la faire disparaitre, il n'y parvenait pas et c'était sans compter sur cet homme qui n'arrêter pas de le fixer, un sourire mauvais au coin des lèvres.
"Tient tient tient, susurra ce dernier d'une voix mielleuse, presque sarcastiqueainsi donc voilà mes deux anges gardiens. Alors comme ça c'est vous qui allez essayé de sauver mes fesses au tribunal? Grande première."

Tandis que les gardes le forçaient maintenant à s’asseoir sur une chaise, il marqua une courte pause. Puis, poursuivit de plus belle d'un ton un peu plus ironique, amusé, voir carrément fou alors que son regard passait de Keith à Gabriel. De Gabriel à Keith sans une seule fois baisser les yeux.
"Flash et Lighter. Ensemble. Qui l'aurait cru."
(c) ANAPHORE



Revenir en haut Aller en bas
avatar


Lighter
5 / 55 / 5
3 / 53 / 5
Pyrokinésie, toi-même tu sais.
Albert, Jessica, Marc, Kurt & Lorna
1111
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Was it all in my fantasy [Pv Keith et Gabriel]   Mer 31 Jan - 23:15


was it all in my fantasy
am i losing my mind ?

Il ne préfère pas aller sur ce terrain là avec Keith. Pas dans ces circonstances. Ils sont venus ici pour faire leur boulot et même si ça leur semble difficile à cause de cette sale impression dont ils n’arrivent pas à se défaire. Gabriel invite donc Keith à oublier ce qu’il a dit et à agir comme si de rien n’était. C’est mieux pour eux. Ce n’est pas comme s’ils étaient les meilleurs amis du monde. Ils ne se doivent rien. Même si Gabriel préfère taire que dans les images que lui envoie son cerveau, Keith est parfois présent. Souvent accompagné de ce sentiment de haine que Gabriel ne se connait pas. De la haine, de la colère et de la peur. Il n’arrive jamais à comprendre ce qui peut bien déclencher ça et au lieu de morfondre sur le sujet, il a décidé d’avancer. De faire comme si sa vie était normale et qu’il n’avait pas craqué dans les bras d’Ezra quelques mois en arrière.

Il se prépare donc à recevoir leur client qui arrive enfin. Le regard qu’il leur lance a pour effet de le faire se figer comme s’il venait de plonger dans de l’eau glaciale. Une frisson désagréable parcourt son échine quand il entend sa voix. Gabriel déglutit, sentant son coeur battre la chamade pour une raison inconnue. Il a une réaction à laquelle il ne s’attend pas dans ce genre de situation. Il baisse la tête et fuit son regard, feignant de trouver ce qu’il y a dans les dossiers très intéressants. Il contrôle ses gestes et sa respiration pour garder celui de ses émotions. Un flash s’impose à lui et s’il ne dure qu’une fraction de seconde, c’est suffisant pour achever de mettre Gabriel mal à l’aise. Le détenu continue de parler quand les gardiens s’en vont, le laissant seul avec eux. Gabriel redresse la tête, intrigué. Flash ? Lighter ? Qu’est-ce que… ? C’est lui qu’il appelle le briquet ou c’est Keith ? Il tourne la tête vers son collègue en arquant un sourcil.

Euh… Ouais. D’accord. Il se reprend et s’assoit au bord de la table, posant une main sur le dossier. « On dirait bien. L’affaire s’annonce compliquée, donc on va essayer de rendre ça le moins difficile possible.» Il ne reconnait pas la voix qu’il est en train d’employer. Il se rend même compte qu’il s’adresse à leur client avec une certaine froideur. L’autre lève les yeux vers lui et sourit de plus belle. Un court instant, Gabriel ressent comme l’envie de lui envoyer son poing dans la tronche pour qu’il s’arrête de sourire comme ça. « Laissez-moi deviner ? Vous allez me dire ce que je dois dire ou pas dire pour éviter de me griller ? » Gabriel lui offre un rictus et un haussement de sourcil affirmatif. « C’est l’idée.» Il fait glisser le dossier vers Keith pour l’obliger à dire quelque chose. Il est hors de question qu’il soit le seul à parler avec ce type. Gabriel se redresse et croise les bras en attendant que son collègue ouvre la bouche. Si la sensation de malaise s’est écartée quelques secondes pendant qu’il parlait avec lui, elle est revenue. Et elle ne le lâche plus. Il a l’impression qu’une main invisible lui serre les entrailles.

« Donc dire que j’ai buté ces gens, c’est exclu, hein ?» lance le client, l'air de rien. Gabriel reste figé, sentant le regard provocateur du type. Il écarquille des yeux, comme s'il avait mal entendu avant d’articuler : « Quoi ?» Ils viennent d’avoir un aveu, là, non ? Son regard cherche à nouveau celui de Keith, totalement desamparé. Putain, ça fait même pas cinq minutes qu’ils sont là et ils ont déjà un aveu. « Hey ouais, Blondie. Je les ai tué. Mais tu t’en doutais, avoue-le. » Donc, le truc, c’est que ça va être difficile de garder son calme, c’est ça ? Il cherche de l’aide auprès de Keith pour qu’il reprenne la situation en main. Il est plus expérimenté que lui pour ça. Gabriel ne sait pas quoi faire, ni quoi dire. Il est totalement déboussolé. Il savait que leur client ne serait pas le genre de type qu’on invite volontiers à un pique-nique le dimanche, mais quand même. Il ne s’attendait absolument pas à se manger des aveux en pleine gueule. Alors qu’ils sont venus pour des affaires de drogues. Super l’ambiance.

made by black arrow

___

I don't know what's worth fighting for.
Or why I have to scream. I don't know why I instigate and say what I don't mean. I don't know how I got this way, I know it's not alright. So I'm breaking the habit, I'm breaking the habit tonight


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Flash (avant geno)
5 / 55 / 5
0 / 50 / 5
Keith possède un arc magique. Il apparait quand il en a besoin (et peut même parfois disparaitre à sa guise)
Malik/Amélia/Connor/Stan/Jay/Taïs/Jin/Junno/Aldébaran/Simon/Kelsey
1035
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Was it all in my fantasy [Pv Keith et Gabriel]   Ven 23 Fév - 16:19



Was it all in my fantasy

FT. Gabriel

"Flash et Lighter". A ces noms, Keith se crispa de plus belle. La sensation d'angoisse s'accentua et il fronça les sourcils, toujours plus, serrant les poings sans même s'en rendre compte.

C'était une sensation vraiment bizarre, soudaine, étrange. Il avait l'impression de ne plus contrôler son corps. Son corps qui se crispait au fur et à mesure que ce type parlait, en faisant des allusions plus ou moins farfelus.  Devant son regard, il baissa même la tête, essayant de vaincre cette peur, ce trouble, cette nervosité qui mettait ses muscles à dure épreuve. Le pire, c'était qu'il ne comprenait pas pourquoi. Il ne comprenait pas pourquoi ce gars semblait lui faire autant d'effet. Dans le mauvais sens, bien sûr. Il ne comprenait pas pourquoi son regard le glaçait. Ni même pourquoi il avait la soudaine envie de fuir, de quitter la pièce le plus vite possible pour ne plus avoir à le supporter. Un mélange d'effroi, de terreur, de rage aussi l’enivrait, l'envahissait. Il essaya néanmoins de reprendre constance et prit une grande inspiration, relevant enfin les yeux quand Gabriel prit la parole.

Par ailleurs, ce dernier avait prit une voix différente de d'habitude. Il restait calme mais une certaine froideur y perlait. Tandis que Keith restait là, debout et immobile, le corps bien droit, son ennemi s'assit au bord de la table et posa une main sur le dossier, s'adressant à leur client en posant les bases.

Quelque part, le jeune brun était plutôt rassuré de voir son collègue prendre les devants. Pour une fois. Il avait besoin de quelques minutes, d'un instant ou peut-être plus pour se reprendre. Sans cesser de serrer les dents, il passa brièvement une main sur sa nuque puis dans ses cheveux et quitta enfin son immobilité pour prendre appui sur le mur.

Ouai. L'affaire s'annonçait compliqué. Plus que compliqué même. Le type était particulièrement exécrable et semblait prendre son cas à la légère. Il parlait d'un ton détaché, moqueur et le pire dans tout ça c'était qu'il prenait un malin plaisir à les défier, en leur parlant avec sarcasme. Les bras croisés, l'avocat dû se résoudre cependant à quitter son appui quand Gabriel, peu désireux de s'en occuper tout seul, fit glisser le dossier sur la table, le forçant plus ou moins à réagir :
- Oui, c'est exactement ça,  dit-il alors d'une voix rauque, prenant cette fois la pochette pour l'ouvrir et jeter un œil dessus, histoire de ne surtout pas avoir à le regarder en face. Si vous...

Mais il n'eut pas le temps de terminer sa phrase que l'homme en question poursuivit de plus belle. Ses aveux sonnèrent comme une menace dans l'air. Surpris, interloqué, Keith releva subitement la tête et l'observa, bouche bée tandis que ses tremblements reprirent de plus belle. Avait-il bien entendu? Etait-il vraiment en train de leur dire qu'il avait buté des gens, sans culpabilité aucune? Etait-il vraiment en train de s'en amuser? De s'en venter? Il semblerait que oui car à ses côtés, son collègue écarquilla les yeux, tout aussi déconcerté.
- Pardon?

En règle général, le brun aurait probablement garder son calme. Il aurait probablement cherché à rester neutre, impassible devant de tels aveux mais là. Là, il ne saurait dire pourquoi, son cœur s'accéléra. Sa nervosité l'engloba de plus belle. Pire, elle l'encercla, le serrant comme un étau. Une seconde passa alors qu'il posa ses yeux sur lui. Un instant se déroula quand soudain un flash, un éclair le foudroya, titillant son trouble déjà bien présent dans ses veines.

Sa respiration se hachura. Sa tête lui tourna même tandis qu'une rage sans nom l'enveloppait de part et d'autre. Passé la peur, la terreur, l'angoisse, voilà que la haine prenait le dessus sur tout le reste. Une haine qu'il ne comprenait même pas. Une animosité qui fut aussi soudaine qu'immédiate alors qu'elle le força à commettre l'irréparable.
- Tu ferais mieux de la fermer, grogna-t-il d'un ton rageur sans parvenir cette fois à la contrôler. La ferme connard ! Comment tu peux t'en venter enfoiré?

Oui. Plus de contrôle possible. Dans un pas rapide, vif, Keith contourna la table et l'alpagua par le col. Il avait l'impression de ne plus vraiment se maitriser. C'était comme si... Comme si une chose muette, un sentiment bien plus profond parlait à sa place. La mâchoire crispé, les muscles tendus par la nervosité, ses iris se plantèrent dans les siens et il le foudroya du regard, allant jusqu'à lancer son poing en plein visage.

Un coup. Puis un deuxième, beaucoup plus violent cette fois-ci. Le pire c'était que son adversaire ne détournait même pas les yeux. Il ne lâchait pas son regard. Il se prit même à rire, le nez en sang, lâchant entre deux coup, un rictus mauvais au coin des lèvres :
"Ah là je te retrouve bien Flash ! Vas-y. Vas-y frappe petit pd. Démonte moi la gueule, c'est quelque chose de tellement habituel chez toi."
(c) ANAPHORE



Revenir en haut Aller en bas
avatar


Lighter
5 / 55 / 5
3 / 53 / 5
Pyrokinésie, toi-même tu sais.
Albert, Jessica, Marc, Kurt & Lorna
1111
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Was it all in my fantasy [Pv Keith et Gabriel]   Sam 24 Fév - 20:15


was it all in my fantasy
am i losing my mind ?

Les aveux flottent un instant dans l’air, se répercutent sur les murs et font leur chemin dans le cerveau de Gabriel. Il a tué ces types. Et il vient d’avouer devant les deux avocats qui sont censé le défendre. Son assurance l’interloque et provoque une colère sourde. Gabriel commence à serrer les poings en se mordant la langue. Qu’est-ce qu’il est censé faire. Il l’ignore. Il n’avait pas prévu ça. Il n’a pas prévu la tournure que prend cet entretien et les doutes qui envahissent sa tête. Ce petit sourire, cette façon dont il s’adresse à lui comme si ce n’était pas la première fois qu’ils se rencontraient. Il a l’air de les connaître. Le regard qu’il a sur Gabriel est bien moins lubrique que celui qu’il a sur Keith. Ça met Gabriel mal à l’aise, ça le dégoûte même un peu. C’est une lubricité malsaine. Le genre qui donne des frissons dans le dos et qui donne envie de s’éloigner le plus possible. Il échange un regard avec son collègue qui semble tout aussi choqué que lui. Il n’a pas rêvé. Il a bien avoué, dans le plus grand des calmes qu’il avait tué ces gens. Désamparé, Gabriel espère que Keith va prendre les choses en mains à sa place, car il ne sait pas quoi faire. Keith saura sans doute mieux réagir que lui à la situation.

Sauf que. Non. Absolument pas. Il voit les signes arriver. Cette façon qu’il a de se crisper. De serrer les mâchoires. La haine dans son regard. Quelque chose en Gabriel se déclenche, lui tordant de plus belle les entrailles. Il doit se retenir au mur alors qu’un flash violent survient, modifiant le décor. Keith, ivre de rage, frappant au sol leur client dans un contexte différent. Des bruits de coups qui montent à ses oreilles alors qu’il détourne les yeux. Il entend des pleurs juste à côté de lui, des suppliques qui lui sont adressées, à lui. Ses mains tiennent une arme qui pèse son poids. La scène se déroule dans un entrepôt désaffecté. Le bruit du poing de Keith s’abattant sur le visage de ce type est insupportable. Il donnerait n’importe quoi pour que ça s’arrête. Sa respiration s’accélère quand il ferme les yeux et secoue la tête vivement. Non, ce n’est pas réel. Ce n’est pas réel. Il sent son coeur tambouriner contre sa poitrine et le mur contre lequel il se tient retrouve sa tangibilité. Il se concentre sur son contact pour reprendre contact avec la réalité. La voix de Keith monte à ses oreilles, avec colère.  Quand Gabriel arrive enfin à se reprendre, il assiste médusé à une autre scène. Son abruti de collègue est en train de frapper leur client. La violence de l’échange le prend de court, ainsi que le rire dément de cet enfoiré qui provoque Keith, insensible aux coups qu’il se prend en plein visage.

Les mains de Gabriel se referment sur les épaules de Keith alors qu’il le tire loin du mec. Avec plus de force qu’il ne croit, il finit par le plaquer contre le mur. « Hey ! » S’il ne s’en prend pas une, il pourra s’estimer heureux. Les paroles de l’autre résonnent encore à ses oreilles. Il a traité Keith avec un terme peu élogieux pour parler de sa sexualité. Tout en maintenant Keith contre le mur, Gabriel se tourne vers le client, le foudroyant du regard. « T’as vraiment envie de rajouter de l’homophobie à la liste des chefs d’accusations, connard ? » Il ramène son regard sur son collègue qui perd les pédales. « Calme-toi, merde ! Qu’est-ce qu’il te prend, là ?! » Il galère pour le maintenir dos au mur et l’empêcher d’y retourner. Un moment, il ne pourra plus le retenir et là, il ignore ce qu’il devra faire. Keith tente de s’écarter mais Gabriel le repousse contre le mur, plus fort. « Arrête, bordel ! » La situation est explosive et hors de contrôle. A quel moment tout ça a pu déraper sans qu’il ne le voit venir ? Cette tension crépite contre sa peau. Il n’est pas taillé pour gérer ce genre de conflit. Il n’est pas une montagne de muscle contrairement à celui qui a le nez en sang et il est plus petit que l’autre nerveux qu’il tente de retenir de toutes ses forces. « Hey, écoute-moi, là ! Tu te calmes ou je te fais sortir de la salle ! » Il le fixe avec fureur, pour lui faire comprendre que s’il doit en arriver là, il le fera.

Quand enfin, au bout de longues secondes, Keith lui fait comprendre qu’il ne fera rien, il s’écarte en soupirant. Il perçoit toujours le rire de l’autre connard mais au moins, il est certain que Keith n’ira pas lui casser la tronche. Il se détourne, prenant bien garde à rester entre le client et l’avocat au cas où les choses dérapent encore. Dans son dos, il entend l’impact du poing de Keith contre le mur.  Il inspire longuement pour se calmer aussi et décide de poursuivre l’échange, d’une voix qu’il espère neutre. « On ne va pas parler d’homicides. Donc ce serait pas mal de garder cet aspect de ta folle vie sous silence. Sauf si tu veux croupir ici, mais dans ce cas-là, faudra pas compter sur nous. »  Tant pis si Matthew leur passe un savon. Parfois, ça veut pas. Et Gabriel n’a pas envie de dépenser de l’énergie à gagner un procès pour assurer les arrières de cet enfoiré.  Il surveille Keith du coin de l’oeil tout en regardant ce type pour qui il éprouve soudainement une vague de haine. Au moindre écart de leur part à tous les deux, Gabriel escortera Keith en dehors de la pièce, en utilisant la force s’il le faut. Il serre les poings en tentant de conserver son calme.  « On peut reprendre, là, c’est bon ? »  « C’est marrant de te voir l’empêcher de déconner, Lighter. » Gabriel soupire. « Je ne m’appelle pas comme ça. Je ne sais pas qui est Lighter et je m’en fous. » Il sent à nouveau le regard plein de défi sur lui. Ce regard qu’il déteste et qui réveille chez lui des sentiments inconnus et étranges. « Pourtant, ça t’évoques des choses. J’ai vu ta réaction tout à l’heure. » Il lève les yeux au ciel. Il se demande bien ce qu’on est en train de lui chanter. Il n’a pas envie de s’attarder là-dessus, même si les propos l’intriguent. Il n’a pas tort. Lighter. Ça réveille quelque chose. Un sentiment de puissance qu’il a l’impression de connaître. Quelque chose de familier. De familier et de dangereux. « Admettons que mon nom soit Lighter. On s’en branle. Je suis pas là pour ça, moi. Et lui, non plus.» lance Gabriel en désignant Keith. Là encore, il sent que la situation dont il a tenté de reprendre le contrôle lui échappe de plus belle.   Il sent que tout est en train de déraper. « Vous deux ? Vous émergez. Vous commencez à vous souvenir. Pour l’instant vous êtes capable de rester dans la même pièce sans vous taper dessus, mais viendra un moment où vous souviendrez de tout. Je vous donne pas trois mois avant que vous commenciez à vous entretuer. » L’autre se penche en avant, fixant Gabriel avec satisfaction et haine. De la haine pure et simple à son encontre. Il rit longuement, désignant Keith du menton et ne lâchant pas Gabriel des yeux.  « Après tout, c’est de ta faute, Lighter. »

made by black arrow

___

I don't know what's worth fighting for.
Or why I have to scream. I don't know why I instigate and say what I don't mean. I don't know how I got this way, I know it's not alright. So I'm breaking the habit, I'm breaking the habit tonight


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Flash (avant geno)
5 / 55 / 5
0 / 50 / 5
Keith possède un arc magique. Il apparait quand il en a besoin (et peut même parfois disparaitre à sa guise)
Malik/Amélia/Connor/Stan/Jay/Taïs/Jin/Junno/Aldébaran/Simon/Kelsey
1035
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Was it all in my fantasy [Pv Keith et Gabriel]   Dim 25 Fév - 14:37



Was it all in my fantasy

FT. Gabriel

La rage l'ennivrait, littéralement. Il la sentait glisser dans ses veines. Il la sentait vibrer dans ses muscles. Elle avait été soudaine, immédiate, violente comme si. Comme si quelque chose d'autre la contrôlait. C'était assez étrange, brutal mais il n'arrivait tout bonnement pas à la maitriser.
Il frappait, frappait sans parvenir cette fois à s'arrêter et le pire dans cette histoire, c'est qu'il n'avait aucune idée d'où elle venait exactement.

Certes, cet homme était exécrable. Certes, il venait d'avouer des homicides alors qu'ils n'étaient même pas censé le savoir mais. Il y avait autre chose. Un sentiment profond qu'il ne comprenait pas. Il avait suffit de croiser son regard. Il avait suffit d'entendre ses allusions pour partir au quart de tour.

Ses doigts empoignaient brutalement son col. Ses iris restaient ancré dans les siens. Là, tout de suite, maintenant, il avait envie de le tuer. Il avait envie de le frapper, encore et encore jusqu'à ce que sa colère soit pleinement assouvi. Son cœur battait violemment contre sa poitrine. Plus ce salopard riait, plus il avait envie de lui en mettre une en pleine face. Oui. Le jeune brun devenait incontrôlable et son collègue avait tout intérêt à s'interposer s'il ne voulait pas se retrouver avec un sérieux problème sous les bras.
- Tu sais ce qu'il te dit le "Pd"? susurra-t-il entre ses dents avant que deux mains l'empoignent par l'épaule pour le tirer violemment en arrière. C'est quoi ton putain de problème hein?

Peu désireux de se calmer aussi facilement, Keith chercha tout d'abord à repousser Gabriel. Il essaya de se défaire de son étreinte. Il chercha même à le pousser sur le côté pour se fondre à nouveau sur leur client et lui faire ravaler son sourire. Son putain de sourire sarcastique et son regard lubrique, malsain. Sa hargne était telle qu'il n'arrivait même plus à réfléchir posément. Son collègue le plaqua soudain contre le mur et il grogna, ragea de plus belle, lâchant un :
- Lâche moi bordel !

Avant de se voir de nouveau plaquer contre la paroi. La respiration haletante, sifflante, le jeune avocat poussa un juron et se crispa, serrant les poings. Flash. Lighter. Ces noms pourtant ne lui disaient rien. Enfin... Normalement. Alors pourquoi, il se sentait aussi énervé? Aussi irrité quand l'autre y faisait mention? Pourquoi il avait des flashs? Des flashs mettant Gabriel et lui en scène dans des situations aussi flou qu'inexplicable? Pourquoi des images semblaient s'embrouiller dans sa tête? Pourquoi, là tout de suite, il sentait son corps se crisper, se tordre de douleur alors que mise à part sa blessure au flanc, il n'avait reçu aucun coup récent? Pourquoi...

Un cri de fureur franchit ses lèvres et il prit une grande inspiration. Son collègue le maintenait toujours avec force et ses mots claquèrent comme un fouet dans la salle. Il avait raison bordel. Qu'es-ce qui lui prenait nom d'un chien? Autant, oui, il était nerveux de nature. Il partait souvent au quart de tour surtout ces temps-ci. Autant, non. Perdre le contrôle au boulot ne lui ressemblait pas. Même avec une envie fréquente de frapper quelqu'un, il savait un minimum se maitriser. D'habitude. Alors pourquoi ce connard faisait ressurgir ce qu'il avait de plus noir en lui?
- Ok, murmura-t-il au bout d'un moment à Gabriel alors que ce dernier, fort heureusement, prenait à présent la situation en main. C'est bon. Tu peux me lâcher.

Libérer de son emprise, Keith ferma les yeux et se retourna. Les deux mains posées sur le mur, il inspira profondément et expulsa une dernière fois sa rage, sa colère, en abattant son poings contre la paroi. Ses os craquèrent. Ses phalanges s'imbibèrent de rouge mais il ne s'en formalisa pas. Cela lui faisait du bien. Un soupir s'échappa même d'entre ses lèvres et il resta là, immobile, le front posé sur le mur tandis que son collègue, derrière lui, s'adressait de nouveau à leur client.

Sauf que, ce dernier ne s'arrêta pas là. Il s'adressa à Gabriel, toujours sous le nom de Lighter. Il fit mention de souvenir, d'invocation. La respiration hachurée, le brun tourna brièvement la tête sur le côté. La situation leur échappait, clairement. Aucun des deux avocats ne comprenaient ce qu'il voulait dire par là pourtant. Pourtant. Ses dires résonnaient dans la pièce. Keith fut prit d'un vertige. D'un vertige à la fois violent et soudain. Son cœur manqua un battement. Sous ses insinuations, une angoisse le tirailla, le faisant presque suffoquer.
- Il faut que je sorte d'ici, souffla-t-il plus pour lui même tandis que de la sueur froide glissait sur son front.

Oui. Il fallait qu'il sorte. Qu'il se barre de là avant de définitivement péter un câble mais tandis qu'il se retournait, la voix de leur client claqua de plus belle, sous un rictus presque satisfait.
"Allons. Arrêtons de faire semblant. Je sais que vous voyez parfaitement où je veux en venir. Inconsciemment, vous savez. Vous vous rappelez de ce qui s'est passé ce jour là. Vous le sentez. Après tout, j'en suis mort. Hein Flash? Quant à toi..."

Toujours avec un sourire sarcastique, vile, haineux et amusé, l'homme se tourna de nouveau vers Gabriel, poursuivant de plus belle.
" Ouai, c'est de ta faute. Tu l'as laissé faire. Tu l'as laissé me buter sans même bouger le petit doigt. Tu te sens comment pour ça? Qu'es-ce que ça te fais d'entendre que toi aussi tu es un putain de meurtrier?"
(c) ANAPHORE




Revenir en haut Aller en bas
avatar


Lighter
5 / 55 / 5
3 / 53 / 5
Pyrokinésie, toi-même tu sais.
Albert, Jessica, Marc, Kurt & Lorna
1111
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Was it all in my fantasy [Pv Keith et Gabriel]   Dim 25 Fév - 23:00


was it all in my fantasy
am i losing my mind ?

Il sent cette tension dans l’air, cette nervosité qui tend ses muscles. Il veut partir de cette pièce, où l’atmosphère est si lourde qu’elle pourrait l’écraser en un instant. Il veut se défaire de ce regard porté sur lui, alors qu’il tente d’empêcher Keith de retourner casser la gueule de cet enfoiré. Gabriel ne sait pas ce qu’il doit faire. Alors il décide d’agir de la façon la plus logique à ces yeux : poursuivre l’entretien. Ils sont venus pour ça. Il prend sur lui pour mettre de côté ses sentiments et surtout pour poursuivre cet échange. Les yeux haineux, les sourires sarcastiques, tout ça, c’est tellement inédit qu’il est totalement désarmé. A court de sarcasmes pour répondre aux micro-agressions contre lui. Il ignore pour l’autre s’obstine à l’appeler Lighter et surtout pour quelle foutue raison il sent le noeud dans son estomac peser de plus en plus lourd à chaque fois que ce nom est prononcé. Ni l’espèce de flash qui l’a saisi plus tôt, l’empêchant de réagir avant que Keith ne frappe à deux reprises leur client. Ses propres réactions l’étonnent. Il garde le silence parce qu’il refuse de donner l’avantage à ce type. Même quand il touche dans le mille après avoir dit que le nom par lequel il l’appelle évoque des choses à Gabriel. Il a raison mais Gabriel préfère avaler de l’eau de javel que de l’avouer. Alors que Keith émet son besoin de prendre l’air, Gabriel reste droit. Il s’appuie à la table, tout en maintenant une distance entre le détenu et lui et de façon à pouvoir réagir rapidement si son collègue pète à nouveau un plomb. L’échange se poursuit de la même façon. Toujours des propos qui n’ont pas le moindre sens pour lui. Il parle de se souvenir. Se souvenir de quoi ? Puis sa voix claque. C’est de ta faute, Lighter.

Sa faute ? Ça lui fait l’effet d’une baffe. Il ne s’y attend pas. Il se fige, paralysé par ce regard plein de haine qui le sonde. Il a l’impression que ce type connaît les plus sombres secrets le concernant.  Il réprime un frisson alors qu’il sent l’atmosphère devenir étouffante. Bien trop pour lui. Il a des frissons mais il a le sentiment de crever de chaud. L’autre poursuit et Gabriel se décompose. Inconsciemment, ils savent ? De quel jour il parle, lui ? Il en est mort. A ces mots, Gabriel se décale de la table d’un geste vif.  Non, ce n’est pas… Ce n’est pas vrai. Il est complètement fou. Il perd la boule et doit confondre Keith et Gabriel avec quelqu’un d’autre. Des gens qui leur ressemblent. Et qui s’appellent Flash et Lighter. Ça ne peut pas être autrement. Le détenu regarde Keith en s’adressant à lui, comme si c’était lui qui l’avait soit-disant tué. Gabriel échange un regard avec son collègue qui a l’air de ressentir la même chose que lui. Gabriel se sent oppressé. Il est temps de sortir de cette pièce avant que ça ne dégénère encore. Tant pis. Cet entretien aura au moins servi à évaluer l’état psychologique de ce dingue. Il est indéfendable. Matthew va être déçu mais Gabriel refuse de se trouver dans la même pièce que ce type.

Quand à nouveau le regard se tourne sur lui et que les mots claquent, il a la sensation d’avoir pris une douche froide. Et une enclume sur le coin du nez. Tu l'as laissé me buter sans même bouger le petit doigt. Tu te sens comment pour ça? Qu'est-ce que ça te fait d'entendre que toi aussi tu es un putain de meurtrier ? La respiration de Gabriel s’accélère quand les mêmes images apparaissent devant ses yeux. L’entrepôt, l’arme entre ses mains, le bruit insupportable des coups sur un visage. « Ça te fait quoi, hein ? J’aurais dû le savoir, les mutants dans ton genre sont une erreur de la nature. T’es un putain de monstre même si tu as l’air humain.»  Monstre. Ce que sa mère lui hurle dans ces images de leur maison en feu. Qu’il n’est qu’un monstre. Il serre les poings. Se redresse, foudroie l’autre du regard et crache. « C’est toi qui dit ça ? Tu te crois vraiment mieux que moi ? Sérieusement ? Ton délire de race supérieure, t’as pas un peu l’impression que c’est has been ? » Il se met à rire. « La seule erreur de la nature, ici, c’est toi. Et tu sais quoi, si cet enfoiré derrière moi t’a buté, comme tu l’entends, c’est peut-être que tu le méritais. »  Quelque chose se brise. Son calme. Son self-control. Il a envie de le frapper avec une rage qu’il se sent incapable de contrôler. Il n’attends peut-être qu’un mot, un seul pour passer à l’acte. « Dis ce que tu veux pour mieux dormir, ça ne changera pas que t’es un monstre qu’on aurait dû…» « Quoi ? Qu’on aurait dû quoi, putain de connard ?! Vas-y, dis-le ! » A l’instant où Gabriel se rue sur lui, il est retenu par quelque chose, ou quelqu’un. « DIS-LE ! »  Il ignore totalement ce qu’il se passe autour de lui car il n’a qu’une envie, rabattre le caquet de ce sale type. Il perçoit la voix de Keith qui lui demande de se calmer mais il l’ignore aussi, se débattant pour tenter d’atteindre la personne qui le met dans cet état de rage.  « T’as vraiment envie de voir un monstre à l’action, c’est ça ?! » On le traine hors de la pièce, mais sa rage est hors de contrôle.  

made by black arrow

___

I don't know what's worth fighting for.
Or why I have to scream. I don't know why I instigate and say what I don't mean. I don't know how I got this way, I know it's not alright. So I'm breaking the habit, I'm breaking the habit tonight


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Flash (avant geno)
5 / 55 / 5
0 / 50 / 5
Keith possède un arc magique. Il apparait quand il en a besoin (et peut même parfois disparaitre à sa guise)
Malik/Amélia/Connor/Stan/Jay/Taïs/Jin/Junno/Aldébaran/Simon/Kelsey
1035
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Was it all in my fantasy [Pv Keith et Gabriel]   Mer 28 Fév - 15:07



Was it all in my fantasy

FT. Gabriel

Ses insinuations le prenaient soudain au tripe. Ce type était fou, taré alors pourquoi il se sentait aussi mal à l'aise face à ses dires. Pourquoi ses propos faisaient ressurgir en lui divers sentiments, divers émotions qu'il était incapable de contrôler? Son cœur s'emballait dans sa poitrine. Sa respiration était hachurée, saccadée. Tout son corps tremblait de plus belle et bordel, une angoisse oppressante le tiraillait, le faisant même chanceler.

Son ventre se nouait. Ses muscles se crispaient. Il du même se retenir au mur quand soudain, des flashs le percutèrent de plein fouet, le forçant à s'immobiliser. Des images se mirent tout à coup à se confondre entre elles, à se superposer. C'était très perturbant, effrayant. Il se vit au premier abord dans un établissement assez semblable à celui-ci. Il ressentit la sensation d'étouffement, de claustrophobie. Sa mâchoire se serra et il desserra un peu plus sa cravate, par manque d'air. Il se vit ensuite dans des douches communes, nu, à hurler à la mort tandis que des mains l'empoignaient avec force pour l'empêcher de bouger. Cela réveilla sa colère, son envie de frapper ce connard derrière qui s'en prenait maintenant à Gabriel. Puis cette rage, cette haine profonde et dévastatrice. Cette brusque envie de tabasser son visage tuméfié jusqu'à ce que la mort s'ensuive. Le sang. La mort. La culpabilité. Son collègue et lui-même s'enfonçant dans la nuit, un entrepôt en flamme en arrière plan.

Envahi par tout un mélange d'information aussi violente qu'inexplicable, Keith ferma les yeux, un bref instant, et se frotta le front, les paupières, luttant pour ne pas perdre le contrôle une seconde fois.

Tout ça n'était pas logique. Bordel. Tout ça n'était pas vrai. N'es-ce pas? Poussant un cri de fureur, d'impatience, d'incompréhension aussi, le brun se redressa et continua sa route vers la sortie. Prendre l'air était devenu impératif, nécessaire mais alors qu'il se rapprochait de la porte, le nazi traita Gabriel de monstre, d'abomination, d'erreur de la nature et il s'immobilisa de plus belle, s'apprêtant à répliquer, à prêter main forte à son collègue qui s'en prenait cette fois plein la figure.
- Mais putain, c'est quoi ton...

Sauf que. Sauf que ce dernier perdit son calme, littéralement. Surpris, Keith haussa les sourcils et ses mots ne noyèrent dans sa gorge serrée. Étonné de voir son ennemi répondre avec autant de véhémence, il resta quelques instants immobile, estomaqué tandis que le blond perdait à son tour son self contrôle, sa maitrise, ce qui n'était pas bon en soi. Car ce n'était pas dans ses habitudes. Pas vraiment. En règle générale, c'était lui qui pétait des câbles et non l'inverse. Tout son corps se crispa, se figea alors sous l'inquiétude et il murmura, d'une voix devenue presque à peine audible :
- Gabriel arrête.

Oui. La situation devenait vraiment incontrôlable. Comme une bombe à retardement, Gabriel haussa le ton et esquissa un mouvement, ce qui le mit soudain en alerte.
- Merde, Gabriel non!

Dans l'urgence, Keith appuya sur le bouton rouge à côté de lui et accouru presque immédiatement vers son collègue. Il aurait pu tout aussi bien le laisser, le regarder se ruer sur cet enfoiré qui riait de plus belle, amusé mais la raison le poussait cette fois à réagir. Il devait partir tout les deux avant qu'un drame ne survienne. C'était le meilleur moyen. La solution la plus raisonnable. Il avait cette impression, cette brusque sensation que s'il ne faisait rien, s'il le laissait faire, les conséquences seront fâcheuse, dramatique pour eux comme pour l'autre et il ne voulait pas en arriver là. Pas cette fois. Non.

C'est pourquoi, ses mains encerclèrent brutalement la taille de Gabriel pour le soulever de terre et le contraindre à prendre la sortie.
- On s'en va, lança-t-il aux gardes tandis que ces derniers, alertés, se ruaient déjà dans la salle pour canaliser le prisonnier.

Sans leur laisser le temps de les questionner, Keith sortit enfin son collègue non sans difficulté et le poussa soudain contre le mur, le retenant par les épaules histoire de le canaliser au maximum.
- Calme-toi putain ! Tu veux quoi? Lui donner raison à l'autre connard? Alors calme toi bordel. C'est bon. C'est fini... C'est fini ok?

Lui-même avait du mal à respirer. Ses mains tremblaient. Sa colère et sa nervosité ne faiblissaient pas mais il jetait au blond un regard déterminé, presque inquiet. Marquant un silence, le jeune avocat attendit encore quelques instants avant de le lâcher. Puis, une fois certain que ce dernier n'allait pas gesticuler de plus belle, il recula légèrement, passant une main brève sur sa nuque et dans ses cheveux, en laissant un soupir lui échapper.
- Allez viens. Je te ramène. Ça ne sert à rien qu'on reste ici plus longtemps. On n'aura qu'à dire à Matt qu'on ne pouvait rien faire pour lui.
(c) ANAPHORE



Revenir en haut Aller en bas
avatar


Lighter
5 / 55 / 5
3 / 53 / 5
Pyrokinésie, toi-même tu sais.
Albert, Jessica, Marc, Kurt & Lorna
1111
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Was it all in my fantasy [Pv Keith et Gabriel]   Jeu 1 Mar - 17:13


was it all in my fantasy
am i losing my mind ?

Il a la sensation que ce n’est pas lui qui parle, qui ressent cette rage. Elle le submerge alors que ses mots claquent dans l’air, qu’il répond avec véhémence. Le mot monstre a réveillé en lui ce qu’il essaye d’enfouir depuis longtemps. Ce mot, c’est ce qui lui fait perdre son calme pour de bon. Alors que ses poings se serrent, qu’il darde un regard glacial vers ce type et qu’il rétorque, sans se laisse démonter, Gabriel sent qu’il perd le contrôle de ses propres émotions. Il n’arrive pas à rester calme. Déjà sur les nerfs à cause de l’échange entre Keith et le détenu, le fait de voir ce dernier changer de victime et lui en mettre plein la tête ne l’aide pas. Absolument pas. Mutant. Monstre. Erreur de la nature. Il a envie de rire car il a déjà entendu ces mots dans la bouche d’une autre. Et qu’il n’est plus un gamin effrayé qui attend que ça passe, cette fois. Ce qui le fait vriller pour de bon, c’est cette phrase qu’il ne le laisse pas terminer. Qu’on aurait dû. Dû quoi ? Hein ? Cette haine semble monter du plus profond de lui, se frayant un chemin jusqu’à sa bouche alors qu’il se met à hausser le ton. Qu’il est prêt à se ruer sur lui pour lui faire ravaler ses paroles. Il veut le faire taire, lui faire perdre son sale petit sourire et le voir à terre. Il n’attend même pas qu’on lui donne une bonne raison de le faire.  La voix de Keith parvient à ses oreilles alors qu’il bouge en direction du type pour l’atteindre. Et il y est presque. Ses mains se referment sur le vide quand il est tiré en arrière.

Il entend son rire de taré alors que lui, il est en train d’hurler de rage, retenu à la taille par quelqu’un et presque soulevé de terre. Il s’en balance des conséquences. Tout ce qu’il veut, là, maintenant ? Lui faire mal.  Mais la personne qui le traîne hors de cette pièce ne veut pas lui accorder ce luxe. Le champs de vision de Gabriel est obstrué par deux gardes qui passent le seuil. Lui, il se retrouve plaqué contre le mur. La rencontre entre la surface dure et son dos ne fait que redoubler la furie qui l’anime. Il veut y retourner.  Il foudroie celui qui le retient en le plaquant à nouveau. C’est Keith. La situation inversée, ça l’aurait fait rire s’il n’était en train de bouillir de l’intérieur. Il n’a aucun moyen de l’envoyer valdinguer pour revenir à la charge, car si lui, il a galèré pour empêcher Keith d’aller tabasser ce gars - quelle connerie, il aurait dû le laisser y franco et amener son bol de pop corn en prime - ce n’est pas le cas de son collègue qui fait une tête de plus que lui et qui n’a eu aucun mal à le traîner hors de cette maudite pièce. Gabriel grogne en tentant une nouvelle fois de le repousser mais c’est peine perdue. Il ne peut que rester là, avec un rythme cardiaque plus rapide qu’à l’ordinaire et sa poitrine se soulevant de façon irrégulière alors qu’il halète, ivre de colère. Il n’arrive pas à formuler ce qui lui passe à travers le crâne à cause cette rage qui l’étouffe presque. Il a ce nom qui résonne dans sa tête. Ce putain de nom. Lighter.

Il entend les mots qui sortent de sa bouche, qui lui intiment de se calmer. Donner raison à ce connard ? Il s’en fout. Tout son être est en train de lui hurler d’y retourner pour le faire taire. Et c’est ce qu’il s’apprête à répondre à Keith qui le domine de toute sa hauteur. Il s’en fiche de lui donner raison, d’être le monstre qu’il veut que Gabriel soit. Il s’en fout. Il veut le faire comprendre au brun, en lui lançant ces paroles avec toute la véhémence qu’il a en lui. Mais quelque chose attirer son regard. Ça ne dure qu’une fraction de seconde. Une forme qui se matérialise dans le dos de Keith. Une forme qui lui semble étrangement familière. Ça suffit pour lui faire perdre ses mots et écarquiller les yeux comme s’il venait de se manger une baffe. Son souffle s’apaise quand il entend son collègue lui dire que c’est fini. Non. Non, ce n’est pas fini. Ça ne fait que commencer. Gabriel a fait l’erreur stupide de croire que tout allait mieux dans sa tête. Que ces images à la con le laisserait tranquille. Et pourtant. Pourtant, la preuve était faite que non. Il serre les machoires en fermant les yeux. Il est toujours furieux. Mais il doit partir d’ici avant de commettre un acte qu’il risque de regretter. Pas un regret envers la personne qui va se manger la droite dans la face voire pire. Mais pour lui même et les convictions qu’il défendait jusqu’ici. Pour quelqu’un qui déteste la violence, il a bien été à deux doigts de se laisser guider par elle.

Lorsque Keith le lâche enfin, Gabriel s’écarte vivement. Rentrer semble être une bonne idée. S’il reste une minute de plus, il va recommencer à perdre les pédales. Il se contente d’hocher la tête et de lâcher un simple « Merci. » Sans rien ajouter de plus. Parce qu’il n’y a rien à dire. Il n’attend pas de voir si Keith le suit. Il avance, le visage fermé. Serrant les poings à s’en faire mal. Retenant ses tremblements de rage. Laissant derrière lui cette foutue salle. Il sait que son collègue lui emboîte le pas.  Il n’a pas à tourner la tête pour s’en assurer. Il inspire doucement en rentrant ses mains dans les poches de sa veste.  Cette tension dans ses muscles ne le quittera pas avant un moment. Il le sait. Il se repasse en boucle l’échange qui a dérapé, sentant sa haine devenir plus forte à chaque fois qu’il en arrive aux mots qu’il s’est reçu en pleine tête. Meurtrier, mutant, erreur de la nature. Monstre. Ils tournent dans son esprit, ne lui laissant pas le moindre répît. Il veut hurler que ce n’est pas vrai. Qu’il n’est aucun de ces termes. Sa respiration s’accélère et il est obligé de s’arrêter, basculant presque contre un mur quand une nouvelle vision le submerge. Il en a assez de ces images qui le tourmentent et le torturent de l’intérieur. Vous deux, vous émergez… Les yeux clos, il porte une main à son front tandis que l’autre lui sert de repère tangible quand il s’en sert pour se redresser en s’aidant du mur. Ses jambes semblent trop lourdes pour lui. Vous vous souviendrez. Les mutants dans ton genre sont une erreur de la nature. Les voix se succèdent les unes aux autres. Espèce de monstre. La voix de Lilianne, qui s’élève au-dessus des autres. Suivi par celle de Cindy, surgie de nulle part. Mais qu’est-ce qui ne va pas chez toi. Il n’arrive plus à lutter pour les faire taire. Elles s’entremêlent, surgissent et s’évaporent. Le laissent brisé, contre le mur de cette prison. Toi aussi, t’es un putain de meurtrier. Tu vas me le payer cher....erreur de la nature…le pyromane le plus chiant des Etats-Unis….Monstre. Sa propre voix qui s’ajoutent aux autres. Moi ? Je suis le type qui fait du feu avec ses mains. Un grognement s’échappe de sa gorge quand il secoue la tête. Tu es faible. Sinon, tu serais allé jusqu’au bout. Il se fige. Ouvre les yeux. Cette voix-là. Celle-ci, il la reconnait. Tu n’en tireras pas comme ça, Lighter. Il la reconnaît parce qu’il l’entend tous les jours. Elle appartient à quelqu’un qui est juste à côté de lui à cet instant. Où tu iras, je te suivrais. Keith. C’est la voix de Keith. Keith qui s’approche de lui avec une mine inquiète alors que Gabriel reprend conscience de tout ce qui l’entoure. Il lui lance un regard noir et crache presque. « Ne me touches pas. » Il lâche le mur et se redresse en essayant de reprendre son calme.  Il fait taire la vague de haine qu’il vient de ressentir à l’encontre de son collègue. Il prononce d'un ton sec. « C’est bon, je vais bien. » Quelqu'un ignorant ce qu'il vient de se passer dans sa tête prendrait ça pour une simple question de fierté mal placée. A nouveau, il s’écarte, gardant ses yeux dans lesquels brillent une flamme haineuse rivés dans la direction de la sortie. « Barrons-nous d’ici avant que je crame cet endroit. » Matt peut aller au diable.

made by black arrow

___

I don't know what's worth fighting for.
Or why I have to scream. I don't know why I instigate and say what I don't mean. I don't know how I got this way, I know it's not alright. So I'm breaking the habit, I'm breaking the habit tonight


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Was it all in my fantasy [Pv Keith et Gabriel]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Was it all in my fantasy [Pv Keith et Gabriel]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» PARKINSON Keith
» Final Fantasy 10
» Gunblade - Final Fantasy VIII (par dux2081)
» Anne Mc Caffrey, une autre grande dame de la fantasy
» Carte fantasy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
House of M :: Pit of Memories :: RPs terminés-
Sauter vers: